Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 29 janvier 2007

Juliette Méadel : l'émission

Nous poursuivons notre série d'interviews en direct autour du thème : "Ils / Elles font de la politique à Paris : rencontres..." Après René Dutrey (Président du groupe des Verts au Conseil de Paris, élu du XIVe), Roxane Decorte (élue UMP du XVIIIe arrondissement, candidate aux législatives face à Daniel Vaillant) et Quitterie Delmas (candidate UDF dans la 10 circonscription de Paris - XIIIe et XIVe arrondissement - député actuel Serge Blisko), nous avons reçu le 15 janvier 2007 dernier Juliette Méadel, jeune militante PS qui fait aujourd'hui partie de l'équipe de campagne de Ségolène Royal.

Côté pro, Juliette Méadel est avocate, docteur en droit privé et chargée de mission au groupe socialiste du Sénat. Côté politique, elle est auprès de François Rebsamen, co-responsable nationale du Projet... Elle a été candidate aux Régionales de mars 2004. Au référendum sur le projet de constitution européennee, elle fait la campagne pour le OUI sur les terres du très fabiusien Pierre Castagnou dans le XIVe arrondissement. Elle y notamment animé un débat aux côtés de Ségolène Royal auprès de laquelle elle s'est fortement engagé lors de la campagne interne du PS.
Ses chevaux de bataille : les Class action à la Française et la lutte contre l'immigration choisie...
Voici donc la rediffusion de cette émission...

Merci de votre attention !

Pierre

Plus d'info :
+ Prochaine invitée : Marianne Auffret, élue "Vert" en charge de la petite enfance dans le XIVe arrondissement...
+ Réalisation thanks to David et Julien de www.gaspanik.tv !
+ Vous faîtes de la politique à Paris ? Vous vous présentez aux prochaines législatives ? Vous souhaitez intervenir dans une prochaine émission ? Contactez-nous...

jeudi, 25 janvier 2007

Hulot à l'Entrepot


Hulot à l'Entrepot
Vidéo envoyée par politicshow

L'Entrepôt, mardi 23 janvier 2007. 24 h après l'annonce de sa décision de mettre fin à son "ingérence politique", Nicolas Hulot, comme il s'y était engagé, a souhaité prendre le temps de débattre avec les blogueurs présents à "Paris blogue-t-il ?" et cela à l'initiative de Paris14.info.

...Ne lui donnez aucune note ou fiche, Nicolas sera passionnant. Orateur d'une qualité rare, il a accepté après un discours informel et improvisé de répondre aux questions de l'assemblée, puis, au calme et à l'étage, nous avons pris un peu de hauteur afin de réaliser avec lui cet entretien en "tête à tête".

"Il faut sortir du théâtre des apparences, s'engager", nous dit le porte-parole volontariste, lobbyiste et héraut de la cause écologique. "L'économique, le social, les flux migratoires, nos quotidiens, rien ne résistera à l'urgence environnementale". Et si ces urgentistes étaient très explicitement avant tout des réalistes, seuls (?) capables de souligner combien la contrainte écologique est une chance sans précédent de rediriger nos modèles de sociétés vers une préférence à la vie face à celle, croissante, pour le profit ?

Nicolas V.

Plus d'info :
+ Soirée de soutien au Pacte écologique (l'avez-vous signé ?) organisée par Nathan Guetta, Benoit Dausse, Stéphane Galienni et Pierre Vallet. Merci à DailyMotion, partenaire de cette soirée, qui a accepté de mettre la vidéo que nous vous présentons ci-dessus à la Une de son portail.
+ A venir, une petite compil de liens, photos et vidéos retraçant cette soirée...

mardi, 23 janvier 2007

Nicolas Hulot ce soir dans le XIVe...

...A l'initiative de Paris14.info. Et ce n'était pas une mince affaire que d'organiser cette première intervention en public de l'animateur du Pacte écologique au lendemain de l'annonce de sa "non candidature" à la Présidence de la République !

Cette rencontre exceptionnelle sera en tout cas l'occasion pour les blogueurs de l'interroger librement sur cette décision et sur la suite qu'il entend lui donner dans le cadre du mouvement de fond "catalysé" par l'action de sa Fondation.

medium_nicolas_hulot_pacte_ecologique.jpg

Vous n'avez pas la possibilité de vous joindre à nous ce soir ? Vous aimeriez poser une question ? Nous organisons en cours de soirée une interview de Nicolas Hulot. Angélie, l'une de nos plumes régulières et blogueuse assidue, vous propose de l'aider à co-réaliser cette interview. Vous n'avez donc plus qu'à lui adresser votre / vos question(s).

Dans un autre genre, nous avons remarqué que les équipes de La Voix du XIVe et du Journalesia font partie des inscrits à cette soirée de débat. Les comptes rendus ne devraient donc pas manquer.

S'agissant de la vidéo, vous ne serez pas en reste puisque dès le lendemain et en partenariat avec le site de partage DailyMotion, vous retrouverez dans nos colonnes un montage vidéo des propos échangés... A noter enfin l'émission Toutaz qui diffusera le 31 janvier à 20h40 sur France4 un 52 minutes sur les coulisses de cette rencontre.

Le XIVe au coeur de l'environnement et l'environnement au coeur du XIVe ? Nous en avons rêvé...

Pierre Vallet
Animateur de Paris14.info

Plus d'info :
+ Pour prendre connaissance du Pacte ou le signer le Pacte écologique, c'est ici.
+ Le site officiel de la soirée : www.parisblog.fr

lundi, 22 janvier 2007

Une pétition pour le doublement de la ligne 13

Relayant le raz-le bol des usagers, une pétition a été lancée pour réclamer le dédoublement de la ligne 13, l’une des lignes les plus surchargées du réseau métro de la Ratp, qui traverse notamment le XIVe arrondissement avec les stations Montparnasse, Pernety, Plaisance, Porte de Vanves (voir le plan de la ligne 13)...

Avec 500 000 voyageurs quotidiens, la ligne 13 qui relie (Châtillon-Montrouge à Asnières Gennevilliers et St Denis en passant par Montparnasse et St Lazare, est l’une des lignes les plus surchargées du réseau parisien. Aux heures de pointe, le taux de fréquentation atteint 20 000 voyageurs/h. Les rames sont bondées et accumulent les retards.

La Ratp a engagé une série de mesures pour faire face à la situation : agents de régulation pour canaliser la foule, rénovation des rames, cadencement des trains, renforcement des lignes de bus… Mais beaucoup craignent qu’elles ne se révèlent vites insuffisantes d’autant qu’en 2008, le prolongement vers Gennevilliers-le Luth devrait amener 23 000 voyageurs en plus par jour, et que les nouveaux projets urbains sur les secteurs de Cardinet-Batignolles, Saint-Ouen, et Saint-Denis devraient se traduire par une nouvelle hausse de la fréquentation. A terme, la seule solution semble résider dans le dédoublement de la ligne entre les stations St Lazare et La Fourche par exemple en prolongeant la ligne 14 qui desservirait le tronçon sur St Denis.

Une pétition a été lancée pour réclamer l’inscription du projet dans le cadre du Contrat de projets Etat-Région 2007-2012. La région Ile-de-France a annoncé qu’elle plaiderait en ce sens. Les usagers de la ligne 13 doivent maintenant convaincre le ministère des transports.

Pour signer la pétition : ensemblepourlaligne13.fr

Camille
Avec l'aimable concours de la Mairie du XIVe

Plus d'info :
+ Sur le site de la RATP, le plan de la ligne 13...

dimanche, 21 janvier 2007

Nicolas Hulot : rendez-vous dans le XIVe...

...C'est mardi 23 janvier 2007 prochain au soir qu'à notre initiative, Nicolas Hulot viendra débattre avec les blogueurs (et lecteurs de Paris14.info) à l'Entrepôt. Attention, nous allons bientôt clore les inscriptions...

Pierre

Plus d'info :
+ www.parisblog.fr

samedi, 20 janvier 2007

Quel projet pour la future Porte d’Orléans ?

Début des travaux sur l’Avenue Paul Appell, près de la Porte d’Orléans, pour le prolongement de la ligne 4 du métro : la RATP reliera Paris à Montrouge (en 2010) puis Bagneux (en 2011), prolongement de ligne attendu depuis…1929 !

Fin 2009, 80 années d’idées plus tard, ce sera le moment de décider un réaménagement de cet endroit après l’arrêt du chantier RATP : place stratégique pour la Paris, mais également pour la Préfecture de Police (les Officiels et hôtes de la République y transitent de et vers l’aéroport d’Orly), pour l’administration pénitentiaire (qui y fait convoyer chaque jour des prisonniers entre les prisons de Fresnes et Fleury-Mérogis vers le Palais de Justice), sans oublier les riverains et piétons, cette porte ouverte sur le sud devrait être repensée dans son ensemble, dans la perspective de l’Avenue du Général Leclerc.

Accros de la voiture ou des transports en commun, des motos ou du vélo, de la fluidité du trafic routier ou bien d’aménagements d’axes « civilisés » pour piétons, notons bien l’enjeu pour notre arrondissement d’un tel projet… qui ne sort pour le moment d’aucun chapeau, ni de gauche ni de droite. Et si c’était un enjeu majeur pour Paris ? Faudrait-il attendre encore 80 années de plus pour imaginer la porte d'Orléans du 22ème siècle ? Le moment semble désormais être le bon pour en parler, à moins que ce sujet ne soit trop sensible à l'approche d'échéances électorales. Vous avez néanmoins sur ce blog la faculté de donner votre avis, ne vous en privez pas.

Dan

mercredi, 17 janvier 2007

5 minutes de répit pour la Terre

Le 1er février 2007 de 19h55 à 20h, dans toute la France, participez à la plus grande mobilisation des citoyens contre le gaspillage d'énergie !

L'Alliance pour la Planète (groupement national d'associations environnementales) lance un appel simple à tous les citoyens, 5 minutes de répit pour la planète : tout le monde éteint ses veilles et lumières le 1er février 2007 entre 19h55 et 20h00.

Il ne s'agit pas d'économiser 5 minutes d'électricité uniquement ce jour-là, mais d'attirer l'attention des citoyens des médias et des décideurs sur le gaspillage d'énergie et l'urgence de passer à 5 minutes de répit pour la planète : ça ne prend pas longtemps, ça ne coûte rien, et ça montrera aux candidats à la Présidentielle que le changement climatique est un sujet qui doit peser dans le débat politique.

Pourquoi le 1er février ? Ce jour là sortira, à Paris, le nouveau rapport du groupe d'experts climatiques des Nations Unies. Cet événement aura lieu en France : il ne faut pas laisser passer cette occasion de braquer les projecteurs sur l'urgence de la situation climatique mondiale.

Si nous y participons tous, cette action aura un réel poids médiatique et politique, moins de trois mois avant l'élection présidentielle !

Faites circuler au maximum cet appel autour de vous et dans tous vos réseaux ! Faites-le aussi apparaître sur votre site Internet et dans vos newsletters.

Pascal

Plus d'info :
+ Le site internet des Amis de la Terre.
+ A l'initiative de Paris14.info, Nicolas Hulot sera présent dans le XIVe arrondissement le 23 janvier prochain. Vous souhaitez assister à cette manifestation ? Inscription obligatoire sur www.parisblog.fr.

lundi, 15 janvier 2007

Droit au logement opposable : une tribune de Christian Julienne

Nous avons longuement interviewé Christian Julienne, expert des questions d'urbanisme et de gestion du développement des villes, au mois de décembre dernier. En ce début d'année, il revient vers nous en nous adressant cette tribune relative au récentes déclarations gouvernementales sur le "Droit au logement opposable". Nous vous la retransmettons.

--------------------------------

Droit au logement opposable : le gouvernement confond vitesse... et prestidigitation !

Le comportement de Jacques Chirac et de Dominique de Villepin voulant préparer, rédiger puis faire voter en moins d’un mois une loi « rendant le droit au logement opposable » est si contraire au respect le plus élémentaire des citoyens – et surtout des plus pauvres – que les mots manquent pour qualifier cette attitude. Pour éviter des termes plus violents, un seul mot nous vient à l’esprit, celui de « prestidigitation ». En effet, comment régler entre le 5 et le 25 janvier 2007 un problème posé en permanence depuis douze ans sinon par la magie ?

Quelle est la question posée que les enfants de Don Quichotte ont su, grâce aux médias, faire surgir sur la scène publique ?

Tous les experts de toutes mouvances politiques sont d’accord sur trois évaluations du « mal-logement » :
- 9 % de la population habitent dans des logements surpeuplés (une personne de plus que le nombre de pièces
- 5 % de la population cumulent un ensemble de déficiences en matière de logement : surpeuplement, vétusté, absence de confort...
- 1, 6 % de la population, c’est-à-dire 1 million de personnes, n’a quasiment pas de logement. Elle vit en hôtel meublé, en sous-location surpeuplée, en camping-caravaning, en habitat de fortune et, pour environ 100 000 personnes, dans la rue.

Citer ces chiffres n’est pas faire du misérabilisme. Soulignons d’ailleurs parallèlement que les conditions d’habitat des Français ont connu une amélioration considérable en trente ans et que 85 % des ménages ont des conditions tout à fait satisfaisantes. En 1970 chaque Français disposait de 22 m2, en 2002 de 37 m2. Les logements surpeuplés ou comptant une personne par pièce représentaient 53 % du parc immobilier en 1970, ils n’en représentent plus que 33 % en 2002. Mais il a fallu 35 ans pour en arriver là.

Un tour d’illusion digne du plus grand cabaret du monde !

Revenons à la question posée : comment loger correctement à un niveau de loyer acceptable ce million de personnes en état d’extrême difficulté ?

Eh bien la réponse a été donnée en 24 heures par Dominique de Villepin. Par un formidable tour de prestidigitation, celui-ci nous assure que le problème disparaîtra, escamoté par un tour de magie législative qui, entre le Sénat le 25 janvier et l’Assemblée le 15 février, assurera en deux ans et demi – du 1/01/09 au 1/07/011 – le logement de ce million de personnes. Quel talent !!!

Un autre illusionniste, Louis Besson, avait fait voter en 1990 une grande loi baptisée « droit au logement ». Deux ans plus tard, en 1993, la construction neuve tombait à son plus bas niveau avec 234 000 logements dont 65 000 HLM locatives.

Le gouvernement actuel a certes relancé la construction avec 435 000 logements lancés en 2006, mais seulement 51 000 HLM locatives. On en lancera semble-t-il moins de 60 000 en 2007 malgré les efforts louables et reconnus de Marc-Philippe Daubresse et Jean-Louis Borloo et malgré la sanctuarisation des crédits HLM (ne confondons surtout pas les logements financés et les logements lancés). Or, pour construire et utiliser ces crédits, il faut démolir, reloger, reconstruire moins dense et donc trouver des terrains ailleurs, lancer des appels d’offres, respecter les prix plafonds etc... etc..

Alors, assurer le droit au logement à 1 million de personnes, même en prenant cinq ans au lieu de deux ans et demi, suppose que l’on dispose de quelques 450 000 appartements locatifs, soit 90 000 de plus, chaque année, pendant 10 ans, que le niveau atteint aujourd’hui. A supposer qu’au fur et à mesure d’autres demandes n’apparaissent pas ; à supposer que seuls les 1,6 % de personnes ne disposant pas d’un « logement normal » soient justiciables de ce droit, à supposer qu’une norme de 25 % à 30 % de taux d’effort soit maintenue etc... etc...

Pour solutionner le problème, il faudrait prendre d’urgence plusieurs mesures permettant :
- d’augmenter le taux de mobilité en HLM (M. Borloo s’y oppose catégoriquement).
- de construire une majorité d’HLM dits « d’insertion » alors que ceux-ci représentent moins de 10 000 par an.
- d’inciter les propriétaires à louer les logements vacants, ce qui ne se fera jamais par la réquisition mais uniquement par une garantie de percevoir les loyers impayés (référé loyer) et surtout de pouvoir récupérer leur bien.
- de permettre au secteur privé de construire avec les mêmes avantages financiers que le secteur HLM.

Enfin il faudrait que le secteur du BTP puisse livrer à des prix acceptables quelques 90 000 logements de plus chaque année alors que les entreprises ne peuvent fournir la demande actuelle que grâce à une hausse de prix permanente et rédhibitoire en face des prix plafonds.

Par ailleurs, le droit au logement opposable suppose connues les réponses précises données à quatre questions.

1 – Qui peut bénéficier de ce droit ? Un niveau de revenu ? Une situation familiale couplée à ce niveau de revenu ? Une situation de fait à un instant donné ? Un rapport revenus/loyers, c’est-à-dire un taux d’effort déterminé ? Il faudrait déjà travailler six mois d’arrache-pied avec toutes les associations du réseau « Alerte » pour adopter une définition de l’ayant-droit... et la complexité administrative restera redoutable. Et quand cesse ce droit ???

2 – Qui devra assurer ce droit ? La commune ? La communauté d’agglomération (il n’y en a pas partout et leurs compétences sont très variables) ? Le département ? La région ? Faudra-t-il aller habiter là depuis six mois, un, deux ou trois ans ? Avec quel financement ?

3 - Quel logement pourra-t-on refuser ? L’ayant-droit se verra proposer des logements qui peuvent, à la limite, l’intéresser moins qu’une structure d’hébergement provisoire d’un bon niveau. Pourra-t-il refuser une fois, deux fois, et quel type de proposition ?

4 – Qui va juger de ce droit opposable ? Les tribunaux administratifs ou les tribunaux judiciaires ? Quels délais sont admissibles lorsqu’il fait moins 10 degrés ?

Le Conseil d’Etat qui examine le texte entre le 5 et le 15 janvier aura-t-il le courage de s’opposer clairement à ce projet, lui qui proteste régulièrement contre les lois « inutiles » ? Le caractère franchement ridicule du projet actuel en cinq articles devrait y susciter un tollé général. Il est vrai que le conseil a toujours montré un esprit de discipline exemplaire, accompagné d’une faible connaissance du droit car l’ENA n’est pas l’agrégation !

Allons, soyons sérieux. Il est inadmissible de légiférer dans la précipitation, de développer des effets d’annonces qui ne trompent personne, d’afficher des intentions irréalistes et irréalisables. Cette méthode fait le lit des Le Pen et des Besancenot-Laguiller.

Ce sera l’honneur des parlementaires que de refuser la prestidigitation, la magie, le faux semblant en affirmant qu’il faut une bonne année de réflexion et dix ans de réalisation pour permettre un véritable et durable « droit au logement opposable » en France.

Christian Julienne

Plus d'info :
+ Christian Julienne est également l'auteur de Logement : solutions pour une crise fabriquée.

Juliette Meadel : en direct sur Paris14.info de 13h à 14h

Nous poursuivons notre série d'interviews en direct autour du thème : "Ils / Elles font de la politique à Paris : rencontres..." Après René Dutrey (Président du groupe des Verts au Conseil de Paris, élu du XIVe), Roxane Decorte (élue UMP du XVIIIe arrondissement, candidate aux législatives face à Daniel Vaillant) et Quitterie Delmas (candidate UDF dans la 10 circonscription de Paris - XIIIe et XIVe arrondissement - député actuel Serge Blisko), nous recevons aujourd'hui à 13h Juliette Méadel...

Côté pro, Juliette Méadel est avocate, docteur en droit privé et chargée de mission au groupe socialiste du Sénat. Côté politique, elle est auprès de François Rebsamen, co-responsable nationale du Projet... Elle a été candidate aux Régionales de mars 2004. Au référendum sur le projet de constitution européennee, elle fait la campagne pour le OUI sur les terres du très fabiusien Pierre Castagnou dans le XIVe arrondissement. Elle y notamment animé un débat aux côtés de Ségolène Royal auprès de laquelle elle s'est fortement engagé lors de la campagne interne du PS.
Ses chevaux de bataille : les Class action à la Française et la lutte contre l'immigration choisie... Sa commence à 13h. A tout de suite...
EMISSION TERMINEE - RETROUVEZ LA EN DIFFERE LUNDI PROCHAIN

Merci de votre attention !

Pierre

Plus d'info :
+ Réalisation thanks to David et Julien de http://www.gaspanik.tv/ !
+ Vous faîtes de la politique à Paris ? Vous vous présentez aux prochaines législatives ? Vous souhaitez intervenir dans une prochaine émission ? Contactez-nous...

dimanche, 14 janvier 2007

On ne sait plus trop pour qui voter :-)

medium_17122006389_affichage_sauvage.jpg
medium_17122006391_affichage_sauvage.jpg

Camille

Plus d'info :
+ Notre rubrique insolite.