Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 26 mai 2007

Ecologie Sans Frontière - part. I


Ecologie Sans Frontière
Vidéo envoyée par Pierre_Vallet

Rencontre avec Franck Laval, Président de l'ONG Ecologie Sans Frontière, basée dans le XIVe arrondissement à deux pas de la rue Daguerre...

Franck revient sur le Grenelle de l'environnement dont il est l'un des artisans et la première rencontre avec Nicolas Sarkozy et Alain Juppé...

Pierre

Plus d'info :
+  Le site officiel de l'ONG EcologieSansFrontière.org !

vendredi, 25 mai 2007

Rue de Coulmiers : les riverains contre-attaquent !

Rassemblement à l'appel des riverains de la rue de Coulmiers le samedi 26 mai à partir de 10h, à l'angle de la rue Friant, pour planter des graines, et refaire pousser de la végétation sur la terre retournée récemment...

Après le saccage de cet espace vert par la SNCF le mois dernier, les habitants ne se laissent pas abattre comme les arbres, et ont bien l'intention de médiatiser cette affaire, en portant sur le devant de la scène l'attitude hautaine et ombrageuse de la société ferroviaire, qui menace d'envoyer la "police ferroviaire".

En effet, ni associations ni Mairie n'ont été mis au courant de la volonté d'anéantir cet espace vert, et si la petite ceinture dans son ensemble reçoit également ce même traitement, on ne parlera plus d'une coulée verte dans le 14ème, mais d'une coulée de boue. Ce qui serait très ennuyeux, pourrait-on dire méprisant et méprisable ?

Alors les habitants seront-ils nombreux ?

Dan

Plus d'info :
+ La rue de Coulmiers, c'est ici !
+ Notre rubrique Environnement ou Porte d'Orléans.

mardi, 22 mai 2007

Inquiétude des parents d'élèves au sujet d'une "enquête" sur la santé des enfants

Une étude de la Fondation de la Mgen (Mutuelle générale de l'Education nationale) sur "la santé mentale et physique des enfants" suscite l'inquiétude des parents d'élèves parisiens de la FCPE. Suite à une réunion organisée le 14 mai dernier, le Conseil d'Administration de la FCPE Paris s'est prononcé pour l'arrêt de l'étude menée dans certaines écoles parisiennes par la fondation MGEN. Notons également que la Ville de Paris, par la direction en charge de la santé scolaire, a suspendu l'opération.

L'enquête, un questionnaire à remplir, comporte 44 questions et des sous-questions qui ont pour but de repérer notamment l'hyperactivité ou des troubles du comportement chez l'enfant aussi bien que de réunir des données sur la relation parents-enfants ou les antécédents familiaux (alcoolisme, dépression). Certains parents d'élèves parisiens se sont émus de l'"indiscrétion" des questions et craignent que l'anonymat de l'enquête ne soit pas garanti... Que fera-t-on des données de ces enquêtes une fois "utilisées" ?

 

Cela nous rappelle l'enquête sur les poux de décembre 2006, qui a été annulée le lendemain de sa distribution pour cause de questions "indiscrètes" : origines éthniques des parents, leur niveau d'études, etc... reliées à l'identité et à la classe de l'enfant ; bref un questionnaire qui cherchait à rentrer dans l'intimité des familles. Pourquoi ?

Cela pourrait encore être le cas aujourd'hui ; cette impression de voir analyser génétiquement donc intimement les familles des écoliers ne fait pas bon ménage avec les valeurs de laïcité comme d'égalité des droits et des chances, véhiculées par l'école de la République. Une question (provocatrice) : la médecine scolaire deviendrait-elle génétique ? Les limites légales de l'utilisation des informations devraient rester un garde-fou (ici Républicain), mais pour encore combien de temps ne permettrons-nous de ne pas pouvoir "tout faire" en matière de santé - ici scolaire ? Y-aura-t-il un jour de "l'eugénisme" (une sélection des meilleurs gênes) pour inscrire des enfants à l'école ? Ou repérer leur famille ?

 

Dan

dimanche, 20 mai 2007

Inauguration officielle d’Isoré le géant

C’était la fête, samedi 19 mai 2007 à 11h00, pour l’inauguration « officielle » d’Isoré, ce géant réinventé par toute l’équipe enseignante et les enfants de l’école maternelle du 77 rue de la Tombe Issoire. Financé (entre autres) par trois Conseils de quartier, le géant se retrouve en œuvre monumentale créée par l’artiste Corinne Béoust, qui a su réunir tous les suffrages populaires.

 medium_IMG_1121.JPG

Les enfants de l'école l'ont chanté ainsi sur la place (sur l’air du « petit âne gris » d’Hugues Auffray) :

Ecoutez cette histoire qu’on nous a racontée
C’est l’histoire d’un géant qu’on appelle Isoré
Dans le temps Isoré était vraiment méchant
Il passait tout son temps à tuer beaucoup de gens

Alors les gens de la ville se sont vraiment fâchés
Et puis ils ont fini par chasser Isoré
Tout seul, il est resté oh combien désolé
Alors il s’est caché dans la grande vallée

Et le temps a passé, il s’est bien ennuyé
Il a bien réfléchi et puis s’est amendé
Il a promis juré de ne plus recommencer
Aux enfants de l’école, une lettre a envoyé

Les enfants d’Tombe Issoire furent bien étonnés
Un jour de recevoir cette lettre démesurée
Au géant repentant appelé Isoré
Ils ont bien voulu tous donner leur amitié

Pour ne pas oublier cette histoire du passé
Sur les murs de l’école, nous l’avons dessiné
Et en bas du dessin, nous sommes fiers de signer
Les enfants de l’école du géant Isoré.

medium_IMG_1124.JPG

La foule des grands jours… Pierre Castagnou nous disait se croire à Charletty... !

medium_IMG_1128.2.JPG

... et ci-dessous Corinne Béoust entourée de Pierre Castagnou (Maire du 14ème) et de Vincent Jarousseau (adjoint en charge des affaires scolaires).

medium_IMG_1132.JPG

On souhaite à Isoré une belle aventure, et pour Corinne Béoust beaucoup d'autres oeuvres à exposer dans nos rues...

Dan

samedi, 19 mai 2007

La lettre de Guy Môquet à ses parents

Pour sa première décision en tant que président de la République, Nicolas Sarkozy a souhaité, le 16 mai 2007, que la lettre d'adieu du jeune Guy Môquet soit lue au début de chaque année scolaire à tous les lycéens de France. Nous vous la proposons donc ici pour que vous puissiez vous faire votre propre opinion.

Petit rappel historique tout d'abord : Son père, député communiste du 17ème arrondissement de Paris est déchu de son mandat en 1940, puis est déporté sous le gouvernement de Vichy dans un camps de concentration français en Algérie. Guy Môquet, son fils alors âgé de 16 ans, décide d'entrer dans les Jeunesses communistes. Arrêté un an plus tard lors d'une distribution clandestine de tracts à Paris, il est emprisonné à Fresnes et à la Santé, puis transféré malgré son acquittement à Clairvaux et enfin au camp de Châteaubriant en Loire-Atlantique. Désigné comme otage par Pucheu, ministre de l'intérieur du gouvernement de Pétain, « pour éviter de laisser fusiller 50 bons Français » en représailles au meurtre d'un officier allemand, le jeune homme sera fusillé le 22 octobre 1941, avec 26 autres prisonniers du camp. Guy Môquet est le plus jeune. Il est abattu à 16h00.

Avant de mourir, il écrit une lettre à ses parents.

--------------------------------

Ma petite maman chérie, mon tout petit frère adoré, mon petit papa aimé,

Je vais mourir ! Ce que je vous demande, toi, en particulier ma petite maman, c'est d'être courageuse. Je le suis et je veux l'être autant que ceux qui sont passés avant moi. Certes, j'aurais voulu vivre. Mais ce que je souhaite de tout mon cœur, c'est que ma mort serve à quelque chose. Je n'ai pas eu le temps d'embrasser Jean. J'ai embrassé mes deux frères Roger et Rino. Quant au véritable, je ne peux le faire hélas ! J'espère que toutes mes affaires te seront renvoyées elles pourront servir à Serge, qui je l'escompte sera fier de les porter un jour. A toi petit papa, si je t'ai fait ainsi qu'à ma petite maman, bien des peines, je te salue une dernière fois. Sache que j'ai fait de mon mieux pour suivre la voie que tu m'as tracée.

Un dernier adieu à tous mes amis, à mon frère que j'aime beaucoup. Qu'il étudie bien pour être plus tard un homme.

17 ans et demi, ma vie a été courte, je n'ai aucun regret, si ce n'est de vous quitter tous. Je vais mourir avec Tintin, Michels. Maman, ce que je te demande, ce que je veux que tu me promettes, c'est d'être courageuse et de surmonter ta peine.

Je ne peux en mettre davantage. Je vous quitte tous, toutes, toi maman, Serge, papa, en vous embrassant de tout mon cœur d'enfant. Courage !

Votre Guy qui vous aime.

Guy

Dernières pensées : vous tous qui restez, soyez dignes de nous, les 27 qui allons mourir !

medium_Guy_Moquet.jpg
Dan

Plus d'info :
+ Une station de métro parisien et de nombreuses rues portent aujourd'hui son nom.
+ Pierre Pucheu, secrétaire d’État à l’Intérieur du gouvernement de Vichy, sera jugé et fusillé à Alger le 20 mars 1944.
+ A voir aussi le film Section spéciale , film français de 1975 réalisé par Costa-Gavras, qui évoque la création par Pierre Pucheu et le gouvernement de Vichy d'une Cour spéciale pour juger les résistants.

mercredi, 16 mai 2007

Législatives dans le 14e, candidat ou pas candidat ?

...Ils ou elles ont jusqu'à vendredi soir 18h pour se déclarer en Préfecture. Aurons-nous droit à une candidature surprise ?

Pierre

Plus d'info :
+ Le site de la Préfecture de Paris.

Les Parisiens et leurs Conseils

Qu'appelle-t-on les Conseils à Paris ? Si la question se pose, c'est que les confusions restent encore nombreuses. La Ville de Paris est en effet une commune divisée en 20 arrondissements mais aussi un département ; et dans cette commune de Paris on trouve plus de 120 Conseils de quartiers : ce qui créer une incompréhension qui peut apparaître légitime lorsque quelqu'un parle de "Conseiller"... A moins d'un an des prochaines élections municipales, voici un petit point.

1. Le Conseil de Paris (municipal), et le Conseil Général (départemental) sont réunis ensemble à l'hôtel de Ville. Ils siègent donc tantôt en formation de Conseil municipal, tantôt en formation de Conseil général. Ce sont les mêmes Conseillers, le son d'une cloche séparant les deux séances. Lors des élections (les "municipales"), seront désignés sur chaque liste électorale les Conseillers de Paris qui siègeront à l'hôtel de Ville, et qui pourront diriger les projets politiques. Le Conseil de Paris élit le Maire de Paris, qui choisit parmi les Conseillers de Paris ses adjoints. Chacun sera dans son domaine l'arbitre d'une ligne financière (attribuée par l'adjoint au budget), qu'il orientera selon les projets politiques et leurs enjeux à plus ou moins tel ou tel élu d'arrondissement. On voit ici le rôle prépondérant du Maire de Paris dans la politique menée (orientations et budgets), et on constate une certaine centralisation des pouvoirs (au détriment des arrondissements). Le Conseil de Paris se réunit 11 fois par an, c'est-à-dire, en règle générale, une fois par mois.

2. Le Conseil d'arrondissement (il y en a donc 20 à Paris) se compose de l'ensemble des élus issus des élections municipales locales. Certains sont également Conseillers de Paris, d'autres pas. Le Conseil d'arrondissement élit le Maire d'arrondissement, qui choisit parmi les élus locaux ses adjoints. Mais la Mairie d'arrondissement n'est pas une Mairie de plein exercice : en effet, elle ne gère pas les budgets, hormis celui dit de "l'état spécial" qui lui est attribué pour palier à des dépenses urgentes. Ainsi dans chaque domaine de compétence, l'adjoint local utilise un budget attribué par son homologue à l'hôtel de Ville ; le Maire d'arrondissement pouvant influer voir arbitrer, le Maire de Paris faisant figure de dernier arbitre. Il reste néanmoins à l'arrondissement un droit de vote sur tout ce qui le concerne ; ce qui a pour effet, pour chaque décision parisienne, d'être votée au minimum par deux fois (à l'hôtel de Ville puis dans l'arrondissement). Les élus locaux ont également la tâche de gérer leur délégation au plus près, afin de faire appliquer les décisions localement et de faire remonter si nécessaire à l'hôtel de Ville les demandes. Le Conseil d'arrondissement se réunit une fois par mois, et la tendance est à la demande (depuis 2001) d'une plus grande autonomie : un arrondissement Parisien pouvant être comparé à une ville de Province en terme de démographie.

3. Depuis 2002 (dans le 14ème), sont apparus des Conseils de quartiers. Dans notre arrondissement ils sont au nombre de six, avec une charte qui leur fixe les règles et les enjeux. Nos six Conseils de quartiers sont présidés par des habitants et non des élus : c'est l'une des spécificités du 14ème. Issus du Conseil d'arrondissement, les Conseils de quartiers ne sont pas des associations, mais des commissions consultatives. Ils sont composés de 16 habitants volontaires tirés au sort, 5 représentants des associations (issues du CICA) de l'arrondissement, 5 acteurs sociaux - économiques ou institutionnels nommés par le Maire du 14ème, puis 5 élus n'ayant (paradoxalement) pas de droit de vote. Les Conseils de quartiers sont appelés à faire des propositions, à émettre des avis, ils peuvent voter un voeu par trimestre, et ont également pour fonction d'informer la population sur les dossiers locaux à venir ou en cours. Ils se réunissent une fois par trimestre, et sont donc basés sur du bénévolat.

Pour ne plus confondre désormais, un Conseiller de Paris, un Conseiller d'arrondissement, et un Conseiller de quartier.

Dan

Plus d'info :
+ Voir les séances vidéo du Conseil de Paris (archives ou direct). Le site de la Mairie du 14ème ; le site de la Mairie de Paris.

+ Prochaines échéances municipales : mars 2008. Nos élus du 14ème en cliquant ici (photos à réactualiser...)

mardi, 15 mai 2007

ATTAC aux 7 Parnassiens

medium_attac_festival_cinéma.jpgDès demain et jusqu'au 22 mai, les 7 Parnassiens accueillent la 5e édition du Festival de cinéma d'ATTAC. Thème : l'Homme malade de son environnement.

Cette année, la programmation portera particulièrement sur 5 axes :

• les pollutions diverses avec des films portant sur le nucléaire dont l’un, « Condamnés à réussir » de François Jacquemin à caractère « historique » puisque tourné en 1976 à La Hague), et les pollutions chimiques abordées entre autres au travers d’un film très sensible, « La digue » de Frédéric Touchard, où l’on nous montre des gens vivant à côté d’un site industriel classé Seveso_2.

• les nouvelles technologies avec un des seuls films français vraiment fouillés sur les nanotechnologies « le silence des nanos » de Julien Colin et « Le temps des biomaîtres » de Laurent Guyot qui propose un parcours en images vidéo numériques dans un univers de corps numérisés.

• l’environnement lié au travail avec le dernier film de Jean-Michel Carré (un habitué du festival) « J’ai très mal au travail » et « Ils ne mourraient pas tous mais tous étaient frappés » de Sophie Bruneau et Marc-Antoine Roudil, film déjà largement diffusé mais toujours tellement indispensable et fort.

• la « malbouffe » avec, en particulier, le très beau film de Nikolaus Geyralther « Notre pain quotidien » et d’autres films traitant des OGM, du fait de vouloir travailler la terre autrement comme « Terre vivante » de Jean-François Vallée…

• L’énergie où l’on reparle du nucléaire « La bataille de Tchernobyl » de Thomas Johnson mais aussi de biocarburant au travers d’un grand paradoxe montré dans le magnifique film de Jérémy Hamers « La part du chat » où l’on voit quel est le prix à payer pour avoir du carburant soi-disant « propre ».

Le festival Images Mouvementées est aussi l’occasion de débats avec ceux et celles qui réfléchissent et travaillent au quotidien sur les questions de société : responsables associatifs, journalistes, universitaires, représentants syndicaux et, bien entendu, réalisateurs.

Horaire, adresse, tarifs, etc. Toutes les infos ici.

Pierre

Plus d'info :
+ Intéressés par ce sujet ? Allez vite voir "We feed the world - le marché de la faim"...
+ Le monde tel qu'il est ? Rappelez-vous.

vendredi, 11 mai 2007

Signature de la Charte des deux-roues motorisés à Paris

Une charte des "bonnes pratiques des deux-roues motorisés" a été signée le 19 mars 2007 entre le Maire de Paris Bertrand Delanoë et les associations concernées, en présence de Denis Baupin. Voici ce qu'en dit l'hôtel de Ville :

"Cette charte est le fruit d’un travail en commun constructif engagé dès 2004 avec l’ensemble des acteurs concernés, associations (Fédération Française de Motocyclisme, Fédération Française des Motards en Colère Paris-Petite couronne, Conseil National des Professions Automobiles, Automobile Club de l’Ouest Ile de France, Moto-Zen, CGT des Coursiers) et services de l’Etat (Préfecture de Police, CERTU). Elle offre une approche globale des deux roues motorisés dans la ville et aborde les thèmes de la circulation, du stationnement, des équipements de sécurité, de l’adaptation à l’environnement urbain … Elle propose également des règles de bonne conduite pour améliorer la sécurité et permettre un partage apaisé de l’espace public, tout en apportant des réponses pragmatiques à la question du stationnement."

 

Vous pouvez consulter cette charte en cliquant ici. Elle apparait comme étant les prémices d'un "code de la Ville" souhaité par Denis Baupin : priorité aux plus vulnérables (piétons, puis cyclistes, puis motocyclistes, voitures, camions, etc...) afin de responsabiliser les usagers de la voirie. Elle arrive aussi après six ans d'une politique de transports qui a fait couler beaucoup d'encre, mais où il apparait qu'une majorité de parisiens soit en accord (sondages, élections récentes, etc...) - n'en déplaise à ceux qui ont toujours été de farouches opposants à Denis Baupin depuis 2001.

Cette charte porte également en elle un constat (avoué ou inavouable ?) sur l'augmentation exponentielle du nombre de deux roues motorisés, incomparable à celle (raisonnable) du nombre de vélos. Elle précède, pour conclure, l'arrivée des 14.000 vélos en libre service (Vélib), dont l'entreprise Decaux a eu pour charge de mettre en place (la moitié avant le 15 juillet). Alors que pensez-vous de cette charte ? Ce blog est ouvert à tous vos commentaires (respecteueux).

Dan

mardi, 08 mai 2007

Chateau ouvrier : inauguration des locaux associatifs dimanche 13 mai

Depuis septembre dernier, l'association Florimont est devenue locataire des locaux situés au rez-de-chaussée du Château Ouvrier (bâtiment qu'un certain nombre de gens dans le 14ème, soit à titre individuel soit dans le cadre d'une association, ont contribué à sauver).
Depuis son ouverture, les locaux acccueillent différentes activités comme l'accompagnement scolaire, la préparation de la fête des Thermopyles, le Secours populaire, etc.
Profitant des beaux jours qui arrivent, ces locaux seront inaugurés par un repas de quartier, auquel l'équipe de Florimont vous convie. Durant ce moment de détente il sera présenté le projet de l'association qui s'intitule : "Mémoires et avenir du quartier Pernety".
Ce repas de quartier fera suite à l'inauguration par le Maire de l'Allée du Château Ouvrier, allée qui sépare la rue Raymond Losserand de la place Marcel Paul.
L'équipe de Florimont.
 
medium_chateau_ouvrier.jpg
+ d'infos : le "chateau ouvrier", emblèmatique du quartier Pernety et témoin de la lutte victorieuse contre les promoteurs, est un bâtiment imposant, symbolisant le logement social dans le 14ème. Réhabilité et de nouveau habité depuis 2004, il est situé au fond de l'allée qui porte désormais son nom, à deux pas du métro Pernéty (accès par la rue Raymond Losserand).
+ Vous pourrez voir sa réhabilitation en cliquant ici sur le site qui porte le nom de la Place de la Garenne, située juste derrière ce bâtiment.
Dan