Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 22 février 2021

Vincent Lecarme

médecin,campagne,témoignage«  Sentiers de Vie. Récits d’un médecin de montagne »

Editions Glénat

«  Ma façon  d’aimer ma famille, mes amis, c’est d’exercer profondément ce sacré métier de médecin. Quand je me donne de tout mon être dans mon travail, c’est aussi à eux que je donne tout. Et c’est d’eux que je reçois tout. »  Une phrase qui en dit long sur la passion de Vincent Lecarme médecin de montagne pour son métier. Auteur du livre «  Sentiers de Vie. Récits d’un médecin de montagne » , il a eu l’opportunité à ses débuts de s’installer en Haute-Maurienne à Val-Cenis Lanslevillard en 1982.  C’est ce qu’il voulait, être loin de la ville, avoir son propre cabinet dans un endroit qui géographiquement et humainement  l’intéressait…

Spécialisé en médecine et biologie du sport, médecin pompier volontaire, médecin correspondant SAMU, pour lui être médecin de montagne, c’est être amené à tout voir, même ce qui dépasse l’imagination. A présent à la retraite, il aimait l’esprit de groupe et la solidarité qui régnait notamment lors de moments délicats comme les avalanches ou les décès difficiles. Dans ce livre, il insiste sur l’importance du décor au sein de sa région et son bonheur de contempler le paysage tout en exerçant sa profession. «  A l’hôpital en regardant les radios, on se mettait près de la fenêtre, en regardant aussi les montagnes derrière »…

De garde permanente pendant de longues années, il explique l’évolution de la médecine durant ses 35 ans de carrière ( matériel et formation de plus en plus sophistiqués, médicaments de plus en plus nombreux…)   ) et  ce qu’il reproche à la médecine de ville tout en disant avoir beaucoup d’estime pour ses collègues : manque d’autonomie, trop de protection, hôpital trop près (là où il exerce, pas d’hôpital à moins d’1heure avec ni spécialiste, ni pôle d’urgence sur place…), changements de médecins comme de chaussettes pour les patients. Etre médecin de montagne peut s’apparenter selon lui à une sorte de  sport d’endurance entraînant une excitation permettant de tenir un rythme parfois endiablé demandant d’être constamment disponible que ce soit pour les petits riens comme pour le pire. Ceci en s’adaptant aux éléments de la nature, aux rythme des saisons avec une tenue vestimentaire toujours adéquate particulièrement de bonnes chaussures.  D’après ses dires, ce métier comparé à la médecine de ville permet sûrement une relation plus privilégiée avec les patients qui ne sont pas tous, ni tout le temps uniquement des patients. Il  parle aussi sciemment des soins qu’il a lui-même reçus, histoire d’installer une meilleure proximité avec les lecteurs et de montrer qu’un médecin est lui-même un patient  qui naît et meurt comme tout le monde.

Vincent Lecarme impressionné par les histoires de montagne et les légendes  de l’écrivain Charles-Ferdinand Ramuz a toujours aimé écrire, peindre, le piano, les randonnées, et a souhaité avec l’écriture de ce livre laisser une trace pour sa famille et pour informer ses collègues sur cette forme de médecine. Et aussi pour parler des gens de la montagne dont on a selon lui une fausse idée. Une vision assez poétique et sacrificielle de la médecine dans un style agréable avec des exemples parlants de soins prodigués… 

Agnès Figueras-Lenattier

lundi, 07 octobre 2019

Avec André Gide DVD

 

Doriane Films

Pierre Brauberger producteur, distributeur, cinéphile invétéré et Marc Allégret cinéaste avaient l'habitude de déjeuner ensemble chaque dimanche. A cette occasion, dans les derniers mois de 1950 une idée a germé en eux : réaliser un documentaire -hommage à Gide alors très âgé et qui ne voulait être filmé que quand il le sentait. Il mourra d'ailleurs le 21 février 1951 durant le tournage. Le film est alors monté très rapidement dans une version courte de 62 minutes. Puis, remaniement du scénario et version définitive le 21 février 1952 dans les locaux du cinéma Vendôme à Paris.

A présent, le voici en DVD restauré et numérisé par les Films du Panthéon en collaboration avec les films du Jeudi et avec le soutien du CNC. Réalisé par Marc Allégret qui a également écrit le scénario avec Dominique Drouin, le narrateur est Jean Desailly. C'est un témoignage unique sur l'écrivain qui parle de son œuvre et en lit beaucoup de passages au moyen d'une très bonne diction. Visiblement d'après ce que l'on peut constater à travers ce film, c'est qu'André Gide était conscient de son talent. Cela se sent dans la manière dont il lit sa production littéraire. Avec une certaine fierté et emphase. Marc Allégret qui a très bien connu André Gide parle de lui comme quelqu'un qui vivait de façon intense et se passionnait pour tout. C'est effectivement ce qui ressort dans ce film où sa grande curiosité se devine aisément avec notamment son attirance intellectuelle pour tous les milieux. Aimant bouger, une de ses règles de vie est illustrée par cette phrase du poète Keats qu'il aime particulièrement : " Le mouvement imprudent est préférable à la prudente immobilité"…

On le voit avec sa fille, deux de ses petits enfants, qu'il prend plaisir à observer. Observer, oui il aime observer et ceci en toute occasion. Par exemple le comportement de son adversaire lors d'une partie d'échecs… La musique tient une grande place dans sa vie. Ecoutons le parler de Chopin à une jeune musicienne lorsqu'il s'était transformé pour l'occasion en professeur de piano : " J'ai passé avec Chopin plus d'heures que je n'en ai passées avec personne d'autre, avec aucun auteur"…

Très ami avec Paul Valéry, il aura l'occasion de rencontrer Oscar Wilde qui lui fera la réflexion suivante : " Je n'aime pas vos lèvres, elles sont droites comme celles de quelqu'un qui n'a jamais menti"… Roger Martin du Gard est également un de ses grands amis.

Très peu de choses sur ses aventures sentimentales sont relatées à part son amour déçu pour sa cousine. Rien ne filtre par exemple de son homosexualité. Cela manque un peu mais n'enlève rien à l'authenticité de la réalisation.

La langue de Gide est magnifique et le beau timbre de voix de Jean Desailly qui lui aussi dit de belles phrases ajoute au charme de ce film. André Gide est bien là en chair et en os…

 

Autre DVD sorti récemment et très intéressant également : " Jeanne Starévitch dans " La petite chanteuse" un film de Ladislas Starévicth (1882-1965)  assisté d'Irène Starévitch. Ladislas Starévicth est un réalisateur russe d'origine polonaise de films d'animation. Il représente une référence notamment pour Tim Burton, Thierry Gillian ou Wes Anderson...

Agnès Figueras-Lenattier

jeudi, 14 avril 2016

"Un vrai faussaire"

 

" Les récits des faussaires sont parfois aussi vrais que leurs œuvres". Ce proverbe chinois cité à la fin du film de Jean-Luc Léon " Un vrai faussaire" incarne bien effectivement l'esprit de ce documentaire.

Celui-ci retrace la vie de Guy Ribes peintre émérite et crapule de 65 ans, considéré comme le plus prolifique des faussaires français recensés actuellement. Né d'un père propriétaire d'un cinéma et d'un bordel, et d'une mère voyante, il fait penser côté apparence au Commissaire Maigret (Jules Maigret). Pris par la police en 2005, il a été condamné en 2010 à trois ans de prison dont un ferme.

Dans ce film bien réalisé, Guy Ribes s'exprime avec naturel et clarté sur la façon dont il a pu duper tant de personnes. Et en même temps les faire rêver en leur vendant ce qu'ils aiment… Peignant trois, quatre fois un tableau, il montre qu'à partir du moment où " un faux" est doté d'un vrai certificat, tout problème s'envole. Ayant appris à s'arrêter de peindre un tableau, et à laisser faire l'Art, il avoue que cela n'a jamais été facile pour lui de reproduire. " Même Matisse qui pourtant a l'air si facile" ajoute t-il.

Evoquant ses complices, il affirme qu'il a ça dans le sang, et qu'il continuera sûrement. Mais il met au défi quiconque de le piéger, car à présent, il connaît bien toutes les ficelles pour se défendre. Cela laisse pantois, et l'on peut vraiment s'interroger sur tous les "faux" qui circulent chez les collectionneurs et dans les musées.

Même si bien évidemment son attitude est plus que condamnable, l'intelligence et le talent de cet homme sont là pour nous démontrer que la duperie bien réalisée est malgré tout un métier comme un autre. Instructif et riche d'enseignement…

Agnès Figueras-Lenattier

Plus d'infos :

Cinéma le Lucernaire 53 rue Notre-Dame-Des-Champs