Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 13 octobre 2021

Christine Janin

image014.jpgQuatre ans après l’édition de son premier livre,  Christine Janin alpiniste (première française au sommet de l’Everest) et médecin a réitéré il y a quelques mois avec un deuxième «  Dame de pics et femme de cœur ». Toujours aussi passionnée, authentique, elle a pris un peu de son temps pour parler de son association « A Chacun son Everest » qui aide les enfants et les femmes atteints de cancer.

 

Après toutes ces années à la direction de l’association « A chacun son Everest» quel bilan tirez-vous  de votre action?

Cela fait maintenant 26 ans que j’ai débuté et j’ai accompagné 6000 personnes dont 4700 enfants et 1400 femmes. J’aime à dire maintenant que j’ai quelque peu inventé la médecine de l’Everest, la médecine de l’âme. Et le cancer je l’écris « quand sert », une maladie qui va permettre aux femmes et aux enfants de s’en servir pour acquérir une force et une arme puissante dans la vie…. Depuis toutes ces années, je trouve que ces enfants qui viennent en stage possèdent une force incroyable et une motivation à toute épreuve. Quant aux femmes, j’ai démarré il y a exactement 10 ans.  Celles-ci profitent notamment du fait que cela se passe en groupe pour se sentir épaulées : « Je ne suis pas seule, les autres ont vécu la même chose, je peux partager de bons moments. On prend en considération toutes mes peurs, ma fatigue ». Il règne une compréhension mutuelle  qui les aide à reprendre le dessus.  

 

Vous dites que parmi les femmes atteintes d’un cancer du sein beaucoup sont portées vers les autres !

Toutes ces femmes devraient prendre beaucoup plus soin d’elles car elles s’occupent avant tout de leur mari, des enfants, de tout le monde sans se soucier de leur propre santé. Elles devraient s’accorder du temps pour encore mieux prendre soin des autres. Or elles ne s’autorisent pas grand-chose toutes ces petites dames…

 

.Croyez-vous au rôle du psychosomatique dans la survenue d’un cancer ?

Dans une certaine mesure mais il faut faire attention et ne pas dire « c’est à cause de ». Cela mettrait la personne en difficulté et la culpabiliserait. Mais il existe un moment où les événements n’arrivent pas par hasard et souvent la maladie survient en cas de fragilité. Il faut alors en profiter pour se questionner :  Qu’est-ce que je fais de ce message, comment puis-je le transformer ? Que dois-je dois changer dans ma vie  pour aller le mieux possible ?

 

Qu’est-ce qui est le plus dur pour ces femmes lors de ce séjour ?

Rien de vraiment difficile car tout est fait pour les accompagner dans la bienveillance, l’écoute, et en se mettant à leur niveau. En arrivant, certaines femmes ont un peu peur du groupe alors que d’autres se réjouissent de ce moment de partage. Chaque femme vit le séjour complètement différemment. Tout est calculé au niveau environnement et l’on essaye que ce soit joli. On a un très bel espace, une très belle maison, un bel accueil, et dans les chambres on a mis de jolis rideaux. De petites attentions leurs sont destinées et lorsqu’elles sont sur place, elles découvrent de belles petites fleurs. Il faut qu’elles se sentent bien dès leur arrivée et qu’elles aient le sentiment qu’on les attend, qu’on prend soin d’elle et surtout qu’on les accueille. D’ailleurs, ce séjour engendre souvent la survenue d’un déclic qui leur redonne de l’énergie. L’on essaye qu’elles retrouvent la pêche et qu’elles repartent avec moins de peur et plein de projets.

 

Comment se déroule une semaine pour ces femmes au sein de votre association ?

Tous les jours, a lieu une activité en lien avec le bien-être. Elles font du yoga, de la méditation, du Qi Qong, ont droit à une séance avec une psychologue, et à un massage.  Marche, escalade. Tout ce qui peut aider à se centrer, à respirer. Se déroule aussi un atelier photo pour retravailler sur l’image de soi, la confiance. Il est très important que ces femmes  remettent leur corps en mouvement car le sport aide à guérir. Il permet de retrouver de la joie, et une énergie perdue. Il m’arrive de les emmener aux Thermes de Saint-Gervais. C’est le retour au maillot, à l’eau, pour être ensemble et partager ce moment.  Je les fais danser aussi le vendredi soir car elles ont besoin de lâcher prise, de sourire à la vie et de retrouver une âme d’enfant.

 

Et avec les enfants ?

Je les emmène à Chamonix, gravir des sommets, grimper, faire de l’escalade. On leur permet de quitter leurs parents, de faire du sport, de partager de bons moments ensemble, et surtout de se prouver que ce sont des enfants comme les autres, même mieux. Qu’ils ne sont pas que des enfants malades, que ce sont de petits champions. Ils suivent aussi de courtes séances de yoga, de méditation, de sophrologie et après le repas se déroule une petite relaxation. . Sans oublier la boum tous les vendredis soir.

 

Dans quel état d’esprit sont les enfants lorsqu’ils rentrent chez eux ?

Ils ont vécu la plus belle semaine de leur vie, et se sont prouvés plein de choses. Certains reviennent 20 ans après et nous disent à quel point cette semaine a été importante pour eux. Ils ont réalisé des choses qu’ils n’auraient jamais faites autrement. Des parents nous expliquent qu’il existe un avant et un après à « Chacun son Everest » car l’enfant a repris confiance en lui.

 

Dans ce livre vous rendez compte des changements que vous avez effectués !

La vie est un perpétuel changement et l’on essaye constamment d’améliorer les conditions de vie. Par exemple, on a créé un jardin botanique qui nous permet d’avoir nos propres tisanes.. On a aussi insonorisé la salle d’escalade. Dès que l’on peut apporter un plus à ces enfants et ces femmes, on le fait.

 

 

Et la nourriture ?

C’est essentiel aussi et l’on y fait très attention. On prépare des plats sans sucre, avec peu de graisse. On ne mange pas beaucoup de viande et beaucoup de légumes. Il faut que ce soit joli, esthétique, et la nourriture fait aussi partie du traitement…

 

Durant le confinement vous vous êtes occupée des soignants!

Oui, j’avais stoppé un peu les activités habituelles de l’association et  ayant donc ce lieu à disposition on a réussi à proposer aux hôpitaux locaux de recevoir quelques soignants. Quel que soit le métier, infirmiers, médecins, sages-femmes, lingères tous étaient dans un état de stress incroyable et d’épuisement complet. . Certains arrivaient parfois en larmes, d’autres étaient presque en burn out. C’est la première fois que l’on prend soin de nous » m’ont-ils déclaré. Ce séjour leur a permis de repartir et on leur a donné des outils pour prendre soin deux. C’est bien de soigner les autres mais si on ne prend pas soin de soi, on replonge. En 2,3 jours on les a remis d’aplomb. Ils ont pu continuer leur travail alors que la tentation d’abandonner était parfois de mise.

 

De quelle manière ?

J’ai fait exactement comme pour les femmes. Après les avoir accueillis, on leur a fait des soins de support, on les a fait marcher, rire, on les a écoutés, et on a eu recours à la psychologie, à la sophrologie. C’était très intense.  Ils se sont posés et se sont sentis reconnus. On les a bichonnés et pendant trois jours, ils n’ont rien eu d’autre à faire que de se laisser porter. Cela leur a fait beaucoup de bien comme à tout le monde mais encore plus à eux tellement ils étaient au bout du rouleau. Les conditions hospitalières sont peu favorables. Ils manquent de personnel, ne sont pas payés et il reste encore beaucoup de choses à faire les concernant. Ceci au sein de tous les services. Il règne une maltraitance évidente pour les soignants et ils sont baladés de jour et de nuit. Beaucoup de moyens ont été mis en place sauf pour les soignants ce qui n’est pas très normal. Je suis très en colère…

 

Vous citez le livre de Marie de Hennezel « La mort intime »  comme un ouvrage vous ayant aidée dans votre métier !

Oui car malheureusement je suis confrontée au sein de mon association mais pas seulement

à des gens qui vont subir des moments difficiles de fin de vie. Ce livre m’a appris comment leur parler, comment les accompagner. On est dans une société où l’on a peur de la mort, où les gens ne savent pas en parler et j’avoue que ce livre m’a éclairée. A quel point c’est important de ne pas avoir peur de la mort, de la maladie. C’est vraiment ce message là que j’en ai retiré. Le mot cancer fait peur et j’ai appris avec cette lecture à m’occuper de ces gens en difficulté avant de toujours évoquer la fin de vie. Ne pas leur tourner le dos et les seconder dans ces périodes essentielles de la vie… C’est un ouvrage que je conseille…

Agnès Figueras-Lenattier

 

 

 

02:46 Publié dans Interviews | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.