Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 18 janvier 2023

Rene Vauléon

 

1673547141657blob.jpg

Ancien champion de France d’athlétisme (semi-marathon, marathon et 100km),  président de l’ARPE une association culturelle et sportive comprenant 47 activités.  René Vauléon a créé pendant le COVId une association «  Rando 13 ». Le but était de s’aérer et de découvrir de beaux endroits autour de Paris ou bien assister à des fêtes comme la fête du champagne à Epernay.  Aimant aider, il intervient au Secours Catholique, a travaillé à la chaîne de l’espoir dans l’humanitaire, , puis avec l’archevêché de Paris pour secourir les personnes en difficulté, . Détenteur de diplômes d’entraîneur, il s’est occupé d’handicapés physiques dans le sport sur une discipline de 400 m. Un de ses athlètes a été qualifié pour les JO de Rio. Il a également passé trois an et demi en Guinée à l’époque d’EBola... 

 

Pour ton association«  Rando 13 », tu enseignes la marche rapide et la marche nordique. Peux-tu préciser ta manière de faire ?

J’apprends aux gens la connaissance et le respect de son corps de façon à se sentir bien lorsque l’on marche, quand on court, quand on fait ses courses. Tout le monde a besoin de libérer son corps. Il faut apprendre à respirer, et cela se rapproche de la sophrologie, de certaines pratiques ayant trait au développement personnel. Une façon de respecter son corps pour qu’ensuite, il nous respecte.

 

Quelles sont les erreurs que l’on peut commettre en marchant ?

`Déjà dans la façon de se chausser avec des chaussures mal adaptées, et trop contraignantes au niveau du coup de pied. Avec une mauvaise protection au niveau des structures du pied notamment la maléole. Un bon choix de chaussettes est également important. Quant à la posture, j’insiste sur le fait de posséder une posture dirigée vers le haut pour libérer le bas du corps et avoir une amplitude non astreignante pour le corps. Un bon posé sur le talon, une bonne poussée sur le devant du pied et une ouverture du bassin qui permette aux jambes d’être libres et d’avoir le sentiment d’une marche naturelle. La marche forcée est à déconseiller car elle va contraindre la colonne vertébrale. Ce qui implique d'avoir  une bonne sangle ventrale, de bons abdominaux, une bonne structure lombaire et abdominale permettant au corps de se sentir bien.  Il existe dans ce but de faciles exercices par exemple de yoga ou autres avec une position à genoux, un pied levé avec un bras en sens inverse . Faire la chaise longue le long d’un arbre, et faire en sorte que le bras droit s'harmonise plutôt  avec le pied gauche. En effet, si tout est du même côté, peuvent survenir des problèmes d’articulation, de coordination. On le voit bien avec les personnes qui prennent de l’âge et qui ont du mal à coordonner leurs mouvements.

 

L’alimentation joue sûrement un rôle important !

Il existe des aliments perturbateurs comme le mauvais gras, l’abus de charcuterie. Je préconise davantage le poisson gras et les produits naturels. On parle beaucoup du blé, particulièrement le blé noir.  J’ai par exemple organisé une randonnée dans une forêt à Bures sur Yvette, où l’on pouvait ramasser des châtaignes. C’est un nutriment riche dans tout un tas de domaines. Il est important d’essayer d’inculquer le fait de manger mieux et pas plus cher en intégrant le sport. Les deux peuvent se conjuguer et apporter beaucoup plus.

 

 

 

Et la course à pied tu l’enseignes aussi ?
Un peu mais pas trop car il ne faut pas tout mélanger. La marche rapide débouche vers la course à pied. Sur 10 personnes à qui l'on va apprendre la marche rapide, une ou deux vont s’intéresser à un sport plus qualitatif, plus compétitif comme la marche athlétique.

 

 

Et toi tu continues-tu  de courir ?

Oui 2 à 3 fois par semaine, parfois 4 avec un laps de temps d’1h 30 à 2h30. Quelquefois en intensité, quelquefois en longueur de temps et quelquefois selon les sensations. Si le corps se sent bien, je pousse  davantage les efforts avec une adaptation aux conditions climatiques. S’il fait froid je m’échauffe davantage, et je mets une huile à base de camphre sur le corps pour ne pas l’habituer à être trop douillet. Certains mettent un survêtement, pas moi. Je suis en short. En revanche, il ne faut pas que le muscle parte à froid. Surtout quand on fait du fartlek ou des séances de qualité avec montée en intensité de côtes brutes et accélération sur 20 à 50m. C’est un travail de rythme cardiaque, et c’est très bon pour l’organisme que ce soit en courte ou longue distance.  C’est ce qu’oublient certains coureurs avant l’épreuve. Et au bout d’une heure, ils sont à bout de souffle, déjà en train de récupérer et pendant ce temps là, les autres filent.  Ce qui importe à l’ARPE c’est surtout le sport de plein air pas forcément du footing. Rien que de marcher c’est déja beaucoup. Pas forcément une mesure aussi stricte que 10.000 pas mais une bonne heure par jour c’est bien. Et surtout éviter de prendre sa voiture pour aller chercher son pain ou son journal. Et s’il fait beau aller, à pied plutôt que de prendre le bus.

 

 

Faisant du sport régulièrement tu dois être un peu protégé contre les maladies de l’hiver et autres…

Effectivement, je suis rarement malade et le sport renforce les défenses  immunitaires. Il s’habitue à se battre, à réagir, à fabriquer aussi des anti corps. De plus, les 4 murs emprisonnent et moralement c’est très mauvais. Cette situation conduit certaines personnes à de la boulimie entraînant la disparition de la maîtrise de son corps.. . J’ai 75 ans, je n’ai jamais fumé, jamais bu du moins à outrance ; c’est aussi un avantage pour conserver bonne santé.  Il y a peu de temps, j’ai fait une compétition autour du viaduc des forêts, 40 m de haut. Quand les gens à l’arrivée m’ont demandé mon âge, ils étaient scotchés. En général à l'ARPE, l'on se fixe  chaque jour de la semaine un objectif particulier. On établit un plan d’entraînement avec recherche d’impulsivité. Selon les objectifs, on ajoute un entraînement physique en plus de la course.  Avec l’âge,  une baisse des performances se fait sentir avec une endurance peut-être plus longue, mais sur le plan vélocité on perd.  Ce qui entraîne aussi une perte de confiance. En ce moment, j’essaye de travailler ce problème,, c’est pour cette raison que j’ai fait cette compétition pas faite pour moi. mais je voulais me prouver que je pouvais le faire. A partir de cette confiance en soi, on peut retravailler plus intensément la vitesse.  Même un marathonien doit quand même avoir des qualités de vitesse même s’il s’en sert peu.  Il faut pouvoir être à l’aise et pas être  toujours à 5 ou 6 à l’heure où à 10h à l’heure régulièrement.

 

As-tu été souvent blessé ?

Pratiquement jamais à part une ou deux contractures dans ma vie. Les ampoules, je ne connais pas, les courbatures quelquefois. J’ai une alimentation saine, et une hygiène de vie normale sans être un ascète.  Je mange  rarement de la viande, mieux vaut du foi de veau une fois de temps en temps par gourmandise si on aime ça. Un foi persillé c’est très bon mais il ne faut pas abuser de la viande et il faut bannir les steaks hachés. Je mange une fois par an une bavette à l’échalotte car j’adore cela et je me permets quelques petits écarts notamment au moment de Noêl. Mais je préfère manger une bonne raie au capre ou une bonne roussette. Pour moi, un bon poisson c’est toujours préférable. Il faut étudier les aliments favorables, comme les pommes de terre, quelques féculents, les sucres lents.  Il n’y a pas  que les pâtes, les patates douces. Le maïs il ne faut pas en abuser.  Les amandes, les fruits secs quelque que soit le sport ce sont des bons aliments. Mon seul défaut c’est d’abuser un peu trop du café. .

 

Y a t-il des choses à respecter sur le plan médical?

IL est important de faire des tests d’effort une fois tous les deux ans quand on  est athlète  et une fois par an quand on avance en âge. Le 100 km ? En Mauritanie, je me suis assoupi avant les 20 derniers kilomètres un quart d’heure le temps de récupérer et de repartir. En cours de nuit et de jour, c’est une habitude et il faut bien se préparer, sinon on ne passe pas la nuit. On s’entraîne à peu près de la même manière sur le plan de l’intensité et on travaille beaucoup la durée.. Avant en semi-marathon, il y avait l'épreuve des 30 km, cela n’existe plus c’est dommage. On travaille aussi la récupération.  Certains athlètes vont manger et boire correctement la semaine d’avant. Ce n’est pas suffisant, il faut le faire les deux mois qui précèdent l’épreuve.  Sinon l’organisme va être chamboulé et l’on risque des problèmes intestinaux.  Au niveau course, on va faire sur 100 bornes des épreuves test  2,4 mois avant en faisant le point sur l'état de l’organisme et préparer l’entraînement suivant. Cela implique une grande connaissance de soi-même, de son corps, de son état de fatigue, de liesse dont il faut se méfier. Quand il y a deux kilomètres euphoriques, ce n’est pas bon. Il faut aussi être bien dans sa tête. Un athlète bien préparé qui a un problème soit au travail, soit dans sa famille, ou prépare mal un examen ne sera pas bien forme pour courir ce genre d'épreuve.  Il faut faire très attention surtout si l'on est entraîneur à ce que l’athlète soit bien dans sa tête et dans son corps et l’inverse est une réalité.

 

Les projets de l’ARPE ?

Il est possible que l’on créé les plannings familiaux laissés un peu pour compte depuis 10 ans. Apprendre à une famille à gérer son budget, à maîtriser les rentrées, les sorties d'argent, savoir profiter de ses droits.  Une fois que l'argent est sur le compte, le garder pour le gamin et non pas le dépenser pour une télévision ou autre. A l’heure actuelle, nous nous occupons de différentes familles de Roumanie. On leur apporte à manger, on les invite à participer à une fête... 

Agnès Figueras-Lenattier

 

 

 

Pour cette nouvelle année l’A R P E vous propose :

     D’organiser pour vous et avec vous des évènements tout au long de       

    l’année 2023 :

    En mars : commémorons ensemble les droits de la femme

    Du 2 au 16 mars : exposition de peinture de l’association 4A 

    Le 08 mars        : ciné-débat sur les femmes en Iran

          Les 11 & 12 mars : salon du livre axé sur la femme dans le monde

   Sans oublier le 18 mars      : une soirée musicale pour la Saint Patrick

   En juin : l’animation sur l’environnement proposée par l’activité RANDO

   N’oublions pas le ciné-club jeunes avec ‘’Balto’’ et Nicolas VANNIER

    et avec nos voisins nous aurons l’occasion de partager :

    … et la fête des voisins … et la fête de la musique.

    Je renouvelle, ici, le souhait de voir chacune et chacun se sentir à l’aise

    au sein de l’ARPE en proposant des idées à mettre en place :

    club d’échec et autre tournoi de belote, de coinché … de tarot et ou groupe           

    de lecture et de discussion-partage littéraire.

Ensemble faisons preuve de créativité …

 

le Président de l’A R P E et le Conseil de Gestion souhaitent que vous

soyez acteurs de vos activités et force de proposition pour le développement de votre

association sportive et culturelle : l’A R P E … en cette année pré-olympique

 

 

René VAULEON

 

06 47 50 24 22

 

 

 

05:00 Publié dans Autolib | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.