Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 21 mars 2022

DVD Carlotta Films

TYPHOON 06.jpgTEMPS SANS PITIÉ 02.jpgL'ÉTANG DU DÉMON 03.JPGTrois films sortis chez Carlotta films sont particulièrement intéressants à signaler. ( Photo n°1 " Typhoon" Photo n°2 " Temps sans pitié", Photos n°3 " L'étang du démon" )

» Temps sans pitié «  de Joseph Losey film qui même s’il n’atteint pas en qualité un des chefs-d’œuvre de ce cinéaste «  The servant » n’en est pas moins un bon film où l’on rentre tout de suite dans le vif du sujet. Il raconte l’angoisse d’un père qui à sa sortie de cure de désintoxication, apprend que son fils Alec est condamné à mort pour le meurtre de sa petite amie. Il n’a que 24 h pour prouver l’innocence d’Alec dont il est persuadé. Cette réalisation très personnelle a le même principe que  la série «  Columbo » dans le sens où l’on connaît d’avance l’assassin, un homme violent et possédant en lui quelque chose d’animal. C’est un beau témoignage d’amour filial, et jusqu’au bout le suspense est maintenu et l’on vit frénétiquement l’histoire. A cette époque Joseph Losey n’était pas encore reconnu, et il deviendra par la suite le grand réalisateur que l’on sait…

«  L’étang du démon » adapté d’une  pièce de kabuki de Kyota Izumi est un film de Masahiro Shinoda. Il repose sur l’esthétisme et la superstition issue des croyances japonaises.  Un professeur se rend dans un village où à proximité se trouve l’étang du démon avec la vallée qui joue de la harpe. Si la cloche ne sonne pas trois fois par jour, le démon libéré provoquera un déluge mortel. Ce cinéaste de la nouvelle vague japonaise du début des années 60 évoque par le biais de magnifiques couleurs , par un maquillage raffiné des comédiens et une atmosphère mystérieuse un univers parrallèle. C’est aussi l’histoire d’une belle retrouvaille entre deux amis qui s’éteint perdus de vue depuis longtemps. Et pour agrémenter le tout, des effets spéciaux attirants pour l’œil , une musique d'Isao Tomita parfaitement adaptée à la situation. C’est parfait dans l’illusion, et la retranscription des bruits de la nature..

Quant à «  Typhoon », un film de Pan Lei, il incarne bien le sentiment du «  doute » qui habite les personnages notamment à la fin. Une femme frustrée et délaissée par son mari qui pense surtout à ses machines et à son élevage de rats, un voyou séducteur, une jeune arborigène et une fillette plutôt délurée pour son âge. Il y a de la sensualité, de la jalousie,  et avec le typhon qui souffle ardemment vers la fin, les émotions sont quelque exacerbées. C’est la moralité qui l’emportera sur le reste…

Agnès Figueras-Lenattier

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.