Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 14 avril 2016

"Un vrai faussaire"

 

" Les récits des faussaires sont parfois aussi vrais que leurs œuvres". Ce proverbe chinois cité à la fin du film de Jean-Luc Léon " Un vrai faussaire" incarne bien effectivement l'esprit de ce documentaire.

Celui-ci retrace la vie de Guy Ribes peintre émérite et crapule de 65 ans, considéré comme le plus prolifique des faussaires français recensés actuellement. Né d'un père propriétaire d'un cinéma et d'un bordel, et d'une mère voyante, il fait penser côté apparence au Commissaire Maigret (Jules Maigret). Pris par la police en 2005, il a été condamné en 2010 à trois ans de prison dont un ferme.

Dans ce film bien réalisé, Guy Ribes s'exprime avec naturel et clarté sur la façon dont il a pu duper tant de personnes. Et en même temps les faire rêver en leur vendant ce qu'ils aiment… Peignant trois, quatre fois un tableau, il montre qu'à partir du moment où " un faux" est doté d'un vrai certificat, tout problème s'envole. Ayant appris à s'arrêter de peindre un tableau, et à laisser faire l'Art, il avoue que cela n'a jamais été facile pour lui de reproduire. " Même Matisse qui pourtant a l'air si facile" ajoute t-il.

Evoquant ses complices, il affirme qu'il a ça dans le sang, et qu'il continuera sûrement. Mais il met au défi quiconque de le piéger, car à présent, il connaît bien toutes les ficelles pour se défendre. Cela laisse pantois, et l'on peut vraiment s'interroger sur tous les "faux" qui circulent chez les collectionneurs et dans les musées.

Même si bien évidemment son attitude est plus que condamnable, l'intelligence et le talent de cet homme sont là pour nous démontrer que la duperie bien réalisée est malgré tout un métier comme un autre. Instructif et riche d'enseignement…

Agnès Figueras-Lenattier

Plus d'infos :

Cinéma le Lucernaire 53 rue Notre-Dame-Des-Champs

 

mardi, 08 mars 2016

Quelque part dans le temps (DVD)

Quelque part dans le temps DVD

Un jeune écrivain Richard Collier est abordé par une femme âgée qui lui susurre ces paroles quelque peu étranges : "Reviens-moi je t'en prie". Huit ans plus tard, séjournant dans un hôtel très réputé, il tombe sur le portrait de cette vieille dame. C'est alors qu'il va se replonger dans le passé 68 ans en arrière, et se rémémorer des souvenirs datant du début du XXè siècle. Sur une magnifique musique de Sergueï Rachmaninov (rhapsodie sur le thème de Paganini), une atmosphère emplie de romantisme se déploie sous nos yeux captivés et enchantés par l'imaginaire magique de ce film réalisé par Jeannot Szwarc. La progression vers le passé, est réalisée avec finesse, et la lumière différente entre les années antérieures et le présent accentue la beauté et la pureté des sentiments. Un seul baiser entraînera une véritable passion pleine de délicatesse et de magnificence. Mais le retour à la vie actuelle se révélera difficile aussi bien pour les personnages de l'histoire que pour les spectateurs… C'est tendre, émouvant, merveilleusement interprété par Christopher Reeve et la jolie Jane Seymour, et actuellement on ne voit plus beaucoup de films de cet acabit. Mal accepté à sa sortie, ce film tiré d'un roman de Richard Matheson mérite un hommage, et ce serait dommage de passer à côté…

Agnès Figueras-Lenattier

samedi, 09 janvier 2016

Bonté divine (DVD)

 

Une île croate avec un taux de natalité plutôt bas. Un jeune père venu là pour s'occuper de la paroisse va imaginer un plan diabolique pour faire en sorte que les choses changent. C'est ainsi que tous les préservatifs vendus par son complice, le propriétaire du kiosque, vont être percés. Et pour couronner le tout, le pharmacien de l'île va lui aussi changer la donne : les remèdes contraceptifs vont être remplacés par des vitamines…

Tout va alors être chamboulé, avec des mariages et des naissances à n'en plus finir. Un endroit rêvé pour les étrangers qui ont du mal à avoir des enfants.

C'est parfois assez cru, plutôt amusant, bien conçu, et l'on regarde ce film sans s'ennuyer. Un bon divertissement signé Vinko Brêsan..

A.FL

samedi, 28 février 2015

L'Inde à l'honneur

Extravagant India 2ème festival international du Film India aura lieu du 4 au 10 mars 2015 au Gaumont Champs Elysées. C'est un témoignage de la vitalité du jeune cinéma indien avec 9 longs métrages dont 5 sont des premiers films. Et une ouverture sur les Indes multiples. La sélection comporte des films d'au moins 8 régions et langues originales comme le Hindi, le Tamoul ou le Bengali.

 www.extravagantindia.fr

08:07 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 29 juin 2014

Cria Cuervos

Trois films cultes pour la 1ère fois en Blu-Ray Disc : "Assurance sur la mort" de Billy Wilder (1944), "Sa majesté des mouches" de Peter Brook (196") et "Cria Cuervos" du réalisateur espagnol Carlo Saura (1976). Cria Cuervos qui a obtenu le prix spécial du Jury, raconte l'histoire de 3 fillettes Irène 11 ans, Anna 8 ans, et Maité 5 qui vivent dans une grande maison au centre de Madrid. Leur mère est décédée, et elles sont entourées de leur père militaire de carrière franquiste, de leur grand-mère paralytique, de leur tante Paulina femme plutôt rigide, et de leur bonne Rosa.

C'est surtout autour d'Ana que se concentre le film qui entretenait une relation privilégiée avec sa mère. Pour combler ce vide, cette petite fille quelque peu introvertie et mystérieuse, va se transporter dans un monde de rêves. Grâce à son imagination et sa sensibilité enfantine, elle va faire revivre le souvenir de sa mère, et s'adresser à elle comme si elle était vivante. Son père personnage peu sympathique, et qui maltraite psychologiquement sa femme, va mourir sous ses yeux, dans les bras de sa maîtresse.

Dans ce film, où l'on peut entendre la célèbre chanson " Porque te vas", la mort plane au-dessus de tous les personnages. Anna a envie de tuer tous ceux qui l'ennuient. Au sein d'une atmosphère un peu morbide, et un monde essentiellement féminin, l'enfance est traitée avec subtilité. Mais, "l'innocence et la naïveté" enfantine ont disparu au profit d'une réalité plus noire et plus douloureuse..En effet, ces trois fillettes et en particulier Ana, portent un jugement assez sévère sur le monde des adultes. Cependant, la fin se termine sur une note plus optimiste, et porteuse d'espoir..

Agnès Figueras-Lenattier

08:40 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : enfance, mort, franquisme, espoir

jeudi, 11 octobre 2012

Cycle Mythologie et Cinéma

l'entrepôt présente

Cycle Mythologie et Cinéma

séance animée par Michel Cazenave

Mercredi 17 octobre à 19h40

Quoi de neuf, Pussycat ?

Tarif 8.30€

 

jeudi, 13 septembre 2012

Cinéma : Festival "Visages du Cambodge"

CINEMA


"Les visages du Cambodge"

2°édition

affiche cambodge.JPG

 

du 22 au 25 septembre


Des films, des débats, des livres, une lecture

L'indochine dans la tourmente

Le cinéma Khmer des belles années,

Le procès des Khmers Rouges

Demandez le programme!

jeudi, 05 juillet 2012

Festival Jeune Public de l'entrepôt, cinéma, Paris 14°

L'écran animé présente

Du 8 au 14 Juillet 2012

Festival

Jeune Public de l'entrepôt

2° édition

"l'île aux films"

trois bgd.jpg

Tout le programme en cliquant ici

jeudi, 10 mai 2012

Festival Sud Est Européen, Cinéma, l'entrepôt

A l'entrepôt

Festival S.E.E.

Les films du Sud Est Européen

Demandez le programme

SEEweb.jpg

jeudi, 08 mars 2012

Ciné-philo

Rendez-Vous Ciné-Philo

animé par Daniel Ramirez

 

Dimanche 11 mars à 14h20
www.lentrepot.fr


Le 7° sceau

 de Ingmar Bergman

septième sceau.JPG

 

De retour des croisades, le chevalier Antonius Blok rencontre la Mort sur son chemin. Il lui demande un délai et propose une partie d'échecs. Dans le même temps, il rencontre le bateleur Jof et sa famille. Jof a vu la vierge Marie. Un des films qui fit découvrir le cinéma suédois et qui contribua à la grande notoriété de Bergman.