Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 31 mars 2005

Place Jules Hénaffe, plus qu’un projet, une urgence.

Avec les beaux jours, le square de la place Jules Hénaffe et son « petit toboggan », se sont remis à accueillir quotidiennement une vingtaine de petits enfants accompagnés de leurs parents et nounous, qui se partagent pour les uns un seul jeu, et pour les autres les deux bancs de ce petit espace… pas vert du tout. On avait parlé d’améliorer l’endroit en septembre dernier sous la forme d’un vœu du Conseil de quartier lancé avec espoir… Qu’en est-il désormais ?

Les services municipaux ont entendu les habitants et bien mis à l’étude des projets d’aménagement et d’agrandissement ; mais en attendant cet endroit est toujours aussi exigu et encerclé de voitures, vu qu’il est cerné dans un triangle de trois voies de circulation (voir le plan du quartier), empruntées par les automobilistes heureux de pouvoir fuir l’enfer de l’avenue Renée Coty… Enfer vite retrouvé devant les deux feux tricolores de notre place. Attente au premier feu, démarrage, virage à gauche, stop attente au second feu, re-démarrage… Klaxon, insultes, sympa !

Nos enfants n’ont donc pas droit à des jeux chouettes dans de beaux espaces, les parents n’ont également pas le droit de grossir pour s’asseoir sur les deux petits bancs (bon, à la rigueur…), mais surtout ce petit monde n’a plus le droit de respirer en fin d’après midi entre 16h30 et 18h30. Ajoutons que le revêtement de sol du square se décolle, et que les portes s’ouvrent « à l’envers » (oui, les enfants peuvent sortir en poussant les portes, mieux vaut être vigilant), on pourra encore en conclure qu’il ne faut pas avoir d’enfants dans Paris !

La semaine dernière, un petit s’est cogné contre une porte du square : arcade sourcilière en sang et points de suture… En effet, les portiques inversés sont à hauteur des yeux d’enfant : on se demande pourquoi ce type de portes : c’était pour éviter que des chiens « errants » rentrent dans le square ; ils avaient les idées larges, dans les années 70 !

Mais pour les familles, il n’y a qu’un endroit pour sortir et se retrouver après l’école, sans aller jusqu’au grand parc : c’est ce qu’on appelle un square de proximité. On en trouve encore quelques uns dans notre capitale (comme dans la rue de Châtillon ou dans le quartier des Thermopyles) ; ils sont d’une réelle utilité pour ceux qui n’auraient pas encore saisi l’intérêt d’être dehors avec des enfants, ou même de se retrouver entre grands, comme par exemple pour jouer à la pétanque juste à coté.

Les beaux jours reviennent, et les problèmes récurrents avec ; ainsi le projet de la Place Jules Hénaffe est devenu une demande urgente, par et pour des enfants qui aimeraient bien se faire entendre.

Dan

Plus d'info :
+ Notre article précédent sur la place Jules Hénaffe date du 15 novembre 2004... Le voeu en Conseil de quartier avait déjà été adopté. Où en sommes-nous ? Cela pose tout de même le problème du suivi des voeux émis en Conseil de quartier.
+ Peut-être que Thierry Breton, notre nouveau Ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie (oui, tout ça), pourrait y faire quelque chose... Si, si...
+ Sinon, Jules Léon Alexandre Hénaffe (1857-1921) était un conseiller municipal du quartier... Tout le monde s'en fout et ça fait réfléchir sur la notoriété d'un élu local :-)

Les commentaires sont fermés.