Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 05 avril 2022

Les grands duels de l'art

Les Grands duels de l'art - van Gogh vs Gauguin - 3d - v3 ombre - def.pngLes Grands duels de l'art vol.1 - 3d - v7 - def.pngUne belle série de cinq DVD sur les grands duels de l’art a été réalisée par les éditions Montparnasse ( Michel-Ange vs Léonard de Vinci, Vincent van Gogh vs Paul Gauguin, Emile Nolde vs Max Liebermann, Turner vs Constable et le Caravage vs Baglione)… Deux de ces DVD vont être évoqués ici : 

 

Début XVIè siècle Michel Ange et Léonard de Vinci les deux meilleurs peintres italiens du moment sont engagés pour sublimer la salle du conseil du palais Vecchio. Il doivent peindre chacun une grande fresque ( 17m sur 7) représentant une scène de bataille. A Florence, la rivalité  est considérée comme très positive pour que les artistes se dépassent ce qui n’empêchera pas les deux hommes d’échouer dans cette entreprise. Du reste, Léonard de Vinci est plus déprimé que vraiment motivé…

Ce qui ressort de ce film de Sylvie Kürsten c’est la grande différence de personnalités entre ces deux artistes. Michel Ange est introverti, subjectif, très solitaire, alors que Léonard de Vinci est très sociable, féru de science et d’objectivité. Dans ses œuvres, il fait ressortir l’enchevêtrement des corps, alors que Michel-Ange au contraire les détache les uns des autres. Chez Vinci, tout gravite autour de la nature tandis que chez Michel-Ange les paysages sont rares. Ce qui les unit cependant, c’est leur sexualité, ils sont tous les deux homosexuels et leur ambition très forte. Mais De Vinci affiche sans retenue son homosexualité, ce qui n’est pas le cas de Michel-Ange dont la foi le fait naviguer dans le déni.

Pendant 4 ans, ils vont s’affronter mais aucun des deux ne peindra finalement ce grand champ de bataille. Michel Ange préfère profiter des opportunités que lui offre le pape et de Vinci aurait finalement abandonné son travail en chemin et c’est Vasari qui a peint par-dessus. Ce n’est pas la thèse de Mauricio Seracini qui prétend que de Vinci  aurait fini son tableau. Il a demandé à faire un trou dans l’œuvre de Vasari ce qui a été fait mais des voix se sont élevés contre cet agissement et finalement Seracini a été interdit de continuer et banni de tous les milieux.

Quoi qu’il en soit, cette rivalité a alimenté les débats et tout au long de cette période la question était de savoir qui était le meilleur. Quant à Léonard de Vinci, a-t-il fini sa toile ? Un doute subsiste… Tel est entre autre ce que l’on peut retenir de ce film qui a le mérite de l’avoir bien fait ressortir…

 

Le DVD sur Vincent Van Gogh et Paul Gauguin, film d’Andreas Gräfenstein retrace en grande partie la cohabitation entre ces deux peintres lorsque Van Gogh loue en hiver 88 «  la maison jaune «  où il espère y fonder sa communauté d’artistes.  C’est Théo le frère de Vincent qui convainc Gauguin dont il a vendu trois tableaux de rejoindre son frère. Au début, même si Gauguin est effaré par le désordre qui règne au sein de la maison, et que les deux artistes ont une vision bien différente de la peinture, la cohabitation se passe à peu près bien. Van Gogh aime peindre sur le vif, Gauguin n’est pas fan de la peinture en extérieur. En dehors de la peinture, ils passent beaucoup de temps au bordel, moments qu’ils surnomment «  leurs promenades hygiéniques »…

En tout cas, c’est une des périodes les plus prolifiques de la création  picturale : En 2 mois, Gauguin peint 16 tableaux, et Van Gogh le double… Van Gogh redoute le départ de Gauguin, ce qui va se produire en hiver. Le froid les empêche de sortir et étant constamment l’un sur l’autre, ils vont se quereller à longueur de temps. Leur différent artistique prend le dessus et le 23 décembre c’est le drame. Gauguin s’en va laissant toutes ses affaires et il semblerait que Van Gogh se soit coupé l’oreille. Mais il existe plusieurs hypothèses à ce sujet, et certains n’excluent pas l’idée que ce soit Gauguin l’auteur de cette blessure. Par la suite, Van Gogh sera chassé de la maison jaune et trouvera refuge à la clinique Saint-Paul. Il est probable qu’il se soit ensuite suicidé en se tirant une balle. On retrouvera Gauguin à Tahiti qui écrira ses mémoires et affirmera que penser à la souffrance de Vincent l’aidera dans ses périodes de mal-être… Il mourra de la syphilis…

Agnès Figueras-Lenattier

 

15:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.