Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 octobre 2017

"Cirkopolis", "The pianist"

Le programme 2017-2018 de ce nouveau théâtre Le 13ème Art est alléchant. Après les chansons d'Anne Sylvestre c'est actuellement au tour de la troupe du cirque Eloize d'évoluer dans un décor futuriste. 14 comédiens danseurs s'ébaudissent dans une ambiance variée et dynamique, et les projections vidéo en mettent plein la vue.

 " The pianist" est encore plus séduisant. Ce spectacle met en scène un pantin totalement désarticulé qui tente en vain d'accéder à son piano noir ; c'est comique et plein de fantaisie. Thomas Monckton mime néo-zélandais vêtu d'une queue de pie, semblant regarder ailleurs interprète avec brio un pianiste un peu fou…Nanti d'une incroyable souplesse et d'une agilité corporelle a toute épreuve, il a l'art avec peu de choses de laisser filtrer sur le plateau une inventivité féroce, et  un numéro étonnant de burlesque. Notamment lorsque derrière un rideau, il fait naître des formes étranges. On ne peut s'empêcher de rire, et la soirée passe à toute allure. Deux spectacles de très bonne qualité.

Agnès Figueras-Lenattier

Plus d'infos

Le 13ème Art Centre commercial Italie Deux avenue d'Italie 75013 Paris

Métro : Place d'Italie

 

 

00:18 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mime, souplesse, humour

samedi, 13 février 2016

Rendez-vous théâtre avec l'oeil éclairé d'Agnès notre critique du XIVè

Jean Piat " Pièces d'identité"

Jean Piat a concocté ici un mélange savoureux de souvenirs et d'extraits de textes littéraires (La Fontaine, Victor Hugo, Musset..). IL en parle de manière charmante avec de délicieuses intonations de voix, et un tonus encore bien à lui malgré ses 91 ans. A 4 ans, il était déjà heureux sur scène et il continue tout autant à l'être, cela fait vraiment plaisir à voir, même s'il explique la difficulté d'être sur scène à son âge.

C'est une véritable confession qu'il fait ici, dans ce joli théâtre des Bouffes Parisiens, sans oublier d' y glisser humour et douce nostalgie. On le voit évoluer de sa plus tendre enfance à aujourd'hui. Un spectacle touchant qui nous rappelle les centaines de personnages qu'il a interprétés et son passage à la télévision dans " Les rois maudits"..

Agnès Figueras-Lenattier

Plus d'infos :

Théâtre des Bouffes parisiens 4 rue Monsigny

Métro : Quatre septembre

A noter dans un tout autre genre le superbe spectacle au Théâtre la Bruyère " les Cavaliers" tiré du beau roman de Joseph Kessel. L'histoire se passe en Afghanistan et évoque le jeu du bouzkachi avec une place importante réservée aux chevaux.. L'interprétation est magnifique, pleine de force et la mise en scène grandiose. Une vraie performance qui donne envie de lire ou de relire le livre.

jeudi, 18 juin 2015

Rendez-vous théâtre avec l'oeil éclairé d'Agnès notre critique du XIVè

Dali, conférences imaginaires

 Excellente performance de Philippe Kieffer dans le rôle de Dali. Que ce soit côté aspect physique ou côté verve spirituelle et humoristique. D'après un texte brillant et une mise en scène astucieuse de Christophe Gauzeran, ce comédien incarne un Dali provocateur, attiré par le sens de l'exagération et par la subversion. 

On apprend sa profonde admiration pour Raphaël et Vermeer, et on l'écoute faire une introduction de la laideur au sein de l'art moderne. Se faisant appeler " Divin Dali" par celui qui l'interroge, il reconnaît volontiers sa mauvaise foi. Et fait l'éloge de Picasso qu'il estime être le plus grand génie du monde contemporain après lui. " Le surréalisme c'est moi" affirme t-il en toute modestie.

Sa mésentente avec André Breton et son amitié avec Paul Eluard sont également retranscrites sur scène. Pendant presque deux heures, on est happé par ce flot de paroles et ce délire verbal. En revanche, sa femme Gala n'est pas évoquée ce que le Dali imaginaire regrette. L'occasion peut-être un jour d'une nouvelle pièce..

Ce spectacle enchantera aussi bien les admirateurs de Dali, que ceux qui ne le connaissent que superficiellement. En effet, que l'on aime ou pas ce peintre, sa personnalité quelque peu extravagante vaut le coup d'être évoquée.. C'est ce qui ressort de cette soirée où l'art pictural est bien mis en valeur..

Agnès Figueras-Lenattier

Plus d'infos : Studio Hebertot 78 bis bd des Batignolles

Métro : Villiers ou Rome

vendredi, 06 mars 2015

Rendez-vous théâtre avec l'oeil éclairé d'Agnès notre critique du XIVè

C't' à ton tour Laura Cadieux

 

Nous sommes à Montréal au sein de l'univers de Laura, femme suivant depuis 10 ans un traitement pour maigrir. Elle aime tellement manger! Plus on lui dit qu'elle est grosse, plus elle dévore..

La voilà dans le métro, direction la salle d'attente de son génie-coloye. A l'aide d'un parler populaire, elle raconte avec bonhomie ses problèmes quotidiens, ses rencontres, et les nombreuses moqueries dont elle est victime. L'on assiste alors à un monologue empreint d'humour et d'autodérision caustique.  L'actrice Cécile Magnet, naturelle et attachante met de la gaieté, et de l'entrain dans la salle. Les différents personnages dans lesquels elle se glisse sont savamment interprétés. La mise en scène de Christian Bordeleau se prête bien au jeu de la comédienne, et le texte astucieux et grinçant de Michel Tremblay romancier réputé du Québec résonne bien sur scène. Une soirée agréable où dynamisme et drôlerie s'entremêlent de manière plaisante..

Agnès Figueras-Lenattier

 Plus d'infos

Théâtre de l'Archipel 17 bd de Strasbourg

Métro : Strasbourg Saint-Denis

dimanche, 25 janvier 2015

Rendez-vous théâtre avec l'oeil éclairé d'Agnès notre critique du XIVè

Blind Date

 

Un célèbre écrivain aveugle au charisme certain est assis sur un banc de la place San Martin à Buenos Aires. Un directeur de banque un peu paumé s'assoit à côté de lui, et commence à se confier. Une rencontre qui va amorcer le début d'une très belle pièce bien construite écrite par l'argentin Mario Diament. L'originalité est de mise, et le suspens bat son plein tout au long du spectacle.

Cinq personnages joués par d'excellents comédiens vont nous faire pénétrer dans le monde mystérieux des coïncidences.

L'ombre de Jorge Luis Borges à qui rend hommage l'auteur et la référence à " L'éducation sentimentale" de Flaubert résonnent constamment sur scène au moyen d'une mise en scène rythmée. La musique est là présente, et l'humour et la lucidité de cet écrivain devenu aveugle nous font prendre conscience qu'il ne suffit pas de " voir". Il faut aussi comprendre.

Cette pièce a obtenu plusieurs prix en Floride et en Amérique Latine et c'est amplement mérité. Bravo à l'auteur et à toute l'équipe qui a contribué à la réalisation de ce spectacle envoûtant et enchanteur..

Agnès Figueras-Lenattier

Plus d'infos

Théâtre de la Huchette 23 rue de la Huchette

Métro : Saint-Michel

mardi, 21 janvier 2014

Festival de Cirque

 

Du 23 au 26 janvier aura lieu le 35ème festival mondial du Cirque de demain sous le chapiteau du Cirque Phénix pelouse de Reuilly dans le 12ème arrondissement. Présents des artistes de moins de 25 ans ne pouvant concourir qu’une seule fois dans leur carrière. 16 nationalités seront représentées avec comme nouveaux pays le Vénézuéla et l’Uruguay. 25 numéros se tiendront sous nos yeux, du trapèze au jonglage et de l’équilibre au fil de fer. Humour et joie de vivre assurés..

Renseignements au 01-40-68-07-72

 

jeudi, 03 janvier 2013

Rendez-vous théâtre avec l'oeil éclairé d'Agnès notre critique du XIVè

L'affaire Dussaert
Philippe Dussaert (1947-1989) est à l'origine du mouvement vacuiste dans les années 80. Peggy d'Argenson galeriste, critique d'art, a exposé et promu son oeuvre. Et c'est la rencontre entre cette femme et l'auteur de la pièce Jacques Mougenot, qui a fait naître l'idée de ce spectacle. Et quel spectacle! Drôle, brillant, fin, astucieux.
Jacques Mougenot également comédien raconte avec subtilité, et sous forme de théâtre conférence, l'histoire de ce peintre. Notamment la vente publique de sa dernière oeuvre qui a suscité bien des remous.. Rien est-il une oeuvre d'art? Une question que l'art contemporain avec parfois ses dérives et ses escroqueries peut entraîner.
En tout cas de ce rien, Jacques Mougenot en a tiré un texte qui est tout sauf du rien. La richesse des mots et la truculence du langage sont au rendez-vous. Et l'on rit de bon coeur des réponses qu'apporte cet homme à nous les profanes. Ce n'est d'ailleurs pas pour " rien" que ce spectacle a obtenu le prix Philippe Avron décerné pour la première fois par la Fédération des festivals d'humour et la SACD. Que l'on apprécie ou pas l'art contemporain, il faut impérativement aller savourer l'affaire Dussaert..
Agnès Figueras-Lenattier
Plus d'infos:
Théâtre des Mathurins 36 rue des Mathurins
Métro : Havre Caumartin

15:22 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dussaert, rien, humour

jeudi, 14 octobre 2010

Rendez-vous théâtre avec l'oeil éclairé d'Agnès notre critique du XIVè

Le dernier venu, le coltane

Deux bons spectacles sont à l'affiche en ce moment au théâtre de l'Essaïon. Le premier " Le dernier venu" raconte la rencontre entre un SDF quelque peu dépité et révolté et une petite fille. L'idée est venue à l'auteur Roger Défossez suite à une discussion  avec un SDF un jour où il attendait d'aller jouer " La cantatrice chauve" à la Huchette. Il n'a jamais revu cet homme mais en tout cas son imagination a pris son envol et une jolie pièce de théâtre est née. Alors que le SDF(Bernard Carpentier ) est en train de repriser une de ces chaussettes surgit une gamine (Guylaine Laliberté) sautant à la corde et intrigué par ce monsieur. La conversation s'installe et de là s'amorce une belle amitié. En huit tableaux vont survenir de fortes émotions, et les deux acolytes vont se mettre à gentiment délirer ensemble dans une atmosphère poétique et entraînante. Avec de la partie un humour corrosif et une mise en scène habile de Xavier Lemaire) mettant en relief la notion de rêve et de jeu. On prend plaisir à voir évoluer ces deux êtres l'un incarnant la dérision et l'autre l'innoncence enfantine. Le deuxième spectacle met en scène une joyeuse troupe pleine d'entrain et on nage dans la bonne humeur. C'est l'histoire de Paul Lenoir(Marc Pistolisi) pour qui tout va mal. Il est ruiné, sa femme veut le quitter et il a des problèmes d'entente avec son frère. Quant à sa secrétaire elle est très jolie et attire tous les regards. Un de ses amis géologue va lui annoncer que la maison de son frère contient un minerai très rare le coltane. Quoi de mieux pour remonter la pente financièrement  que de racheter cette maison . Il lui faudra en tout cas faire preuve de beaucoup de ruse. Y parviendra t-il? C'est le mystère que vous éluciderez si vous allez voir cette bande de comédiens qui interprètent tous un rôle bien à eux. Paul est très bon en homme nerveux et cherchant des solutions à tous ses problèmes. Il déploie une energie farouche et doit être bien fatigué après le spectacle. Les autres (Clément Rouault, Isabelle Jeanbrau, Sandra Velocia, Guillaume Destrem, Damien Cimma, Margaux Schramm Decroix,
Jérémy Malkhior) lui donnent tous bien la réplique et c'est une soirée où l'on rit volontiers et où on se détend.
Agnès Figueras-Lenattier
Plus d'infos
Théâtre de l'Essaïon 6 rue Pierre-au-Lard
Métro : Rambuteau ou Hôtel de Ville

jeudi, 09 septembre 2010

Rendez-vous théâtre avec l'oeil éclairé d'Agnès notre critique du XIVè

Les aventures d'Octave


Qui est Octave autour de qui tourne toute l'histoire? Mystère! Un indice cependant: c'est grâce au vendeur du Bricorama d'Argenton sur Creuse qu'on entend parler de lui. En tout cas le père René et son fils Antoine s'en soucient drôlement. Il fera même l'objet d'un livre " Les aventures d'Octave" qui deviendra un succès mondial.. C'est Alain Payen l'auteur et l'interprète du spectacle. Il nous fait revivre par le biais de fréquents jeux de mots, avec un certain humour et au moyen d'objets de toutes sortes sa relation avec son père de son enfance à aujourd'hui. Divers personnages et situations se succèdent alors qu'il tourne en rond 30 minutes par jour autour d'un parc. Il fait douze tours dans le sens inverse des aiguilles d'une montre et passe en revue les différentes personnes qui ont peuplé son existence. Il y a d'abord son père délaissé par sa femme qui fait tout le temps la vaisselle et qui aura ensuite deux femmes dans sa vie. Une banquière aux gros seins et une certaine
Caroline bi-sexuelle plate comme une limande. Une mère mais qu'il décrit très brièvement prof de gym à la belle plastique et sèche comme une trique. Et puis des hollandais, des moines, des éboueurs, un pédiatre, un passionné de botanique, Georges Braque, Robert l'éditeur. Bref, il y a de quoi faire.. Dans ce spectacle, Alain Payen fait preuve d'une certaine imagination et son inventivité nous permet de passer une heure agréable en sa compagnie. On peut même rire ou du moins sourire allègrement...
Agnès Figueras-Lenattier

Plus d'infos:
Le Guichet Montparnasse 15 rue du Maine
Métro: Edgar Quinet

mardi, 12 janvier 2010

Rendez-vous théâtre avec l'oeil éclairé d'Agnès notre critique du XIV

Juste le temps de vivre
Quel agréable spectacle! Spectacle où le metteur en scène a fait revivre la verve de Boris Vian en imaginant une émission de radio des années 50. Lors de cette soirée, c'est la chanson qui prédomine. Rien d'étonnant puisque Boris Vian en a écrit des centaines. Parmi celles-ci " je bois", " je n'aime que moi". Ou encore "On n'est pas là pour se faire engueuler" dont les paroles sont distribuées au publc et chantées tout à la fin. On retrouve aussi des poèmes et des textes tirés de l'oeuvre de Boris Vian : " Je voudrais pas crever", " L'écume des jours". Ce sont trois acteurs, chanteurs, musiciens, deux femmes et un homme habillés élégamment qui célèbrent la mémoire de l'écrivain. Et ils le font avec malice, humour et sensualité. Pour accompagner leur rôle respectif un piano, une trompette et une guitare. Bref, ce trio a l'art de nous emporter,et de nous faire succomber au charme de cet auteur joyeux et prolifique. Et comme il le dit si bien " faut rigoler, faut rigoler avant que le ciel nous tombe sur la tête"!..
Agnès Figueras Lenattier
Plus d'infos
Théâtre du Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs
Métro : Vavin ou Notre Dame des Champs

11:11 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vian, humour, chansons