Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 28 juin 2005

Alexandre le Bienheureux ?

medium_jean_marie.jpg

Il s'appelle Jean-Marie. Nous vous parlions de lui au mois de décembre dernier. Il faisait froid et il était déjà là, au pied de la bibliothèque Georges Brassens, à deux pas de la Mairie.

Il a aujourd'hui les honneurs d'un bref article et d'une photo en page 3 du Nouvel Obs Paris. Début de l'article ? "Alexandre le Bienheureux, un SDF de 36 ans..." On doute que le journaliste ait jamais vu le sympathique film de Yves Robert avec Philippe Noiret. Car dans ce film, Alexandre vit bien tranquillement au chaud. Il a son chez soi et semble surtout victime de sa paresse et de son caractère débonnaire... Alors cette accroche facile, qui accrédite l'idée du clodo content de son sort, pénard dans la rue avec son barda, c'est agaçant et déplacé.

Dans le 14e, Jean-Marie cherche du travail et un appartement. Depuis l'hiver dernier, il a du faire piquer son chien parce qu'on lui avait abimé dans une bagarre. Il dit qu'avec l'aide des médias, de Pierre Castagnou et de Michel-Roland Charvot, il devrait s'en sortir prochainement. C'est tout le bonheur qu'on lui souhaite.

Pierre

lundi, 27 juin 2005

Paris blogue-t-il ? II : un reportage audio...

...Qui nous avait échappé. Il est en ligne sur le site du Podcasteur et retranscrit très sympathiquement et fidèlement l'esprit de cette soirée ainsi que celle de Paris-Carnet.

Ecouter le reportage audio sur la soirée du 31 mai dernier.

Merci à Bertrand pour la qualité de son interview et de son travail.

Pierre

Plus d'info :
+ Notre fil d'actu "Paris blogue-t-il ?"

La grande ronde des hélicos !

Le quartier vert aurait pu devenir un quartier tranquille, depuis la forte diminution de la circulation automobile, mais malheureusement le trafic des hélicoptères est de plus en plus intense et nous profitons au-dessus du 14ème de passages de plusieurs appareils par heure de 7h à 22 h, 7jours/7.

Il semble que de nombreux privilégiés utilisent ce type de transport pour éviter les embouteillages que subissent les pauvres parisiens ou banlieusards. Les autorités nous disent que des couloirs aériens ont été établis pour que les appareils volent à la verticale du périphérique ! Mais il apparaît clairement que cette verticale est devenue une diagonale et qu’il est peut-être plus court ou plus agréable de survoler le sud du 14ème ! Alors que faire ?

Marie-Claude

Plus d'info :
+ ...Ajoutons à ces nuisances les nombreux convois "exceptionnels" qui dévalent toutes sirènes hurlantes à toute heure du jour et de la nuit l'avenue du Général Leclerc. Certes ce "couloir" est sous la responsabilité de la Préfecture et non de la Mairie du Paris, mais s'il n'est pas possible de faire de cet axe un espace civilisé, ne serait-il pas possible de civiliser les personnes qui mènent ces convois ?

dimanche, 26 juin 2005

Conseil d'arrondissement : c'est demain soir !

Le prochain Conseil d'arrondissement aura lieu demain soir, lundi 27 juin 2005 à partir de 19h. Il s'agit du dernier Conseil avant la coupure de l'été...

Outre le dossier chaud du moment, les fermetures de classes dans le 14e, voici les différents thèmes qui y seront abordés :
- Bilan des attributions de logements sociaux dans le 14ème.
- Budget de l'arrondissement pour l’année 2005.
- Attribution d’une subvention de 1 500 € à l'association « La Comète » 8, rue du Commandant René
Mouchotte (14ème).
- Avenant à la convention du "Restaurant du Pavillon du Lac du Parc Montsouris" le droit à l’occupation de l’établissement dénommé "Le Pavillon du Lac du Parc Montsouris" situé 20 rue Gazan à Paris (14ème arrondissement), pour y exploiter un bar-restaurant.
- Construction d’un bâtiment comportant un centre social associatif, un relais assistantes maternelles, une halte-crèche associative de 30 places et des locaux d’activités notamment destinés à des professions libérales situé sur l’emprise communale délimitée par l’avenue de la Porte de Vanves, l’avenue Marc Sangnier et la rue et le square Maurice Noguès (14ème).
- Subvention de fonctionnement de 550 € au Comité d’entente des Associations d’Anciens Combattants et Victimes de Guerre du 14ème arrondissement.
- Attribution d’une subvention de fonctionnement d’un montant de 1 500 € à l’« Association du Comité des Résidents de Plaisance / Pernéty 14ème» 18, rue du moulin de la Vierge (14ème).
- Elaboration du Plan de déplacements de Paris (PDP).

Le prochain conseil d'arrondissement aura lieu le lundi 5 septembre 2005.

Julie

Plus d'info :
+ Conseil d'arrondissement - entrée libre au public - à partir de 19h et en général jusqu'à au moins 21h30... - Mairie du 14e arrondissement (salle des mariages) - place Ferdinand Brunot.

Pierre Castagnou dénonce le "scandale des fermetures de classes"

L'Académie de Paris a communiqué jeudi dernier la carte scolaire pour la rentrée 2005-2006. Cette carte confirme 6 fermetures de classes dans le 14e arrondissement.

Suite à cette annonce, Vincent Jarousseau, adjoint aux affaires scolaires de la Mairie du 14e nous transmet le communiqué suivant :

---------------------------------------------

Pierre Castagnou dénonce le scandale constitué par la décision de l'Académie de fermer 6 classes dans le 14e

Le maire du 14e réagit très vigoureusement à la décision, annoncée aujourd'hui par l'Académie de Paris, de fermer 6 classes dans le 14e arrondissement.

Pierre Castagnou, qui a été reçu, avec une délégation de parents d'élèves, il y a 2 jours par le directeur de l'Académie, s'indigne du simulacre de dialogue et de concertation qu'a constitué cette réunion au vu de la décision finalement prise.

Soulignant que les fermetures frappent essentiellement les arrondissements de gauche, alors que ces arrondissements sont les plus dynamiques démographiquement, il dénonce le caractère partisan des choix du Ministère de l'Education Nationale.

La fermeture des 6 classes concerne les écoles Prisse d'Avennes, Asseline, Delambre, Sévero, Jean Zay et 22 Chantin. Elle va entraîner une hausse des effectifs par classes qui, de 25, vont passer à 28 élèves, et provoquer de réelles difficultés d'accueil dans les écoles concernées.


---------------------------------------------

Vincent Jarousseau nous informe par ailleurs que le 14ème est avec le 13ème et dans une moindre proportion le 3ème, l'arrondissement de Paris, le plus touché par les fermetures.

Il est également à noter que la majorité des écoles touchées par des mesures de carte scolaire ont des effectifs qui progressent, avec des moyennes, après fermeture, qui seront de 27 à plus de 28 élèves par classe.

Inégalite des chances ?

Dans le même temps, des écoles comme l'Arbalète, Buffon, Victor Cousin, dans le 5ème arrondissement de Paris ont des effectifs qui n'excèdent pas 23,5 élèves par classe. Il en va de même dans le 7ème et le 16ème où aucune fermeture n'est annoncée.

Un enfant du 14ème aurait-il des besoins éducatifs moins élevé qu'un enfant d'un autre arrondissement de Paris ? La carte scolaire est-elle là pour développer et renforcer l'inégalité des chances ? Y-a-t-il à Paris des citoyens de seconde classe ? Doit-on admettre que la carte scolaire ait pour mission de s'assurer que les mêmes écoles maternelles et primaires produisent et perpétuent l'élite immuable de la France de demain ? Sommes-nous dès lors comme le dénonce Pierre Castagnou face à une carte scolaire partisane ?

La réalité semble plus contrastée. Ainsi, le journal Le Parisien nous apprend (édition du 24 juin) que l'on comptera 11 classes supplémentaires sur les 18e, 19e et 20e arrondissement (28 ouvertures, 17 fermetures). Hélas, ce journal ne publie aucune information sur le seul critère qui vaille : le nombre d'enfants par classe à l'issue de ce jeu de chaises musicales...

Partisane ou non, cette carte scolaire est tout simplement injuste et sans fondement. Et, si une logique 100% comptable devait régir l'éducation de nos enfants, celle-ci devrait alors être appliqué partout à Paris sur les mêmes critères objectifs. Or que constate-t-on ? Deux poids et deux mesures. Alors peut-être s'agit-il dans l'esprit du rectorat d'un nouveau principe éducatif qui consisterait à discriminer non pas les plus forts, mais les plus faibles d'entre nous ? Etait-ce cela la discrimination positive dont on nous parle : développer in fine l'inégalité des chances ? Avouons-le, nous ne l'entendions pas de la sorte...

Vincent Jarousseau nous informe que, compte-tenu de la situation créée par ces fermetures de classe, la reprise des cours s'annonce difficile en particulier dans les écoles Delambre, Asseline et Prisse d'Avennes. A la rentrée également, on prévoit une hausse des températures.

Pierre Vallet

Plus d'info :
+ les classes fermeront dans les écoles suivantes :
- maternelle, 22 rue Antoine Chantin
- élémentaire, 24 rue Delambre.
- élémentaire, 7 rue Asseline.
- élémentaire, 5 rue Prisse d'Avennes.
- élémentaire, 12 rue Severo.
- élémentaire, 18 rue Jean Zay.

samedi, 25 juin 2005

Il fait chaud...

...Alors on vous offre une petite glace pour vous raffraîchir. Brrrrr...

Jim

16:08 Publié dans 14e arrondissement | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Paris

Daniel Pennac : le plaisir de lire

C'était en septembre 1985. Il y a presque 20 ans. J'étais lycéen. Un élève de 1ère comme les autres qui prépare son bac français.

Je me souviens de ce professeur avec sa drôle de bouche en canard et ses petites luntettes rondes d'animateur trotskyste. Il rentre dans la classe et sort de sa veste en velour noir "Le Parfum" de Patrick Süskind [NDLR : Que nous ajoutons exceptionnellement à notre liste de recommandations dans la colonne de gauche]. Il s'installe sur l'estrade branlante derrière un bureau vermoulu et dégradé, victime expiatoire de l'éternel affrontement entre élèves et maîtres. Il ne dit pas un mot. Il nous regarde. La classe s'interroge. Qu'est-ce que c'est que ce zozo ? Voilà qu'il se met à lire les premières pages du roman, pages que je n'ai jamais oubliées. C'est lhistoire de Jean-Baptiste Grenouille, un bébé abandonné devant un couvent, recueilli par un prêtre attendri puis effrayé car ce bébé n'a pas d'odeur...

Le petit jeu va durer à notre grand effroi près de deux mois, occupant un espace temporel crucial tandis que nous devrions préparer des textes pour notre baccalauréat et poursuivre notre entraînement à la dissertation. Enfin, la première arriva. Sujet : Flaubert a dit "Lisez pour vivre". Commentez. Quelle joie j'avais eu à expliquer à ce vieux bonhomme que l'histoire étant née avec l'invention de l'écrit, l'historien était un assassin qui avait eu la peau du préhistorien qui lui ne savait pas lire et en était mort... Flaubert avait donc raison... Hin, hin, hin...

Mais la grogne était sourde et s'élevait peu à peu. Nous perdions notre temps à ne pas le gagner et en plus, il fallait supporter ça, cette lecture à haute voix d'un mauvais prof ou d'un bon acteur qui jouait avec les mots. Combien de temps cela allait-il durer ?

Certains, mécontents, finissaient par acheter le livre dans l'espoir que la fin dévoilée leur épargnerait le calvaire d'une histoire inachevée. D'autres, plus langoureux, se laisseront bercer jusqu'à la fin.

Notre classe de 1ère présenta finalement très peu de textes au bac, et nos examinateurs semblaient insensibles à notre thème de l'année : le temps dans la poésie amoureuse. En ce qui me concerne, j'héritais à l'oral d'un magnifique poème de Prévert (un auteur du 14e) : le Jardin (qui se trouve être le Parc Montsouris dans le 14e). Il y a des choses qui ne s'inventent pas.

Le professeur s'appelait Daniel Pennac. Enfin, son nom était un peu plus long à l'époque, mais Pennac, ça sonne mieux. Ca claque comme le pétard d'une vieille à la sortie du cabas. Les résultats de notre classe ne furent pas meilleurs ou plus mauvais que ceux d'une autre. Mais ils sont nombreux parmi ceux qui usèrent leur fond de culotte sur les bancs de cette classe là, à ne plus avoir jamais laché un bouquin de leur vie ...quand d'autres passent leur temps à astiquer un clavier AZERTY de leurs 10 doigts menés par les quelques neurones qu'il leur reste.

Cette expérience, nous vous proposons de la revivre dans le 14e. Cela s'appelle "Lire, Lire, Lire. Quel Plaisir". Nous avons découvert ce petit flyer qui sent bon les couvertures et le papier jauni au détour d'une conversation avec Hugues Aubin autour d'un stand à la Fête du journal La Page.

medium_comme_un_roman.jpg


Alors, faîtes l'essai. "Le savoir, des pierres dans un sac. La culture, une graîne dans un pot." Qui a bien pu dire ça...

Pierre Vallet

vendredi, 24 juin 2005

Fermetures de classes : elles sont confirmées

Sylviane Coué, secrétaire de l'Union locale 14e de la Fédération des Conseils de Parents d'élèves (FCPE), que nous avions interviewé le 7 avril dernier, revient vers nous avec un petit compte-rendu très inquiétant des dernières mobilisations et réunions...

---------------------------------

Pour info, la mobilisation de la communauté scolaire du 14e n'a guère été payante car l'académie n'a jugé les situations qu'au seul regard des effectifs. Donc, pour la rentrée, 6 fermetures sont confirmées : 2 prononcées au CDEN de février (écoles rue Sévéro et Jean Zay) + 4 nouvelles prononcées au CDEN de juin (écoles Asseline, Chantin, Delambre, Prisse d'Avennes). En revanche, la classe du 12-14 Alésia fermée en février est réouverte ( c'est bien là que les chiffres étaient les meilleurs et la mobilisation des parents contante et s'inscrivant sur la durée).

A noter : nos politiques se sont bien impliqués. Devant le rectorat avenue Gambetta, il y avait nos 2 députés, Yves ochet et Serge Blisko, Pierre Castagnou, le Maire du 14e, et et bien sûr Vincent Jarousseau, adjoint aux affaires scolaires...

Sylviane


---------------------------------

Ces décisions ne sont jamais définitives puisque tout se joue généralement le jour de la rentrée. On a déjà vu des fermetures annulées le jour même, suite à des actions fermes de la communauté des parents d'élèves... Mais ces deux rendez-vous manqués risquent de peser lourd sur la suite des événements.

Maroun

Plus d'info :
+ Notre fil d'actu "Fermetures de classes dans le 14e".

Centre Vercingétorix : la première fête !

Pour celles et ceux qui s'interrogeraient encore sur leurs activités festives du week-end... En dehors de ceci (dès ce soir), ou de cela, nous pouvons également vous proposer la première Fête annuelle du Centre Vercingétorix qui vous permettra de découvrir les activités de la saison 2005-2006...

Programme ? A partir de 11h30, venez partager votre pique-nique dans le Jardin du Centre.

Toute la journée, venez découvrir en salle d’arts plastiques, les travaux réalisés par les participants des ateliers d’Aurianne Bourbonneux et de Claude Acker.

Sinon, heure par heure, cela donne ceci :

> 14h : Présentation de l’Atelier Théâtre de Claire Falisse extraits des « Monologues, Bilogues et Trilogues » de J-M RIBES.
> 15h30 : Show de l’atelier de danse Hip-Hop Street-Jazz de Lionel Ebombo.
> 15h45 : Démonstration de Capoeira par les élèves de Piolho.
> 16h : Danse Salsa par Pablo Gonsalez puis concert de Trompette par Alejandro Sandler.
> 16h15 : Spectacle de l’Atelier Cirque de Nicolas Botinelli.
> 16h30 : Concert de la Chorale Enfants d’Astrid Nurt Villani.
> 17h00 : Concert de la Chorale Popayan (musique latino-américaine).
> 17h30 Improvisation-concert live par Remi Bienvenu...

Venez nombreux !

L'équipe du Centre Vercingétorix

Plus d'info :
+ Centre d'animation Vercingétorix - 181-183 rue Vercingétorix - ligne 13 station Plaisance - Bus 62, arrêt Vercingétorix.

De la démocratie locale au budget de la Ville, à la Mairie hier soir...

... Se sont déplacés Christian Sautter (adjoint chargé du budget à la Ville de Paris, auprès de Bertrand Delanoë) et Marie Pierre de La Gontrie (adjointe chargée de la démocratie locale à la Ville de Paris, auprès de Bertrand Delanoë). Vous n'étiez pas au courant de leur venue ? Moi non plus, deux heures avant....

On en a appris sur le budget de la Ville de Paris (5 milliards d'euros à gérer chaque année), mais on en a surtout fait apprendre sur la démocratie locale dans le 14ème à Mme De La Gontrie, personnalité assez sympathique, et très facile d'accès qui tranche avec la langue de bois habituelle... Elle aime bien la "transparence", et le débat a donc été vivant... Et puis un public de 15 personnes, cela n'est pas trop risqué ! Heureusement, sur ce blog, ce sont 10.000 visiteurs qui peuvent nous lire : alors la démocratie locale, nous sommes dedans et nous l'osons. Résumé d'hier soir.

En premier lieu, Mme de La Gontrie a entendu que la démocratie locale implique une information locale ; donc des panneaux d'information. Beaucoup plus que les 11 premiers installés dans l'arrondissement; elle a du comprendre cette nécessité après notre lourde insistance... très lourde insistance ! Relayée en plus par Sergio Coronado (adjoint dans le 14ème à la démocratie locale). Et appuyée par Geneviève Bellenger.... qui dit mieux ?

En second lieu, pour lui faire remarquer que le "locale" ne se centralise pas, et que les besoins des uns ne sont pas forcément ceux des autres ; comme par exemple l'information locale ; on a encore insisté ! Elle a été étonnée mais elle a du comprendre, elle ne s'est pas énervée !

Ensuite, pour lui rappeler l'absence de nos Conseils de quartiers du 14ème à son forum de Bercy : "Ce doit être une erreur...". Je vous revoie à notre précédent article sur ce printemps de la démocratie locale.

Finalement, pour faire valoir les budgets d'investissements (en matériels) de nos Conseils de quartier, qui doivent être utilisés lorsque des SDF demandent quelques sous, un toit et à manger : les 8000 euros par an alloués aux habitants pour acheter... des bancs, soulèvent un problème d'éthique. Sur ce sujet, réponses très gênées des deux adjoints de B. Delanoë ; pour Pierre Castagnou : "la prise en charge des SDF relève de l'Action Sociale, nous avons une Adjointe qui s'en occupe, utilisez vos possibilités d'investissements sans état d'âme". Monsieur le Maire à raison, pourtant des états d'âmes, on peut en avoir lorsqu'on croise ces personnes démunies à qui l'on va promettre... de nouveaux bancs.

On parle gros sous ? Le 14ème arrondissement c'est un budget de 7 millions d'euros prévus en 2006. Nous contribuables, nous pourvoyons pour 51 % du budget. L'action sociale représente 6% des dépenses, derrière la voirie et les transports (27%), l'urbanisme et le logement (25%), le scolaire et l'enseignement supérieur (10%), et la culture (10%). Les sports et la jeunesse viennent ensuite (5%), puis les jardins et espaces verts (4%)... autres domaines d'intervention 13% (?).

J'espère avoir été complet, et je laisse les lecteurs faire leurs commentaires, démocratiquement.

Localement, Dan.