Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 10 décembre 2021

Arnaud Clément

A l’heure où se sont déroulé de grands changements au sein de la fédération de tennis, voici une interview d’Arnaud Clément le candidat le plus probable à la tête du tournoi de Bercy.

 

Quand on examine votre carrière on voit que vous avez fait beaucoup de matches marathon. A quoi est-ce du selon vous ?

C’est un petit peu mon système de jeu. A l’époque, j’avais un physique, une endurance qui faisait partie de mes armes et j’essayais d’emmener mes adversaires dans mon système de jeu le plus longtemps possible pour les fatiguer. C’est sans doute la raison. Cela dit, j’en ai sûrement perdu plus que je n’en ai gagné.

 

Justement, vous dites que vous en avez sans doute perdu plus que gagné?

Quelle était pour vous la défaite la plus dure ?  Ce genre de matches ou le fait de mal jouer ?

Les défaites apres des matches très longs, très accrochés, en passant tout près de la victoire c’est en général plus dur à encaisser. Surtout lors de matches importants. Mais on joue toutes les semaines avec de belles victoires, des défaites qui font un peu mal et une remise en question permanente. On ne s’arrête pas sur un match et lorsqu’on prend du recul et que l’on fait le bilan, il existe des matches éprouvants moralement et au contraire des victoires qui ont apporté une grande joie.

 

D’après ce que l’on peut lire dans la presse, il semblerait que vous étiez assez désagréable avec les ramasseurs de balles !

Non. Je n’étais pas très démonstratif et j’étais assez dur avec l’entourage par moment sur le bord du terrain. Car j’étais très exigent avec moi-même que ce soit à l’entraînement ou en match. Mais pas au point d’être odieux quand même.

 

 

Comment  se traduisait comment cette exigence ?

Un excès d’agressivité contre moi et avec les autres. Avec le recul j’en suis parfaitement conscient. Il  m’arrivait de faire preuve de certains excès avec mon entraîneur, et avec mon entourage très proche. Mais je ne pense pas qu’ils m’en veuillent, car nous sommes toujours très liés.

 

Et Nolween en a-t-elle subi les conséquences ?

Je ne crois pas mais on ne parle pas trop de notre couple…

 

 

Le coup qui vous satisfaisait le plus quand vous le réussissiez ?

J’aime bien mon revers le long de la ligne. Après c’est un sport d’adaptation tactique donc les coups que l’on aime réussir, ce qui fait le plus plaisir c’est le coup qu’il fallait réussir à ce moment là. Le coup juste qui peut changer   même si on a tous des coups que l’on préfère à d’autres.

 

Vous ne preniez pas beaucoup de risques je crois !

Effectivement ce n’était pas ma caractéristique principale même si on essaye d’avoir un maximum de régularité. Mais parfois il faut savoir prendre une certaine dose de risques et je pense que j’étais capable de le faire. Mais je n’étais pas un attaquant à tout va et j’étais quand même dans un système de jeu basé sur la régularité.

 

Vous avez joué en double aussi !

Oui et j’y ai pris beaucoup de plaisir. Comme c’est un sport individuel par excellence cela représentait un moment de partage. J’avais un lien avec mes partenaires, minimum bons copains, vois vraiment proches. Nous passions de bons moments ensemble, et c’était réellement un grand plaisir de gagner des matches, des titres. J’ai eu la chance de le faire avec pas mal de joueurs français, et ce sont de très bons souvenirs. Lors de l’ancien format de Coupe Davis, j’ai beaucoup joué en double en défendant les couleurs de l’équipe de France. Mon classement en simple avait un peu baissé, et j’étais moins performant. Et grâce au double, j’ai pu conserver ma place en équipe de France. C’était génial…

 

Les fautes d’arbitrage c’était pour vous plutôt stimulant ou perturbant !

Je ne pense pas être sorti complètement d’un match à cause d’une erreur d’arbitrage mais cela peut arriver chez certains joueurs.  C’est vrai que parfois il peut y avoir ce sentiment d’injustice qu’il faut digérer très rapidement mais aujourd’hui il y a l’arbitrage électronique qui ne  laisse pas place aux discussions. Je trouve d’ailleurs que c’est un peu trop développé aujourd’hui..

 

Vous pensez que le tennis est assez révélateur du caractère !

Je pense qu’il y a quand même un côté assez révélateur. Mais on peut voir des gens qui sont très calmes, très doux, en dehors du terrain et qui se transforment lors d’un match.. On a l’impression qu’ils deviennent quelqu’un d’autre. Il y a un petit peu de tout. C’est difficile de porter un jugement là-dessus. On se dit il est sur le court exactement comme il est dans la vie. Mais je pense que quand on est très calme et qu’on a un petit peu ce côté folie sur le terrain c’est que quelque part même dans la vie de tous les jours même si ce n’est pas très net, on a je pense forcément une petite folie  en soi aussi.

 

Quel est votre avis sur l’attitude des joueurs ? Que les joueurs se comportent plutôt comme Mac Enroe ou plutôt de manière calme comme Nadal

Nadal reste quand même très démonstratif mais c’est vrai qu’il n’a pas du tout ce côté provocateur comme Mac Enroe pouvait avoir. Pour que ce soit sympa, je pense qu’il faut un peu de tout. C’est bien  justement d’avoir des oppositions. Autant des oppositions de style de jeu qu’au niveau des caractères.  Comme la rivalité entre Mac Enroe et Borg. Mac Enroe qui parlait, remuait un peu dans tous les sens et un Borg qui ne disait pas un mot.

Plutôt que deux joueurs qui ne disent rien ou deux joueurs qui vont dans tous les sens c’est sympa d’avoir cette variété de caractère quand les joueurs s’affrontent…

 

Vous jouiez mieux quand vous meniez ou quand vous étiez mené ?
Il réfléchit. Cela dépendait. C’est vrai qu’il y a des joueurs qui jouent mieux quand ils sont derrière au score, je pense que pour moi c’était assez équilibré. Même si j’avais tendance à mieux jouer quand je menais.

 

Dans la vie c’est pareil, vous aimiez avoir le contrôle des événements !

Forcément comme je pense la majorité des gens. Maîtriser les choses, anticiper, être assez prévoyant. J’aime un peu moins être surpris…

 

Vous êtes très ami avec Sébastien Grosjean. Quels souvenirs gardez vous de vos confrontations car c’est un peu particulier de jouer un ami !

Je n’ai aucun bon souvenir et pourtant on s’est joué de nombreuses fois. Une fois c’était lui, une fois c’était moi. Nos matches étaient rarement bon. En plus, quand on s’entraîne tout le temps ensemble c’est toujours un peu délicat de jouer son meilleur tennis que ce soit de son côté ou du mien.  On sait toujours un peu à l’avance ce que l’autre va faire, ce qui crée une espèce de neutralisation. J’essayais en tout cas de faire quand même abstraction de l’adversaire mais c’était difficile par moment d’oublier que c’était un pote de l’autre côté du filet.

 

Vous avez été finaliste de l’Open d’Australie et lors de cette finale vous avez pensé à ce que vous alliez dire une fois le match fini et ça vous a un peu stressé !

A l’époque et je ne peux pas dire que ça a beaucoup changé mais c’était encore plus vrai autrefois, je parlais sacrément mal anglais et faire un discours devant tant de spectateurs m’avait beaucoup stressé. J’avais préparé un discours la veille, que j’avais mis sur papier et j’avais sorti les deux feuilles A4 au milieu du central. A ma demande, c’est un journaliste de « l’Equipe » qui le matin même de la finale m’avait fait la traduction français anglais. Mais au final tout s’est plutôt bien passé, et ça avait surtout amusé les gens.

 

Stressé mais pas au point de vous gêner dans le déroulement du match ?

Non j’avais déjà à cette époque là un peu d’expérience et suffisamment de contrôle pour ne pas que ça me prenne trop d’énergie.

 

 

Comment s’est passée cette finale ?
Assez rapidement pour mon adversaire André Agassi qui m’avait vraiment surclassé. Il était beaucoup plus fort que moi ce jour là et aucun moment je n’ai eu le sentiment que j’avais les armes pour le battre. Je ne peux pas dire non plus que je suis passé à côté du match. Il m’a dominé dans mon système de jeu du fond du court, c’était trop rapide, trop précis. On aurait dit un rouleau compresseur sur le terrain et il fallait sans doute avoir des armes un peu différentes pour le battre.  Je n’en avais pas ce jour là, je manquais un peu de puissance sûrement et d’un grand coup. Et Agassi jouant à son meilleur niveau, c’était simplement trop fort pour moi. Mais cette quinzaine est sans doute un des plus beaux souvenirs de ma carrière.

 

Vous avez un revers à deux mains. Le revers à une main semble revenir un peu sur le circuit. Est-ce une bonne chose selon vous ?

Il y a quelques revers à une main de très grande qualité et c’est vrai que ceux qui en possèdent un, il est en général assez exceptionnel. Peut-on faire plus de choses ? Disons des choses qui ne se ressemblent.  On peut avoir différents gabarits, différents styles de jeu, différentes techniques et jouer au plus haut niveau.

 

A l’heure actuelle jouez-vous toujours beaucoup ?

Je joue régulièrement avec des copains et je fais par exemple les matches par équipe avec mon club. J’aime bien jouer toujours. C’est vrai qu’il y a des joueurs lorsqu’ils arrêtent leur carrière qui mettent la raquette définitivement dans le placard.

 

Vous faites du sport tous les jours ?
Régulièrement ; mon corps me le demande. Je suis sûrement un peu drogué au sport et je me sens bien quand je fais du sport car j’ai la chance de ne pas avoir trop de bobos. C’est une pratique un peu moins intensive, un peu moins violente avec notamment beaucoup de vélo et des efforts plus doux…

 

Le fait d’en faire moins ne se répercute pas sur votre poids !

Je fais attention de toute manière et en faisant régulièrement du sport, on peut faire un peu plus d’excès. Mais ça va de ce côté-là, je ne m’en sors pas trop mal…

 

En tant que spectateur qu’appréciez-vous dans ce sport ?

Je regarde le tennis depuis que je suis professionnel. Avant quand j’étais jeune, je regardais assez peu donc je ne peux pas porter de jugement par rapport à cette période là. Aujourd’hui on aime bien les joueurs qui s’expriment peut-être un petit peu plus et qui montrent un peu plus de choses. Il y en a sans doute moins qu’à une certaine époque.

 

Y a-t-il un coup que vous aimez voir  plus particulièrement ?

Rien de spécial. Non ce sont des moments de matche clé  de tension qui retiennent davantage notre attention.  On va avoir la curiosité de se demander ce que le joueur va tenter à ce moment là.

 

Il y a sûrement beaucoup de matches que vous auriez imaginé tourner autrement

Oui autant pour les autres que pour moi pendant ma carrière. Heureusement ça va dans les deux sens même si quand on joue un match on est très concentré. Dans l’immédiat il y a des moments où ça tourne mal et des moments où ça tourne bien. Avec des renversements de situations qui peuvent être très rapides. Ce qui est passionnant dans notre sport, c’est que l’on ne sait pas combien de temps va durer un match. Et c’est bien de le regarder jusqu’au bout car il peut toujours y avoir quelque chose qui se passe côté mental, côté gestion du stress. Même pour les meilleurs finir une partie c’est toujours un moment dans un match. C’est un sport très riche et la situation  peut tourner en permanence dans tous les sens même au moment où on s’y attend le moins.

 

Gilles Simon s’est rebellé contre le fait que les arbitres n’avaient plus grand-chose à faire !

Oui et je pense que ce sont les conséquences du COVID. A été développé un arbitrage complètement électronique avec l’absence totale de juges de ligne et des annonces faites par des machines. Je n’aime pas du tout non plus. Je trouve que ça enlève le côté un peu humain à un match de tennis. Cela fait aussi partie du bagage du joueur professionnel de savoir gérer ces moments là quand il pense que s’est produite une injustice ou que l’adversaire a eu de la chance.

 

John Mac Enroe a déclaré que ce serait bien d’enlever l’échauffement et de passer directement au match. Quel est votre avis ?
Ca a été fait assez récemment. De toute manière, quand les joueurs arrivent sur le terrain, ils sont déjà échauffés, et ont déjà chaud. On essaye de gagner un petit peu de temps entre les points pour qu’il y ait un peu moins de temps mort. Pourquoi pas ? Mais de toute façon ça ne changera pas grand-chose.

 

Et le coaching pendant les matches ?

Il y a toujours des conseils qui sont normalement interdits avec des avertissements. Je suis pour que ce système actuel de sanctions reste en place. Il existe un peu les deux courants mais pour moi le tennis est un sport d’adaptation et c’est la qualité du joueur de savoir s’adapter à une tactique, à une position de jeu sans aide extérieure. Cela fait partie des forces d’un joueur de tennis.

 

Regardez-vous le tennis féminin ?

Ca dépend des matches, des périodes. Ces temps derniers le tennis masculin avait pris le dessus avec les confrontations entre Djokovic, Nadal et Federer. A une époque le tennis féminin dominait. Peut-être que l’on y reviendra, que ce sera un peu plus équilibré. Il y a deux ans, j’avais pris beaucoup de plaisir avec la victoire de Swiatek à Roland Garros. Les deux derniers US Open étaient vraiment très intéressants avec deux nouvelles venues en finale.  Il y a beaucoup de très bons matches mais c’est vrai qu’en ce moment il manque un peu ce côté rivalité avec à chaque fois des finales différentes.  Les gros rendez-vous avec les quarts et les demi ont tenu leurs promesses chez les garçons et pas chez les filles.

 

Votre joueuse préférée ?
J’ai une grande admiration et un respect énorme pour Séréna Wiliiams qui est pour moi la plus grande joueuse de l’histoire du tennis féminin. J’ai aussi aimé la période Amélie Mauresmo. Je ne dis pas cela parce que c’est notre championne française mais la variété de son jeu, ses revers coupés, ses montées au filet me donnaient beaucoup de satisfaction.

 

Il ne faut pas oublier Bartoli et Pierce !

Amélie Mauresmo a été n°1 mondiale et c’est notre championne française. Mais c’est vrai que Pierce avec deux grands chlems et Bartoli avec une finale en Grand Chlem et une victoire ont eu des carrières assez fantastiques. J’ai un grand respect pour elles. On dit que depuis quelques années le tennis français ne se porte pas très bien, que l’on n’a pas gagné de grands Chlems depuisNoah. A chaque fois, je fais partie des joueurs qui disent à ceux qui ne parlent que du tennis masculin que l’on a trois grandes championnes et qu’il ne faut pas les oublier. Ce qui est le cas un peu trop souvent.

 

Quelle est votre réaction lorsque je vous parle de ce qu’a dit Pat Cash à propos du tennis féminin : « Le tennis féminin c’est deux sets pourris qui durent une demi-heure » ?

Faut voir le contexte, la période même si ce genre de propos n’est pas acceptable. Je suis d’ailleurs surpris qu’il ait pu tenir de tels propos… Certains jours, il peut arriver que l’on tienne des propos un peu dégradants sur le tennis féminin. Ce n’est pas forcément mon cas même si à certains moments le tennis féminin m’intéresse un peu moins.… Mais j’ai beaucoup de respect pour toutes les athlètes féminines, je parle du tennis mais également dans les autres sports. Il ne faut pas s’arrêter à la simple comparaison physique car sur ce plan là ,les femmes ne pourront jamais rivaliser avec les hommes. Faut simplement regarder avec un œil différent et voir ce qui est beau, et ce qu’il y a d’intéressant dans le jeu des femmes

 

Qu’est-ce que vous pensez du cas Djokovic et de son refus du vaccin ?

Faut voir. Je ne suis pas persuadé qu’il n’ira pas à l’Open d’Australie. Ce serait surprenant.  Après, certains ont des convictions très fortes sur des sujets précis. Ils ne sont pas majoritaires mais sont convaincus qu’ils ont raison.  Si c’est le choix de Djojkovic en tout cas il sera allé jusqu’au bout de sa logique. Mais comme la plupart des gens, je ne partage pas son avis sur le sujet. C’est ainsi et on va bien voir ce qu’il va décider  de faire..

 

Et L’affaire Peng Shuai ?
J’aimerais que l’ATP s’aligne sur la décision de la WTA par solidarité envers cette joueuse. Faut toujours être prudent, car on n’a pas forcément assez de détails mais je fais partie de ceux qui ont relayé sur les réseaux sociaux ce soutien à cette joueuse qui semble en tout cas ne pas pouvoir s’exprimer librement.

 

Qu’est-ce qui s’est passé lorsque Gilles Moretton a été élu et que vous avez  du démissionner de vos fonctions à la fédération ?

Depuis 5 ans maintenant, le Ministère des Sports a demandé aux fédérations de se doter d’un comité d’éthique indépendant. Et quand Gilles Moretton a été élu, j’étais avec lui sur la campagne et je faisais partie de l’équipe. Mes activités professionnelles se passent dans le milieu du tennis et j’ai demandé à ce comité si mes mandats à la fédération étaient compatibles avec mes activités professionnelles. Il a été jugé que ce n’étais pas tout à fait le cas, donc j’ai pris la décision de démissionner mais de garder quand même une activité professionnelle à la fédération. J’aurais aimé prolonger au côté de Gilles mais ça n’a pas été possible. Je continue à exercer ce bénévolat comme vice-président de la ligue provençale Côte d’Azur… Et j’aimerais quand j’aurai un peu plus de temps m’engager davantage.

 

 

Avez-vous déjà coaché un joueur ?

Je n’ai pas beaucoup d’expérience dans le domaine.  Ca m’a toujours attiré mais la vie d’un coach est un peu celle d’un joueur de tennis. Un rythme qui ne fait plus partie de mes priorités.

 

 

 

Vous vous occupez aussi de deux tournois, un tournoi challenger à Aix en Provence et plus récemment à Brest. Quelles sont vos souhaits pour ces deux tournois ?

Ce sont deux tournois qui tournent déjà très bien. Même si nous ne sommes pas sur la création de tournois, le but d’un directeur de tournoi c’est justement d’observer les choses que l’on peut améliorer en permanence pour le public, les joueurs, les partenaires… Qu’est-ce que l’on peut faire de mieux l’année suivante…

Agnès Figueras-Lenattier

22:39 Publié dans Interviews | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.