Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 27 mai 2005

OUI ou NON au Traité Constitutionnel Européen : décryptez le Vrai du Faux…

J’avais vu le OUI remonter dans les sondages et j’y ai cru. Mais voilà qu’il dégringole. Pourtant, si nous avons chacun l'entière liberté d'être pour ou contre le Traité Constitutionnel, j’entends tellement d’arguments en faveur notamment du NON s'appuyant sur des inepties que ça a finit par me mettre en rogne.

Alors j'ai décidé de vous donner l'ultime chance de faire votre propre opinion en oubliant tout ce que vous avez entendu, parce que malheureusement, trop d'arguments avancés sont archi faux.

Pour débattre de la Constitution, il est un point FONDAMENTAL que les Non-istes ne mentionnent pas : l'essentiel de cette constitution ne fait que reprendre des articles de traités antérieurs DEJA EN VIGUEUR. Je vous invite donc à lire ce document comparant les articles de la constitution avec les traités existants : les articles ne figurant pas sont tout bonnement la copie conforme mot à mot d'articles en vigueur (= vous n'y changerez rien). Or, en dehors de la partie II (reconnaissant un ensemble de valeurs telles que la dignité humaine, les droits de l'enfant, etc...), il n'y a peu de choses révolutionnaires (sauf la protection de l'environnement, enfin intégrée). Inutile donc de voter non à la Constitution parce que vous êtes contre le libéralisme ou la délocalisation... Bien au contraire, parce que la protection sociale est renforcée dans la présente constitution, en votant oui, vous limiterez les dégâts...

Bref, je cache pas que mon coeur et ma raison penchent pour le OUI. J'admets néanmoins la possibilité pour certains d'être pour le non mais tout ce que je vous demande, c'est de voter en toute connaissance de cause. Ne faites pas parti de ceux qui vont gober les arguments de tel ou tel politique dont beaucoup utilisent des arguments fallacieux. Jugez par vous même.

Bonne réflexion.

Angélie

Plus d'info :
+ Dans le genre synthétique et clair, nous vous recommandons également l'excellent dossier de la Fondation pour l'Innovation Politique : "Ce que change la Constitution Européenne". 30 minutes et 45 pages pour se faire une opinion sur une question clé pour la France et nos enfants, ce n'est pas du temps perdu, c'est un investissement.

Inauguration de la place Eugène Claudius-Petit

Aujourd'hui, vendredi 27 mai 2005, à 11 h, Bertrand Delanoë, Maire de Paris, inaugurera la place Eugène Claudius-Petit. François Bayrou, Président de l'UDF, assistera à la cérémonie.

Cette nouvelle place se situe avenue de la Sibelle, au centre de la ZAC Alésia-Montsouris (on y accède : soit par le 5ter, rue d'Alésia, soit par l'avenue Reille).

A cette occasion, Yves Ogé, conseiller d'arrondissement, qui a bien connu Eugène Claudius-Petit, a rédigé le texte suivant. Nous nous permettons, en hommage à Eugène Claudius-Petit, de le diffuser.

-------------------------------------------

Vendredi 27 mai, l'un de nos aînés, notre ami Eugène Claudius-Petit, doit enfin recevoir l'hommage qui lui est dû avec l'inauguration d'une place à son nom dans le 14e arrondissement de Paris.

Eugène Claudius-Petit (1907-1989) a été l'un de ces hommes qui ont marqué aussi bien la Résistance que les années qui ont suivi la Libération. Il fut toute sa vie un homme d'idéal et de volonté. Apprenti ébéniste à douze ans, il devient professeur de dessin.

Résistant actif de la première heure, il est l'un des principaux dirigeants du réseau Franc-Tireur, qu'il représente au Conseil National de la Résistance. Il siège par la suite aux Assemblées constituantes d'Alger et de Paris.

Remarqué par la force de ses convictions, il est élu député de la Loire en 1946. Ministre de la Reconstruction et de l'Urbanisme (1948-53), il est également Maire de Firminy (Loire), où il accueille l'architecte Le Corbusier.

Homme de convictions, Eugène Claudius-Petit était un homme libre dans ses combats politiques : il n'hésitait pas à remettre en jeu son mandat de député ou son poste ministériel, ce qu'il fit plusieurs fois. En septembre 1954 notamment, il démissionne du poste de Ministre du Travail, qu'il occupe dans le Gouvernement Mendès-France, en raison de l'échec du projet de Communauté Européenne de Défense (CED).

Elu député de Paris (14e arrondissement) en 1973, il perd son siège en 1978, à la suite d'un désaccord avec Jacques Chirac, maire de Paris.

Homme d'idéal, Eugène Claudius-Petit, humaniste, profondément chrétien, était à l'écoute des autres. Il était passionné par tout ce qui pouvait améliorer les conditions de vie de ses compatriotes. Ses actions d'homme politique ou de militant sont le reflet de cet idéal, aussi bien à la présidence de la SONACOTRA, organisme chargé de construire des logements pour les Français musulmans d'Algérie, qu'au Fonds de Ré-établissement des Personnes Déplacées, dépendant du Conseil de l'Europe. A 80 ans, il tenait encore une permanence téléphonique anonyme pour aider à vivre ceux qui n'en avaient plus le courage.

Merci encore, cher Claudius, pour ce que tu as donné à tous par ta chaleureuse présence et ton exemple.

Yves Ogé.


-------------------------------------------

Les anciens habitants du 14e arrondissement se souviendront également que Eugène Claudius-Petit était membre de l'UDSR sous la IVe République.

Battu dans la Loire et à Firminy, il se fit élire député à Paris en 1973 avec l'étiquette CDS/réformateur.

Resté fidèle jusqu'à sa mort au CDS, il était reconnu comme un orateur hors pair. Il était également connu pour ses positions originales et à contre-courant (au sein du CDS).

En 1978 (sa permanence se trouvait rue Sarrette, près de l'avenue du Général Leclerc), il avait été classé "premier" par le magazine LE POINT pour son travail de parlementaire. Il avait été devancé par Yves Lancien dans la primaire de mars 1978 et s'était retiré au deuxième tour (il faut dire qu'au premier tour, un candidat PR, Chr. Pelège, s'était présenté contre lui, candidature qui avait été favorisée à l'époque par Jacques Chirac...).

Voilà pour l'histoire et la petite histoire... Le 14e peut maintenant lui rendre honneur.

Jean-Louis






jeudi, 26 mai 2005

L'appel de Bertrand Delanoë pour le OUI

Reçu à la sortie du métro hier soir, une lettre ouverte de Bertrand Delanoë qui appelle à voter OUI. En voici la retranscription.

-----------------------------------------------

Madame, Monsieur,

Comme vous le savez, le référendum sur le traité constitutionnel européen aura lieu le 29 mai. Quel que soit votre choix - que je respecte évidemment - l'essentiel est d'honorer notre vie démocratique, en votant.

Pour ma part, je me suis engagé dès l'origine en faveur du OUI. C'est précisément l'objet de la lettre que je me permets de vous adresser aujourd'hui.

Car j'ai la certitude que ce texte, quelles que soient les réserves émises à son sujet, constitue une étape majeure dans l'histoire de l'Europe contemporaine.
Il affirme les valeurs qui unissent 450 millions d'Européens autour d'un modèle de société unique au monde : ainsi, progrès social, plein emploi, égalité des sexes ou développement durable y sont clairement inscrits. La Charte des droits fondamentaux, partie II de ce traité, définit un cadre pour mieux protéger les citoyens en donnant une force juridique inédite au droit de grève, aux services publics ou à la protection en cas de licenciement abusif.

Ce traité garantit également un fonctionnement plus démocratique de l'Europe : le Parlement qui émane directement du suffrage universel, voit ses pouvoirs considérablement renforcés. Autre innovation : la démocratie participative trouve une place particulière dans cette Constitution qui reconnaît le rôle consultatif des associations. Là encore, c'est sans précédent, et à Paris, nous mesurons bien l'intérêt et la richesse d'une telle approche.

Pourtant, dans le contexte actuel, beaucoup de Français sont tentés par un vote de rejet, pour exprimer une colère et même une souffrance sociale bien réelle. Je comprends ces sentiments légitimes. Mais sanctionner l'Europe n'apporterait aucune réponse efficace à ces problèmes. Au contraire : dans un monde où les menaces sont nombreuses, l'avenir de notre pays exige une France plus influente au sein d'une Europe rassemblée face aux super puissances qui cherchent à affirmer leur domination.
Or, quelles perspectives la coalition des forces d'opposition à ce traité pourrait-elle offrir ? Portée par des discours contradictoires, elle est dans l'incapacité de dessiner une alternative crédible.

Le 29 mai, je souhaite donc que Paris proclame sa fidélité à un idéal hérité de la Libération, lorsque la volonté des peuples a donné naissance à l'Europe, pour servir et défendre la paix. A l'heure où nous célébrons le 60e anniversaire de la libération des camps, souvenons-nous de ce legs et du sens profond de l'idée européenne. Par votre vote, vous contribuerez, si vous le voulez, à ce que notre cité pose une pierre nouvelle, fût-elle imparfaite, au service du progrès, du dialogue et des énergies qui s'unissent.

C'est pourquoi j'ai voulu vous dire ma conviction : pour aujourd'hui et pour demain, seul le OUI est porteur de solidarité, de cohérence mais aussi d'espoir.

J'ai confiance dans nos valeurs. Très cordialement,

Bertrand Delanoë


-----------------------------------------------

Ce vote aura donc révélé bien des fractures dans la majorité municipale parisienne - y compris dans le 14e arrondissement - et l'on n'aura pas vu depuis belle lurette une campagne aussi dure entre militants du OUI ou du NON...

Maroun






mercredi, 25 mai 2005

La politique locale peut-elle être de droite ou de gauche ?

Ce n’est pas courant. Simone Veil et Ségolène Royal posaient ensemble dans « Elle » pour soutenir le projet de constitution européenne. Le référendum du 29 mai recompose ainsi provisoirement le paysage politique français : si quelques socialistes voteront NON en compagnie des communistes, de l’extrême droite et des souverainistes, du côté du OUI le rassemblement se fait autour des « centristes » des grands partis de gouvernement.

Ne voici pas désormais une opportunité de faire de la politique autrement, en particulier sur les sujets qui ne portent pas en eux le clivage droite contre gauche ? On pense ici à la politique locale, de proximité, de terrain, qui est notre quotidien sur ce blog.

Un banc, un arbre, un aménagement de voirie sont-ils de droite ou de gauche ? Faut-il être de droite ou de gauche pour agir ou écouter son électorat ? Pour paraphraser Tony Blair s'exprimant il y a 8 ans devant notre Assemblée Nationale (il parlait alors, en Français, de l'économie), on pourrait affirmer : « en matière de politique locale aussi, il n’y a pas de droite ou de gauche : il y a des bonnes choses à faire et des mauvaises à éviter ».

Certes, chacun(e) porte sa propre sensibilité plus ou moins orientée sur le social ou l’économique. Dans ce domaine, les orientations portées par la droite ou la gauche diffèrent sensiblement. Mais sur l’agrément paysager urbain ? Sur la sécurité piétonne ? Sur la pollution des grandes agglomérations ? Sur l’entretien des jardins ? Sur la laideur du mobilier urbain ? Tout le monde s’accorde à dire qu’il n’y a pas de théorie à défendre : en ces domaines, il y a un bon sens à suivre, et un mauvais à fuir.

L’information des habitants, le dialogue et l’écoute, sont d’autant plus importants que les théories savantes, les idéologies, les dogmes et couleurs semblent obsolètes. Tant pour l’Europe que pour la politique locale (de terrain s’il vous plait), les citoyens attendent plus de lucidité et de simplicité. Plus d’humanisme aussi. Certains politiciens seraient donc bien inspirés de cesser de considérer les problèmes de façon partisane, de ne jamais chercher de solution mais des angles d'attaques, de ne pas pousser la réflexion voir de jouer contre l'intérêt de leurs concitoyens pour peu qu'ils puissent marquer un point contre l'adversaire...

Qu'en pensez-vous ?

Dan

mardi, 24 mai 2005

L'Europe sociale passe par le OUI ...et le 14e

On vient de me remettre un tract... Pas trop le temps de le scanner alors voici l'info :

Ce soir, mardi 24 mai à 20h au FIAP Jean Monet, 30 rue Cabanis dans le 14e (voir le plan d'accès), il y a un grand meeting pour le OUI Socialiste avec de sacré têtes d'affiche :
- Ségolène Royal (Présidente du Conseil Régional de Poitou-Charentes, Députée PS des Deux-Sèvres),
- Julien Dray (Député PS de l'Essonne et Porte Parole du Parti Socialiste)
- conclusion des débats par Patrick Bloche (Député de Paris, Conseiller de Paris et Premier secrétaire fédéral du PS de Paris).

...Et les débats seront animés par Juliette Méadel, avocate, déléguée nationale PS et militante du 14e arrondissement de Paris - on peut en témoigner :-)

Julie

PLus d'info :
+ Oui, et elle est importante : à l'issue des débats, on peut continuer la conversation autour d'un verre de l'amitié !
+ ...Mais pour des infos plus précises sur le OUI socialiste : contactouisocialiste@hotmail.com

Paris14.info dans Libération

Interview de Philippe Pinault, fondateur de Blogspirit - notre excellent hébergeur - ce jour dans le quotidien Libération.

Merci à lui puisqu'il nous cite parmi ses 3 sites favoris !

Article à lire en cliquant ici...

Camille

Boulevard Brune... Les militants du OUI et du NON s'affrontent

Ils étaient nombreux le weekend dernier sur le "marché Brune". Une tension était perceptible. Entre les partisans du NON et du OUI de gauche - Geneviève Bellenger distribuait une Lettre ouverte de Bertrand Delanoë aux Parisiens appelant à voter OUI tandis que Pierre Castagnou, à 5 mètres de là, continuait à faire campagne pour le NON en compagnie d'un autre adjoint Vincent Jarrousseau... Décidément embarrassante cette campagne pour le Maire du 14e.

5 minutes plus tard, je croisais Juliette, une jeune militante socialiste du OUI qui se plaignait que les partisans du NON de gauche recouvrent - ce qui est illégal - les panneaux électoraux. Quelques secondes plus tard, elle s'engouffrait dans une voiture de location pour poursuivre un collage sur l'ensemble de l'arrondissement... La campagne électorale, le secret des weekend réussis.

Plus loin, un militant de la gauche de la gauche chaussé de baskets Nike ultratendances et fabriquées en Chine refusait de donner son tract pour le NON et traitait de "petit bourgeois" un monsieur en costume qui distribuait des tracts pour le OUI ! Un acte isolé de la part, sans aucun doute, d'un "militant du dernier dimanche" - ces bobos qui se la jouent Zola et qui sont les plus intolérants - mais un geste révélateur dans l'univers plutôt pacifié et respectueux des militants de terrain.

OUI ou NON, nous sommes dans la dernière ligne droite et la tension est visiblement montée d'un cran...

Pierre

Plus d'info :
+ Vincent Jarousseau nous adresse par ailleurs "Afin d'équilibrer les informations concernant le référendum sur le blog Paris 14", le tract suivant, relatif au dernier meeting de campagne pour le NON dans le 14e arrondissement.

medium_537-600x700.jpeg

Boulevard Brune : faîtes-vous tirer le portrait :-)

Une trentaine de peintres vont installer leur chevalet sur le boulevard Brune début juin.

Leur projet : témoigner de la vie de ce quartier en pleine mutation et donner un visage à tous ceux qui l'animent en portraiturant ses habitants. Ils réaliseront 500 portraits au pastel de commerçants, de personnalités, d'enfants ou de passants. Les peintres réaliseront aussi une douzaine de paysages du quartier. Les oeuvres seront exposées dans le quartier et donneront lieu à l'édition d'un album.

L'idée est de mettre en valeur, au travers de cette vaste galerie de visages, la communauté formée par les habitants. Les portraits seront ensuite offerts aux personnes qui auront posé.

L'initiative est soutenue par la Mairie de Paris et celle du 14eme. Elle permettra sans doute aux riverains qui subissent les travaux du tramway de prendre leur mal en patience :-)

Alain

lundi, 23 mai 2005

Dîner de quartier place Jules Hénaffe : essai réussi :-)

Place Jules Hénaffe, vendredi soir dernier, les Conseils de quartier Montsouris - Dareau et Jean Moulin - Porte d'Orléans organisaient un premier dîner de quartier qui s'est terminé fort tard dans une très bonne ambiance...

Un essai réussi. Quelques photos glanées ce soir là...

medium_diner_de_quartier_jules_henaffe.jpg


medium_diner_de_quartier_jules_henaffe_1.jpg


Pierre

Plus d'info :
+ A l'intersection des quartiers Montsouris - Dareau et Jean Moulin - Porte d'Orléans, la place Jules Hénaffe a fait l'objet d'un voeu de réaménagement. Toutes les infos sur notre fil d'actu square Jules Hénaffe :-)

Le OUI nous inspire...

Il semble que les blogueurs soient motivés par le OUI au Traité Constitutionnel Européen...

Quelques exemples à faire suivre :-)

medium_cassonsnice_de_brice.jpg


ou encore...

medium_non_et_non.2.jpg


Et pour finir ces très jolis textes de Bettina qui s'intitule "C'est si bon de dire OUI" ou de Christophe qui nous lance un peut-être positif avec son "sens du vote"...

Pierre