Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 23 décembre 2021

Rêveries à de meilleurs jours

En début d'après-midi j'ai explosé, j'en avais besoin et j'ai balancé mes bouquins dans mon appartement et j'ai pleuré aussi. De belles réactions naturelles, saines et qui font du bien et que ne comprennent pas les psychiatres de manière générale. J'aurais eu une belle injection pour tout ça et après tout en moi aurait été bloqué. Avec l'aldol à forte dose, j'étais incapable de pleurer, de ressentir quoi que ce soit et quand un homme me touchait aucune réaction, la frigidité la plus totale. Comment peut-on s'en sortir ainsi. Je me souviens à la mort de mon père, j'étais tellement anesthésiée par les médicaments que je n'ai rien ressenti du tout.  On n'existe plus, on ne fait plus que végéter et l'on est un peu comme le fils Vincent qui n'avait plus aucune réaction non plus. Une larve déliquescente, bonne à jeter à la poubelle. Pour oublier un peu l'horreur des hôpitaux psychiatriques, je pense à David Servan Schreiber avec qui je partageais beaucoup de choses en commun. Il avait je crois monté un centre aux Etats-Unis avec que des médecines douces et c'est cela qu'il m'aurait fallu, plus parler et faire du sport. L'idéal. Je pense à la lettre que je lui avais envoyé lorsque j'étais en Hp pour lui faire part de ma détresse et qu'il m'avait répondu en me souhaitant bon courage. C'est la seule chose positive que je peux retenir de tout ça, et cela restera à gravé dans ma mémoire et rien que pour cela je continuerai à me battre bec et ongles. Je pense aussi à la pionnière du sport en HP, le docteur Agostini. J'imagine si j'étais tombée sur elle, ce que ça aurait donné. Je me plais à imaginer que j'en serais ressorti guérie.. Mais après dans la réalité, on ne sait pas. Comme on est en France elle m'aurait sûrement donné un traitement car peut-on imaginer des soins sans médicaments en hôpital psychiatrique. Impensable, tout le monde lui aurait sans doute ri au nez. Mais peut-être uarias-je réussi avec beaucoup de sport et de la parlotte à ne plus end prendre. Qui sait? Et je ne pense pas qu'elle m'aurait donné en tout cas 5 ampoules d'aldol. Mais peut-être, je l'idéalise. Mais j'aime rêver, ça fait partie de ma nature. Si un jour elle accepte, j'aimerais bien en parler avec elle. Je vais d'ailleurs lui envoyer ce texte... 

Je vois que Christophe André propose de multiples sortes de méditation. Peut-être y en aurait-il une qui me conviendrait. Mais pour l'instant, la méditation telle qu'elle m'apparaît n'est pas faite pour moi. Trop statique... Peut-être un jour aurais-je l'occasion d'en parler avec lui mais rien ne presse pour l'instant. Chaque chose en son temps... En plus, si ça fait la même chose qu'avec L'hypnothérapeute et psychiatre Claude Virot c'est à dire 90 euros la séance non remboursée pas pour moi... Je ne sais pas s'il consulte à Saint-Anne mais ce serait très bien pour moi car cela me forcerait à retourner dans un endroit que je déteste profondément mais avec une autre vision de la vie et en allant voir un psychiatre qui à priori devrait mieux me convenir que tous ceux que j'ai pu voir là-bas. Mais dire que ce sera facile, non.. Mais c'est une expérience intéressante à tenter si Christophe André consulte là-bas ce que j'ignore... 

Agnès Figueras-Lenattier

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.