Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 27 avril 2020

Végétarisme, végétalisme, véganisme

De plus en plus d'êtres humains pratiquent soit le végétarisme (régime sans viande ni poisson), soit le végétalisme (régime sans nourriture du tout à base animale), soit le véganisme ( en plus de la nourriture végétalienne, vivre sans rien provenant de l'animal, notamment en ce qui concerne les vêtements). Philippe Starck créateur de renommée internationale est végétarien. Céline Iannucci auteur, comédienne et metteur en scène est végane. Tous deux s'expliquent sur leur mode de vie

 

Philippe Stark

Nanti d'un esprit grandement éclectique et fortement imaginatif, Philippe Stark n'a cessé toute sa vie de repousser les limites et les critères du désign. Pour lui, il est essentiel que la création quelle que soit la forme qu'elle prenne rende la vie meilleure au plus grand nombre.

 

Lorsque vous avez commencé un régime végétarien, qu'est-ce que cela a changé pour vous?

J'ai toujours été plus ou moins végétarien, possédant un dégoût instinctif pour la viande. Et à la naissance d'un de mes enfants, j'ai réalisé que je n'aimerais pas que l'on mange cet enfant et que dorénavant, je ne mangerais pas les enfants des autres. C'est une idée simple à avoir mais qui fait sens. En dehors de tout ce que l'on connaît de néfaste pour la terre du à la production de viande, la principale raison pour laquelle je suis végétarien c'est que je ne veux pas que ma vie engendre la mort. Ceci à n'importe quel stade. Je ne peux supporter que l'on tue des êtres vivants sous prétexte d'en nourrir d'autres. Ma culpabilité est telle que lorsque j'écrase une fourmi, je m'excuse auprès d'elle même si hélas, cela n'arrange pas vraiment son cas. C'est donc une raison strictement philosophique…

 

A une époque, les repas en avion n'étaient pas du tout faits pour les végétariens. Lors de vos voyages vous faisiez donc des écarts. Est-ce toujours le cas?

Même si la nourriture en général s'est améliorée dans les avions, la section végétarienne est effectivement assez médiocre. J'en profite donc pour faire des jeûnes, et quelquefois par désespoir, je dîne liquide.

 

Votre femme est végétarienne. Avez-vous élevé vos enfants dans cette philosophie du végétarisme? Si oui quel a été le résultat?

En effet, la question s'est posée pour l'alimentation de notre fille car nous aurions aimé être cohérents. Les médecins ont été unanimes et nous l'ont totalement déconseillé mettant en évidence des arguments difficilement discutables. J'ai eu moi-même l'exemple d'une famille composée de cinq enfants élevés à Formentera dans un strict végétarisme, et avec des résultats qui se sont révélés étranges. Mais évidemment, nous poussons à un niveau élevé la proportion du végétarisme au sein de notre famille. C'est d'autant plus facile, que ma plus jeune fille, pour des raisons morales, a décidé très tôt de ne manger ni viande ni poisson. Il faut donc plutôt la forcer que le contraire…

 

Que mangez-vous pour remplacer la viande et le poisson? Quelques exemples de plats végétariens que vous appréciez particulièrement? Et au niveau du lait? Lait de vache, soja, amende?

En général, ma part protéinée est constituée d'un régime quasiment religieux voué au quinoa, ce qui implique un bol de quinoa matin, midi, et soir. Cela fonctionne extrêmement bien, mais hélas ne fait pas maigrir. Nous buvons essentiellement du lait de soja et maintenant du lait d'amende que nous faisons nous-mêmes.

 

Vous ne mangez que bio, le vin aussi? Vous affirmez aimer manger souvent la même chose? Quoi par exemple? Faites-vous des cures?

Oui plus par hasard que par volonté, l'écologie et tout ce qu'elle comporte m'ayant été révélé à l'âge de 16 ans. Depuis, plus aucun produit non organique n'est entré dans ma maison que ce soit de la nourriture, de la lessive, des savons, du tissu etc… C'est une règle très ferme et régulièrement, je passe dans mes placards des produits d'entretien pour voir si une dérogation s'est produite. Si c'est le cas le cas, je mets moi-même tout à la poubelle. Le vin bio est une évidence comme le reste : pourquoi boire des produits chimiques inutiles? J'en bois régulièrement depuis trente ans et la qualité s'est énormément améliorée. Maintenant mon combat se situe ailleurs : militer pour les vins sans sulfites ajoutés car il est vraiment incroyable que des vins dits bio et labellisés puissent contenir des sulfites ajoutés, un poison immédiatement identifiable. J'adore manger la même chose, c'est une aventure personnelle, étrange et passionnante. J'ai des crises de divers monothéismes mais le plus permanent reste le quinoa. Je fais aussi trois à quatre jeûnes intégraux par an, à l'eau. C'est un exercice redouté à tort, qui engendre une certaine estime de moi-même due au fait que je sais le faire. Je travaille énormément, ce qui me permet d'avoir un esprit plus clair, et de me reconstruire physiquement après mes excès de voyage et un travail intense. Si j'avais le temps, je ferais des marches de plus de 100 km à jeun. Ce serait l'exercice idéal pour moi…

 

 Que pensez-vous de la viande cellulaire?
Je ne vois pas l'intérêt de produire de la fausse viande. Tout ce qui est faux est fondé sur une corruption qui forcément ne peut être sain. Si l'on veut des protéines, on peut les trouver dans les végétaux. Si la personne a réellement besoin de voir dans son assiette un steak frites ruisselant de graisse, elle appartient à une époque révolue et elle tirera les conséquences de ses erreurs.

 

 

Vous avez été ou êtes propriétaire de restaurants. Quelle place a la nourriture végétarienne au sein de ces restaurants?

Dans les années 2000, j'ai créé une des premières compagnies modernes de nourriture biologique qui s'appelait OAO. Nous avons été un des premiers à distribuer sérieusement les vins et les champagnes biologiques, et d'autres produitsL'imagerie électronique est déjà et sera encore davantage une des solutions fondamentales pour la guérison de presque tous les maux incluant la maladie mentale. La nourriture végétarienne a évidemment une influence sur le mental- sur la maladie je ne sais pas-car un foi foie chargé conduit en général à un état dépressif. Le végétarisme constitue aussi un enrichissement personnel. Il engendre une fierté personnelle et une cohérence envers soi-même formidables. Mais je pense hélas avoir été un peu trop en avance. Au même moment, je me suis dit que c'était bien d'inciter à consomme bio. A apprendre comment faire cuire le riz etc… mais qu'il serait plus efficace d'offrir une expérience directe. J'ai donc crée la chaîne des restaurants BON, 1000% biologique avec une carte incitant très clairement et fermement à aller vers le végétarisme-mon associé à l'époque ne voulant plus un végétarien uniquement. Il existait déjà des restaurants végétariens bien sûr, mais souvent réputés pour être tristes. L'idée derrière BON était qu'un restaurant biologique et végétarien puisse être beau, amusant et sexy. Là encore, j'ai compris que j'étais un peu en avance : des clients m'ont dit qu'ils ne comprenaient pas, qu'ils mangeaient tous les jours bio dans mon restaurant et qu'ils ne maigrissaient pas. Un autre se prétendait végétarien comme moi car il ne mangeait que du poulet. J'ai alors eu un grand moment de solitude qui m'a poussé à m'éloigner de mes restaurants, dont le dernier existe encore étrangement à Moscou. Mais je le crains sous une forme bien dégénérée. Ce serait le moment aujourd'hui de refaire strictement OAO et BON, mais il me semble que d'autres s'en occuperont mieux que moi.

 

Dans une interview au journal " Le Point", vous avez jugé la psychanalyse quelque peu désuète et avez parlé de l'importance de l'imagerie électronique pour les malades avec l'observation de la cartographie de leur cerveau. La nourriture végétarienne peut-elle selon vous avoir une petite influence sur la maladie mentale?
L'imagerie électronique est déjà et sera encore davantage une des solutions fondamentales pour la guérison de presque tous les maux incluant la maladie mentale. La nourriture végétarienne a évidemment une influence sur le mental- sur la maladie je ne sais pas-car un foi foie chargé conduit en général à un état dépressif. Le végétarisme constitue aussi un enrichissement personnel. Il engendre une fierté personnelle et une cohérence envers soi-même…

 

 Vous affirmez que manger végétarien vous aide pour votre travail. En quoi?

Etre végétarien aide pour la création car le corps et donc le cerveau sont totalement détoxifiés et circulent évidemment mieux. Aucune lourdeur dans le processus ne se fait sentir avec un fonctionnement plus rapide, une fatigue moindre; tout ce qui importe pour bien créer…

 

 

Céline Iannucci

 

Passionnée par l'écriture, la chanson française et la comédie, Céline Iannucci est comédienne, auteur et metteur en scène. Elle a fait plusieurs one man show, a montré un trio avec Florence Foresti et Céline Giroud " Les Taupes Models" a et a écrit une pièce "Donne-moi ta chance ". " V pour végane" est son dernier spectacle. Il raconte de manière humoristique le parcours autobiographique d'une végane et son combat de tous les jours. Comme elle le dit elle-même " Etre végane n'est pas un long fleuve tranquille". …

 

Vous êtes végane depuis 2014. Est-ce l'aboutissement d'un long processus ou cela s'est-il produit tout d'un coup?

Je dirais que globalement j'ai toujours été anti spéciste mais je ne savais pas que l'on pouvait se passer de manger des animaux. On entendait beaucoup de choses sur les végétaliens; qu'ils ne vivaient pas longtemps, ce qui était sûrement le cas avant l'invention de la vitamine B12. Depuis toute petite, je n'ai jamais pu tuer la moindre bête, que ce soit les insectes ou autres, et j'ai toujours très mal vécu les dîners autour d'une table en été lorsque les guêpes ou les abeilles étaient supprimées. De même quand mon père ramenait des poissons de la pêche, je les remettais dans un sceau salé pour les rejeter à la mer.   J'ai toujours mangé bio avec de la viande " bien traitée" à ce que l'on me disait. J'avais cette conscience là sans savoir que l'on tuait la viande jeune et ce sont des questions que je ne posais pas systématiquement. Après j'ai supprimé les petits animaux, puis je suis devenue pratiquement végétarienne. Ce qui m'a totalement fait réagir c'est la vidéo très controversée de Gary Yourofsky. C'est lui qui m'a fait prendre conscience que l'on pouvait vivre autrement, et c'était alors logique que je devienne végane.

 

Comment à présent vous nourrissez-vous?

Je mange le moins transformé possible à part peut-être le tofu puisqu'il a été fermenté. Je mange du tofu bio puisque je sais qu'il a été cultivé en France et que ce n'est pas du soja qui vient d'Amazonie et importé. Je ne suis absolument pas d'accord avec ce que l'on dit sur cet aliment, que c'est mauvais pour la santé, qu'il donne le cancer du sein. Pour moi, c'est bon pour la santé et c'est bien plus sain que les protéines animales… J'ai échangé sur Facebook avec Hervé Berbille fin connaisseur du soja qui pense qu'il existe une controverse venant des lobbies, ce qui lui donne mauvaise presse.. Sinon, je mange beaucoup de graines; de graines de courge, des super aliments et évidemment beaucoup de légumes, de légumineuses.

 

Vous dites " Etre végane n'est pas un long fleuve tranquille"!

C'est un peu ce dont je parle de manière assez risible dans mon spectacle dans toute la première partie. Les rapports que l'on entretient avec les gens en général, et les questions que l'on nous pose à peu près 10 fois par jour. Et des blagues que les gens pensent être les premiers à faire. Tout cela est un petit peu agaçant au bout d'un moment. Là je ne parle plus de mon spectacle mais de la vie privée où il faut constamment argumenter sur les mêmes choses. Cela prend beaucoup d'énergie, mais je me dois de le faire si je veux faire passer un message. La conversation peut parfois être un peu virulente, car même si je n'ai aucun ton agressif, certaines personnes se sentent agressées par le fait même du sujet, et en rapport avec leur conscience. Ces mêmes personnes d'ailleurs quand je les revois plus tard, généralement, ont déjà évolué. Il ne faut donc pas s'en priver, même si parfois c'est épuisant. Quand on est végane, on y pense tout le temps, même la nuit. En outre, je fais un spectacle sur le sujet et je baigne vraiment dedans. Je regarde les argumentaires, je vais voir des associations montrant des images, je souffre tout le temps en fait. C'est compliqué au sein de cette société, d'avoir cet état d'esprit, je ne dis pas démesuré car cela serait un pléonasme, mais tout simplement de l'empathie pour des êtres sentients et sensibles…

 

Quand vous allez chez des amis, y a t-il toujours ce qu'il vous faut?

En principe, oui. Ils font des efforts et me cuisinent des choses. Je les vois satisfaits d'essayer de faire des plats qui s'approchent du végétalisme et de me faire plaisir. C'est donc important pour moi de ne jamais faire d'écart et de montrer l'exemple. Ce qui est dommage c'est que ce n'est pas destiné à toute la tablée. Certains de mes amis sont véganes dans l'air mais n'osent pas faire le pas. En tout cas lorsque c'est moi qui invite, tout le monde se plie à mon régime. C'est toujours très bon, car j'essaye de faire des plats originaux et tout se passe toujours très bien. J'ai de la chance de connaître des gens qui se transforment pour moi. Mais comme cela doit les contraindre quelque peu, peut-être ne suis-je pas invitée à toutes les réunions…

 

Est-ce pour vous un sacrifice dans le sens où vous aimez la viande et autres?

Oui effectivement, mais ça ne l'est plus si je réfléchis. C'est vrai qu'au niveau du goût, je ne fais partie de ceux qui en sont dégoûtés. Quand on fait des barbecues et que je sens l'odeur, cela me donne toujours envie, en tout cas gustative. Mais dans ma vie courante, cela ne me manque pas du tout. C'est vraiment une conviction, et c'est d'ailleurs d'autant plus blessant lorsque l'on me dit " C'est ton choix". Oui, mais cela devrait l'être pour tout le monde.

 

Vous prenez de la vitamine B12 que l'on ne trouve que dans la nourriture provenant des animaux!

Oui, et je ne me risquerais pas à ne pas en prendre. Beaucoup de gens après mon spectacle, me disent ne pas en absorber et je les encourage vivement à le faire. C'est dommage de jouer avec sa santé. On dirait qu'il existe quelque chose de faux à en prendre. C'est juste une culture bactérie et il existe des produits beaucoup plus chimiques qu'ingèrent les omnivores. On peut prendre cette petite pilule différemment selon le dosage. Je prends celle qui s'absorbe quotidiennement et cela ne me semble pas anti naturel.

 

Votre compagnon vous suit-il dans votre démarche?

Oui, en tout cas lorsque nous sommes chez nous. Mais il lui arrive de manger autrement à l'extérieur. Il ne veut pas s'embêter et prétend qu'il n'y avait que cette solution là ce qui n'est pas vrai. Ce sont des moments où il s'octroie ce plaisir là et cela doit un peu lui manquer, même s'il ne l'avoue pas. Mais il essaye de plus en plus de résister. Par exemple, il ne va jamais prendre de viande au restaurant devant moi. Il pense que le poisson me gêne moins, mais c'est pareil. On a toujours le sentiment que la viande sensibilise davantage mais je trouve horrible la façon dont les poissons meurent. Quant au lait, il va en prendre avec un peu moins de culpabilité, alors que c'est une industrie aussi meurtrière que celle de la viande si ce n'est pire.

 

Mangez-vous du fromage végane?

Oui notamment une sorte de camembert dont je raffole. Un magasin en vend à Lyon mais c'est 10 euros le petit camembert. J'y vais mollo mais quand j'en achète, je le déguste réellement. Sinon quelquefois des pâtes à tartiner, mais là encore je peux arriver à m'en passer. En fait, il suffit de reconditionner son cerveau. Personne n'aurait pensé que je puisse me priver de fromage. J'en mangeais tout le temps, j'adorais ça, mais à présent je ne finis pas forcément mon repas par cet aliment.

 

Que pensez-vous de la viande cellulaire?

C'est un sujet très controversé et certains disent que ce serait bien que le goût soit totalement supprimé. Mais selon moi la viande cellulaire peut constituer un bon intermédiaire, car notre planète est quand même en danger. Il existe des personnes pas du tout capables de penser au végétal pur. J'espère même si ce n'est pas évident, qu'ils seraient assez intelligents s'ils retrouvent le même goût, la même consistance pour avoir recours à cette viande là en pensant au fait que les animaux sont en sécurité. Je ne suis pas contre pour convaincre les irréductibles…

 

Souvent, on accuse les véganes d'être moralistes et de chercher à embrigader tout le monde!

Oui, c'est un peu vrai en ce qui me concerne. En faisant mon spectacle, même si j'essaye de ne pas faire de propagande, à partir du moment où j'évoque le sujet, je mets les gens face à leur conscience. Ce sujet concerne tout le monde, et évidemment je vais avoir envie d'essayer de convaincre. Après, est-ce que c'est de la morale? Nous sommes quand même une espèce humaine dotée de cette conscience là et qui tâche d'être le plus morale possible. On se veut comme tel et l'on fait l'inverse. C'est une guerre que l'on entreprend contre les animaux, et ce n'est pas du tout en adéquation, avec tous les systèmes de valeur que l'on tente de nous faire avaler. Effectivement, je ne me cache pas d'être un peu moralisatrice sans penser pour autant que je détiens la vérité, mais je suis certaine de mon efficacité. Je me remets en question tout le temps, j'ai essayé de trouver des anti-arguments pour de temps à autre faire un petit écart, mais ceux-ci ne valaient rien par rapport à une vie et à une souffrance que je combats. J'ai vraiment le sentiment d'être dans le juste et je veux faire valoir mes arguments… Je suis toujours touchée quand les gens font un chemin et qu'ils commencent à moins manger de viande ou qu'ils deviennent végétariens. Même si bien sûr j'aimerais que ce soit global. Mais chacun n'a pas la même empathie d'emblée et de nombreux critères rentrent en ligne de compte comme par exemple l'éducation. Mais si une personne est ouverte et qu'un débat argumenté et intelligent se met en place, c'est bénéfique.

 

Pourriez-vous nous parler de votre spectacle

Il n'est pas que drôle. Je prends tout à la dérision mais à la fin par exemple je parle des gens qui travaillent dans les abattoirs et je les incarne. Par exemple celui qui est censé endormir, et j'explique les techniques d'étourdissement avec des instruments auquel il a recours. Je fais des personnages très hauts en couleur pour exagérer la situation et faire un peu rire. Toute la première partie, je parle de mes relations avec les gens, et de ma vie de végane. J'essaye d'étaler tous les thèmes du véganisme, toutes les raisons de l'être et toutes les contraintes d'une végane. Dans la deuxième partie, même s'il n'y a pas d'entracte, je vais davantage en profondeur en expliquant pourquoi je suis végane. J'explique toujours sous forme d'humour pourquoi l'on prend soin de certains animaux et que l'on en tue d'autres. Qu'on est condamné parce que l'on torture un animal de compagnie alors que l'on en tue trois millions par an dans le monde. Et puis je parle un peu des lobbies et de ma mère qui a toujours peur pour moi et ma santé. Elle pense qu'il va peut-être m'arriver quelque chose..

 

Après votre spectacle, des spectateurs vous disent-ils que vous les avez convaincus de faire des efforts?
Oui. J'ai même été très émue spécialement deux fois. Un jour, une jeune femme s'est dirigée vers moi les larmes aux yeux en me disant : " Je tenais à vous remercier, depuis 1 an je suis végétarienne. Je suis rentrée chez moi, j'avais du veau dans mon frigidaire et je l'ai mis à la poubelle et je n'en ai plus jamais mangé. Même des amis m'ont affirmée après avoir vu mon spectacle, que cela faisait dix jours qu'ils n'avaient pas mangé de viande. C'est peut-être une passade mais cela veut dire que ça interpelle. Mon spectacle, plus autre chose et encore autre chose, finit par semer quelques graines et c'est ce que je souhaite. Mais il y a aussi des gens qui ne sont pas du tout convaincus qui prennent le sujet au second degré. Ils veulent bien se marrer sans changer, mais je pense malgré tout qu'une réflexion se met en place. Par rapport à mes autres spectacles, il règne ce plaisir de voir les gens discuter du sujet. Certains viennent me voir et l'on en parle.

 

Vous avez travaillé avec Forence Foresti. Est-elle sensible à la cause des animaux?
Non, elle a été végane quelque temps mais c'était plus pour des questions de santé. Puis elle a craqué pour une raclette!...

 

Pour finir, avez-vous des animaux?
J'ai 3 chats. Un âgé et deux petits chatons. Quelqu'un les mis ces chatons dans un jardin voisin et les a laissés là. La voisine leur a donné un peu à manger mais elle ne pouvait les garder et voulait les placer à la SPA… Et je les ai donc recueillis… Dès qu'il existe un véritable échange entre l'animal et l'humain, je ne vois pas en théorie pourquoi on ne devrait pas en avoir. Pour moi, ce n'est pas de l'exploitation. C'est comme une personne qui a un cheval et qui le monte. Certains disent qu'ils ne sont pas faits pour cela, que ça leur fait mal au dos etc.. J'ai une amie qui a plusieurs chevaux. Ceux-ci représentent la prunelle de ses yeux et un vrai amour les unit. De temps à autre, elle part en balade avec eux. Personnellement je ne suis pas contre tant qu'on ne leur fait pas faire des choses qui les épuisent…

 

Agnès Figueras-Lenattier

 

 

 

mercredi, 22 avril 2020

Beethoven par lui-même

Présenté et commenté par Nathalie Krafft

Nathalie Krafft ancienne rédactrice du " Monde de la Musique" signe ici une séduisante biographie. Laquelle englobe de nombreuses lettres du compositeur, allant de la 1ère où à 11 ans il crie son amour de la musique jusqu'aux dernières où avant de mourir, il réclame notamment des subsides pour se nourrir.. " Dès ma quatrième année, la musique devient peu à peu la première des occupations de mon âge… Dès lors que j'entrai dans ma 11ème année, ma muse souvent me murmura dans les heures de consécration : " Essaie, écris et note les harmonies de ton âme."

Beethoven apparaît comme un homme humain, changeant, généreux, et grâce à ses écrits, l'on pénètre dans la profondeur de sa personnalité. Maltraité par un près brutal et alcoolique, il aimera plus tard taquiner ses collègues musiciens et faire des blagues.

Son caractère généreux et qui ne calcule pas, se devine particulièrement dans ses lettres avec les femmes; toutes ses amours se révélant d'ailleurs contrariées.

Habité toute sa vie par des problèmes de santé, son ouïe commence à lui jouer des tours dès l'âge de 27 ans. Il aura du reste des envies de suicide, mais l'art le retiendra : " L'art seul me retint de mettre un terme à ma vie." Le 6 octobre 1809, il écrit à ses deux frères :

" Il me semble impossible de quitter le monde trop tôt avant d'avoir engendré tout ce à quoi je me sentais disposé."

C'était non seulement un grand compositeur, mais il savait aussi être habile avec les mots. On le voit bien au sein de cet ouvrage où Nathalie Krafft qui connaît bien son sujet puisqu'elle est également l'auteur de la nouvelle édition des " Cahiers de conversation de Beethoven" donne du relief à son côté complexe et ambivalent. Un Beethoven également de talent dans sa correspondance qui déclarait "aimer rien tant que le royaume de l'esprit…"
Agnès Figueras-Lenattier

 

09:53 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : beethoven, lettres, biographie

mercredi, 15 avril 2020

Eugène Fromentin "Le roman d'une vie" par Patrick Tudoret

Editions Les Belles LEttres

Belle biographie d'Eugène Fromentin, peintre écrivain, né à la Rochelle en 1820; elle se lit facilement et avec agrément. Un style à la fois simple et travaillé avec des témoignages précis de personnalités l'ayant bien connu. Ce qui donne un bon aperçu de sa personnalité et montre son caractère mesuré, modeste, à la limite du syndrome de Lord Chandos, personnage de Hugo Von Hoffmann Stahl qui possédait un doute prononcé de ses capacités. Mais contrairement à cet homme, Fromentin n'a jamais renoncé à écrire.

Passionné par l'Algérie et considéré comme un représentant de l'orientalisme, il avait la faveur du grand Sainte-Beuve qui pourtant de manière générale avait plutôt la dent dure!... Même principe avec les Frères Goncourt. Quant à Georges Sand, elle ne tarissait pas d'éloges non plus. Elle évoque notamment sa figure saisissante d'expression, ses yeux magnifiques et ses dons d'orateur…

Eugène Fromentin fils d'un médecin reconnu et d'une mère pleine de compassion, était un élève brillant, doté d'une sensibilité maladive et d'une remarquable mémoire. Auteur de deux récits de voyage " Un été dans le Sahara" et "Une année dans le Sahel", une de ses forces consistait en une grande exigence vis à vis de lui-même et le mot facilité lui faisait horreur…

De santé fragile, auteur d'un seul roman mais quel roman! (" Dominique"), il vouait une grande admiration à des peintres comme Delacroix, Géricault, Corot. D'ailleurs quel enchantement pour lui lorsque Delacroix lui écrivit ces quelques phrases : " Après avoir lu votre " Eté dans le Sahara", qui m'a ravi, je désirais fort vous connaître : j'irai vous dire en même temps ce que j'en pense ainsi que du Sahel que je n'ai point encore lu. On m'a dit que vous m'y gâtez beaucoup… "

Dans ce livre, l'auteur démontre combien l'amitié constitua une des grandes réussites d'Eugène Fromentin, et combien nombre de ses amis étaient prêts à lui rendre service. Une des ses amitiés les plus fortes? Armand du Mesnil surnuméraire au Ministère de l'instruction publique et plus tard directeur de l'Enseignement supérieur.

Marié à Marie Cavellet de Beaumont après avoir aimé une certaine Léocadie inspiratrice de son roman, il connut également la joie d'être père.

A la fin de sa vie, il écrira un ouvrage sur les grands peintres flamands et hollandais " Les maîtres d'autrefois" dont Claudel, Proust, Van Gogh et bien d'autres en feront un livre de chevet… D'après Armand du Mesnil, il aurait souhaité avant de mourir, écrire un livre démontrant comment se fait la production d'un cerveau.

Qualifié de " peintre en deux langues" par Sainte-Beuve, il n'avait d'après Patrick Tudoret, rien de médiocre en lui. En tout cas, il était aussi doué en peinture qu'en écriture, ce qui est avéré, puisqu'il est à la fois un artiste représenté dans le monde entier et un écrivain honoré figurant dans la Pléaïde…

Patrick Tudoret nous séduit de par sa maîtrise technique de la biographie et par sa qualité d'écriture. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard s'il a obtenu en 2009 le Grand Prix de la Critique, et le Prix Claude Farrère et le Prix des Grands Espaces pour son roman ""L'homme qui fuyait le Nobel" en 2015…

Agnès Figueras-Lenattier

.

 

14:35 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fromentin, biographie