Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 04 janvier 2005

26-30 rue de la Tombe-Issoire : nouveau nettoyage...

Nous venions à peine de poster cet article qu'un internaute nous prévenait d'une nouvelle intervention de la SOFERIM sur le site du 26-30 rue de la Tombe-Issoire, plus connu sous le nom de Ferme Montsouris et des Carrières de Port-Mahon (voir article ci-après).

Cette nouvelle intervention à coups de tracto-pelles a provoqué la colère du Maire du 14e, Pierre Castagnou, qui averti par les associations, s'est rendu sur les lieux et a demandé et obtenu l'arrêt immédiat des travaux engagés dans le cadre d'une opération d'archéologie préventive (sic. - pincez-moi, je rêve).

Les habitants et associations restent en alerte... Ah oui, j'oubliais : la SOFERIM vous souhaite une bonne année 2005...

Pierre

PS. Merci à Gwen de l'OCRA (Organisation pour la Connaissance et la Restauration d’Au-dessoubs-terre) qui nous a fait parvenir l'info.

Carrière de Port-Mahon et Ferme Montsouris : le promoteur nettoie la cour... à coups de pelleteuse !

Nous avons décidémment bien de la chance... La SOFERIM, promoteur aux petits oignons, a décidé mardi 28 décembre dernier - entre Noël et le jour de l'An on se sent toujours un peu désoeuvré - de faire du ménage dans la cour de la Ferme Montsouris où des restes de jardin partagé et quelques pauvres plantes vertes semblaient causer un bien grand trouble. Rappelons que le sol et le sous-sol de cette ferme sont classés aux monuments historiques puisqu'ils recèlent la fameuse Carrière médiévale du Chemin de Port-Mahon (ainsi qu'un aqueduc gallo-romain...).

C'est donc à 7h30 du matin que la SOFERIM a fait entrer un engin de 9 tonnes sur le site pour se livrer à un "débroussaillage" afin que les archéologues de l'Inrap (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) puisse effectuer des fouilles.

Contactée par un journaliste du Parisien, la SOFERIM plaide sa bonne foi estimant qu'on lui "cherche des poux dans la tête dès qu'on essaye de faire quelque chose". Hum hum... Petite devinette : Archéologie - fouilles - pelleteuse : cherchez l'intru ? Bon, là, vous êtes priés de ne pas rire.

Thomas Dufresnes, président du Collectif de Port-Mahon et de la Ferme de Montsouris, collectif qui lutte pour la sauvegarde du site et rassemble les opposants aux projets immobiliers de la SOFERIM a réagit à cette nouvelle exaction dans un communiqué de presse que vous retrouverez ci-après :

Depuis ce matin, la Soferim, à l'aide d'un Bobcat, dévaste les jardins de la Ferme de Montsouris (26, rue de la Tombe-Issoire), réduisant à l'état de bourbier toute l'ancienne cour de ferme.

Pourtant le sol de cette cours est protégé au titre des Monuments Historiques (décret du 4 janvier 1994).

Pourtant à quelques centimètres sous le sol se trouve l'aqueduc Gallo-Romain de Lutèce qui traverse toute la cour.

Pourtant la Soferim n'a aucun permis, ni de construire, ni de démolir, et aucune autorisation de travaux.

Aux dires de la Soferim, elle ne procéderait qu'à du débroussaillage ! Mais alors pourquoi faire appel à une entreprise de « Déconstruction » : la société Genier-Deforge ?


Plus d'info :
+ Le site du Collectif de Port Mahon : http://collectifportmahon@free.fr
+ Ecrire au Collectif : collectifportmahon@free.fr.
+ Thomas Dufresnes, président du Collectif de Port-Mahon et de la Ferme de Montsouris : 06 65 02 35 32.
+ Notre article sur la fête médiévale organisée par le Collectif le 19 novembre 2004.
...
+ Et le joli site de la SOFERIM : www.26-30tombeissoire.com


Pierre

jeudi, 23 décembre 2004

Maziamo et Antonio : l'école Pierre Larousse se mobilise contre une reconduite à la frontière

Maziamo Eduardo (10 ans aujourd'hui) et son grand frère Antonio (20 ans aujourd'hui) sont arrivés d'Angola le 22 mai 2002 en France. Depuis septembre 2002, Maziamo est scolarisé à l'école primaire Pierre Larousse à Paris 14e (actuellement en CM2). Leurs parents et leurs quatre frères ont été assassinés en février 2002 à Viana par la force Armée Angolaise pour des raisons politiques : le père était membre de l'Unita. Les deux rescapés ont gagné la France via l'Afrique du Sud semble t-il grâce à l'aide d'un membre de l'Unita.

Antonio a été entendu par un officier de l'Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA) dès le 25 novembre 2003. Sa demande de statut de réfugié politique a été rejetée le 16 décembre 2003. Sont évoquées par l'OFPRA pour motiver leur décision des "imprécisions, incohérences, et contradictions concernant les motifs des persécutions invoquées, et ces persécutions elles-mêmes". Un recours a été initié en 2004 apportant des éléments nouveaux répondant aux questions et "incohérences" relevées par l'OFPRA. Ce recours vient d'être rejeté et Antonio est dans l'attente de sa notification. Une reconduite à la frontière doit intervenir d'un moment à l'autre. Si Antonio devait retourner en Angola non seulement rien n'indique qu'il y serait en sécurité, mais son petit frère Maziamo resterait en France, car il est mineur et serait placé. Ils n'ont aucune famille en France. Ils sont en ce moment suivis par le CADA-CASP, rue Vaneau à Paris 7e où ils sont domiciliés administrativement. Antonio bénéficie d'un récépissé constatant le dépôt d'une demande de statut de réfugié valant autorisation de séjour.

Jusqu'à il y a quelques jours Antonio et Maziamo étaient logés dans un foyer dans le 13e arrondissement. Depuis peu ils ont été déplacés sur un centre d'hébergement de La Plaine Saint-Denis. Ce qui veut dire que Maziamo, 10 ans, prend le métro à 7heures 1/4 le matin pour être à l'école dans le 14e à 8 heures 30 et fait le trajet inverse le soir. Il est essentiel pour lui de rester scolarisé à l'Ecole élémentaire Pierre Larousse (28, rue Pierre Larousse - 75014 Paris), c'est un de ses rares points d'attache.

L'équipe pédagogique et l'ensemble de la communauté parentale se mobilise. Des contacts ont été pris avec les associations d'aide aux réfugiés (Amnesty International, Ligue des Droits de l'Homme, Cimade - cette dernière organisait le 18 décembre 2004 dernier la Journée Internationale des Migrants), des élus de la Mairie de Paris et du 14e arrondissement, les médias (presse, radio, télévision), les fédérations de parents d'élèves ainsi que des établissements scolaires ayant déjà été confrontés à ce type de problème.

Mais pour les Internautes, l'action la plus simple reste la signature de la pétition en ligne disponible à l'adresse suivante : http://maia1.free.fr lancée à l'initivative du Collectif pour Maziamo et Antonio.

...Et bien entendu vous pouvez faire suivre cet article à un maximum d'habitants du 14e arrondissement en faisant circuler son url permanente :
http://www.paris14.info/archive/2004/12/22/maziamo_et_ant...


Plus d'info :
+ L'article de TF1.fr sur ce sujet.
+ L'article de Libération.
+ L'article sur le site Voila.fr.

Pierre

lundi, 20 décembre 2004

Tramway des Maréchaux Sud (TMS) : un monde meilleur ?

Maintenant, il n'y a plus de doute, nous aurons la possibilité d'aller du Pont du Garigliano à la Porte d'Ivry en Tramway courant 2006. Ferez-vous partie des 100 000 voyageurs quotidiens ?

Ce tramway a fait et fait couler beaucoup d'encre. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez vous rendre sur le site qui lui est consacré : www.tramway.paris.fr. Dans les différentes rubriques vous trouverez diverses informations, explications, commentaires, chiffres, photos sur tout ce qui touche à l'actualité du tramway sans oublier les futurs aménagements urbains et paysagers ainsi que les correspondances avec les différentes lignes de bus.

tramway_porte_orleans.jpgCertaines rubriques du site sont très intéressantes. Si vous êtes d'humeur joueuse, nous vous conseillons en tout premier lieu deux d'entre elles :

- le Tram se dévoile qui permet de se faire une idée du design global (extérieur et intérieur) des futures rames. Un aperçu qui fait la part belle aux images de synthèse et qui présente la particularité de nous présenter un tramway dénué de toute publicité qui viendrait animer le citoyen consommateur assoupi. Un thème important évoqué lors du dernier CICA (son sujet était l'affichage associatif et commercial dans le 14e arrondissement) et sur lequel nous resterons alertes...

- Les avants et les après qui en matière de - comment dit-on ça poliment ? - couillonade ou de bullshit rappeleront aux fans d'Asterix la couverture du Domaine des Dieux et nous prouveront qu'en matière de vision éthérée de la ville, les agences d'urbanisme seront toujours aussi performantes que les marchands de tapis des souks de Tunis. Nous avions bien compris que le Tramway n'était pas un projet de transport en commun mais de requalification des Maréchaux, mais là, il serait peut-être temps de redescendre sur terre... D'autant que - détail rigolo - toutes les esquisses publiées jusqu'alors nous présentaient un tramway se déplaçant exclusivement sur un magnifique tapis engazonné, une trame végétalisée qui disparaît maintenant deux fois sur trois... Maudit gazon ?! Gageons que notre tramway, si l'on y prend garde, finira par évoluer dans un environnement sobrement bitumé...

Enfin, puisque nous parlons de verdure et d'autres salades, notons que dans le cadre du Tramway Maréchaux Sud, plus de 400 arbres devraient être plantés dans des rues adjacentes (c'était la condition sine qua non de l'avis favorable du rapport de l'enquête publique afin de compenser l'abattage de 300 platanes). Peut-être serait-il temps de démarrer la concertation avec les associations de riverains concernées ou avec les Conseils de quartier (Jean Moulin - Porte d'Orléans, Didot - Porte de Vanves) qui à ce jour n'ont pas été consultés. Paris14.info sera présent sur ce sujet. Si vous souhaitez nous rejoindre sur cette réflexion, cliquez ici !

Allez, nous n'allons pas vous laisser sur une note critique mais sur une remarque positive : ce site possède le label AccessiWeb de bronze décerné par BrailleNet, référence en matière de prise en compte des handicaps et particulièrement des handicaps visuels. Et si le site Internet de la Mairie du 14e s'y mettait maintenant ?

Nicole

PS. En ce moment, neuf artistes internationaux illuminent les Maréchaux et ce jusqu'au 2 janvier ... Nous, en dehors des travaux et des palissades, on a rien remarqué. Et vous ?

Plus d'info :
+ Le site internet L'Internaute a réalisé un diaporama à partir des différents dessins ou maquettes disponibles on-line. Il présente une bonne vue d'ensemble du projet.


mercredi, 15 décembre 2004

Inscription sur les listes électorales : soyez acteurs de votre destin...

Nous pensions tous que cette année 2005 serait une année électorale tranquille... C'était sans compter sur l'Europe puisque nous allons encore voter en 2005, pour ou contre le nouveau traité de constitution européenne, au plus tôt en juin sinon en septembre 2005. Bien sûr, seules les personnes inscrites sur les listes électorales pourront prendre part à ce scrutin... Alors, comment s'inscrire ?

Les listes électorales sont révisées en fin et en début d'année. A chaque bureau de vote correspond une liste électorale. Toutes les listes électorales font donc l'objet d'une révision annuelle au cours d'une période qui débute le 1er septembre et s'achève le dernier jour du mois de février. Cette révision est prise en charge par une commission administrative qui examine toutes les rectifications à apporter. Les services municipaux affichent en mairie, le 10 janvier, un tableau rectificatif des listes électorales pendant dix jours qui peut être contesté au cours de cette période par les électeurs.

Plus que 15 jours !!!

Vous avez donc jusqu'au 31 décembre 2004 pour faire votre demande d'inscription ou de modification si vous avez déménagé par exemple. Les jeunes qui ont atteint 18 ans dans le courant de l'année sont en principe inscrits automatiquement mais vérifiez tout de même, certains d'entre eux passent à travers les mailles du logiciel, il vaut mieux être sûr d'être inscrit que de le supposer. Le Cidem, l'association Civisme et Démocratie, estime à 1,5 million le nombre de personnes en âge de voter et qui ne sont pas inscrites.

La marche à suivre :
Pour avoir la qualité d'électeur, il faut être majeur, de nationalité française et jouir de ses droits civils et politiques mais aussi de justifier d'une attache sur la commune où l'on souhaite s'inscrire : soit y être domicilié, soit y résider depuis six mois au moins de façon continue et effective, soit y payer depuis cinq ans au moins la taxe foncière, la taxe d'habitation ou la taxe professionnelle.

Si vous avez déménagé sans avoir quitté la commune ou l'arrondissement, il faut le signaler à la mairie : vous obtiendrez alors une nouvelle carte d'électeur pour un nouveau bureau de vote. La mairie se chargera de votre désinscription dans l'autre commune ou l'autre bureau de vote. Pensez-y, nombreux sont les électeurs qui s'aperçoivent qu'ils ne peuvent plus voter dans leur bureau habituel après un déménagement et qui ne sont inscrits nulle part.

Enfin sachez qu'une liste électorale est communicable : tout électeur, tout candidat ou tout parti politique peut en obtenir une copie à condition de ne pas en faire un usage commercial.

Plus d'infos :
+ Sur Service-Public.fr, le portail de l'administration française, la page spéciale consacrée à cette question.
+ Idem, sur le site du Ministère de l'Intérieur...
+ Et pour un regard sur cette fameuse constitution européenne, deux approches, l'une officielle et l'autre beaucoup plus "blog"...

Olivier

lundi, 13 décembre 2004

Conseil d'arrondissement spécial PLU reporté !

Attention : en raison de la modification du déroulement de la séance budgétaire du Conseil de Paris, qui requiert la présence des Conseillers de Paris mardi 14 décembre 2004 en soirée, le Conseil d’Arrondissement exceptionnel sur le Plan Local d’Urbanisme qui devait se tenir demain à la même heure est reporté au 10 janvier à 19 heures...
A vos agendas...
Pierre

vendredi, 10 décembre 2004

Piétonisation rue Daguerre : un projet controversé

Ces derniers temps, vous avez peut-être remarqué deux petites tentes à l'angle des rues Daguerre / Boulard et Daguerre / Gassendi. Il s'agit de permanences, tenues par des habitants du quartier Mouton-Duvernet - Daguerre. Ces deux lieux de rencontre sont le théâtre de débats et réactions animés autour des projets (à l'étude) de piétonnisation de la rue Daguerre sur toute sa longueur, et particulièrement sur sa zone libre, de l'avenue du Maine à la rue Boulard.

Initialement porté par l'association des commerçants de la rue Daguerre qui proposait une zone priorité piéton, le projet a rencontré une vive opposition de certains riverains. Ces derniers craignent une nouvelle envolée des prix de l'immobilier, une "bobo-isation" de l'ensemble du quartier, une disparition rapide sur la partie "maine-boulard" de tous les petits artisans qui sont encore nombreux sur cette portion de la rue, et le développement encore plus rapide d'une mono-activité "restauration asiatique".

Devant de telles craintes, la Mairie avance prudemment. Cette piétonnisation était une "promesse orale" de Pierre Castagnou aux commerçant de la rue lors des Municipales de 2001. Mais depuis cette élection, Pierre Castagnou, échaudé par les levées de boucliers du quartier vert Alésia - Tombe-Issoire et son hémorragie de petits commerces, y réfléchit à deux fois avant d'inverser un sens interdit...

De son côté, le Conseil de quartier, après réflexion, a estimé qu'étant donné le comportement des conducteurs parisiens, une zone priorité piéton ne changerait rien. Il s'est alors engagé dans une vaste opération de concertation en distribuant 6900 questionnaires dans le quartier. Lors du dernier conseil de quartier, il a fait part des résultats de cette consultation. 500 personnes ont répondu. 2/3 se seraient exprimées en faveur d'un "micro quartier convivial" qui engloberait plusieurs rues du quartier. Un voeu a donc été émis par le Conseil de quartier, transmis à la Mairie du 14e puis aux services techniques de la Ville de Paris puis à la Mairie de Paris puis à la Préfecture... De ce fait, la piétonnisation de la rue a été testée, dans le cadre de l'Opération municipale "Paris Respire" (c'est joli la com'). Pendant à peu près 6 mois, depuis le 11 juillet 2004 dernier, des barrières sont venues obstruer certaines rues le dimanche (les rues Boulard et Cels notamment). L'expérience avait malheureusement ses limites puisque le projet vise à une piétonnisation a minima tout le weekend, samedi et dimanche, deux jours sur lesquels les rythmes de vie du quartier sont bien différents...

A l'issue de cette période test, le Conseil de quartier a organisé une deuxième consultation des riverains, du 1er au 10 décembre. Elle prend donc fin aujourd'hui même et ses conclusions seront rendues publiques le 21 décembre...

A suivre...

Pierre

mercredi, 08 décembre 2004

Saint-Vincent de Paul, place de Catalogne (et couloirs de bus ?) : un ordre du jour conséquent pour le Conseil de quartier Montparnasse - Raspail

La prochaine réunion du Conseil de quartier Montparnasse - Raspail aura lieu demain, jeudi 9 décembre 2004 au Collège Saint-Exupéry (89, boulevard Arago), de 20 heures à 22 heures.

L'ordre du jour de cette réunion sera le suivant :
> Vie du quartier, point sur les dossiers en cours :
- l'aménagement de la contre-allée Georges Besse / la rue Emile Richard.
- l'éclairage de la rue du Montparnasse.
- le 27 rue de la Gaîté.
- le square Gaston Baty.
- la sécurisation du carrefour rue du Faubourg St Jacques / Jean Dolent.
- la place de Catalogne.
- l'hôpital St Vincent de Paul (avenue Denfert-Rochereau)... Et donc le thème de sa sauvegarde.
> Choix des représentants du Conseil de quartier Montparnasse-Raspail à l'Observatoire des Conseils de Quartier.
> Calendrier des futurs conseils de notre quartier.
> Voeu trimestriel du conseil de quartier.
> Questions diverses...

Cette réunion est ouverte à tous les habitants du quartier. Elle abordera sans doute la question du couloir de bus central du boulevard du Montparnasse parmi les "questions diverses" - s'il reste un peu de temps... Mais peut-être pourrions-nous suggérer au Président de cette séance de traiter prioritairement de ce thème "central" pour les habitants du quartier ?

Celles et ceux qui souhaiteraient nous communiquer un compte-rendu ou leur sentiment sur cette réunion peuvent le faire ci-après ou par mail : contact@paris14.info !

Enfin, si vous souhaitez vous abonner à notre lettre d'information électronique, vous pouvez le faire sur newsletter@paris14.info

Pierre

lundi, 06 décembre 2004

Comte-rendu de mandat de Bertrand Delanoë

Demain soir, mardi 7 décembre, à partir de 19h, le Maire de Paris, Bertrand Delanoë, et Pierre Castagnou, Maire du 14e arrondissement invitent les habitants du 14e arrondissement pour un "compte-rendu de mandat". La réunion se tiendra au Gymnase Mouchotte - 31, rue du Commandant René Mouchotte.

Au cours de cette réunion publique, Bertrand Delanoë reviendra sur les réalisations de la majorité municipale et les projets en cours ou futurs. Une occasion pour les habitants du 14e arrondissement d'échanger* avec le Maire de Paris sur le tramway des Maréchaux, les bus et couloirs de bus, le logement social et les tours, les crèches, le petit commerce parisien ou autres thématiques plus locales (quartier vert, piétonnisation de la rue Daguerre, la couverture du périphérique, etc.)... Tous les sujets peuvent être abordés librement.

N'hésitez pas à nous faire parvenir vos commentaires sur cette réunion, par mail contact@paris14.info ou à réagir directement ci-après...

Pierre

*A noter, le Maire de Paris ne vient pas "dialoguer" mais "échanger". Comprendre que les questions seront posées par "paquets" et les réponses apportées de même. Une bonne vieille ficelle pour ne pas laisser le micro trop longtemps à d'éventuels esprits chagrins. Ce n'est pas aux vieux singes qu'on apprend à faire la grimace...

mercredi, 01 décembre 2004

Antennes relais : halte au feu !

Le Conseil de quartier Mouton-Duvernet qui se réunissait hier soir, mardi 30 novembre 2004, rue Boulard, a débattu longuement de la question des antennes-relais pour la téléphonie mobile. Compte-rendu.

Trois opérateurs développent en ce moment leur réseau sur Paris. Dans le 14e arrondissement, de nouvelles antennes relais sont en voie d'installation, notamment rue Ernest Cresson (n°7 et 18) et square Delormel. Il s'agit d'antennes-relais de 800, 900 et 2100 megahertz.

Ces installations sont rentables pour une copropriété. Elles rapportent entre 8 et 15 000 Euros par an (pour une durée de 12 ans). Une somme non-négligeable si l'on considère qu'une des propriétés de ces antennes est de produire un rayonnement beaucoup plus fort sur les immeubles alentours que sur l'immeuble hôte. En résumé, ce ne sont pas ceux qui encaissent qui subissent les nuisances...

La Mairie de Paris et les opérateurs de téléphonie mobile se sont mis d'accord sur une Charte d'installation. Celle-ci prévoit un rayonnement inférieur à 2 volts / mètre (en moyenne sur 24 heures) ce qui est plus contraignant pour les opérateurs que la réglementation nationale. Pourtant, selon l'exposé présenté en Conseil de quartier, la seule étude (hollandaise !) disponible sur les mobiles de 3e génération (UMTS) démontre un risque sanitaire au-delà de 0,6 volt / mètre (seuil maximal indépassable).

Ces seuils de rayonnement sont contrôlés par la société Veritas, mais ces contrôles sont financés par les opérateurs eux-même. De nombreux habitants ont donc suggéré qu'une agence réellement indépendante puisse réaliser de telles mesures.

Il existe une solution alternatives à ces antennes : la multiplication d'antennes moins puissantes apparemment neutres sur le plan sanitaire.

En l'absence de représentant des opérateurs, les débats ont été mené de manière très convaincante à leur encontre. Il reste que le manque de transparence dans ce développement suscite bien des craintes. L'installation des antennes est désormais interdite à moins de 500 mètres d'une école...

Dès lors, le Conseil de quartier a demandé à l'unanimité que la Mairie d'arrondissement émette un avis négatif pour ces nouvelles installations. Une première pour un Conseil de quartier.

Plus d'infos :
+ Si vous souhaitez contester une implantation, vous pouvez déposer un recours devant le tribunal administratif. Si c'est le maire qui a accordé l'autorisation, cette requête doit être impérativement déposée dans les deux mois suivant l'affichage en mairie du vote de la délibération contestée. Si c'est l'assemblée des copropriétaires qui a donné son accord, le vote peut être contesté dans le délai de deux mois.
+ Sur un plan associatif, vous pouvez vous rapprocher de l'association Priartem - Pour une Réglementation des Implantations d'Antennes Relais de Téléphonie Mobile. E-mail : contact@priartem.com
Vous pouvez également vous adresser à l'Association Robin des Toits. A noter, Etienne Cendrier, son porte-parole, est poursuivi en justice par les 3 opérateurs pour avoir tenu les propos suivants dans le Journal du Dimanche :
- «La téléphonie mobile doit être compatible avec la santé publique. Ce n'est pas le cas aujourd'hui. Les opérateurs dissimulent les vraies expositions de la population pour une histoire de gros sous.»
- «Nous pensons en effet que les opérateurs sont prévenus en amont, ce qui leur permet de tricher en baissant les puissances.»
- «Savez-vous qu'il y a actuellement à Paris un chercheur qui trouve des résultats élevés quand il fait des mesures tout seul et des expositions minimales quand il travaille en prévenant les opérateurs ?»

Il risque une condamnation à 600 000 Euros d'amende.
+ Pour savoir s'il y a une antenne près de chez vous, l'Agence nationale des fréquences propose une cartographie interactive... Où l'on voir que le 14e arrondissement est déjà truffé d'antennes... http://www.cartoradio.fr/

En savoir toujours plus :
+ ...Sur le portail que Bouygues Telecom consacre au risque sanitaire.

Et pour rire un peu...
+ Le Conseil de Quartier Pernety organisait le 3 mars 2004 une réunion sur les antennes relais à laquelle assistait Yves Cochet, député de la 11e circonscription de Paris (qui couvre une large partie du 14e arrondissement). Il paraît que notre député s'y est fort ennuyé et se serait senti un peu seul. C'est en tout cas ce que suggère le diaporama disponible sur son site Internet :-) Allez Yves, courage...