Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 23 janvier 2019

" Lorsque l'enfant paraît"

Samedi 26 janvier aura lieu à 17h30 au théâtre Montmartre Galabru 4 rue de l'armée d'0rient un spectacle gratuit avec chapeau. Une pièce d'André Roussin intitulé " Lorsque l'enfant paraît" sera interprétée par des comédiens bénévoles au profit de l'association Amadys. Celle-ci s'occupe des personnes atteintes de dystonie (contractions musculaires involontaires avec postures ou mouvements anormaux). Venez nombreux…

dimanche, 13 janvier 2019

Tcha Limberger Trio with Mozes Rosenberg ( CD live)

Editions Frémeaux et Associés

 Tcha Limberger est un violoniste de talent aveugle, également chanteur et possédant un goût prononcé pour la musique hongroise. Petit fils de Piotto Limberger grande figure de l'histoire du swing manouche, il a avant de se mettre au violon à 17 ans appris la guitare flamenca et la clarinette. Dans ce DVD, des maîtres du swing Dave Kelbie et Sébastien Girardot l'accompagnent.. Un invité s'ajoute en plus ; il s'agit de Mozes Rosenberg guitariste de jazz.

L'ensemble donne une musique tantôt très rythmée, tantôt plus romantique. Certains airs donnent envie de danser, d'autres au contraire comme " Flamingo" ou " Clair de Lune" font davantage rêver. Le timbre de voix de Tcha Limberger est assez doux , et le toucher des instrumentistes est agréable, et entraînant. Pour qui veut avoir la pêche, c'est assez stimulant!...

 

Carmen Flamenco (DVD)

Compagnie Coïncidences Vocales et Compagnie Influenscènes. .

Dans un  tout autre genre, le DVD " Carmen Flamenco" en souvenir du spectacle qui a eu lieu notamment à Avignon en 2017 et au Théâtre 13 fin 2018. Ou tout simplement à découvrir sans avoir vu la représentation sur scène. Il s'agit d'une adaptation de l'oeuvre de Bizet et de l'écrivain français Prosper Mérimée mise en scène par Jean-Luc Paliès, mêlant chant lyrique, cante , danse flamenco et théâtre. Don José en compagnie du son de la guitare et du piano raconte avec lyrisme et gravité son amour pour Carmen et tout ce qu'il a fait pour elle. Les artistes sont tous excellents, et ce mélange des deux univers est totalement convaincant. Magistral...

 

Agnès Figueras-Lenattier

dimanche, 30 décembre 2018

Jazz au Sunside

Le soir du 9 janvier à 21h30 au Sunside Paris 60 rue des Lombards se produiront Jean-Phillipe Monget au piano, Philippe Monge à la contrebasse et Baptiste de Chabaneix à la batterie. Avec une musique se nourissant de l'histoire du jazz de Theolonious à Brad Mehldau. Jean-Philippe Monget a par ailleurs sorti récemment son premier disque "Second souffle" et Philippe Monge diplômé d'une maîtrise de psychologie a également à son actif un album solo " Questions". 

02:18 Publié dans concert | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 26 décembre 2018

L'enfant et l'animal

Une relation pleine de ressources

Edition Erès

 Cet ouvrage collectif divisé en trois  dossiers " L'enfant et l'animal en famille", "La médiation animale avec les enfants", et " L'animal symbolique" regroupe des analyses d'un professeur de psychophysiologie et de neurosciences, de psychologues, d'une thérapeute avec le cheval, d'une infirmière puéricultrice et autres… Chacun dans son domaine apporte des idées intéressantes et donne un bon aperçu de ce que procure un animal à l'enfant en fonction de son handicap.

L'on trouve une introduction du pédopsychiatre Daniel Marcelli, professeur émérite de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, et président de la Fnepe. Ce médecin insiste sur la relation entre l'enfant et l'animal essentiellement basée sur la communication non verbale. Il s'en explique : " Les enfants ne parlent pas et les animaux non plus du moins le langage humain. Ce qui ne veut pas dire qu'ils ne communiquent pas. Or les bébés et les tout petits enfants qui ne sont pas encore à l'aise avec le langage communiquent mais essentiellement par la posture, les gestes, la mimique, l'intonation de la voix. Tous ces éléments qui sont à côté du langage proprement dit, mais qui sont une part très importante de la communication dont on n'a pas toujours conscience quand on se met à parler dès que l'on est devenu adulte. Les enfants sont très sensibles à ces modes de communication et les animaux peut-être encore plus que les humains car leur mode de communication habituel c'est justement par l'ensemble de ces signes que l'on appelle infra-verbaux c'est à dire en deça du langage. En particulier les chiens, les chats mais aussi un peu les chevaux, les poneys ont d'une certaine manière une capacité à comprendre et à ressentir cette communication infra-verbale probablement mieux que certains adultes y compris les parents."

Ce livre auquel a collaboré Anne Lanchon rédactrice en chef de " L'école des parents" montre comment l'animal permet aux enfants et adolescents de se développer sur le plan sensoriel, psychomoteur, affectif, cognitif et contribue  à leur socialisation.. A une époque où l'on parle de plus en plus des animaux, cette lecture est riche d'enseignement pour les parents soucieux de l'épanouissement de leur progéniture…

Agnès Figueras-Lenattier

 

dimanche, 16 décembre 2018

Rendez-vous théâtre avec l'oeil éclairé d'Agnès notre critique du XIVè

Urss 1970

 Inspiré d'une histoire vraie, ce spectacle se passe en URSS dans les années 70, au sein d'une kommunalka, un appartement communautaire que se partagent plusieurs familles qui ne cessent de s'épier.. On voit la famille Papova constituée de la jeune Lena enceinte, de Youri son mari intellectuel juif, de la mère et de la tante de Lena, vivre avec Ivanovitch un communiste espion du KGB. Lena et Youri ont hâte de quitter la dictature qui règne au sein de leur pays, tandis que la mère est plus réticente et la tante attachée à ses souvenirs. Le couple vient d'obtenir la permission de partir et s'apprête à quitter son logis. Va t-il vraiment y arriver? Tout repose sur ce questionnement avec les interrogations de chacun, et ses particularités. Les messages sont forts traduisant avec habileté notamment la dénonciation, le racisme, le fait de soudoyer. La conception et la mise en scène de Macha Orlova sont intéressantes, et accompagnées d' une bonne interprétation et d'un ensemble harmonieux. Le corps jouant un rôle certain, les émotions sont d'autant mieux représentées sur scène. Même si l'on ne peut vraiment ressentir ce que c'était que de vivre à cette époque là, l'initiative d'avoir voulu le raconter par le biais du théâtre est tout à fait louable et digne d'être vu par le plus grand nombre…

Agnès Figueras-Lenattier

Plus d'infos :

Theâtre Dejazet 41 bd du Temple

Métro : République

 

 

09:49 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 26 novembre 2018

Et si on ne se mentait plus?

Imaginez Jules Renard, Alphonse Allais, Tristan Bernard, Lucien Guitry et Alfred Capus réunis sur un même plateau de théâtre. C'est dans une des salles du Théâtre du Lucernaire que se déroule l'événement avec à la clé l'histoire de leur amitié.

Les deux auteurs de la pièce Emmanuel Gaury et Mathieu Rannou ont conçu ce spectacle d'après leur lecture respective des mémoires de Sacha Guitry, où il est question de déjeuners chaque jeudi midi entre ces cinq hommes illustres.

Ces derniers avec truculence, confrontent leurs opinions, évoquent leurs œuvres et des thèmes comme l'argent, la gloire, le sexe féminin. Il est question notamment du roman de Jules Renard " L'écornifleur", d'une farce qu'Alphonse Allais dont c'est l'anniversaire fait à Alfred Capus, de jeux intellectuels, d'un cercle de jeu…

Tous sont habillés avec élégance, et moustaches, barbes sont de rigueur. Le texte est savoureux, brillant, les acteurs excellents ( Maxence Gaillard, Emmanuel Gaury, Guillaume D'harcourt, Nicolas Poli, Mathieu Rannou) se faisant l'incarnation de l'esprit vif de chaque personnalité qu'ils représentent. Bonne humeur, humour subtil résonnent sur scène. Que dire également de la musique délicieuse et bien choisie qui ne fait qu'ajouter du panache à la mise en scène joviale et enlevée de Raphaëlle Cambray. Bref, c'est un enchantement…

Agnès Figueras-Lenattier

Plus d'infos :

Théâtre du Lucernaire 53 rue Notre-Dame-des-Champs

Métro : Vavin, Notre-Dame-des-Champs

 

 

01:03 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 22 novembre 2018

Poésie érotique

Anthologie en 110 poèmes

DVD  Frémeaux et Associés

 

110 poèmes érotiques, trois DVD et surtout des poètes. Peu de poétesses font partie de la liste ce qui est un peu dommage car il en existe d'autres que celles présentes ici.

Mais en dehors de cette réalité, c'est une belle initiative de la part des éditions Frémeaux et Associés que d'avoir réuni 50 auteurs autour de la poésie. Parmi eux La Fontaine, Victor Hugo, Verlaine, Corneille, Georges Sand, Sapho. Certains sont moins connus et c'est un vrai plaisir de les découvrir comme François Béroalde de Verville (1556-1626) Pietro Aretino dit l'Arétin (1492-1556) , Théodore Hannon (1851-1916) ou Marie Nizet (1859-1922). Un langage vraiment cru est parfois de mise et la voix expressive de Daniel Mesguish entres autres comédien, metteur en scène, directeur du Conservatoire national supérieur d'art dramatique… et de l'actrice et metteur en scène Sterren Guirriec ne font qu'accentuer cet aspect là. Lui a le ton coquin, suave, rythmée, lyrique, et il semble prendre un tel plaisir à dire ces poèmes qu'il nous le communique. Parfois l'on rit à l'entendre et l'on ne peut que jouer le jeu devant parfois cette totale lubricité. Elle, possède une voix au premier abord plus innocente car légèrement enfantine. Mais c'est trompeur car elle sait aussi transmettre le message joyeux de l'érotisme présent ici.

Ecoutons par exemple l'humeur badine, " Lamentation d'un poil de cul de femme " de Jules Verne ou amusons-nous avec Théodore Hannon rêvant de se faire sucer par une ventriloque… Bref c'est tout sauf fade, et même les plus prudes devraient y trouver leur compte…

Agnès Figueras-Lenattier

08:48 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lecture, poèmes, érotisme

dimanche, 18 novembre 2018

La ravisseuse

Une nourrice Angèle-Marie 18 ans est engagée par un couple bourgeois comme ""nourrice sur lieu". On la prévient tout de suite : " Evitez d'avoir des petits sinon c'est la porte". Cet avertissement est une première amorce de ce que représentait la vie d'une nourrice. Celle-ci était plus qu'ingrate et peu enviable. On va le découvrir avec d'une part ce film d'Antoine Santana intitulé " La ravisseuse" et d'autre part avec un documentaire de Jacques Tréfouël " Le lait des autres".

Dans le film, Angèle-Marie va devenir comme une amie intime de la mère ce qui ne fait pas partie des coutumes de l'époque et qui va fortement déplaire au mari. Il faut dire aussi que cet homme est fortement troublé par Angèle-Marie. Quelles conséquences cela va t-il entraîner? Une amitié qui va finalement durer ou un renvoi de la nourrice?... Telle est la question. Un film bien fait avec un bel éclairage, une atmosphère intrigante et une musique douce et jolie. L'on voit bien la condition de cette jeune femme obligée d'abandonner son enfant et souffrant de cette situation. Obligée d'oublier, elle n'a droit ni de prendre des congés, ni de sortir, et son bébé décèdera sans qu'elle soit au courant...

Le documentaire explique comment de 1840 à 1920 les nourrices du Morvan ont du vendre leur lait, provoquant la mort de milliers de nouveaux nés. Très peu de rapports sexuels sont tolérés pour ces nounous par les médecins, car à l'époque on pensait que le sperme gâtait le lait de la femme. D'ailleurs, on regardait la poitrine et l'on goûtait le lait.

Les nourrices souvent gavées pour que leur lait soit de meilleure qualité atteignent parfois les 100kg. Les voilà alors contraintes d'élargir les tailles de leurs habits avec le temps qui passe… Censurées de toutes les mauvaises nouvelles, elles retrouvent souvent avec un grand chagrin leur bébé mort en quittant la famille. Le recours au lait des autres s'accroît en Picardie, Bretagne, Normandie mais de plus en plus au cours du siècle en Morvan. La stérilisation découverte par Pasteur transformera les biberons et entraînera de 1914 à 1918 une nouvelle génération de nourrices..

Ce que l'on a appelé l'"industrie nourricière" notamment à Paris est bien dépeinte et avant d'avoir vu ces images si l'on ignorait tout de la situation, c'était un peu difficile d'imaginer combien ce commerce fut désastreux à l'époque…

Agnès Figueras-Lenattier

 

 

lundi, 12 novembre 2018

Jazz meeting

Résolument acoustique et fidèle à l’esprit BeBop/HardBop, le sextet « Formule Bop » du pianiste Gilles Seemann  plonge dans l’univers du Jazz des années 50/60 dont l’esthétique sonore « Blue Note » est toujours bien vivante aujourd’hui. Une soirée anniversaire qui réunira le meilleur du répertoire et des musiciens ayant contribué au succès de ces 20 dernières années. Un concert avec 2 ambiances musicales : 1er Set instrumental et 2nd Set vocal et invités…

Le bal Blomet

33 rue Blomet 75015 Paris

07-56-81-99-77

www/balblomet.fr/programmation/

Vendredi 16 novembre à 20h30

02:58 Publié dans concert | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 11 novembre 2018

Une jeune fille de 90 ans

DVD

 Hôpital Charles-Foix d'Ivry : Un chorégraphe renommé au regard enjoliveur Thierry Thieu Niang, anime un atelier de danse pour des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Blanche Moreau âgée de 92 ans va tomber amoureuse de cet homme et renaître à la vie laissant de côté sa maladie. Cet émouvant film documentaire de Valéria Bruni Tedeschi et Yann Coridian, montre que la vieillesse peut parfois se révéler surprenante et faire des miracles. Sous nos yeux un peu ébahis on assiste à la transformation de cette femme qui va redevenir une jeune fille et se laisser totalement aller dans les bras de Thierry. Le chorégraphe au moyen de gestes doux, décomposés, et l'incitant à fermer les yeux, la soulève et la porte comme dans les films. Ils dansent ensemble sur des rythmes très variés et l'on voit Blanche radieuse et émerveillée comme une enfant. Elle se laissera aller à des paroles tendres et ira jusqu'à lui dire qu'il a de jolies mains, que c'est un vrai caïd et qu'elle éprouve des sentiments pour lui…" Ayant recours à l'autodérision, elle déclarera à cet artiste : "Que doivent penser les autres patients? Que j'ai aguiché un gamin.. Pourquoi je colle ce mec. En tout cas, tous les pensionnaires que ce soit Adélaïde, Pierrot, Gisèle et d'autres la regardent avec une certaine envie et subissent le charme de ce duo atypique… Ils sont en quelque sorte transformés eux aussi.

Marchant normalement avec une canne, c'est finalement toute seule que Blanche viendra de sa chambre. Or, au début du film on la voit s'écrouler sur la table de fatigue, le regard triste et dans le vide… Comme quoi il ne faut jamais perdre espoir, et toujours avoir en tête que l'individu possède des pouvoirs insoupçonnés que ce soit en tant que thérapeute, en tant que victime et quel que soit son âge… Un film riche en enseignement.

Agnès Figueras-Lenattier