Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 21 octobre 2016

De l'alcôve aux barricades.

De David à Fragonard

Cette exposition, fruit d'un partenariat entre les Beaux-Arts de Paris et la Fondation Custodia présente actuellement de magnifiques dessins provenant de la fin du règne de Louis XV jusqu'à la révolution. Une transition du rococo au néo-classicisme s'opère alors avec passage de la Royauté à la République. En parcourant les salles de la Fondation Custodia, on trouve une grande variété de styles aussi bien dans les sujets que dans les techniques. C'est l'occasion de bien différencier le style rocaille avec son côté très minéral , très organique et l'art néo-classique plus austère. Lignes plus droites, plus sobres..

Sont d'abord exposées plusieurs études de nus masculins avec tout au début des contorsions du corps, puis par la suite des attitudes plus statiques. Viennent ensuite des dessins de paysages résultant d'un séjour en Italie. Notamment des représentations du Colisée. Puis c'est le retour en France amorçant une nouvelle approche du paysage dès la seconde moitié du XVIIIè siècle. Les détails sont plus marqués et les imperfections de la nature (formes étranges d'un rocher ou d'un arbre mort) se voient davantage. Autre évolution: L'abandon des sujets mythologiques emplis de sensualité au profit de thèmes héroïques souvent tirés de l'histoire antique.

Egalement dans la seconde moitié du XVIIIè siècle, des programmes de concours de plus en plus tournés vers la conception d'édifices utilitaires. Ce qui fait apparaître des dessins d'architecture très grands formats composés à partir d'un sujet donné. L'ensemble de ces projets architecturaux propose une solution utopique avec en rose les parties maçonnées. Le plus grand au sein de cette exposition mesure 3 m 66, c'est dire... Exemples de projets : des monuments funéraires, des ménageries, une salle de comédie, un pavillon de fête pour un souverain, une bibliothèque. Des dessins d'ornement complètent le tableau comme les décors d'appartements à la chinoise et à la turque de Pierre Ranson ou ses trois lits de modèles distincts.

Tout au long de l'exposition, la beauté se profile. Quelle belle feuille par exemple que " La douleur" de Jacques-Louis David pour lequel il obtint le premier prix du concours de la Tête d'expression. Un pastel associé à de la craie blanche. Ou encore ses nombreux dessins montrant bien l'évolution qui s'est opérée à cette époque. Le dessin de Jean-Baptiste Regnault " La surprise mêlée de joie" est également à noter. Et que dire des sanguines d'Hubert Robert et de Fragonard. Ces deux artistes utilisèrent beaucoup cette technique et lui donnèrent un nouveau départ. L' "Enlèvement de Ganymède " de Fragonard d'après Rembrandt possède un bel effet de clair obscur.

Jean-Baptiste Greuze est aussi à l'honneur avec neuf dessins. .. Les trois études pour "La Scène de déluge" (tableau au Louvre) d'Anne-Louis Girodet de Roucy-Trioson sont très belles. Et l'on pourrait continuer la liste encore longtemps tellement c'est une merveille pour les yeux….

Agnès Figueras-Lenattier

Plus d'infos : Fondation Custodia 121 rue de Lille

Métro : Assemblée nationale

12:09 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : david, fragonard, transition

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.