Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 23 février 2022

Samy Thiebault

_DSC4200.jpg_DSC4362.jpgSamy Thiebault saxophoniste de jazz  renommé, détenteur également d’une maîtrise de philosophie en est à son 9 album qu’il a intitulé Awé. Une trilogie qui l’a amené sur les terres  créoles et lui a permis de continuer son exploration de la Caraïbe et du jazz afro-africain. . Le titre s’inspire d’une interjection que le contrebassiste Felipe Cabrera chantait sur Puerto Rican Folk Dong, un thème de son  album «  Carribean Stories » qui  résumait bien selon lui ll’idée d’Awe. Un cri, une danse populaire créole et savante en collaboration avec des musiciens cubains portoricains habitant  aux Etats-Unis. Il avait déjà fait un gros travail d’introspection autour des cultures caribéennes et  de la relation qu’elles entretiennent avec le jazz avec son CD Carribean Stories. Et il voulait écrire un répertoire plus contemporain afin d’être davantage en prise avec ce qui se passe sans perdre de vue sa propre direction artistique. Passionné de surf, il a demandé à l’artiste Sarah Joulia qu’il connaît depuis longtemps de s’inspirer de l’univers d’Awe pour réaliser une création autour de l’océan. En sont sortis des tee-shirts qu’il vend lors de ses concerts...

 

Comment situes-la musique par rapport au domaine artistique en général ?

Pour moi, c’est le seul art qui est le plus en prise avec une forme de transe et de sensualité spirituelle. Que ce soit dans la littérature, la poésie, le cinéma, il existe toujours le médium de l’intellect. Ce qui n’est pas le cas de la musique qui parle directement aux sens. Le résultat est beaucoup plus immédiat et donc plus intuitif, plus émotionnel . C’est un point de vue très subjectif et pas du tout nourri par une analyse. Je pense que l’on peut sûrement prouver le contraire en parlant peinture mais c’est mon propre ressenti. Sans cela, je ne serais pas musicien.

 

Tu dis que tu aimes la danse dans la musique. C’est-à-dire ?

La danse représente le mouvement et la libération du corps sous sa forme esthétique.  On danse toujours avec quelqu’un, ce qui entraîne un aspect collectif. Pour moi c’est le rôle de la musique. Il n’existe pas de danse sans musique, c’est ce qui la fait vivre même si c’est une danse intérieure.  Quand on écoute Charlie Parker, on n’a pas forcément envie de danser comme le font les danseurs de hip hop mais une mise en branle du corps se déploie. Tout cela dans un but de se changer avec autrui au moins l’espace d’un concert. On se connecte les uns les autres, ceci via le jeu des émotions, des sens. On essaye de se réunir ensemble pour danser de façon très discrète afin d’arriver à une forme de sentiments collectifs. Peut-être que ça change les choses sans que l’on s’en rende compte. En tout cas, c’est une union, une réunion où l’intellect est chamboulé. Ce sont pour moi des éléments très importants, on entre dans l’aspect de la transe.

 

Donnes-tu toujours  des cours à Choisy le Roi !

Oui aux enfants et aux adolescents cinq heures par semaine.  Enseigner m’est très cher car la notion de transmission est importante. C’est à la fois bien pour moi comme aspect créatif et à la fois important en tant que citoyen et artiste de transmettre. On ne peut pas créer si on ne donne pas… En général, on commence par le saxophone alto qui est le plus adapté à leur morphologie et on parle d’abord de son, de comment en émettre un et y prendre du plaisir. On écoute aussi des disques.

 

Quel est le plus important pour toi en tant qu’enseignant ?

La tradition orale. Je suis très attaché au fait que les enfants s’approprient cette musique et pas de manière académique.  Je tiens aussi beaucoup au côté populaire du jazz et que l’élève ne considère pas cette discipline comme une musique de bourgeois et de privilégié mais au contraire  comme une musique qui lui parle de manière immédiate. C’est vraiment ce que je travaille en priorité.

 

 

En dehors de la musique tu es assez sportif. Tu as fait un peu de tennis, mais ce n’est pas un sport qui te branche plus  que cela. Pourquoi ?

Effectivement. D’abord pour une raison personnelle. Quand j’étais enfant, mes parents m’ont fait essayer plein de sports et à chaque fois ça ne fonctionnait pas ; je n’étais pas connecté. Comme il y avait un court de tennis à côté de chez moi, on m'a inscrit à des cours. C’est le professeur qui a convoqué mes parents à l’époque et qui leur a dit qu’il semblait y avoir un problème avec moi.  "Il regarde la balle passer et il ne la touche pas. Il ne se déplace même pas pour aller la frapper. C’est peut-être un problème psychologique »avait t-il expliqué Tout le monde étai très inquiet, et on m’a emmené voir un psychomotricien qui a rassuré ma famille  en leur affirmant  qu’il n’y avait rien d’inquiétant me concernant. « C’est juste qu’il est dans son univers, qu’il rêve et visiblement courir après une balle ne l’intéresse pas plus que cela. »  La deuxième raison vient du fait que la compétition à deux me parle très moyennement. Me battre contre quelqu’un n’est pas ma tasse de thé même si j’admets les enjeux stratégiques de ce sport. Il développe les réflexes, une intelligence du corps et je comprends bien le rapport entre le tennis et le jazz. Plein de jazzmen adorent ce sport.  Dans la musique, la notion de compétition est aussi présente. Il faut être brillant pour stimuler le batteur mais ça ne me dérange pas car il n’y a pas de gagnant.. En outre, depuis que j’ai découvert le surf, ce n’est plus pareil.

 

Le surf comparable à la musique

J’ai retrouvé les mêmes éléments dans le surf que ceux que je retrouve dans la musique. Une forme d’abandon aux éléments, à ce qui se passe autour de soi avec une intelligence  de l’instant auquel il faut s’adapter et parfois le surmonter ; le dominer et aussi l’accepter. Présente aussi la notion de collectivité car avec l’océan on n’est jamais seul. On est avec l’immensité de la nature comme on est avec l’immensité de la musique et le bruit de l’océan représente surtout une notion de bien-être. .. On regarde les autres surfer, on apprend, on conseille et on très solidaire les uns des autres.. Comme dans la musique, s’il arrive quoi que ce soit on doit tous s’entraider. Si quelqu’un se trompe sur un morceau on est tous avec lui, car ce qui prime d’abord c’est la musique. Ce sont toutes ces valeurs là que j’ai retrouvées.  . On ne va pas jouer de la même façon  en fonction de ce que joue le batteur et le pianiste et en même temps on doit  leur donner l’impulsion afin d' être source de suggestion. L'on est vraiment dans cet entre deux que je n’ai retrouvé nulle part ailleurs. Et puis étant dépassé par tout ce qui se passe, il existe une forme de transe. Quand les alpinistes arrivent dans un milieu qui n’est pas approprié à l’homme, ils parlent d’engagement. C’est pareil en musique et en surf. Un endroit qui ne t’est pas forcément destiné, qui n’est pas là pour toi, qui ne t’attend pas, qui ne dépend pas de toi et pour moi la musique c’est pareil. Tu arrives dans un endroit qui existe avant toi ce qui donne à la fois une certaine forme d’humilité et de puissance. C’est vraiment l’union des paradoxes.

 

De manière générale tu aimes  les sports d’eau !

Oui, depuis que je suis petit, j’adore l’eau. Mon oncle m’a raconté que quand ma mère a voulu m’apprendre à nager, elle m’a jeté dans la piscine et il a fallu que je débrouille seul.  Quand je prenais un bain, je ne voulais plus en sortir et dès que j’étais face à la mer, j’y allais tout de suite. Je ne suis pas frileux et c’est là où je suis bien.

 

Pour le saxophone tu es bien sûr très exigent dans le choix de l’instrument. Est-ce pareil pour la planche de surf ?

Ah oui !. Il y en a d’ailleurs cinq chez moi ce qui crée des discussions avec ma femme qui commence à en avoir marre de ces planches de surf partout. Mais je pense honnêtement que c’est lié aussi à mon niveau. . Il existe un moment où l’on se concentre davantage sur le matériel car c’est en rapprt avec la progression. Quand on avance, on veut avancer encore plus donc on cherche la bonne planche, le bon volume intérieur, la bonne forme, la bonne longueur même si certaines planches dépendent des vagues. Pour le saxophone, j’ai passé beaucoup de temps à chercher ce qui me convenait, ce qui est utile, je ne le renie pas. Mais une fois que l’on a trouvé le bon matériel et qu’on a également pratiqué , le travail se faisant à l’intérieur de soi c’est-à-dire dans la manière de souffler, on arrête de se poser ce genre de questions.  J’ai des amis qui surfent tout le temps et qui n’ont qu’une planche…

 

Tu es un passionné de surf ?

Ah complètement ! En plus avec la crise du Covid, c’était la seule chose qui pouvait compenser l’absence de concert à la fois physiquement et psychologiquement.  Ca m’a tellement manqué de ne pas aller sur scène que la seule chose qui m’a aidé c’est d’aller à l’océan et de surfer.

 

Tu dis que c’ est créateur. Est-ce le fait de jouer avec les vagues ?
Tout à fait ! Pas une seule vague ne se ressemble, et il règne une notion d’esthétique très importante.  Quand on est sur une vague, la façon dont on place ses bras, son buste, son corps doit être joli à voir. Il ne  faut pas que ce soit forcé, il faut être avec la vague. Le surf de par l’importance de faire de beaux gestes, se rapproche de pas mal d’arts martiaux. C’est incroyable car une vague peut changer de seconde en seconde, on est vraiment dans la création instantanée.  C’est le même processus que le  jazz et même si on a l’impression que les conditions sont idéales et que toutes les vagues se ressemblent, ce n’est pas vrai. La vitesse, le découlement, les courants, l’influence du vent rendent chaque chose unique et précieuse.

 

Et la peur là-dedans ?

Cela  dépend mais c’est le même genre de peur qui m’habite avant de monter sur scène. Plus une conscience extrême que de la peur. C’est un drôle de sentiment car on n’est ni totalement dans la joie ni totalement dans l’anxiété. C’est un entre deux où tout est à vif et l’on est plongé dans une concentration intense, du coup très excitante. Mais c’est vrai qu’à une certaine hauteur, je peux commencer à avoir peur mais bizarrement je me sens en sécurité dans l’océan. J’avais beaucoup plus peur quand je faisais du skate. J’avais peur car sur le goudron, on peut se faire très mal.  Mais dans l’eau je suis rassuré, je ne sais pas pourquoi. C’est irrationnel et je n’ai pas vraiment d’explication. En décembre 2021, je suis allé faire une cession  à Saint-Jean De Luz. Les vagues étaient très grosses avec une hauteur de 2 mètres  2m ½ ce qui est ma limite car au-delà c’est trop technique. A un moment donné, je me suis fait renverser par une vague et je suis resté très longtemps dans l’eau mais à la fin emmené vers les rochers, je n’ai pas vraiment été envahi par la peur. C’était comme une vigilance qui commençait à apparaître…

 

Existe-t-il plusieurs positions dans la façon de se tenir sur la planche ?

En surf ce n’est que debout, mais ceux  qui font du long board ont de très longues planches sur lesquelles on peut réaliser des figures de style. C’est précis et ce sont de petites vagues.. En revanche en body board, la position est allongée avec des planches tout à fait différentes. Elles sont en mousse et beaucoup plus petites. J’ai d’ailleurs commencé par là et sur ces planches là on peut se mettre à genoux. Un genou à terre, un genou debout.  J’adorais ce genre de figure qui ressemblait un peu à des positions de scène d’aikido. Mais je préfère le surf car les perspectives et sensations sont beaucoup plus intenses.

 

Prends-tu beaucoup de gamelles ?

Cela  dépend du niveau, mais j’ai l’impression de progresser en ce moment et j’en prends moins. Sur 2h si on est très en forme, on prend cinq à six  bonnes vagues ce qui est peu car on passe beaucoup de temps à ramer. 20% seulement à surfer et sur ces 20% il y a peut-être 10% de bonnes vagues… De quoi dépend la chute ? J’ai envie de citer un personnage d’Azur Asmar un dessin animé que j’adore. Au début, un jeune enfant monte sur un cheval, il tombe et celui qui lui apprend à faire du cheval lui dit « Ce n’est jamais la faute du cheval, c’est la faute du cavalier." Toutes les vagues sont surfables avec bien sûr des vagues plus ou moins difficiles à cerner.  Un excellent surfeur arrive à surfer à peu près tout. Certaines vagues se perdent tout de suite, d’autres se déroulent.  Une gamelle sur une vague facilement maîtrisable  dépend de nombreux paramètres. Un pied avant trop devant, le fait de se lever trop tard, de trop regarder autour de soi, trop sa planche… La position idéale ? Les genoux très pliés et le buste droit. L’erreur de beaucoup de débutants c’est d’avoir une position en crabe.

 

Un endroit idéal pour surfer ?
Il y en a plein mais je suis assez attaché à la plage où j’ai débuté en bas du bassin d’Arcachon ou au pays basque. J’aime bien aussi surfer au Maroc . Comme ma mère était marocaine, c’est toujours très émouvant pour moi d’aller là-bas surfer. La plupart du temps, je surfe tout seul mais quand je peux j’y vais avec des amis d’enfance qui sont tous surfers. On a commencé ensemble et on était les premiers à aller sur les plages en bas du bassin d’Arcachon. On avait une planche pour six, on a tous essayé et ça nous a plu. Quand on y va ensemble, c’est génial comme rapport et comme moment.  C’est la solidarité dont je parlais entre les musiciens, même genre de collectif.

 

Tu surf en tournée ?
Ah oui et ça devient même un problème dès que je vois qu’il existe des vagues pas loin. Je pars avec trois planches et c’est un enfer pour ma production de prévoir des voitures assez grandes pour me réceptionner à l’aéroport. Je commence à embêter toute le monde avec mes histoires…

 

Donc tu as déjà surfé avant un concert ?

Oui ça m’est arrivé. Quand c’est possible comme à Saint Sébastien, je me lève très tôt et je vais surfer. Cela me met dans la même énergie que pour un concert. Mais il ne faut pas en abuser car c’est très fatigant quand même. Il faut garder un peu d’énergie pour le soir et au lieu d’une heure et demi , deux heures, je surfe une demi-heure, trois quart d’heure. C’est comme un extra. Surfer m’inspire musicalement oui mais c’est plus en terme de sensations qu’en terme de mélodies. C’est une sorte d’état d’esprit, de mise en disponibilité. Ce qui est sûr c’est que quand je vais surfer, j’ai l’impression de travailler mon instrument.

 

T’es-tu déjà blessé ?

Non pas au rythme où j’en fais. Trois, quatre fois par mois.  Mais pas mal de surfers peuvent se faire mal au dos à cause de  la position de rame. Le buste très ouvert pour avancer et voir au loin. Mais la blessure est assez facilement compensée par des exercices de yoga, des choses de ce style. Mais c’est un sport très complet qui fait travailler énormément les parties du corps.

 

En surf tu as envie de progresser et en musique aussi. En quoi ?

Oui, c’est même l’essentiel de ce que je veux faire et encore plus en musique. En surf, je dois travailler le fait d’avoir un dos plus droit sur ma planche  et d'avoir une vision plus large de la vague. Regarder loin, avoir une vraie direction du regard et peut être utiliser plus mes appuis avant… En musique la chose plus importante n’est pas d’être le meilleur mais d’être expressif . Arriver à partager de manière claire des sentiments forts. Cela passe par plein de médiums différents :  le son, le placement, la technique.

 

Quels sont tes projets ?

Déjà partir en tournée pour Awe. En Italie, Algérie plus tous les festivals de France en mai et en juin. Je prépare également un prochain album mais que je garde un peu secret…

Agnès Figueras-Lenattier

 

15:39 Publié dans Interviews | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.