Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 12 mai 2022

" Mon fils"

033 format web ©.jpg029 format web ©.jpgPour son premier projet en écriture et mis en scène, Erwan Szejnok a réussi son pari. Le texte est riche, bien mené avec une fine analyse de ce qui se passe dans la tête des deux protagonistes.  Que l'auteur soit diplômé en psychologie, cela l'a sans doute aidé à décrire ce dialogue imaginaire  entre un fils et son père dont il apprend la mort lors d'un coup de téléphone. 

La pièce se déroule dans l'appartement du père où repose son corps allongé dans un lit recouvert d'un drap blanc. L'histoire? Jacques petit-fils d'un survivant de la Shoah Erwan Szejnok) a voulu exprimer ses sensations d'homme ayant perdu sa famille dans les camps de concentration et ses remords par rapport à un fils dont il ne s'est pas occupé. 

A travers ce dialogue où le fils se libère d'un poids notamment en faisant part de ses reproches à un père qui cherche à réparer ses erreurs, se met en place une résilience commune.  Comment vivre avec un tel passé et réussir sa vie ? Quant au fils ( Jean-Philippe Bêche), il en ressort avec une meilleure compréhension de lui-même et de l'histoire de son père et fait le deuil plus facilement. 

Une belle harmonie règne entre les deux comédiens qui évoluent parmi de beaux jeux de lumière et une musique assez mystique qui se prête bien à l'atmosphère de la pièce. Bref c'est digne d'intérêt avec un thème qui même s'il a été très souvent traité est intelligemment exploité... 
Agnès Figueras

Plus d'infos :

Théâtre de la Contrescarpe rue Blainville

Métro : Monge

12:00 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.