Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 05 juillet 2006

Editions Montparnasse : interview de Renaud Delourme

Ce mois-ci notre invité ciné, c’est Renaud Delourme, directeur des Editions Montparnasse, située à deux pas de l'avenue du Général Leclerc... Interview (*) :

Jive (P14) : Comment devient-on producteur de DVD, et comment est né ce choix ?

Renaud Delourme (RD) : Par goût pour le documentaire et le cinéma évidement, mais aussi avec le sentiment, surtout pour le documentaire, qu’il fallait sortir les programmes de la banalisation des systèmes télévisés de « flux ». Le support VHS puis DVD crée le sentiment de « l’objet » unique. A nous d’en décrire les qualités puis par notre travail d’édition de le rendre visible et accessible.

P14 : Depuis combien de temps êtes-vous installé dans le XIVe arrondissement de Paris et pourquoi cet arrondissement ?

RD : Nous étions à l’origine en 1988 boulevard du Montparnasse côté 6e arrondissement... C’était devenu trop petit. Nous voulions rester dans le quartier. Nous avons cherché pendant un an et en 1998 nous avons  découvert ce lieu, Villa Coeur de Vey, une ancienne imprimerie. C’était tout ce que nous cherchions : un local ouvert sur deux étages, convivial, paisible dans un quartier commerçant et vivant. Agnès Varda m’a envoyé l’an dernier une vieille carte postale ou au début du siècle il y avait là une ferme avec des vaches laitières. On y achetait son lait tous les jours !

P14 : Sur quel film avez -vous travaillé en premier et quelle est votre ligne éditoriale ?

RD : Sur des grands classiques du cinéma français et américains, pour n’en citer que deux Citizen Kane et la Règle du Jeu, sur un grand documentaire aussi, De Nuremberg à Nuremberg de Frédéric Rossif et Philippe Meyer. Cela résume notre politique éditoriale « populaire et de qualité »

medium_renaud_delourme_editions_montparnasse.JPG

P14 : Comment choisissez vous les films que vous éditez ?

RD : Par goût !

P14 : Combien de titres avez-vous déjà sortis ?

RD : Près de 1000, le catalogue actuel doit compter 600 titres en exploitation.

P14 : Concrètement comment travaillez vous ? Quels sont les titres dont vous êtes le plus fier ?

RD : De Nuremberg à de Nuremberg évidement, parce que personne ne croyait que cela pouvait devenir un best seller, et que le film est formidable, la collection sur l’art d’Alain Jaubert , Palettes. Nous en avons commencé l’édition en 1990. La série débutait, elle était inconnue. Les huit premiers titres passaient à minuit sur France 3 et le samedi dans la fenêtre de la Sept. C’est à partir d’un article dans Télérama d’Olivier Cena, que j’ai regardé les films, pris l’édition et lancé ce qui est devenu l’encyclopédie sur l’art incontournable, 50 films passionnants. Pour moi une manière étonnante en partant de l’histoire d’une œuvre de remonter jusqu’à l’essence du tableau, le replacer dans son contexte personnel, historique. Le contraire de l’indigestion, le regard personnalisé, vivant. Cela a changé ma façon d’aller au musée.

P14 : Quels sont vos regrets ? (je pense notamment la captive aux yeux clairs qui malgré la version longue inédite était une copie désastreuse) ?

RD : C’est un film merveilleux, une ambiance d’aventure. Le dvd restitue cela. Nous n’avions pas les mêmes durées entre la copie restaurée et la version longue. On a mis les deux versions, une version totalement restaurée et l’originale dans son état actuel. Je comprends que certains le regrettent. L’économie de cette édition demeure déficitaire, on a voulu offrir le choix au spectateur.

P14 : Cette année on a vu 3 belles éditions « la règle du Jeu » et le chien Andalou et King Kong pensez vous sortir encore des choses prestigieuses en 2006 ?

RD : Oui, La Chose d’un autre Monde « The Thing » dont on crédite son prestigieux producteur Howard Hawks d’en être aussi le réalisateur. Un grand classique du cinéma français, Drôle de drame de Marcel Carmé avec Louis Jouvet , et une intégrale Flaherty.

P14 : Pour en revenir à la Règle du jeu pourquoi ne trouve -t’on pas d’interview de Paulette Dubost qui  est la dernière grande dame du cinéma toujours en activité à près de 90 ans ? 

RD : Je ne sais pas. Le collector est incroyablement riche néanmoins, avec des analyses fortes d’Olivier Curchod, de Jean Douchet, des documents d’archives rares où Jean Renoir revient 27 ans plus tard au Château de la Colinière et y confronte ses souvenirs de tournage avec Marcel Dalio (film réalisé par Jacques Rivette), un livret d’accompagnement, des montages d’entretiens avec Claude Chabrol, Noémie Lvovsky. La presse a salué l’édition et nous avons été élu meilleur dvd collector de l’année par le Syndicat de la Critique. On ne peut pas imaginer les compléments comme une « masse », ou il faudrait tout avoir ce qui serait à la fois impossible et ridicule. Je  suis contre l’idée de faire du « marketing remplissage » , de submerger le spectateur. On choisit, on sélectionne, on met en lumière en fonction des matériaux dont on dispose et d’une cohérence globale. Olivier Curchod, spécialiste de La Règle du jeu  est formidable, à lui tout seul il apporte presque le nécessaire de compréhension du film…

P14 : Quels sont les projets, les futurs grands titres ?

RD : The Staircase  (Soupçons) de Jean-Xavier de Lestrade (Oscar du meilleur documentaire en 2002 pour Un coupable idéal), une sidérante série documentaire sur le procès d’un riche écrivain accusé du meurtre de sa femme en Caroline du nord aux Etats-Unis. Construit comme un thriller palpitant, The Staircase n’est pas un e fiction mais la réalité : 18 mois d’enquête folle fractionnés en 8 épisodes de 45 minutes mais avec un vrai verdict à l’arrivée. L’intégralité de la série (avec 1h30 de compléments) sort en coffret  dvd et vod le 5 juillet. A voir absolument.

P14 : Comment est née l’idée de réaliser le projet « La terre vue du Ciel » d’après le livre de Yann Arthus Bertrand ?

RD : La force des photos, la passion des regards, l’idée que ces photos nous amenaient à reconsidérer la terre et son avenir.

P14 : Pensez vous renouveler l’expérience de réalisateur ?

RD : Oui, si j’ai le temps un jour

P14 : Votre prise de conscience de l’état de la planète est- elle née de la découverte du livre de Yann Arthus Bertrand ? Avez vous quelques conseils écologiques de base à donner à nos lecteurs ?

RD : Ceux du bon sens et de la responsabilité. On n’échappera pas à la prise de conscience individuelle. On se réfugie trop souvent derrière l’idée que c’est aux autres de se charger de résoudre le problème de nos vies quotidiennes. C’est faux. La Terre est à nous, nous sommes responsables de son devenir, pour nous et les générations futures.

P14 : Comment jugez vous la politique des verts à Paris et plus précisément dans le 14ème ?

RD : Je trouve que l’on doit se concentrer sur les problèmes d’environnement exclusivement, cela touche tous les monde, rassemblera plus facilement l’ensemble des français à l’avenir. Sinon il y a des idées très positives sur l’automobile, la pollution, le tri sélectif…

P14 : Pourriez-vous expliquer en quelques mots la VOD et pourquoi vous y croyez autant ?

RD : C’est internet qui me paraît passionnant. Un outil qui révolutionne la communication, nos habitudes de consommation, nos modes de fonctionnement  pour le meilleur et pour le pire… nous chercherons à trouver le meilleur … la VOD (video on demand, soit le téléchargement payant à la vente de films, documentaires via internet) permet de télécharger un film de manière quasi spontanée et instantanée. L’internet permet en même temps d’avoir accès à une somme d’informations non négligeables, documentation conséquente, extraits, bande annonce. On peut même créer des mini site VOD par exemple, mettre à la disposition du public des documents inédits autour d’une oeuvre, faire découvrir des extraits d’un programme, permettre de n’acheter (pour 3 ou 5 euros) que le premier épisode d’une série par exemple.

P14 : Enfin pour finir quels sont vos endroits favoris dans le XIVe arrondissement ?

RD : La place devant la mairie, et les rues autour, la villa Adrienne hélas maintenant inaccessible, les petites rues entre l’avenue du général Leclerc et l’avenue René Coty, plein d’autres endroits…


Propos recueillis par Jive Juillet 2006
pour Paris14info

Plus d'info :
+ Retrouvez toutes les chroniques et interviews de Jive - notre cinéphile quatorzièmois - dans notre rubrique Cinéma.
+ Un cinoche dans le XIVe ? Toutes les séances accessibles en clic dans notre colonne de gauche !

jeudi, 29 juin 2006

Le cinéma (et les DVD) de Jive : juin 2006

Chaque mois, Jive, notre cinéphile quatorzièmois, nous livre ses critiques de DVD, de ses bons plans... En juin, nous poursuivons avec deux coups de coeur...

-------------------------------------

LE CACTUS (Warner)
Réalisateur : G.BITTON et M.MUNZ - Acteurs : Clovis CORNILLAC, Pascal ELBE, Pierre RICHARD, Alice TAGLIONNI

medium_DVD_3D_lecactus.2.jpgRésumé : Sami est un emmerdeur de premier ordre. Hypocondriaque jusqu'au bout des ongles depuis son enfance, sa vie est un enfer, régulièrement bouleversé par ses délires maladifs lui faisant penser qu'il est atteint de toutes sortes de maux. Incapable de mener une aventure amoureuse ou professionnelle, il se repose sur son seul ami, Patrick, dont la vie est gorgée de réussite. Car lorsqu'ils étaient ados, Sami a sauvé Patrick de la mort, faisant de ce dernier son obligé éternel. Quand un quiproquo fait penser à Sami qu'il est atteint d'un mal incurable qui l'emportera dans trois mois, son seul et meilleur ami décide de l'accompagner dans cette ultime épreuve. Jusqu'à partir en Inde pour trouver le seul médecin ayurvédique capable de sauver Sami...

Critique : Voilà enfin le retour de la bonne comédie à la française, bien écrite, bien réalisée et très bien interprétée par Pascal Elbé et Clovis Cornillac. Nos 2 réalisateurs scénaristes de la Vérité si je Mens 1 et 2, ont réussi le tour de force de faire rire avec un sujet délicat l’hypocondrie. ...Je sais de quoi je parle ma sœur en est un peu atteinte [rire]. Les dialogues sont savoureux et l’idée de les envoyer en Inde et non seulement originale mais c’est surtout la vision juste et respectueuse du pays qui m’a emballé. J’ai retrouvé toutes les émotions que j’ai pu ressentir en traversant une grande partie de ce pays immense et si diversifié d’une région à une autre. Le seul bémol est d’avoir peut-être placé un peu trop facilement le Gourou à GOA car là on retombe dans les clichés occidentaux. L’Inde est si immense qu’il aurait été génial de le situer dans un coin paumé comme le Gujarat. Sinon bravo aux réalisateurs pour le respect de ce pays.
Vous avez compris c’est le film à louer de toute urgence où à acheter pour vous dégourdir les zygomatiques. Si vous êtes passé à côté lors de sa sortie en salles précipitez-vous. Ce film aurait mérité ses 10 millions de spectateurs heureux.

Bonus :  Rien de très original mais on peut découvrir dans le making of  la méthode de travail des deux coréalisateurs  et scénaristes + Teaser, Bande Annonce, Bêtisier et photos.

Durée : 90mns - Format : 1 :85 compatible 16/9 couleur - Sortie juin 2006

-------------------------------------

THE STAIRCASE (Soupçons / Editions Montparnasse)
Réalisateur : Jean-Xavier de LESTRADE - Documentaire

medium_the_staircase.jpgRésumé : Michael Peterson romancier reconnu appelle la police. Sa femme est en train de mourir après avoir fait une chute dans l’escalier. Pourtant très vite la police porte ses soupçons sur lui. Le romancier choisit alors comme avocat l’un des spécialistes les plus reconnus de l’Etat du sud. Il investit un million de dollars pour enquêter en engageant détectives, criminologues et experts en tout genres. S’agit-il d’un crime, d’un tueur en série ou d’un accident ?

Critique : salué partout dans le monde pour son précédent documentaire « un coupable idéal »,  le réalisateur a obtenu la suprême récompense dans la catégorie meilleur documentaire en 2002. Ce documentaire présenté aux Etats-Unis  en prime time a réussi le pari d’avoir le meilleur score de la semaine. 18 mois d’enquêtes fractionné en 8 épisodes de 45mns avec un vrai dénouement (verdict) à la fin. Tout ça filmé au jour le jour par l’œil de Jean Xavier de Lestrade.
Rien ne vous sera épargné dans ce qui est pour moi le polar le plus incroyable et terrifiant qui m’est était donné de voir car tout ici est vrai. La réalité dépasse  véritablement tout ce que peut imaginer un romancier. Michael Peterson est un personnage aux multiples facettes tout à tour fascinant, inquiétant, qui manie l’humour et qui a beaucoup d’imagination… Si ce fait divers au départ banal devait être porté au cinéma il serait formidablement mise en scène par William Friedkin.

Durée : DVD 1 : épisodes 1à 4 :3h06 - DVD 2 épisodes 5 à 8 : 3h17 et DVD 3 (compléments ) : 1h37 - sortie en coffret le 5 juillet

-------------------------------------

Autres documentaires ce mois-ci à ne pas rater...

THE WEATHER UNDERGROUND (MK2)
Réalisateurs : Sam GREEN et Bill SIEGEL

medium_aplat_theweatherunderground.jpgRésumé : Nous sommes à la  fin des années 60, au début du mouvement hippies où en parallèle des mouvements radicaux blacks, une poignée d’étudiants blancs se mobilise contre la guerre du Vietnam. Ils vont ainsi créer le premier mouvement révolutionnaire appelé The Weather underground dont le mot d’ordre est « Bring the war Home » (faisons la guerre chez nous)...

Critique : Ce film qui a obtenu lui aussi un Oscar en 2004 est un film important et rare car pour la première fois on apprend que des mouvements révolutionnaires blancs ont aussi existé aux Etats unis. Beaucoup d’images d’archives mais c’est surtout les interviews des protagonistes qui retiennent l’attention évoquant tour à tour leur combat leurs illusions et désillusions. Certains d’entre eux sont aujourd’hui professeurs dans de grandes universités quand d’autres comme David Gilbert purge une peine de 20 ans.

Bonus : David Gilber : interview réalisé en 1998 dans la prison de Great Meadows (New-York) - Bande annonce

Durée : 93 mns - Format : 1:33

-------------------------------------

BRASILEIRINHO (Editions Montparnasse)
Réalisateur : Mika KAURISMAKI

medium_brasileirinho.jpgRésumé : Une ballade musicale à travers les origines du « Choro » que nous pourrions définir comme le jazz brésilien…

Critique : Tout le monde connaît la Samba brésilienne et la Bosa Nova. Mais qui connaît le Choro ? Mika Kaurismäki qui a déjà signé beaucoup de documentaires musicaux part à la rencontre de cette musique qui est une synthèse musicale de beaucoup d’influences entre celles de l’Europe et des sonorités afro-brésiliennes et qui forment ce que l’on pourrait appeler le jazz Brésilien. Pratiquer cette musique c’est un long travail sur la variation mélodique, harmonique ou rythmique et il faut aussi savoir rebondir très vite sur les propositions des autres musiciens. A travers ce voyage musical le réalisateur nous fait pénétrer au chœur de la création du choro dans le quotidien de musiciens qui le pratique et le joue. Des purs moments de joies et de bonheur...

Bonus : A retenir  la possibilté de pouvoir sélectionner tous les morceaux intégralement.

Durée : 90mns vost

-------------------------------------

Autres Sorties du Mois...

LE BONHEUR (TF1)
Réalisateur: Agnès VARDA - Acteurs : Vincent ELBAZ, Marion COTTILARD, Gilles LELOUCHE

Résumé : Instructeur pour une compagnie aérienne, Yann KERBEC évalue la capacité des pilotes sur simulateurs de vols dans des conditions extrêmes. Mais Yann a un problème : il a peur de l'avion, une peur panique liée à sa naissance et qui dans sa jeunesse l'a empêché de suivre la femme de sa vie au bout du monde. Aujourd'hui à trente ans, Yann déroule avec nostalgie et humour le fil de son traumatisme et fait le bilan grinçant de ses histoires d'amour gâchées par sa phobie.

Critique : En attendant septembre pour une rencontre avec Madame Agnès Varda, voilà la ressortie d’un de ses films majeurs « Le Bonheur ». Un film qui fit scandale à l’époque pour le propos trop en avance sur son temps  de l’adultère heureux et assumé. L’idée forte est d’avoir aussi pris un vari couple ici le tout jeune Thierry la Fronde et son épouse accompagnée de leurs enfants. Un film qui démarre simplement et qui petit à petit  va petit semer un ton venimeux dans un décor à la Renoir très inspirée d’une Partie de campagne. Agnès Varda avec son sens du cadre et du montage nous fait vivre une expérience originale et moderne sur la vie d’un couple.

Bonus : Des suppléments toujours originaux et riches notamment ce petit making of d’époque où l’on voit A.Varda très concentrée et directive dans sa façon de travailler en compagnie de ses techniciens dont le débutant Claude ZIDI + Commentaire audio du réalisateur et Scènes coupées commentées par le réalisateur + La musique du film + Zoom sur une séance de travail : "la séduction" + 3 courts métrages + Coulisses du tournage, Diaporama, Bandes-annonces et teasers.

Vous pouvez acheter directement à la boutique, rue Daguerre, une petite remise vous sera faite et peut-être aurez vous la chance de croiser la réalisatrice qui expose en ce moment même à la fondation Cartier pour quelques mois.

Durée : 100 minutes - Image : DVD 9 - 16/9 compatible 4/3 – Format 1 :85  couleur - Son : Dolby Digital 5.1 Français

-------------------------------------

THE HUNGER (les prédateurs / TF1)
Réalisatrice : plusieurs dont Christian Duguay, Russel Mulcahy… Acteurs : Terence STAMP

medium_THE_HUNGER_-_dvd_3D_-_c_Opening.jpgRésumé :  Produit par les frères SCOTT (Tony et Ridley)
Les héros de cette nouvelle série sont des vampires, hommes d’affaires véreux, femmes fatales ou fantômes très portés sur le sexe.

Critique : Une série pour le moment uniquement diffusée sur TPS dont la première saison est présenté par l’acteur Terence STAMP à la façon des Contes de la Crypte. Une série soignée qui dispose de moyens  importants et qui ose montrer pas mal d’érotisme à travers ces 22 épisodes. Seul bémol, tous les épisodes sont en VF, aucune VOST et aucun bonus.

Durée : 22mns X 22 épisodes sur 4DVD - Format :16/9  son 5 :1 couleur VF - Sortie 4 mai 2006

-------------------------------------

...Sans oublier...

LES EXPERTS (TF1)

Miami saison 2 partie 2 - Manhattan saison 1 partie 1 - Las Vegas saison 4 partie 2

Pour les inconditionnels de la série Experts, voilà 3 nouveaux coffrets des nouvelles saisons avec plein d’épisodes sublimes. A découvrir toujours dans le bon format et en VOST nos acteurs David CARUSO, William  L  PETERSEN, Gary SINISE dans des villes aussi différentes que Miami, Las Vegas et maintenant New-York.

-------------------------------------

LA MAISON DE NINA (TF1)
Réalisateur : Richard DEMBO - Acteurs : Agnès JAOUI, Charles BERLING…

medium_Maison_de_Nina-3DVENTE.jpgRésumé : Les maisons d’enfants ont accueilli, dès 1944 des gamins sans famille et cachés pendant la guerre. Ce film raconte l’histoire de celle qui a dirigé une de ces maisons, Nina.

Critique : Cinéaste méconnu mais pourtant oscarisé pour La Diagonale du fou, Richard DEMBO au parcours singulier livre là un film  qu’il porte depuis longtemps mais que malheureusement il ne pourra pas terminé. Il décède brutalement le 11 novembre 2004. Le producteur avec le soutien de la femme du réalisateur et d’Agnès JAOUI décide de terminer le film car il fallait que cet hymne à la vie et au bonheur d’être vivant puisse être vu. Un film touchant chaudement recommandé notamment pour la jolie prestation d’Agnés Jaoui.

Bonus : le film annonce + Le making of

-------------------------------------

...Rééditions...

BIRD et AUTOUR DE MINUIT (WARNER)
Réalisateurs : Clint EASTWOOD et Bertrand TAVERNIER - Acteurs : Forest  WHITAKER, Dexter GORDON.

medium_Bird_3D.jpgDeux  belles éditions de ces 2 chefs d’œuvres sur le jazz auxquels manquent cruellement des bonus dignes de ce nom.
A posséder dans toute bonne dvdthèque pour un voyage musical en compagnie de Charlie PARKER et Dexter GORDON décédé il y’a quelques temps.

Durée : 154mns, 126mns - Format 2 :35, 1 :85, VOST et dolby digital

-------------------------------------

...Et prochainement...

LORD OF WAR (M6)
Réalisateur : Andrew NICCOL - Acteurs : Nicolas CAGE, Ethan HAWKE… Sortie prévue 5 juillet

medium_3D_LORD_OF_WAR.jpgRésumé : Né en Ukraine avant l'effondrement du bloc soviétique, Yuri arrive aux Etats-Unis avec ses parents. Il se fait passer pour un émigrant juif... Audacieux et fin négociateur, il se fait une place dans le trafic d'armes. Les énormes sommes d'argent qu'il gagne lui permettent aussi de conquérir celle qui l'a toujours fasciné, la belle Ava. Parallèlement à cette vie de mari et de père idéal, Yuri devient l'un des plus gros vendeurs d'armes clandestins du monde. Utilisant ses relations à l'Est, il multiplie les coups toujours plus risqués, mais parvient chaque fois à échapper à Jack Valentine, l'agent d'Interpol qui le pourchasse. Convaincu de sa chance, il poursuit sa double vie explosive, jusqu'à ce que le destin et sa conscience le rattrapent...

Critique : Andrew NiCCOL n’est pas un débutant, après avoir réalisé le meilleur film de S.F de ces dernières années Bienvenue à Gattaca et scénarisé Truman show, le voilà dans un film détonnant à tout point de vue. Peu de films ont eu le courage de s’attaquer à ce thème de la vente d’armes. En France le seul qui ai essayé s'appelle Yves BOISSET qui devait réaliser BARRACUDA avec Belmondo dans les années 80 mais suite à diverses pressions il a dû stopper. Alors voilà que les américains qu’on critiquent à longueur de temps nous livrent une œuvre, un ovni d’une force et d’un impact visuel comme on voit peu. Incorrect de bout en bout le film montre avec intelligence l’autopsie d’un monde violent rempli de paradoxe dans lequel navigue notre VRP de l’armement. Comme le dit le  personnage interprété avec beaucoup de conviction  par Nicolas CAGE « Je fournis toutes les Armes du monde sauf l’armée du salut ». Le réalisateur s’est inspiré de cinq trafiquants d'armes bien réels pour créer son personnage de Yuri Orlov. Presque tous les événements du film ont un précédent réel. Des hélicoptères militaires ont bien été vendus comme des engins destinés à des interventions de secours…

Bonus : commentaire audio du réalisateur + Module : les armes en circulation + Dic 2 dans le collector : ne pas rater le court documentaire sur le commerce d’armes.

Durée : 2h - Format ; 2 :35 DTS 6 :1 et 5 :1 dolby digital

-------------------------------------

QUAND l’ALGERIE ETAIT FRANCAISE (M6)

medium_packshot_Quand_l_Algerie_etait_francaise.JPGL’événement documentaire qui avait réalisé un score énorme lors de sa diffusion à la télé sort enfin le 5 juillet .
Un film qui raconte sans jugements aucun l’Algérie française, une histoire d’amour et de haine qui avait démarré 132 ans plus tôt avec le débarquement de Charles X près d’Alger. La force de ce film et d’avoir retrouvé plein de petits films en 8mm tourne par des familles dont certains sont en couleur. Un documentaire qui fera date…

Jive 2006

Plus d'info :
+ Un cinoche dans le XIVe ? Toutes les séances accessibles en clic dans notre colonne de gauche !

jeudi, 08 juin 2006

Cinebank, DVD, cinéma et 14e

Ce mois-ci notre invité ciné, c’est Jean-Olivier Itier responsable de la boutique CINEBANK avenue du Maine.
www.cinebank.fr. Interview (*) :

Jive (P14) : Comment est née l’idée de créer Cinébank ?

Jean-Olivier Itier (JOI) : C’est un italien qui a eu cette idée il y’a une dizaine d’années en allant proposer son  concept de distributeur  automatique à un vidéoclub qui se trouvait rue de Vaugirard. Celui-ci a voulu tenter l’expérience et cela a formidablement bien marché.

P14 : Depuis combien de temps  êtes-vous installés dans le XIVe arrondissement de Paris et pourquoi cet arrondissement ?

JOI : Dès la création de son enseigne en 1997, le 14ème est devenu son magasin pilote et la maison mère, je suis le responsable , exploitant et animateur de réseau. Je forme un peu partout en France les gérants qui ouvrent une boutique et je peux intervenir aussi pour donner des conseils lorsque la boutique est un peu en perte de vitesse ou ne trouve pas sa clientèle.

medium_cinebank_75014.jpg

P14 : Comment choisissez vous les films que vous louez ?

JOI : Déjà, tous les gros titres sont indispensables, mais on essaye aussi de proposer des titres hors magazine comme Fragile, Backstage, Casshern. On a pu se rendre compte aussi qu’un film qui ne fonctionne pas au cinéma ne fonctionnera pas non plus en location. Exemple ce mois-ci Virgil qui est pourtant un film français très original et qu’on essaye de proposer…

P14 : Combien de titres avez-vous déjà sortis ?

JOI : Nous avons actuellement près de 3000 titres, les nouveaux films étant 3 enterrements, History of violence, et Palais Royal qui devraient tous les trois cartonner comme on dit.

P14 : Concrètement comment travaillez-vous ?

JOI : On travaille de plus en plus avec Internet, notre site en ligne permet à tous nos adhérents de retenir leur location et d’avoir 2 heures pour venir chercher leur film. Le site Internet propose également de visionner les bandes annonces et la jaquette du film avec le résumé. Très prochainement nos machines ne seront plus en façade, les gens pourront en cas de pluie être à l’abri et choisir en toute tranquillité leur film avec plusieurs  machines différentes à leur disposition
Nous proposons aussi à notre clientèle d’acheter des DVD  d’occasion à des prix très compétitifs. Tous les 2 mois nous faisons des promotions. Le mois dernier nous avons proposé pour un euro par jour tous les polars et cela a dépassé toutes nos espérances et les gens ont pu découvrir des films méconnus. Enfin, le 31 mai sort le nouveau Harry Potter et nous proposons aux enfants de nos clients le T-shirt du film.

P14 : Quels sont les titres dont vous êtes le plus fier ?

JOI : On a aimé défendre et proposer des films comme les Neufs reines, Garden state et ce mois-ci on souhaite faire découvrir et proposer Lady Vengeance et nous avons décider également de mettre en location des séries télé comme La Caravane de l’étrange, NIP Tuck, Desperate Housewifes et la série de Spielberg, Band of Brothers.

P14 : Quels sont vos regrets ?

JOI : On aurait souhaité plus d’attractions sur l’avenue du Maine, ça manque de bars, restaurants pour drainer une clientèle plus importante. Aujourd’hui on souffre aussi de la concurrence de la TNT, Internet alors il faut trouver de nouvelles idées et aussi des nouveaux tarifs attractifs. Nous sommes les moins chers et ceux qui proposons le plus de titres.

P14 : Quels sont les projets ?

JOI : Cela fait des années que nous constatons le manque de vidéoclubs dans le 14ème  et c’est vrai que beaucoup de gens regrettent qu’on ne trouve pas de vidéoclubs avenue du Général Leclerc digne de ce nom.

P14 : Enfin pour finir quels sont vos endroits favoris dans le XIVe arrondissement ?

JOI : J’adore le côté village de ce quartier qui ne ressemble à aucun autre. Je traîne le plus souvent vers la rue Daguerre où je vais de temps en temps manger. J’aime prendre quelques tartines de fromage chez … et prendre un verre au Zango malgré que je n’aime pas trop l’idée du « m’as tu vu  ?». Ca manque un peu de discrétion… Mes amis habitant tous autour du 14ème je vais souvent aussi manger chez eux et du coup je me ballade aussi pas mal vers la rue Raymond Losserand qui devient de en plus attractive avec tous les nouveaux aménagements…

(*) Propos recueillis par Jive, notre DVDphile quatorzièmois - Juin 2006.

Plus d'info :
+ Cinebank : PARIS 14 -Adresse : 136 AVENUE DU MAINE - 75014 PARIS 14 - Tél. : 01.43.22.46.34 - Permanence :
Du Mardi au Samedi de 14 H 00 à 22 H 00
Le Dimanche de 14 H 00 à 20 H 00
Le Lundi de 14 H 00 à 20 H 00
Pour nous contacter: paris14.maine@cinebank.fr
+ Autres boutiques Cinebank dans le 14ème :
156 BOULEVARD DU MONTPARNASSE - 75014
53 RUE DIDOT - 75014