Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 août 2010

BOUTONS Phénomène artistique, historique et culturel

 

Habitué des Puces de Vanves, Loïc Allio présente à l'occasion de l'exposition BOUTONS Phénomène artistique, historique et culturel une partie (1.500 boutons) de sa formidable collection (qui en compte près de 10.000 !)Paris14 Boutons Le premier bouton 9.jpg

Dans deux premières salles de l'exposition , une sélection de pièces rares ( des 5 continents, de toutes époques toutes matières), dont un bouton en bronze vieux de 2 500 ans originaire de Mongolie, le plus petit et le plus gros boutons du monde, des pièces du XVIIIe siècle utilisées par des contrebandiers et des révolutionnaires pour dissimuler des messages secrets, Paris14 Boutons Révolution française 23.jpgdes boutons haute couture de créateurs comme Elsa Schiaparelli et Paul Poiret, et des oeuvres d'artistes tels Sonia Delaunay, Giacometti, Maurice de Vlaminck, René Lalique et Matta.

Les boutons de Loïc Allio sont présentés avec beaucoup de raffinement et ses cartels apportent beaucoup de précisions sur ces minuscules merveilles. En effet, insignifiants en apparence, les boutons sont les reflets de leurs époque.

Paris14 Boutons Matières 35.jpgAucun matériau n'est étranger au bouton, nacre (classique) bronze, bois, jade, céramique, pierres ou métaux précieux, du diamant à la croûte de pain en passant par la peau d'éléphant !

La haute couture a été une grande « consommatrice » de boutons. Elsa Schiapparelli notamment qui n'hésitait devant rien au niveau de l'originalité.

Deux autres salles sont consacrées à la collection de la boutique Tender Buttons de New York.

 

La Fondation Mona Bismarck a aussi rassemblé quelques artistes contemporains dont le travail s'articule autour des boutons : Clare Graham, Lisa Kokin, Lauren Lévy, Amalia Amaki, Elvy Billy, Penalope Leaver Green.

 

Ne suivez pas le conseil de l'irrésistible Petit Gibus dans le film "La Guerre de boutons" tourné par Yves Robert Paris14 la-guerre-des-boutons.jpgqui, après s'être fait arracher tous les boutons de sa culotte, s'exclamait "si j'avais su, j'aurai pas venu !".

 

jusqu'au 14 août

Mona Bismarck Foundation 34, avenue de New York 75116 Paris

http://www.monabismarck.org/

 

mardi, 29 juin 2010

Les Lalanne

Les Arts Décoratifs proposent une exposition de 150 pièces signées Claude ou François-Xavier Lalanne, couple d'artistes connu pour avoir fait de la nature et des animaux le support de leurs créations. Sculpteurs inclassables, ils exposent ensemble depuis 1964, avec l'idée commune de donner le plus possible une fonction à leurs sculptures. De ces œuvres souvent hybrides, naissent l'étonnement, l'amusement, une poésie empruntée de surréalisme guidée par le jeu de mots, des formes et des matières

La carrière de ces deux artistes est caractérisée par la volonté de désacraliser la sculpture, en lui rendant une dimension familière, voire un usage. Une sculpture, selon eux est faite pour être regardée, mais également touchée. On l'ouvre aussi parfois, on s'y assoit, on la porte au cou ...

Paris14.info Lalanne Banc gingko 12.jpgLe banc feuilles de gingko en bronze, que Claude a conçu en 2007 accueille les visiteurs (l'artiste aime particulièrement le gingko qui est un arbre fossile, seul rescapé des bombardements atomiques de Nagasaki).

Deux sculptures de Claude encadrent l'escalier d'honneur de la nef du musée : sur la gauche un Homme à la tête de chou de François-Xavier, pour lequel Serge Gainsbourg eut un coup de foudre et qu'il acheta en 1968. Il lui inspirera 8 ans plus tard l'album du même nom. Sur la droite Caroline enceinte, en hommage leur fille au milieu Le Lapin à vent de François-Xavier

La nef du musée abrite un jardin à la française dont des grilles légères comme des brindilles marquent l'entrée. Il est envahi par un troupeau de moutons. François-Xavier avait commencé la série en 1965, Ils interrogent les nouvelles manières de s'asseoir : soit adossé à leur tête, soit à califourchon.

A l'autre bout un couple de chameaux, confortables banquettes recouvertes de laine de mouton.

Comme les mots-valises les sculptures de François-Xavier sont des jeux de mots grandeur nature. Ses animaux sont facétieux : le fauteuil crapaud est aussi un crapaud fauteuil le secrétaire est un âne.....

Paris14.info Mouche ailes ouvertes.jpg


les toilettes sont une mouche , la salle de bain un hippopotame, le coffre fort un gorille et le lit une boîte de sardines ! Paris14.info lit Sardine.jpg

Claude, elle est plus inspirée par la nature, ses couverts ont séduit Dali. Elle a composé des miroirs immenses pour le salon de musique de l'appartement parisien qu'il habitait avec Pierre Bergé.
Sa collaboration avec Saint Laurent l'a amené aussi à mouler directement sur le corps des mannequins d'Yves Saint Laurent des ceintures, des bustiers ...

Ses bijoux s'inspirent de la nature et du végétal comme la broche Anémone, le collier Libellule, le collier Groseille. Certaines pièces comme le sautoir Ronces ou les broches serpent sont en rupture avec les conventions du bijou parure. Parmi les pièces exposées, on remarque particulièrement pour leur parti pris surréaliste les bagues "Bouts de doigts".
Il faut y aller avant le 4 juillet !
Les Arts Décoratifs 107 rue de Rivoli 75001 Paris

http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/accueil-292/une-...

La mouche , François-Xavier Lalanne, 1966,
laiton, acier, porcelaine, plexiglas, et palissandre, collection particulière,
photo Alexandre Bailhache © ADAGP

Boîte de sardines, François-Xavier Lalanne, 1971,
Mousse polyester gainée de veau argent, 150 x 200 cm,
collection particulière photo Alexandre Bailhache, © ADAGP

 

 

lundi, 14 juin 2010

De l’autre côté du périf : Martine CAMILLIERI

Loufoque et poétique, l'artiste imagine un grand bazar sacralisé, constitué d'Autels (Tables de philosophies domestiques), édifiés à partir d'objets détournés.

Au rez-de-chaussée de l'exposition, se dresse un Autel dont les visiteurs seront en partie les « inventeurs ». Jusqu'au vernissage et pendant l'exposition, Ils pourront venir déposer à la Maison des Arts, des objets trouvés au cours de leurs promenades. Ces objets formeront ensuite le Temple des Objets Perdus/Trouvés. Martine Camillieri Temple des objets trouvés 55.JPG

 

A l'étage, des Autels oniriques et ironiques, œuvres éphémères et démontables, réalisés à partir d'objets du quotidien : l'Autel Beauté personnelle ou le « dieu lapin » invite à passer de l'autre côté du miroir, l'Autel Vanity-cake édifié avec des moules de métal obsolètes, vestiges de patisseries démodées. Martine Camillieri Autel Vanity-cake* 27.JPG

 

 

 

Les objets qui composent ces autels, ou ornements des temples, sont des objets basiques de grande consommation, détournés, assemblés, empilés, afin qu'ils deviennent autres

L'artiste nous propose de découvrir une centaine de dessins, « brouillons » des Autels

Martine Camillieri Dessins 41.JPG

 

 

Son univers ultra kitsch, coloré et joyeux pose de façon ludique, avec ironie et dérision des questions sur le gâchis, l'écologie, la pollution, l'eau, la surconsommation et ses répercutions sur l'environnement.Martine Camillieri Temple de l'Eau précieuse 38.JPG

 

 

 

 

Elle a même édifié sur le bassin un temple sur pilotis

Entrez dans l'univers de Martine CAMILLIERI

[dé]rangements exposition de Martine CAMILLIERI
LA MAISON DES ARTS du 29 mai au 18 juillet 2010
105 Avenue du 12 février 1934 - 92240 MALAKOFF - http://maisondesarts.malakoff.fr
Rencontre/débat avec Martine CAMILLIERI le samedi 26 juin à 15 h.

 

 

samedi, 08 décembre 2007

Le mois des créateurs

6c7c12a0220aa9a941239046906295d8.jpgSpécialement organisé pour les fêtes, l’exposition « le mois des créateurs », propose plein d'idées cadeaux: peintures, bijoux, livres, photographies , gravures, terres cuites, graffitis… les créateurs vous proposent des œuvres uniques ou multiples. Des idées cadeaux pour les fêtes à la fois originales et abordables... de 5 à 500 euros! De quoi vous faire plaisir ou faire plaisir, sans se ruiner !

Venez prendre un verre en découvrant l'exposition ainsi que les artistes lors du vernissage le dimanche 9 décembre à partir de 14h30. Entrée libre!!!

Pour ceux qui ne peuvent pas être là, l'exposition dure jusqu'au 5 janvier 2008, mais dépêchez-vous, beaucoup de pièces sont des modèles uniques qui partent très très vite !!! 

Solenn 

Plus d'info:
+ Galerie de l'entrepôt, 7 rue Francis de Pressensé 75014 Paris - Métro Pernety
+ Horaires d'ouverture de la galerie: du lundi au vendredi de 10 à 19h et le dimanche de 14h30 à 18h30. Et ouverture exceptionnelle les samedis 15 et 22 décembre...

dimanche, 22 octobre 2006

Une expo photo ? Découvrez le ScrapBook !

Depuis le 21 septembre dernier, la Fondation Henri Cartier-Bresson vous propose de découvrir un nouveau pan de sa collection, l’un de ses trésors maintenant restauré : le Scrapbook (littéralement, "l'album"), une sélection remarquable de tirages réalisés par Cartier-Bresson lui-même en 1946 qui constitue une étape très importante dans l’appréhension de son oeuvre.Retour sur la petite histoire du ScrapBook...

En 1943, le Museum of Modern Art de New-York (MoMA), pensant que Cartier-Bresson avait disparu pendant la guerre, préparait une exposition « posthume » de son travail. Cartier-Bresson, qui venait de s’évader, apprit la nouvelle avec joie et décida de faire un bilan de son oeuvre préparatoire à l’exposition. Il tira 346 images qu’il colla dans un album – le scrapbook - avant de les montrer au MoMA. La plupart de ces photographies étaient inédites à l’époque ; beaucoup sont devenues emblématiques aujourd’hui. L’exposition fut inaugurée en février 1947, quelques mois avant la création de Magnum Photos.

medium_scrapbook_henri_cartier-bresson.jpg

Quarante ans plus tard, conscient de la richesse de cet album, Cartier-Bresson s’y intéresse à nouveau. Il décolle la plupart des tirages pour les protéger et les restaurer. Cet ensemble exceptionnel appartient aujourd’hui à la Fondation HCB, qui a entrepris de reconstituer cet album en vue de sa publication, avec la complicité des éditions Steidl, agrémenté de textes et de documents d’époque.

La Fondation HCB présente donc l’ensemble de ces tirages, ainsi que 7 agrandissements de l’exposition de 1947 contrecollés sur bois empruntés au MoMA. Ce moment marque un tournant fondamental dans la vie et l’oeuvre de Cartier-Bresson, comme il l’avait lui-même formulé dans un entretien avec Hervé Guibert : « J’allais à la recherche de la photo pour elle-même, un peu comme on fait un poème. Avec Magnum est née la nécessité de raconter des histoires ».

Maroun - avec le concours de la Fondation Henri Cartier-Bresson

Plus d'info :
+ Le ScrapBook - exposition ouverte jusqu'au 22 décembre 2006 - Entrée : 5 € plein tarif -  3 € tarif réduit : chômeurs, moins de 26 ans, plus de soixante ans - Gratuit pour les Amis de la Fondation - Gratuit en nocturne le mercredi de 18h30 à 20h30.
+ Horaires : du mardi au dimanche de 13h00 à 18h30, le samedi de 11h00 à 18h45 , nocturne gratuite le mercredi jusqu’à 20h30. Fermé lundi et jours fériés - adresse : 2, impasse Lebouis, 75014 Paris - métro: ligne 13 (Gaité), ligne 6 (Edgard Quinet) - bus: lignes 28 et 58 arrêt Losserand-Maine, ligne 88, arrêt Jean Zay – Maine.