Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 20 janvier 2020

Violaine Arsac

En ce moment au théâtre 13 jardin ( 103 A Bd Auguste Blanqui) se joue la pièce " Les passagers de l'aube", un très bon spectacle qui évoque pour la première fois sur scène le spirituel. Elle s'est jouée trois années de suite au festival d'Avignon remportant un gros succès et se joue pour la première fois à Paris jusqu'au 9 février. Ensuite aura lieu en mars, avril une tournée en province. Violaine Larsac l'auteur et également la metteur en scène s'explique sur son travail. Ancienne comédienne, c'est sa première pièce de théâtre en tant qu'auteur, et sa quatrième mise en scène.

 

" Les passagers de l'aube " est votre première pièce. Quel en est exactement le sujet?

C'est l'histoire de Noé un jeune interne brillant, cartésien, très rationnel en dernière année de neurochirurgie qui est en train de boucler sa thèse sur le cerveau. Or, il va être confronté à un cas d'expérience de mort imminente contredisant quelque peu le sujet de sa thèse. Au départ, il prend cet exemple comme quelque chose d'un peu loufoque, et va éprouver l'envie de s'y intéresser pour démontrer que c'est une imposture. Ainsi pourra t-il avancer tranquillement sur sa thèse. Mais finalement, il va mettre le doigt dans l'engrenage et se rendre compte que ce cas est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît et que l'on ne peut en parler scientifiquement en deux temps trois mouvements. Tout ceci va mettre en péril son avenir professionnel, ses relations et va même provoquer une dispute avec sa femme... L'ensemble de son monde et de ses certitudes va vaciller…

 

Pourquoi traiter de ce thème? C'est un sujet auquel vous êtes sensible?

J'ai lu beaucoup de choses là-dessus, écouté des vidéos, et j'ai trouvé ce domaine étonnant, questionnant. Je me suis dit que c'était un sujet qui n'avait jamais été traité au théâtre, et j'ai eu le souhait de le faire. De manière générale, le spirituel est quelque chose qui m'interpelle.

 

Lorsque vous avez écrit cette pièce aviez-vous déjà toute l'histoire ou est-ce venu progressivement? D'autre part l'intention de la mettre en scène était-elle déjà présente?

J'avais le début et la fin, et j'ai commencé par écrire toute la trame avant de construire les dialogues. J'ai créé toute mon histoire, tous les rebondissements et une fois la grille et toute la structure mises en place, j'ai  rédigé la pièce à proprement parler. Oui, quand j'ai écrit la pièce, j'avais déjà les images de la mise en scène. Peut-être même avant; tout est très mêlé…

 

Ecrire une pièce de théâtre a t-il été difficile?

Non. J'avais beaucoup travaillé en amont sur la recherche, donc l'écriture en elle-même m'a paru très agréable et j'ai d'ailleurs recommencé depuis car cela m'a beaucoup plu. Cela demande bien sûr beaucoup de travail, mais c'est un exercice que j'ai trouvé jouissif. En outre, j'avais déjà eu l'occasion de me frotter à l'écriture scénique même si je n'avais jamais écrit une pièce en entier. Et puis, il se trouve qu'il y a quelques années j'avais suivi un stage d'écriture de scénario donc de dramaturgie. Et c'est vrai que je me suis un peu replongée là-dedans, pour être vraiment le plus proche possible de ce que l'on doit observer comme règles lors de l'écriture d'une pièce de théâtre…

 

Pourquoi ce titre? L'avez-vous trouvé facilement?
Oh non, j'ai mis beaucoup de temps à le trouver. "Les passagers" car selon moi on est tous des passagers et de plus, cela a également un lien avec un rebondissement présent à la fin de la pièce. Quant à " l'aube", cela fait référence à la lumière…

 

Pour cette mise en scène des " passagers de l'aube" qu'avez-vous voulu dégager comme message?

D'une part quelque chose d'assez suggestif impliquant que le décor fait allusion aux différents lieux plus qu'il ne les représente de façon complètement réaliste. Et puis le deuxième axe du travail a été basé sur le travail physique. J'ai d'ailleurs fait appel à un chorégraphe qui sait très bien faire bouger les comédiens qui ne sont pas danseurs. J'avais vraiment envie que les corps soient présents et qu'ils puissent à un moment donné prendre le relais des mots afin que l'on ne soit pas uniquement dans l'intellect et que l'émotion puisse aussi avoir sa part.

 

Connaissiez-vous déjà les quatre comédiens?

J'en connaissais déjà deux, et les deux autres je les avais remarqués lors d'un spectacle. Les quatre avaient déjà vu mon travail, ce qui était plus facile pour engager une collaboration. Tous les quatre sont assez magiques. Ils s'entendent très bien et cela se ressent beaucoup sur le plateau. Il règne une très belle énergie collective.

 

Comment s'est déroulé le processus de la mise en scène c'est à dire au niveau du décor, des costumes et des répétitions en général?

J'avais déjà en tête une idée très précise de ce que je voulais faire, ce qui a facilité le bon déroulement des répétitions... On a travaillé tout de suite avec les blouses des médecins. On a mis le décor dès la première répétition. Comme les éléments, les accessoires et les costumes circulent, il fallait anticiper dès le départ. Pour les autres tenues, on a travaillé assez tard avec. Lorsque l'on participe au festival d'Avignon, on doit avoir recours à un décor assez léger qui s'installe et s'enlève en 10 minutes. Dans cette pièce, le décor prend quand même de la place, mais les éléments restent faciles à monter et à démonter.

 

Côté spectateurs quelles sont les réflexions qui vous ont fait le plus plaisir?
Le fait que l'on me dise que les quatre comédiens sont vraiment formidables. Après, les compliments sur mon texte. Puis les remarques comme quoi la mise en scène est très fluide.  On a vraiment fait en sorte qu'elle le soit même si c'est un travail qui ne se voit pas forcément. Enfin ce qui est touchant également, c'est l'émotion des gens avec encore les larmes aux yeux à la sortie

 

Le monde scientifique a t-il été beaucoup présent?

Oui, pas mal de médecins, d'infirmiers (ères) ont assisté à la représentation et ont été très contents. C'était intéressant pour nous d'avoir des retours positifs de leur part. J'avais d'ailleurs demandé à un médecin de relire ma pièce car je voulais m'assurer que tous les propos étaient exacts.

 

Votre spectacle s'est joué dans plusieurs pays étrangers. Y a t-il un pays où vous aimeriez qu'il soit à l'affiche?
Le Canada car je pense que les Canadiens sont très ouverts à toutes ces problématiques et qu'ils seraient assez sensibles à cette pièce. Et puis c'est un pays sympathique à mes yeux et j'aimerais beaucoup discuter avec des Canadiens.

 

Vous avez donc écrit une deuxième pièce. Quelle est l'histoire?

C'est une pièce intitulée " La dernière lettre" sur la justice et en particulier sur la justice réparatrice. Sur ces associations qui mettent en rapport les familles des condamnés avec les familles des victimes pour essayer de voir comment l'on peut trouver une solution pour arriver à une résilience. C'est l'histoire d'une femme qui reçoit une lettre du condamné pour le meurtre de son mari avec cette impossible correspondance entre les deux. Cela pose la question de savoir si la justice est uniquement là pour condamner et mettre en prison ou si elle peut aussi faire naître des situations réparatrices… La pièce se jouera au Festival d'Avignon 2020…

Agnès Figueras-Lenattier

 

 

 

 

 

 

 

12:49 Publié dans Interviews | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 07 novembre 2019

Sport et cancer du sein

Voici une interview de Caroline Cuvier oncologue à l'hôpital Saint-Louis. Cet entretien montre que le sport devient de plus en important dans les traitements de certaines maladies. Là, en l'occurrence, il s'agit du cancer du sein. Laissons donc s'exprimer cette femme spécialiste de ce domaine. Etudiante à Poitiers, nommée à l'internat de Paris, elle a tout de suite été totalement absorbée par la sénologie. Elle n'a jamais quitté Saint-Louis depuis 1986 où elle est praticien hospitalier à temps plein. Membre du bureau du Comité de tennis de Paris, elle est présidente du Tennis Club 12 Bercy, et fait partie de plusieurs commissions : Commission tennis féminin, Commission médicale précaire, Commissions sociétale.

 

 

Au sein de l'hôpital Saint-Louis il y a plusieurs ateliers liés à l'activité physique : l'escrime, la marche nordique, le tennis et le yoga.

On a mis en place ces ateliers en septembre, octobre 2012 s'adressant aux patientes qui dans les 6 mois ont eu un diagnostic de cancer du sein localisé et qui ont donc de grandes chances de guérir. On a aussi un cours de gymnastique, de renforcement musculaire destiné aux patientes atteintes d' une maladie plus étendue avec métastases et qui ont des possibilités plus limitées. C'est assez délicat de leur faire faire du sport car il existe des risques osseux. Et puis, elles sont vraiment fatiguées ou ont des anomalies biologiques externes. On a moins de données sur l'efficacité du sport pour ces femmes là, et c'est plus compliqué à obtenir. Mais on a quelques petits renseignements stipulant que le sport serait susceptible d'allonger leur survie, en tout cas d'améliorer leur qualité de vie. Quoi qu'il en soit, ce cours de renforcement musculaire a un succès fou et le fait de se retrouver entre elles leur permet de reprendre confiance en leur corps et de regagner un peu de muscle. Le bénéfice est également psychologique, cela leur donne la pêche et elles s'accrochent…

 

Pourquoi ces sports là?

Je souhaitais des activités physiques un peu diverses et je ne voulais pas 4 sports d'équipe ou 4 sports de balle afin que les patientes puissent se diriger vers ce qui leur plaît le plus. Après, je me suis adaptée aux moyens du bord et aux équipements. Côté yoga, il y avait déjà eu avant un cours pour une autre pathologie. En plus, c'est une activité accessible à tout le monde. Pour l'escrime une expérience avait été tentée à Toulouse pour le cancer du sein. Ce sport me paraissait particulièrement intéressant pour la mobilité des deux bras puisque les patientes sont opérées au niveau du bras. C'est de l'escrime plutôt artistique, ce qui leur permet en plus de stimuler la mémoire car il faut apprendre des enchaînements liés aux combats. Elles n'ont pas de masque et je désirais proposer un sport de combat illustrant ce que l'on appelle " le combat contre la maladie". Concernant la marche nordique, ça permettait aux femmes de prendre l'air et la marche était censée ne rebuter personne et s'adapter à tous les âges et à tous les antécédents sportifs.

`

Vous êtes la première à avoir mis en place en 2012 au sein de l'hôpital Saint-Louis un cours de tennis pour les femmes atteintes d'un cancer du sein. Comment l'idée vous est-elle venue?

Dans cet hôpital il y a un court de tennis et l'un des enseignants du Tennis club 12 Bercy que je préside m'avait dit que si un jour j'avais besoin d'un professeur à Saint-Louis, il était partant. J'ai donc créé cet atelier en me disant que ce serait une belle expérience et c'était vraiment nouveau dans le cadre du cancer du sein. Je me souviens d'ailleurs de la première fois où le cours a eu lieu. Je me demandais comment cela allait se passer, si c'était une bonne idée et j'y suis allée faire un tour. Vers la fin, j'ai aperçu une algérienne qui n'avait jamais fait de sport pleurer de joie tellement elle était contente de jouer au tennis. Quant au professeur lui aussi il pleurait très ému par la réaction de cette femme. C'est un moment inoubliable…

 

De quelle manière préconisez-vous ce sport?

On le conseille aux patientes, le plus tôt possible, dès le diagnostic de cancer effectué. Il a été démontré que plus on commence tôt l'activité physique, et si l'on continue pendant le traitement et après, c'est plus efficace pour diminuer la douleur et améliorer la qualité de vie. Or beaucoup de personnes même les sportifs diminuent leur activité physique une fois le diagnostic posé. Le sport permet d'amoindrir les effets secondaires en particulier de la chimio et élimine la fatigue ressentie pendant le traitement et qui persiste après. Il y a moins de toxicité digestive, et cela joue sur le psychisme. L'activité physique diminue l'anxiété, améliore le sommeil, diminue les bouffées de chaleur. Les douleurs articulaires pouvant survenir à cause des traitements d'hormono-thérapie que l'on donne par exemple en prévention de la récidive sont également amoindries.

 

Comment se passe un cours?

C'est un peu différent des cours que l'on peut apercevoir généralement où les joueurs s'inscrivent en début d'année et poursuivent l'année entière avec un groupe du même niveau. Là, les patientes s'inscrivent après le diagnostic à n'importe quel moment de l'année. La plupart n'ont jamais joué ou possèdent un tout petit niveau. C'est un peu difficile pour le professeur car leur niveau et leur vie passée différent. Il y en a qui ont 60 ans et qui n'ont jamais fait de sport, d'autres sont plus sportives et ont 28 ans. On essaye de limiter le groupe à 8, et après cela se déroule à peu près comme un cours classique. Il faut savoir que ce ne sont pas des patientes métastatiques. Leurs organes fonctionnent donc normalement et elles n'ont pas de problèmes au niveau osseux ce qui leur permet de faire du sport sans risque.. Mais elles sont fatiguées, anxieuses, ont perdu leurs cheveux, et peuvent avoir des nausées. Certaines sont ménopausées à cause de la chimio, ont été opérées, ont un sein en moins. J'ai recommandé au professeur Polo Léité d'être vigilant, de toujours les observer. Certaines peuvent avoir des coups de blues, de fatigue, sont plus fragiles. . Une fois, une dame a vomi sur le court car elle sortait juste de sa chimio. On a acheté des raquettes légères, et elles jouent avec des balles intermédiaires. Souvent, Polo termine par des petits matches et elles adorent cela. Il est important de signaler que certaines mutuelles commencent à rembourser ces séances sous forme de forfait...

 

Au début comment Polo a t-il fait puisqu'à l'époque, il n'y avait pas de formation?

Je lui ai expliqué le fonctionnement du cancer du sein tout en mentionnant bien que ce ne sont pas des patientes métastatiques. Il m'a dit que c'était rassurant que cela se passe à Saint-Louis, pas loin. Pour lui surtout au début, et aussi pour les patientes, c'était important que ce soit en milieu hospitalier protégé. Je lui ai conseillé de faire un cours le plus normal possible en essayant de convaincre ces femmes que le sport, en particulier le tennis, c'était sympa. Je l'ai un peu formé au début, et après il a suivi les formations officielles qui existent maintenant avec la Federation française de tennis.

 

Quels sont les avantages du tennis?

La dépense énergétique est correcte et puis il existe le côté ludique et convivial qui est fantastique. L'échange avec les autres est très bénéfique. Les patientes sont en dehors de chez elle, encadrées par un prof et c'est mieux que de faire seule son vélo chez soi. Entre malades elles échangent et se soutiennent. Quand il m'arrive d'assister à un cours je les entends rigoler. Polo me l'a dit tout de suite : " Je ressens une solidarité qui n'existe pas dans les autres cours. A la fin, elles aiment bien s'affronter avec des points. " J'ai gagné, je suis la plus forte"… C'est le sport de la vraie vie, elles le pratiquent comme tout le monde. Beaucoup d'entre elles d'ailleurs continuent à jouer après, et parfois s'inscrivent dans le club que je préside. Certaines ont des problèmes financiers, et nous leur proposons un tarif privilégié. Il m'arrive de jouer avec elles, et l'une est devenue une amie…

 

 

Au niveau de la récidive pourquoi le sport la prévient-il?

Le mécanisme essentiel c'est que cela diminue le taux d'insuline qui n'est pas bon du tout au niveau apparition des cancers. Cela joue aussi sur les pics de glycémie, l'inflammation diminue, ainsi que les taux d'œstrogène pouvant être impliqués dans la genèse des cancers.

 

 

Le fait de se servir d'une raquette a t-il une incidence?
Cela participe à la rééducation du bras opéré, si le bras qui tient la raquette est le même qui celui qui a subi la chirurgie. Au début, il y a des adhérences, les patientes sont un peu limitées à cause de la cicatrice qui tire. Elles disent que leur paroi est plus souple, qu'il y a moins d'adhérences …

 

Le sport est également préventif dans le cancer du sein! Et la dose est-elle importante?
Oui, plus on fait de sport, moins on a de risques de faire un cancer du sein. Il existe ce que l'on appelle un effet dose réponse. Ce qui est recommandé c'est au moins 1 heure et demi par semaine d'activité physique d'intensité modérée ce qui équivaut à une marche assez rapide. Cela diminue le risque d'environ 15%, et comme il y a beaucoup de cancers du sein, au total ç'est pas mal… Cela dit, on peut avoir une activité physique et être sédentaire. Vous pouvez jouer au tennis 4 fois par semaine, si tout le reste de la journée vous ne bougez pas de votre fauteuil, vous êtes sédentaire quand même ce qui augmente le risque de cancer du sein.. Il est recommandé de bouger toutes les deux heures, par exemple de monter trois escaliers…

 

Vous occupez-vous d'autres sports à l'extérieur de l'établissement?

Une fois que les patientes reprennent leur travail, j'ai essayé de les aider à trouver un sport en ville. Je me suis arrangée avec la ville de Paris et maintenant nous avons plusieurs créneaux. Depuis 3 ans, nous avons des places réservées avec des enseignants pour de l'aviron au bassin de la Villette. Depuis peu, nous avons des places pour un cours de badminton, un cours de gym adapté et du karaté pour les plus de 60 ans. En 2018, on est allées 3 jours à Venise avec 9 patientes à la Vogalonga une randonnée de bateaux à aviron. Nous avons fait 39 km de courses plus 8 km pour ranger le bateau après dans la lagune. Ce fut un moment fantastique pour elles et pour moi. Cela a vraiment créé des liens et changé nos relations. Nous les médecins, en dehors de nos consultations on n'est pas forcément à l'aise lorsque l'on rencontre les patients dans un autre contexte. Et le fait de les côtoyer autrement, d'observer leurs émotions, d'entendre leur témoignage ajoute au bonheur de faire ce métier qui est déjà extraordinaire en lui-même. L'une d'entre elles m'a carrément dit qu'elle n'était plus la même…

Agnès Figueras-Lenattier

 

i

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mercredi, 04 juillet 2012

Rejoignez le Club des Supporters Handisport !

La vie d'un consultant est riche de rencontres. Fondateur de ce blog (en 2004...), j'accompagne ainsi le groupe Malakoff Médéric qui, dans la continuité d'un partenariat de longue date (4 ans) avec la Fédération Française Handisport, a lancé il y a quelques semaines un "Club des Supporters Handisport" (à découvrir ici : http://www.facebook.com/clubdessupportershandisport/). Objectif : changer le regard sur le handicap en donnant plus de visibilité dans les médias à la performance de ces athlètes.

J'ai souhaité y adhérer plus personnellement et ouvrir les colonnes de ce blog dédié aux habitants du XIVe pour qu'ils puissent découvrir cette initiative et s'y associer. L'opportunité pour moi d'une rencontre avec Adib El Sarakby à Saumur, dans le cadre prestigieux de l'Ecole Nationale d'Equitation. Ce jeune cavalier - qui découvrait ce jour sa nouvelle monture - portera peut-être les espoirs de la France lors des prochains Jeux Paralympiques de Londres.

Je vous laisse découvrir la vidéo de cette rencontre que je vous invite à partager et diffuser largement.

Nous approchons maintenant des 50 000 membres et nous comptons sur vous... REJOIGNEZ-NOUS !

Pierre Vallet

Plus d'info :
+ Découvrez toutes les vidéos de ces rencontres "Athlète Handisport - Blogueurs" sur la Playlist Youtube... 

mercredi, 15 octobre 2008

Portrait, Marc Gesbert, du jardin partagé à la création d'entreprise

Paris14.info poursuit sa série de portraits des jeunes entrepreneurs du 14e, initiée en 2006.  Aujourd’hui, rencontre avec Marc Gesbert, habitant du 14e, responsable d’un jardin partagé et depuis peu créateur d’entreprise.


Marc_Gesbert.jpgParis14 : Bonjour Marc Gesbert! Est ce que vous pouvez vous présenter à nos lecteurs ?

Marc Gesbert : Bonjour. J’habite dans le quartier de la Porte d'Orléans, où je me suis installé avec ma famille il y a cinq ans maintenant.

P14 : Vous venez de créer une société très originale -  Viamétiers -, dont le siège social est aussi dans le 14e. Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est Viamétiers ?

MG : Viamétiers est un organisme de formation qui propose un accompagnement inédit en France, la reconversion professionnelle ou la possibilité de tester le métier de ses rêves. Concrètement, si vous vous ennuyez dans votre travail et voulez en changer, vous allez sur www.viametiers.fr et vous vous inscrivez à l’un des parcours-métiers proposés. Pendant quelques jours, vous vivrez le quotidien d’un professionnel et vous pourrez voir si le métier est fait pour vous. Vous pouvez découvrir des métiers comme agriculteur, décorateur, gérant d’un centre équestre, spa manager, conseiller en relooking, cuisinier, photographe,… C’est l’occasion de réaliser un rêve d’enfant et pourquoi pas de démarrer une nouvelle vie.

P14 : C’est un peu comme dans l’émission de télé « Vis ma vie »…

MG : Oui ! Sauf qu’ici les gens sont déjà attirés par un univers et veulent tester la réalité du métier en se mettant dans la peau d’un professionnel pendant quelques jours.

P14 : Comment avez-vous eu cette idée ?

MG : Je me suis moi-même posé des questions sur ma carrière. J’avais envie de changer de métier et je voulais surtout créer une entreprise. Je me suis aperçu qu’il était difficile de se faire une idée d’un métier sans l’avoir vécu au quotidien. Même si on a une passion pour la cuisine, c’est important de connaitre le côté professionnel avant de devenir restaurateur. Après tout, on essaye sa voiture avant de l’acheter mais on fait rarement la même chose pour son métier. Pourtant le choix d’une carrière est plus important. Et bien souvent, pour changer de vie, il faut changer de métier.

P14 : Vous avez aussi un lien particulier avec le 14e, puisqu’en plus d’y habiter, d’y avoir créé votre société, vous êtes aussi président du jardin partagé Vert-Tige, rue de Coulmiers. Comment vous êtes vous investi dans la création de ce jardin ?

MG : J’habitais en face d’un terrain en friche qui un jour a été rasé par RFF (NDLR: Réseau Ferré de France), le propriétaire des lieux. Les pommiers, cerisiers et rosiers qui étaient là depuis des années n’existaient plus. Comme beaucoup d’habitants du quartier j’ai été révolté et me suis dit qu’il y avait mieux à faire que de laisser ce terrain vide. J’ai donc passé un appel à tous les riverains qui se sentaient concernés et leur ai proposé de venir re-planter symboliquement sur cet espace. Le jour de cette "plantation", nous étions une trentaine sur place, accueillis par la police ferroviaire avec laquelle nous avons du négocier pendant plus de trois heures avant de pouvoir entrer sur le terrain, avec nos pelles et nos plants. Il faut dire que la bordure du terrain surplombe l'ancienne voie ferrée de la petite ceinture cinq mètres plus bas. J’ai continué à organiser des rendez-vous jardinage tous les week-ends. Entre temps, cinq de mes voisins m’ont rejoint pour créer l’association Vert-Tige. Après un an de négociation avec RFF, et avec le soutien de la mairie du 14e, nous avons finalement obtenu la création du jardin partagé à cet endroit. Nous avons ouvert en mai 2008 et avons du refuser des inscriptions tellement les demandes étaient nombreuses. Aujourd’hui, une cinquantaine de familles, une école et l’association des restos du cœur jardinent à Vert-Tige. J'en profite pour rappeler que le jardin est ouvert au public dès qu’un jardinier membre de l’association est présent.

Interview réalisée par Celia B.

Plus d'infos:
+ le site internet de Viamétiers
+ le site internet du jardin partagé Vert-Tige

vendredi, 18 janvier 2008

Regards sur le Grand Paris : Jean-Christophe Lagarde (3)

Interview de Jean-Christophe Lagarde, député Nouveau Centre de la 5e circonscription de Seine-Saint-Denis (Bobigny-Drancy) et maire de Drancy.

Part. 5
Le Grand Paris : problème de gouvernance ou d'urbanisme et d'architecture ?

Part. 6
Que souhaitent apporter les élus du Nouveau Centre au débat sur le Grand Paris ?

Pierre

Plus d'info :
+ Propos recueillis par Pierre Vallet pour www.grandparis2014.com.

mardi, 15 janvier 2008

Regards sur le Grand Paris : Jean-Christophe Lagarde (2)

Interview de Jean-Christophe Lagarde, député Nouveau Centre de la 5e circonscription de Seine-Saint-Denis (Bobigny-Drancy) et maire de Drancy.

Part. 3
Quelle feuille de route vers le Grand Paris ?

Part. 4
Drancy fait-elle partie du Grand Paris ?

Pierre

Plus d'info :
+  Propos recueillis par Pierre Vallet pour le site www.GrandParis2014.com.

vendredi, 11 janvier 2008

Regards sur le Grand Paris : Jean-Christophe Lagarde

Lors de sa conférence de presse de rentrée, le Président de la République a relancé le débat sur le Grand Paris, une réflexion sur la gouvernance et l'urbanisme dans notre Capitale qui n'est pas neutre pour un arrondissement "frontalier" comme le XIVe arrondissement.

Interview de Jean-Christophe Lagarde, député Nouveau Centre de la 5e circonscription de Seine-Saint-Denis et maire de Drancy.

Part. 1

Quelle vision du Grand Paris ?

Part. 2

Quelles nouvelles compétences pour les communes du Grand Paris ?

Pierre

Plus d'info :
+ Participez au débat sur le Grand Paris. Faîtes vos proposition sur le site www.grandparis2014.com.

mercredi, 12 décembre 2007

Yves lion, architecte-urbaniste (6)

6e et dernier épisode de notre entretien avec Yves Lion. Après les tours et les avancées du Grenelle de l'Environnement - où Yves Lion représentait sa profession - nous abordons le passage de la théorie à la pratique... Alors, les acteurs du bâtiment vont-ils jouer le jeu ?

Pierre

Plus d'info :
+ Un entretien avec Yves Lion, épisodes 1 / 2 / 3 / 4...
+ www.atelierslion.com, le site de l'agence d'Yves Lion, située dans notre arrondissement.
+ Yves Lion recevra le 18 décembre prochain des mains de Jean-Louis Borloo le Grand Prix d'Urbanisme 2007.
+ ...Et désolé pour le SMS :-)

lundi, 10 décembre 2007

Yves Lion, architecte-urbaniste (5)

5e épisode de notre rencontre avec Yves Lion, architecte urbaniste et Grand Prix d'Urbanisme 2007. Après la question des tours écologiques, nous parlons du Grenelle de l'Environnement (Yves Lion y était LE représentant de sa profession au sein du groupe de travail G1). Alors des avancées ? Mais OUI ! Bon, maintenant, il va falloir se faire aux toits bleus...

Plus d'info :
+ Un entretien avec Yves Lion, épisodes 1 / 2 / 3 / 4...
+ Dernier épisode de notre entretien après demain...

mercredi, 05 décembre 2007

Yves Lion, architecte-urbaniste (4)

4e épisode de notre rencontre avec Yves Lion, architecte urbaniste et Grand Prix d'Urbanisme 2007...

...Où l'on parle de geste architectural, d'immeubles de grande hauteur et de tours "écologiques".

Plus d'info :
+ L'agence d'architecture (on dit "atelier" dans la profession) d'Yves Lion est située rue Didot dans le XIVe arrondissement. Visitez le site des Ateliers Lion --> www.atelierslion.com.
+ Un projet de tour "verte" évoqué dans notre entretien : HyperGreen de Jacques Ferrier.