Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 25 septembre 2022

Van Gogh

Deux frères pour une vie

Un beau travail réalisé par Ghislain Geiger et Julien Séchaud, à la fois auteurs, metteurs en scène et interprètes. C’est à l’occasion d’une visite en 2019 du Van Gogh Muséum à Amsterdam que l’idée de ce spectacle leur est venue. Notamment lorsqu’ils ont découvert la correspondance entre Van Gogh et son frère qui les a beaucoup touchés. Travailler sur plus de 650 lettres n’a pas duêtre de tout repos mais le résultat en tout cas est convaincant…

C’est en musique que le spectacle commence avec un Théo moustachu et marchant à l’aide d’une canne. Il parle assez paisiblement à Vincent jusqu’au moment où celui-ci évoque son amour déçu pour sa cousine. C’est vraiment à ce moment là que le spectacle prend vraiment une allure théâtrale et devient intéressant.  La différence de vie et de tempérament entre les deux frères s’accentue, et l’on assiste à un duo qui prend toute sa force sur le plateau. Tout le côté paradoxal et complexe de Vincent surnommé « Le fou roux » est bien traduit.

L’épisode entre Van Gogh n’est bien évidemment pas oublié ni non plus la découverte du Docteur Gachet. Ni l’allusion au tableau « La vigne rouge » seul tableau de Vincent que Théo est arrivé à vendre.

Pour ceux qui aiment et connaissent un peu la vie de Van Gogh c’est un petit rappel concernant les épisodes de sa vie. Pour les plus novices c’est plus instructif.

Un très bon moment de théâtre avec un bon choix de musique, un décor de circonstance, et une mise en scène qui passe bien…

Agnès Figueras-Lenattier

 

Plus d’infos :

Le Guichet Montparnasse 15 rue du Maine 75014 Paris

Métro : Edgar Quinet

 

 

dimanche, 28 août 2022

Rendez-vous théâtre avec l'oeil éclairé d'Agnès

L’écume des jours

 

Le livre quelque peu étrange et fantaisiste de Boris Vian fourmille d’idées et c’est dans cet esprit là que Claudie Russo-Pelosi a dirigé ses comédiens ( la compagnie des joues rouges ) et fait évoluer sa mise en scène.

Dans un décor respectueux du fil de l’histoire, les personnages de la pièce, Colin, Chloé, Chick, Alise, Nicolas et Isis s’ébaudissent sur scène, laissant chacun libre cours à leur imagination. Danses, chants, jeux de mains et riches dialogues s’entremêlent dans une folle énergie. On sent la fougue de la jeunesse, au sein d’un bel éclairage  et d’une pénombre veloutée qui selon les moments met en exergue les couleurs variées des vêtements. Sur la droite un piano cocktail fournit à volonté des boissons dès que les touches se mettent à jouer des airs de jazz ou autres…

L’histoire bien qu’assez dramatique prend forme sous nos yeux de manière à la fois triste et joyeuse et les rouages de la vie constitués de haut et de bas se font l’écho d’une folle passion amoureuse. Ca swingue tout en laissant planer profondeur et réflexions sur la vie…

Boris Vian a dit de l’histoire : » Elle est totalement vraie puisque je l’ai imaginée d’un bout à l’autre ». Quand le livre est sorti en mars 1947, ce fut un échec malgré notamment le soutien de Jean-Paul Sartre. Or il faut voir à quel point ce livre est maintenant encensé et cela montre que quels que soient les obstacles, le talent finit toujours par éclater… Tout au long des siècles les exemples à l’infini en sont la preuve…
Agnès Figueras-Lenattier

Plus d’infos :

Théâtre du Lucernaire 53 rue Notre-Dame-des-Champs

Métro : Vavin, Notre-Dame-des-Champs

00:28 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 30 mai 2022

" Mon fils""

Pour son premier projet en écriture et mise en scène Erwan Zamor a réussi son pari. Le texte est riche, bien mené. Que l'auteur soit diplômé en psychologie, cela l'a sans douté aidé à mieux décrire ce qui se passe dans la tête de ces deux protagonistes. L'histoire? L'auteur a voulu raconter les sensations d'un homme qui a perdu sa famille dans les camps de concentration et qui ne s'est pas occupé de son fils et qui cherche à réparer ses erreurs. Comment vivre avec un tel passé et réussir sa vie malgré tout? 

Cette conversation imaginaire entre ces deux êtres permet une résilience commune. Cela permet au fils (Jean-Philippe Bêche)  de se libérer d'un poids, de mieux comprendre son histoire et celle de son père. Quant à ce dernier , le fait de s'expliquer l'aide à apaiser sa culpabilité. 

Une belle harmonie règne entre les deux comédiens qui évoluent avec de beaux jeux de lumière et une musique assez mystique qui se prête bien à l'atmosphère de la pièce. Même si le sujet n'est pas nouveau et a souvent été utilisé que ce soit au cinéma ou au théâtre, il est exploité ici avec habileté et sincérité...

Agnès Figueras-Lenattier

008 format web ©.jpg

(Photos Fabienne Rappeneau)

Plus d'infos 

Théâtre de la Contrescarpe rue Blainville

Métro : Monge

14:30 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 23 mai 2022

Hugo, l'interview

Si vous voulez en savoir un peu plus sur Victor Hugo ( sa personnalité, ses écrits) n'hésitez pas à aller au Lucernaire voir ce spectacle. L'acteur Yves-Pol Deniélou qui joue le rôle de Victor Hugo a travaillé sur un grand nombre de ses oeuvres, tous les genres, et nous invite à partager son travail de manière plaisante. A l'aide d'un haut parleur, une femme l'interroge et il répond en s'aidant de ses propres réflexions, ou histoires parfois autobiographiques. Puis c'est au tour d'auditeurs de poser des questions avant qu'un interrogatoire plus actuel ne prenne place comme si Hugo était vivant et qu'il s'exprimait sur le Covid, la guerre en Ukraine... Tout ce qui se dit est littéralement du poète, et c'est beau, très beau... Un moment très agréable.

Agnès Figueras-Lenattier

Lucernaire 53 rue Notre-Dame-Des-Champs 

 

12:10 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 21 mai 2022

" Dompter l'enfer de Vénus" de et avec Cerisette

" Reine Hybride - mi-femme, mi-robot, au pouvoir absolu,  la Reine Nébuleuse entraîne  tout un vaisseau spatial dans une autre galaxie, dans un temps futur. 
Vêtue d'une combinaison, couleur d'azur et d'argent, elle nous fait connaître les martiens, les personnages que notre imagination, seule, peut créer.

Par ce spectacle,pour enfants de 7 à 77 ans, Cerisette  nous emporte dans un monde où le rire est présent.
 
Note de l'auteur : "Toute ressemblance avec des extra-terrestres ayant déjà existé est absolument faite exprès...
 
Venez nombreux au Kibélé - 12, rue de l'échiquier Paris 10ème - métro Strasbourg st Denis - à 20 heures mardi 24 mai

12:35 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 13 mai 2022

rendez-vous théâtre avec l'oeil éclairé d'Agnès

"L'ingénu" d'après Voltaire

Jean-Christophe Barbaud metteur en scène, comédien, professeur d'art dramatique et Thomas Willaime ont fait le pari d'adapter ensemble le conte philosophique de Voltaire " l'ingénu".

Le résultat n'est pas mauvais avec un assez bon respect du texte et un comédien qui tient la route. Le décor est très simple et pratiquement inexistant; juste un fauteuil. Celui-ci s'adapte à chaque situation et laisse libre cours à l'imagination du spectateur et permet au comédien  (Thomas Willaime)de mettre en valeur son interprétation. 
L'histoire est celle d'un canadien qui arrive en Basse-Bretagne et qui intrigue toute la population. La Belle Saint-Yves est particulièrement sensible au charme de cet homme qui tombe très amoureux d'elle. Le canton va tout faire pour que ce jeune canadien s'initie à la religion et accepte de se faire baptiser... Ne pouvant finalement épouser la belle Saint-Yves, il rejoindra Versailles et Louis XIV et en apprendra beaucoup sur le monde des puissants... 

La mise en scène est interessante, bien découpée selon les chapitres du conte avec un comédien très agile, nanti d'une voix forte et un changement de ton à bon escient. Un spectacle qui vaut la peine d'être vu même si Thomas Willaime a peut-être tendance à en faire un petit peu trop. Mais l'hommage au grand écrivain qu'est Voltaire est réussi...

Agnès Figueras-Lenattier

Plus d'infos

Théâtre de L'Essaion rue pierre au lard

Métro : Hôtel de ville

11:30 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 12 mai 2022

" Mon fils"

033 format web ©.jpg029 format web ©.jpgPour son premier projet en écriture et mis en scène, Erwan Szejnok a réussi son pari. Le texte est riche, bien mené avec une fine analyse de ce qui se passe dans la tête des deux protagonistes.  Que l'auteur soit diplômé en psychologie, cela l'a sans doute aidé à décrire ce dialogue imaginaire  entre un fils et son père dont il apprend la mort lors d'un coup de téléphone. 

La pièce se déroule dans l'appartement du père où repose son corps allongé dans un lit recouvert d'un drap blanc. L'histoire? Jacques petit-fils d'un survivant de la Shoah Erwan Szejnok) a voulu exprimer ses sensations d'homme ayant perdu sa famille dans les camps de concentration et ses remords par rapport à un fils dont il ne s'est pas occupé. 

A travers ce dialogue où le fils se libère d'un poids notamment en faisant part de ses reproches à un père qui cherche à réparer ses erreurs, se met en place une résilience commune.  Comment vivre avec un tel passé et réussir sa vie ? Quant au fils ( Jean-Philippe Bêche), il en ressort avec une meilleure compréhension de lui-même et de l'histoire de son père et fait le deuil plus facilement. 

Une belle harmonie règne entre les deux comédiens qui évoluent parmi de beaux jeux de lumière et une musique assez mystique qui se prête bien à l'atmosphère de la pièce. Bref c'est digne d'intérêt avec un thème qui même s'il a été très souvent traité est intelligemment exploité... 
Agnès Figueras

Plus d'infos :

Théâtre de la Contrescarpe rue Blainville

Métro : Monge

12:00 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 28 avril 2022

Rendez-vous théâtre avec l'oeil éclairé d'Agnès

" Guten Tag Madame Merkel"

Pas facile de tout faire  avec maestria : écrire, jouer et se mettre en scène. C'est ce qu'a fait Anna Fournier lors de ce spectacle qui évoque donc Angela Merkel physicienne qui dans sa jeunesse rêvait d'être patineuse artistique mais qui n'avait pas de talent particulier pour le sport. Etre astronaute lui aurait bien plus également...

Après avoir été Ministre de l'environnement, suite au scandale des caisses noires, elle devient présidente de la CDU. Puis, elle est nommée chancelière le 22 novembre 2005. Anna Fournier nous dresse un tableau interessant de cette femme au pouvoir pendant 16 ans. On apprend par exemple qu' une de ses particularités est de laisser pourrir les situations ce qui a engendré l'invention du verbe allemand zu merken... L'auteur nous parle aussi de ses relations avec notamment Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et Helmut Kohl ... 

Une soirée agréable sur les sphères intimes du pouvoir  avec un texte piquant, et une bonne interprétation...

Agnès Figueras-Lenattier

Plus d'infos :

Théâtre des déchargeurs rue des déchargeurs

Métro : Châtelet

Jusqu'au samedi 30 avril inclus à 19H15

jeudi, 17 mars 2022

Rendez-vous théâtre avec l'oeil avisé de notre critique du XIVè

034 format web ©.jpg010 format web ©.jpgA la recherche du temps perdu 

(Photos de Fabienne Rappeneau)

«  On ne saurait mieux parler du plaisir qu’on trouve à la lecture d’A la recherche du Temps perdu » explique Virgil Tanase le metteur en scène et adaptateur de ce spectacle qui est également romancier, journaliste, et auteur de pièces de théâtre.
Effectivement, l’on se délecte à écouter ce très beau texte dit magnifiquement bien par l’acteur David Legras très élégamment habillé (tout en blanc) et dont la diction met parfaitement en exergue les longues et métaphoriques phrases de Marcel Poust. Son jeu est habile, plein de délicatesse, ponctué d’un ton juste et rythmé avec un jeu corporel parfaitement adapté à l’ensemble.

C’est dans un décor fleuri et intimiste que la mise en scène alerte et recherchée de Virgil Tanase prend son envol et nous révèle toutes les facettes des personnages proustiens.

Tout est charmant, et cette nomination aux Molières 2021 est parfaitement mérité…

Agnès Figueras-Lenattier

Plus d'infos :

Théâtre de la Contrescarpe 

5 rue Blainville Métro Cardinal Lemoin

11:06 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 14 octobre 2021

Où sont les zoizeaux?

Une pièce de Henry le Bal poète, écrivain, dramaturge et philosophe français avec comme metteur en scène Alan Sorano :

Dans la grande ville, on n'entend plus les oiseaux. La gestion des jardins publics a été confiée à une société privée qui  a pour charge de reproduire, avec l'aide d'une machine le chant des oiseaux pour l'agrément des visiteurs.

La pièce décrit l'arrivée et les premiers essais de cette machine. D'un présupposé scientifique et logique, tout va se précipiter dans l'absurde jusqu'au poétique le plus élevé.

Au théâtre de l’île Saint-Louis le vendredi et le samedi à 21h, le dimanche à 17h30.
Jusqu’au 30 octobre

 

23:54 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0)