Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 17 janvier 2018

L'antiquité grecque

Une idée philosophique expliquée

Luc Ferry

CD Fremeaux et associés

 

Quatre CD composent ce coffret dédié à l'antiquité grecque. C'est Luc Ferry qui avec sa voix limpide et son langage clair et précis nous parle de Platon, d'Aristote, du stoïcisme, et d'Epicure.

Pour Platon, il évoque les trois axes de sa philosophie, et les principales caractéristiques de ses dialogues. Il parle de son art de la maïeutique, c'est à dire une méthode consistant à faire découvrir une idée, et non pas à l'apporter. Il explique que dans " La République", Platon démontre que quand l'un n'est pas à sa place, c'est la catastrophe absolue. La cité va vers le déclin et cette pensée est valable jusqu'à la révolution française. Le christianisme va théologiser Platon distinguant deux mondes : le monde des idées d'un côté et le monde sensible de l'autre. On découvre dans cette première conférence comment Nietzche va s'opposer à Platon.

Dans le deuxième CD, Luc Ferry démontre l'importance de l'œuvre d'Aristote dans l'histoire de la philosophie grecque et son influence au sein de l'église chrétienne. Avec notamment son disciple Saint-Thomas d'Aquin. " La nature est le principe du mouvement", telle est la phrase qui représente le cœur de sa physique. Aristote rompt avec la "théorie des idées de Platon et distingue dans tout objet, dans tout être la forme et la matière. La forme représente ce qui est commun à l'espèce, la matière ce qui la caractérise…

Le stoïcisme (CD n°3) est relaté dans ses grandes périodes. Sénèque précepteur de Néron, Epictète esclave grec, Marc-Aurèle empereur de Rome sont de célèbres stoïciens. La grande thèse stoïcienne est que non seulement le cosmos est divin, mais qu'en plus il est parfaitement compréhensible pour la raison humaine. Rien n'arrive sans raison, c'est le déterminisme. Pour être heureux, il faut pratiquer à très haute dose la connaissance, et bien distinguer ce qui dépend de nous et ce qui n'en dépend pas. Dans les écoles stoïciennes on pratique quantité d'exercices de sagesse, d'exercices d'éthique, de morale. Par exemple, vivre le moment présent, repousser l'espérance, ne s'attacher à rien.

Reste Epicure et son école : le jardin. Pour lui, le but de la vie c'est le plaisir qui relève de la sensation et le bonheur guide toutes nos actions. Mais sa doctrine est surtout porté vers l'ascétisme et la frugalité. " Il faut se méfier des désirs immenses et creux " déclare t-il et il est un des premiers à critiquer le consumérisme. Il faut se limiter aux désires naturels tels que boire et manger. Le minimum de sexe est requis et l'on pense à Spinoza exemple de chasteté absolue. Les désirs telle que la richesse, le pouvoir, les honneurs.. sont à bannir car ils nous rendent malheureux. Il faut pratiquer la sagesse et comme chez les stoïciens, Epicure prône les exercices. Ainsi, devient-on heureux grâce à un travail sur soi.

Luc Ferry se contente surtout d'expliquer, et se permet peu de donner son avis. Mais on sait malgré tout qu'il ne partage pas les idées d'Epicure. Il préfère les philosophes qui se tournent vers la liberté plutôt que vers le bonheur. Ce sont quatre conférences instructives et agréables à écouter...

Agnès Figueras-Lenattier

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.