Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 06 mai 2021

Boris Cyrulnik «  Des âmes et des saisons »

cyrulnik,milieu,influencecyrulnik,milieu,influence Le milieu, source de notre transformation

 

 

Boris Cyrulnik neuropsychiatre auteur de livres à succès  est à l’origine du concept de résilience. Dans ce nouveau livre, il démontre au moyen de faits très concrets l’importance du milieu sur l’évolution de notre cerveau.  Chaque cerveau est personnalisé explique t-ill , ce qui implique des comportements très différents selon les situations. Deux personnes évoluant exactement dans le même milieu auront des visions très différentes de la vie. On le voit bien avec les jumeaux qui sont la preuve même de cette influence du milieu sur l’être humain. Un livre qui nous fait prendre conscience que nous sommes les premiers responsables de ce que nous sommes… 

 

Lorsque Boris Cyrulnik est né avant l la seconde guerre mondiale, n’existaient ni la sécurité sociale, ni la caisse de retraite. 12% d’enfants de pauvres faisaient médecine alors qu’aujourd’hui » c’est seulement 1%.  Le monde évolue constamment et le cerveau de l’être humain en même temps. Il y a 40 ans que l’on a pris conscience qu’un cerveau est sculpté par son milieu. «  Notre premier milieu ‘explique Boris Cyrulniik c’est le ventre de notre mère comme disent les Asiatiques. »

Le premier habitat c’est l’utérus, le 2ème le bras des mères avec un père plus important que l’on croyait et le troisième le monde de la verbalisé, des récits, des images. Le foetus est réactif aux informations affectives composées par la saveur du liquide amniotique et des basses fréquences de la voix maternelle. Si les enfants ne sont pas stimulés sur le plan affectif, le contrôle de leurs émotions ne peut se faire et ils ne peuvent que «  craquer »  à la moindre remarque. En fonction de la façon dont son milieu précoce est établi, un cerveau peut savourer le bonheur de petites choses ou au contraire avoir du dégoût pour l’existence. Chaque cerveau a été sculpté différemment selon les pressions des milieux précoces. Ce qui explique que lorsqu’un accident se produit abîmant une zone cérébrale,, les réactions diffèrent. La névrose ou la schizophrénie peuvent être dus à une infection virale en début de grossesse où à un stress maternel excessif durable.

                                                          L’importance de la parole

 

Tout est régi par le milieu. Ainsi par exemple en France, chez les filles les premières règles apparaissent vers l’âge de 13 ans chez les filles blanches et vers 9 ans chez les noires. Un milieu plus paisible pour les blanches en serait la raison. . L’argent des parents peut aussi modifier la date d’apparition des règles.  Par exemple la hauteur de l’habitat a un impact sur la violence dans les sociétés.  La taille des êtres humains peut énormément varier aussi. Cela dépend de la stimulation par l’environnement physique de la partie du cerveau qui induit les sécrétions neuro-hormonales. C’est ainsi que Monsieur et Madame Cro-_magnon étaient très grands ( il y a 40.000 ans) 1m95 pour Monsieur et 1M90 pour Madame alors qu’au Néolithique  (il y a 10.000 ans) les ancêtres ne mesuraient qu’1m 60. Boris Cyrulnik parle de jumeaux qui évoluant dans un contexte social similaire ont une vision du monde très différente. « ’ La même situation était nommé «  liberté par l’un et «  abandon » par l’autre »… 

Chose importante la parole qui agit sur notre mémoire et peut modifier la représentation de notre passé. Seule la mémoire traumatique reste figée.  En parlant de mémoire, des phénomènes surprenants peuvent se produire. Ainsi après une amputation, le malade peut continuer à souffrir du membre qu’il n’a plus. Un pied amputé dont le trajet neurologique est encore circuit dans le cerveau peut provoquer des douleurs à cause d’une réelle empreinte dans les circuits cérébraux de la douleur. Les veuves entendent souvent la respiration de leur mari la nuit ou ses pas le soir. Elles en éprouvent une certaine honte alors qu’en fait il s’agit d’une mémoire physiologique saine, circuitée dans le cerveau par des années de coexistence. 

Que serons-nous demain? En tout cas, nous serons différents d’aujourd’hui, c’est bien ce que montre ce neuropsychiatre dans cette ouvrage très détaillé et qui ne manque pas de nous surprendre à certains moments…

Agnès Figueras-Lenattier

14:13 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cyrulnik, milieu, influence

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.