Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 08 mai 2017

Rendez-vous théâtre avec l'oeil éclairé d'Agnès notre critique du XIVè

Messieurs les Ronds-de Cuir

 

Courteline auteur dramatique et romancier français décédé en 1929 fut élu à l'Académie Goncourt le 24 novembre 1946. Il est rare qu'il soit joué dans les théâtres parisiens, et c'est tout à l'honneur de Caroline Cadrieu metteur en scène et de ses comédiens d'avoir pris cette initiative.

Employé dans l'administration des Cultes, Courteline a pu observer bon nombre de ses collègues, et en a tiré un roman amusant " Messieurs les-Ronds de Cuir" paru en 1893. Dans ce livre englobant une collection de caricatures, il évoque le laxisme et le manque de professionnalisme des fonctionnaires. A l'aide d'une suite de courts tableaux, il fait naître des personnages farfelus et dont rien que les noms prêtent à rire : Monsieur Nègre, Monsieur Soupe, Le Tondu…

Dans ce spectacle, l'histoire se passe en 1969 au Ministère des dons et des legs, avec Georges Pompidou comme président de la République. Le nombre des personnages est moins important que dans le roman, mais tout l'esprit caustique de l'auteur est présent. Le côté caricatural des personnages ressort bien grâce à une belle harmonie entre les comédiens et une bonne interprétation. La musique de Jérémie Taglia ajoute au spectacle une légèreté sympathique. Les costumes sont élégants, et les fantaisies de chacun bien traduites. Voir par exemple le directeur du Ministère jouer au yoyo ou Monsieur Soupe un des employés se laver les pieds dans une cuvette en plein travail n'est-ce pas cocasse!.. Les deux femmes (une seule dans le roman) marquent par leur féminité et leur comportement fait également sourire.

C'est donc distrayant, enlevé, et le rire est de la partie.

Agnès Figueras-Lenattier

Plus d'infos :

Le Guichet Montparnasse 15 rue du Maine

Métro : Montparnasse, Edgar Quinet, Gaîté

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.