Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 24 juin 2022

Concert

278396116_515786536715022_7642538741894669780_n.jpgMaria Moreno soprano magnifique voix lyrique du jazz (grands classiques du jazz, répertoire latino, blues) et  Benoît Ségui guitariste classique explorant des musiques improvisées, expérimentales ou anciennes et traditionnelles, donneront un concert basé sur les chants d'Espagne et d'Italie dimanche 26 juin à 15h  à l'église Notre Dame des Blancs Manteaux 12 rue des Blanc Manteaux 75004 Paris

16:10 Publié dans concert | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 17 juin 2022

Deux DVD chez Carlotta Films

L'HOMME AU POUSSE-POUSSE (VERSION 1943) 04.jpgEXÉCUTION EN AUTOMNE 04.jpg«  L’homme au pousse-pousse (photo n°1) » ,  «  Exécution en automne (photo n°2) »

Le DVD sur «  L’homme au pousse-pousse «  tiré du roman de Shunsaku Iwashita contient deux versions du même réalisateur japonais  Hiroschi Inagaki (1943-1958) . L’une de 1943 en noir et blanc, l’autre de 1958 en couleur.  Que faire techniquement avec le noir et blanc d’un côté et avec la couleur de l’autre ? C’est la question qui vient à l’esprit en regardant ces deux films qui partent de la même histoire mais qui n’ont pas grand-chose à voir l’un avec l’autre.  L’histoire est celle de Matsugoro conducteur de pousse-pousse qui fait la connaissance des parents d’un petit garçon Toshio.  Lorsque le mari meurt, il promet à sa veuve de prendre soin de son fils.  La deuxième version joue davantage avec le côté esthétique, avec les détails et met peut-être davantage en valeur l’amitié qui unit l’homme au pousse-pousse à Toshio.  Mais les deux ont une pudeur attachante et l’histoire est belle dans les deux versions. En tout cas, c’est intéressant de comparer ces deux films et de voir les qualités indiscutables du réalisateur qui a su faire preuve d’un esprit créatif et audacieux.

« Exécution en automne » du réalisateur né à Shangaï Lee Hising  dont c’est le film préféré « : Pei Gang couvé par sa grand-mère a commis trois meutres de sang-froid. Condamné à mort, l’éxécution doit avoir lieu l’automne suivant. Sa grand-mère arrivera t-elle à le sauver ? Tout le film repose sur cette incertitude et englobe violence, sentimentalisme, poésie, et montre avec force la dualité de l’individu.  Pei Gang peut en quelque sorte être assimilé au docteur «  Jekyll and Mister Hyde «  dans une version totalement différente mais dont le concept est le même. Le bien et le mal chez un individu… Le remords est également bien dépeint et conduit inexorablement à l’acceptation de la fatalité. Un beau  film quelque peu entaché de philosophie et d’une certaine morale…

Agnès Figueras-Lenattier

 

 

00:45 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 13 juin 2022

Pygmalion DVD

bernard shaw,"pygmalion" film

Film de Leslie Howard et d' Anthony Asquith

Un pari constitue la trame de ce film qui a obtenu 4 nominations aux Oscars dont le meilleur film et qui est adapté de la pièce de Bernard Shaw. 

Professeur de phonétique Henri Higgins rencontre une marchande de fleurs dotée d’un accent cockney bien prononcé qui souhaite prendre des cours avec lui. Henri Higgins prend l’engagement de la faire passer pour une duchesse auprès de son ami le colonel Pickering sceptique.

Deux acteurs talentueux ( Wendy Hiller, Leslie Howard), jouent dans ce film à l’humour torride et aux répliques savoureuses. La vendeuse va devenir un sujet d’expérience et va littéralement se métamorphoser notamment lors de la soirée à l’ambassade de Transylvanie. On va croiser au cours de cette réalisation, la bonne société anglaise dont Bernard Shaw se moque avec une ironie quelque peu acerbe.

On voit le professeur et la vendeuse répéter inlassablement et le contraste qui les oppose est bien marqué. Bien mis en valeur également «  L’effet pygmalion » c’est-à-dire que le fait de croire en les chances  de quelqu’un va aider la personne à obtenir le résultat escompté. Un film bien réussi qui met en valeur avec subtilité l’esprit de Bernard Shaw …

Bernard Shaw considérait le cinéma comme un prolongement du théâtre et désignait parfois les acteurs comme «  ses esclaves de la scène. Pouvant se montrer très rigoureux sur la diction et le tempo de son texte, il a absolument voulu que ce soit Wendy Miller la vendeuse qu’il avait repérée au théâtre et a accepté que la fin de sa pièce soit changée. Il modifiera d’ailleurs sa pièce après ce film. En plus du film, l’on trouve dans ce DVD un livret illustré de 12 pages et également en complément un film d’Antony Asquith «  Un cottage dans le Dartmoor ».

Agnès Figueras-Lenattier

 

lundi, 30 mai 2022

" Mon fils""

Pour son premier projet en écriture et mise en scène Erwan Zamor a réussi son pari. Le texte est riche, bien mené. Que l'auteur soit diplômé en psychologie, cela l'a sans douté aidé à mieux décrire ce qui se passe dans la tête de ces deux protagonistes. L'histoire? L'auteur a voulu raconter les sensations d'un homme qui a perdu sa famille dans les camps de concentration et qui ne s'est pas occupé de son fils et qui cherche à réparer ses erreurs. Comment vivre avec un tel passé et réussir sa vie malgré tout? 

Cette conversation imaginaire entre ces deux êtres permet une résilience commune. Cela permet au fils (Jean-Philippe Bêche)  de se libérer d'un poids, de mieux comprendre son histoire et celle de son père. Quant à ce dernier , le fait de s'expliquer l'aide à apaiser sa culpabilité. 

Une belle harmonie règne entre les deux comédiens qui évoluent avec de beaux jeux de lumière et une musique assez mystique qui se prête bien à l'atmosphère de la pièce. Même si le sujet n'est pas nouveau et a souvent été utilisé que ce soit au cinéma ou au théâtre, il est exploité ici avec habileté et sincérité...

Agnès Figueras-Lenattier

008 format web ©.jpg

(Photos Fabienne Rappeneau)

Plus d'infos 

Théâtre de la Contrescarpe rue Blainville

Métro : Monge

14:30 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 23 mai 2022

Billie Jean King

Bilie Jean King

COUV_BILLIE_JEAN_KING_1400.jpgCette autobiographie très travaillée de Billie Jean King détentrice de 36 grands Chelems écrite par Johnette Howard et Maryanne Vollers donne une véritable idée de la personnalité et de la carrière de cette grande joueuse de tennis, et ce qui ressort le plus c’est son combat permanent pour l’égalité en tout. On peut également se rendre compte que ce qui est important dans sa vie découle de son engagement dans le tennis.  Oh combien le tennis féminin lui doit !..

. Première sportive a avoir reçu la médaille présidentielle de la liberté, ayant subi un avortement, elle a été mariée pendant de longues années à Larry King  et leur union a été le fruit de très belles initiatives tennistiques. En 1970 avec huit joueuses et Gladys Heldmann éditrice du magazine «  World Tennis », premier magazine sportif consacré uniquement aux femmes, elles entrèrent en dissidence pour créer le premier circuit professionnel de tennis féminin. Et l’on peut constater à quel point il lui a fallu lutter contre les joueurs qui ne voulaient pas des joueuses et dont ils parlaient avec mépris et méchanceté…

Sa tactique pour obtenir sa victoire révolutionnaire contre Bobby Riggs qui a d’ailleurs fait l’objet d’un film est bien décrite et montre comment après cet événement majeur elle est devenue le symbole de toutes ces femmes privées d’exercer leur talent partout. Ayant toujours préféré le double au simple, pour elle rien ne procure plus d’émotions que de faire partie d’une équipe et de partager toutes ces émotions que procurent une défaite ou une victoire. Elle créera d’ailleurs avec son mari le World Tennis Team…

Homosexuelle, elle sera obligée pendant un moment de mentir sur ce sujet, ce qui lui sera affreusement pénible.  C’est à la suite de sa rupture avec sa première compagne Marylin qu’elle sera démasquée ce qui provoquera sa ruine financière.  Mais dire la vérité sur cette particularité a transformé sa vie, ses relations et son bonheur. Et c’est à 51 ans qu’elle a vraiment trouvé un plein épanouissement. Un chapitre est consacré à Ilana l’amour de sa vie..

Présents dans ce livre des détails sur les joueuses qu’elle a coachées notamment Navratilova, ses entraîneurs et ce qu’ils lui ont appris, son admiration pour la joueuse noire Althéa Gibson qui l’a beaucoup inspirée, ses diverses réactions après une victoire ou une défaite et sa rencontre avec la joueuse Maureen Connolly dont les réflexions peu flatteuses l’ont marquée même si elle a su passer outre…

Désormais ambassadrice mondiale de la Coupe Billie Jean King  (ex Coupe de la Fédération), Billie Jean King a du faire face à de nombreux défis relatés ici. Son poids fut également un problème constant pour elle, ce qui lui valut d’ailleurs un séjour en hôpital psychiatrique.

De précieux conseils généraux de sa part sont à prendre en compte, et l’on ne peut que lui tirer notre chapeau pour tout ce qu’elle a accompli de grandiose…

Agnès Figueras-Lenattier

 

13:25 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Hugo, l'interview

Si vous voulez en savoir un peu plus sur Victor Hugo ( sa personnalité, ses écrits) n'hésitez pas à aller au Lucernaire voir ce spectacle. L'acteur Yves-Pol Deniélou qui joue le rôle de Victor Hugo a travaillé sur un grand nombre de ses oeuvres, tous les genres, et nous invite à partager son travail de manière plaisante. A l'aide d'un haut parleur, une femme l'interroge et il répond en s'aidant de ses propres réflexions, ou histoires parfois autobiographiques. Puis c'est au tour d'auditeurs de poser des questions avant qu'un interrogatoire plus actuel ne prenne place comme si Hugo était vivant et qu'il s'exprimait sur le Covid, la guerre en Ukraine... Tout ce qui se dit est littéralement du poète, et c'est beau, très beau... Un moment très agréable.

Agnès Figueras-Lenattier

Lucernaire 53 rue Notre-Dame-Des-Champs 

 

12:10 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 21 mai 2022

" Dompter l'enfer de Vénus" de et avec Cerisette

" Reine Hybride - mi-femme, mi-robot, au pouvoir absolu,  la Reine Nébuleuse entraîne  tout un vaisseau spatial dans une autre galaxie, dans un temps futur. 
Vêtue d'une combinaison, couleur d'azur et d'argent, elle nous fait connaître les martiens, les personnages que notre imagination, seule, peut créer.

Par ce spectacle,pour enfants de 7 à 77 ans, Cerisette  nous emporte dans un monde où le rire est présent.
 
Note de l'auteur : "Toute ressemblance avec des extra-terrestres ayant déjà existé est absolument faite exprès...
 
Venez nombreux au Kibélé - 12, rue de l'échiquier Paris 10ème - métro Strasbourg st Denis - à 20 heures mardi 24 mai

12:35 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 16 mai 2022

Concert piano et soprano

Au théâtre de l'île Saint-Louis aura lieu un concert mettant en scène des airs italiens et espagnols que se partageront la soprano à la très belle voix Maria Moreno et la pianiste aux doigts agiles Masaé Gimbayashi.  Parmi les compositeurs A. Vucchela, E.de Curtis, F.Monpou.  Un moment qui risque d'être enchanteur... 

Théâtre de l'île Saint-Louis 39 quai d'Anjou 75004 Paris métro : Pont-Marie

Jeudi 19 mai à 18H30

samedi, 14 mai 2022

Gravity

quartet,système solaire,compositionsLe quartet de Rémy Gaucher guitariste ( Stephane Cochet claviers, Julien Augier batterie et percussions, Thomas Koenig saxophone ténor et flûte) vient de sortir un nouvel album " Gravity" et sera en concert le 19 mai à 21h au studio de l'Ermitage 8 rue de l'ermitage Paris 20ème. 

Cet album se déroule à travers les planètes du système solaire avec un nom emprunté à un astre pour chaque morceau. Chaque musicien apporte une composition autour du répertoire de Remy Gauche. Une jolie expérience sensorielle en apesanteur qui procure évasion et invite au rêve. La musique est belle, douce dans l'ensemble, et donne un certain bien-être. Il est bon de s'immerger dans l'univers des sensations se rapprochant du psychédélique...

A. F.L

vendredi, 13 mai 2022

rendez-vous théâtre avec l'oeil éclairé d'Agnès

"L'ingénu" d'après Voltaire

Jean-Christophe Barbaud metteur en scène, comédien, professeur d'art dramatique et Thomas Willaime ont fait le pari d'adapter ensemble le conte philosophique de Voltaire " l'ingénu".

Le résultat n'est pas mauvais avec un assez bon respect du texte et un comédien qui tient la route. Le décor est très simple et pratiquement inexistant; juste un fauteuil. Celui-ci s'adapte à chaque situation et laisse libre cours à l'imagination du spectateur et permet au comédien  (Thomas Willaime)de mettre en valeur son interprétation. 
L'histoire est celle d'un canadien qui arrive en Basse-Bretagne et qui intrigue toute la population. La Belle Saint-Yves est particulièrement sensible au charme de cet homme qui tombe très amoureux d'elle. Le canton va tout faire pour que ce jeune canadien s'initie à la religion et accepte de se faire baptiser... Ne pouvant finalement épouser la belle Saint-Yves, il rejoindra Versailles et Louis XIV et en apprendra beaucoup sur le monde des puissants... 

La mise en scène est interessante, bien découpée selon les chapitres du conte avec un comédien très agile, nanti d'une voix forte et un changement de ton à bon escient. Un spectacle qui vaut la peine d'être vu même si Thomas Willaime a peut-être tendance à en faire un petit peu trop. Mais l'hommage au grand écrivain qu'est Voltaire est réussi...

Agnès Figueras-Lenattier

Plus d'infos

Théâtre de L'Essaion rue pierre au lard

Métro : Hôtel de ville

11:30 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0)