Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 avril 2018

Rendez-vous théâtre avec l'oeil éclairé d'Agnès notre critique du XIVè

Une singulière thérapie

Encore une petite quinzaine de jours pour assister au spectacle " Une singulière thérapie" qui en vaut vraiment la peine. C'est l'histoire d'un homme qui comble sa solitude en vouant une véritable admiration à une star de cinéma. Sa femme de ménage femme plutôt évoluée, lui propose un jeu: elle jouera le rôle de cette vedette le temps d'un rendez-vous. C'est drôle, intelligent et très bien interprété. Le texte de Vincent Duviau est astucieux, et dans ce petit théâtre où l'on est tout prêt des comédiens, on est comblé par l'ambiance qui se dégage de cette soirée. Elle  (Esmeralda Marzo), vêtue d'une jolie robe rouge pour l'occasion et tout à fait séduisante, se transforme avec naturel et raffinement. Lui ( l'auteur de la pièce), un peu hésitant au début, finira par se prendre au jeu et une belle complicité naîtra sur scène...

Agnès Figueras-Lenattier

Plus d'infos :

Théâtre du Guichet Montparnasse 15 rue du Maine

Métro : Edgar Quinet, Montparnasse

lundi, 16 avril 2018

Rendez-vous théâtre avec l'oeil éclairé d'Agnès notre critique du XIVè

Moi comme toi

 Un dimanche exquis en compagnie de la chanteuse Véronique Fourcaud et du pianiste Vincent Gaillard. D'après un texte cinglant et amusant de Sylvain Meyniac, et une mise en scène enlevée de Théodore Mytakis, tous deux nous régalent avec leur franche complicité, et incarnent à merveille le dicton " Qui aime bien châtie bien". Dans ce charmant décor du théâtre Maxim's, ils ne cessent de se chamailler pour ensuite mieux se réconcilier. Elle le traite de " mollusque", de " cerveau de poulpe", lui la juge râleuse, caractérielle. Mais ils s'aiment, s'adorent même, c'est incontestable, et ne peuvent se passer l'un de l'autre.

Les dialogues s'entrecroisent avec 15 chansons et mélodies des années 1930 comme : " Tout va bien Madame la Marquise", " J'ai deux amants".. Elle, sensuelle à souhait, possède une jolie voix limpide, et fait preuve d'une belle présence. Lui, complète bien le travail de Véronique Fourcaud et ajoute de la gaieté au spectacle, grâce à son dynamisme et sa joie de vivre. Bref, c'est un duo magique qu'il ne faut pas louper!...

Agnès Figueras-Lenattier

Plus d'infos

Théâtre Maxim's 3 rue Royale

Métro : Concorde

Spectacle le dimanche à 16h jusqu'en juillet

mercredi, 04 avril 2018

Les pionnières

Dans les ateliers de femmes artistes du XXème siècle

Somogy. Editions d'art

 

11 portraits d'artistes femmes dans l'intimité de leur atelier sont réunis dans cet ouvrage bien conçu dont le thème principal est l'abstraction. Ce concept est le lot commun de toutes ces dames nées avant la seconde guerre mondiale, et dont la maturité artistique s'est épanouie dans les années 1950 et 60. Leurs œuvres se voulant donc dénuées de réalisme ont pu être admirées dans les musées et galeries après l'an 2000.

Pendant bien longtemps, elles ont été évincées du domaine de l'art, et c'est une belle initiative de leur rendre hommage en pérennisant leurs créations. Une pérennité émise par le biais de photos éclatantes et colorées de Catherine Panchout et de textes bien écrits et détaillés des deux critiques d'art Elisabteh Vedrenne et Valérie Maulnin.

La première à être citée est Geneviève Claisse qui a depuis toujours adopté l'abstraction géométrique. La liste continue avec Sheila Hicks et ses fils de coton et de laine, Marta Pan et ses sculptures flottantes, Vera Molnar avec l'omniprésence du carré et de la ligne, Pierrette Bloch et son usage du pastel gras, du fusain, des encres, Aurélie Nemours et son exploration du vide comme seul espace de vie, Geneviève Asse et le " bleu Asse", Shirley Jaffe dont les combinaisons entre formes et couleurs donnent l'impression d'infini, Etel Adnan et ses petites toiles plus ses écrits. Parvine Curie et ses sculptures pour la plupart noires. Enfin Judith Reigl admirée par André Breton dont certaines toiles se révélèrent prémonitoires du 11 septembre 2001. Un beau panel à déguster sans modération…

Agnès Figueras-Lenattier