Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 20 janvier 2020

Violaine Arsac

En ce moment au théâtre 13 jardin ( 103 A Bd Auguste Blanqui) se joue la pièce " Les passagers de l'aube", un très bon spectacle qui évoque pour la première fois sur scène le spirituel. Elle s'est jouée trois années de suite au festival d'Avignon remportant un gros succès et se joue pour la première fois à Paris jusqu'au 9 février. Ensuite aura lieu en mars, avril une tournée en province. Violaine Larsac l'auteur et également la metteur en scène s'explique sur son travail. Ancienne comédienne, c'est sa première pièce de théâtre en tant qu'auteur, et sa quatrième mise en scène.

 

" Les passagers de l'aube " est votre première pièce. Quel en est exactement le sujet?

C'est l'histoire de Noé un jeune interne brillant, cartésien, très rationnel en dernière année de neurochirurgie qui est en train de boucler sa thèse sur le cerveau. Or, il va être confronté à un cas d'expérience de mort imminente contredisant quelque peu le sujet de sa thèse. Au départ, il prend cet exemple comme quelque chose d'un peu loufoque, et va éprouver l'envie de s'y intéresser pour démontrer que c'est une imposture. Ainsi pourra t-il avancer tranquillement sur sa thèse. Mais finalement, il va mettre le doigt dans l'engrenage et se rendre compte que ce cas est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît et que l'on ne peut en parler scientifiquement en deux temps trois mouvements. Tout ceci va mettre en péril son avenir professionnel, ses relations et va même provoquer une dispute avec sa femme... L'ensemble de son monde et de ses certitudes va vaciller…

 

Pourquoi traiter de ce thème? C'est un sujet auquel vous êtes sensible?

J'ai lu beaucoup de choses là-dessus, écouté des vidéos, et j'ai trouvé ce domaine étonnant, questionnant. Je me suis dit que c'était un sujet qui n'avait jamais été traité au théâtre, et j'ai eu le souhait de le faire. De manière générale, le spirituel est quelque chose qui m'interpelle.

 

Lorsque vous avez écrit cette pièce aviez-vous déjà toute l'histoire ou est-ce venu progressivement? D'autre part l'intention de la mettre en scène était-elle déjà présente?

J'avais le début et la fin, et j'ai commencé par écrire toute la trame avant de construire les dialogues. J'ai créé toute mon histoire, tous les rebondissements et une fois la grille et toute la structure mises en place, j'ai  rédigé la pièce à proprement parler. Oui, quand j'ai écrit la pièce, j'avais déjà les images de la mise en scène. Peut-être même avant; tout est très mêlé…

 

Ecrire une pièce de théâtre a t-il été difficile?

Non. J'avais beaucoup travaillé en amont sur la recherche, donc l'écriture en elle-même m'a paru très agréable et j'ai d'ailleurs recommencé depuis car cela m'a beaucoup plu. Cela demande bien sûr beaucoup de travail, mais c'est un exercice que j'ai trouvé jouissif. En outre, j'avais déjà eu l'occasion de me frotter à l'écriture scénique même si je n'avais jamais écrit une pièce en entier. Et puis, il se trouve qu'il y a quelques années j'avais suivi un stage d'écriture de scénario donc de dramaturgie. Et c'est vrai que je me suis un peu replongée là-dedans, pour être vraiment le plus proche possible de ce que l'on doit observer comme règles lors de l'écriture d'une pièce de théâtre…

 

Pourquoi ce titre? L'avez-vous trouvé facilement?
Oh non, j'ai mis beaucoup de temps à le trouver. "Les passagers" car selon moi on est tous des passagers et de plus, cela a également un lien avec un rebondissement présent à la fin de la pièce. Quant à " l'aube", cela fait référence à la lumière…

 

Pour cette mise en scène des " passagers de l'aube" qu'avez-vous voulu dégager comme message?

D'une part quelque chose d'assez suggestif impliquant que le décor fait allusion aux différents lieux plus qu'il ne les représente de façon complètement réaliste. Et puis le deuxième axe du travail a été basé sur le travail physique. J'ai d'ailleurs fait appel à un chorégraphe qui sait très bien faire bouger les comédiens qui ne sont pas danseurs. J'avais vraiment envie que les corps soient présents et qu'ils puissent à un moment donné prendre le relais des mots afin que l'on ne soit pas uniquement dans l'intellect et que l'émotion puisse aussi avoir sa part.

 

Connaissiez-vous déjà les quatre comédiens?

J'en connaissais déjà deux, et les deux autres je les avais remarqués lors d'un spectacle. Les quatre avaient déjà vu mon travail, ce qui était plus facile pour engager une collaboration. Tous les quatre sont assez magiques. Ils s'entendent très bien et cela se ressent beaucoup sur le plateau. Il règne une très belle énergie collective.

 

Comment s'est déroulé le processus de la mise en scène c'est à dire au niveau du décor, des costumes et des répétitions en général?

J'avais déjà en tête une idée très précise de ce que je voulais faire, ce qui a facilité le bon déroulement des répétitions... On a travaillé tout de suite avec les blouses des médecins. On a mis le décor dès la première répétition. Comme les éléments, les accessoires et les costumes circulent, il fallait anticiper dès le départ. Pour les autres tenues, on a travaillé assez tard avec. Lorsque l'on participe au festival d'Avignon, on doit avoir recours à un décor assez léger qui s'installe et s'enlève en 10 minutes. Dans cette pièce, le décor prend quand même de la place, mais les éléments restent faciles à monter et à démonter.

 

Côté spectateurs quelles sont les réflexions qui vous ont fait le plus plaisir?
Le fait que l'on me dise que les quatre comédiens sont vraiment formidables. Après, les compliments sur mon texte. Puis les remarques comme quoi la mise en scène est très fluide.  On a vraiment fait en sorte qu'elle le soit même si c'est un travail qui ne se voit pas forcément. Enfin ce qui est touchant également, c'est l'émotion des gens avec encore les larmes aux yeux à la sortie

 

Le monde scientifique a t-il été beaucoup présent?

Oui, pas mal de médecins, d'infirmiers (ères) ont assisté à la représentation et ont été très contents. C'était intéressant pour nous d'avoir des retours positifs de leur part. J'avais d'ailleurs demandé à un médecin de relire ma pièce car je voulais m'assurer que tous les propos étaient exacts.

 

Votre spectacle s'est joué dans plusieurs pays étrangers. Y a t-il un pays où vous aimeriez qu'il soit à l'affiche?
Le Canada car je pense que les Canadiens sont très ouverts à toutes ces problématiques et qu'ils seraient assez sensibles à cette pièce. Et puis c'est un pays sympathique à mes yeux et j'aimerais beaucoup discuter avec des Canadiens.

 

Vous avez donc écrit une deuxième pièce. Quelle est l'histoire?

C'est une pièce intitulée " La dernière lettre" sur la justice et en particulier sur la justice réparatrice. Sur ces associations qui mettent en rapport les familles des condamnés avec les familles des victimes pour essayer de voir comment l'on peut trouver une solution pour arriver à une résilience. C'est l'histoire d'une femme qui reçoit une lettre du condamné pour le meurtre de son mari avec cette impossible correspondance entre les deux. Cela pose la question de savoir si la justice est uniquement là pour condamner et mettre en prison ou si elle peut aussi faire naître des situations réparatrices… La pièce se jouera au Festival d'Avignon 2020…

Agnès Figueras-Lenattier

 

 

 

 

 

 

 

12:49 Publié dans Interviews | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.