Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 14 décembre 2004

Immobilier dans le 14e : ça continue à grimper...

...Et je ne parle pas des baux commerciaux.

Discussion hier au Bouquet, rue Daguerre, avec Alain Warmé, Président de l'association des commerçants. Il m'explique ses galères pour les illuminations de Noël pour mettre tout le monde autour de la table et obtenir un interlocuteur chez EDF Pro... Pas évident. Nous reviendrons prochainement sur le sujet.

Je remarque que la boutique qui est restée si longtemps vide en face du bouquet est désormais occupée par une agence immobilière qui appartient apparemment à la BNP. Inquiétant. La rue Daguerre, le quartier Mouton-Duvernet dans son ensemble fait face à une véritable flambée de l'immobilier et des baux commerciaux. Alain me confirme que cette boutique n'a pu trouver preneur pendant longtemps à cause du tarif très élevé de son bail. Résultat : seule une banque a eu les reins assez solides.

bertrand_delanoe_face_au_da.jpgCette situation est très inquiétante. Du reste, Bertrand Delanoë également s'en émeut. Même s'il en bénéficie financièrement (cf. article de Libération ce jour) puisque la Ville de Paris a encaissé en 2004 près de 230 millions d'Euros de plus que prévu sur les frais de mutation (soit 650 millions d'Euros au total), le Maire de Paris doit bien avouer que les classes moyennes désertent Paris tandis que les plus modestes sont une espèce pourtant protégée mais en en voie de disparition. Et quand nous parlons des plus modestes, il s'agit des habitants comme des petits commerçants.

A ce titre, la situation de la rue Daguerre est emblématique. Les classes moyennes s'endettent sur 20 ou 30 ans pour acheter 60 à 70 mètres carrés pour disparaître au-delà du périphérique dès l'arrivée du deuxième enfant - tandis que les petits commerçants sont peu à peu remplacés par une mono-activité restauration asiatique. Sommes-nous destinés à des villes mono-colores, peuplées d'héritiers [NDLR : nous n'avons rien contre eux mais force est de constater que sans apport initial, impossible de se loger dans Paris...] se nourrissant dans des restaurants asiatiques habillés chez GAP ou Zara ? Ce Paris du futur ne me dit rien qui vaille...

Nous en sommes néanmoins témoins. Toutes nos avenues se ressemblent. Foot Locker, Courrir, Zara, GAP, Celio, Body Shop, Gaumont, UGC, FNAC, Sephora, Nicolas, Monoprix... Qui pourra lutter contre la puissance financière de ces enseignes ? Peut-être avons-nous trouvé le remède aux déplacements inutiles ? Pourquoi se déplacer dans Paris puisque toutes ces grandes marques sont à votre porte ? Et les petits commerçants qui vivaient de tout ce mouvement, de tous ces déplacements de tous ces "banlieusards" qui aujourd'hui passent leurs weekends à Parly 2, Val d'Europe ou je-ne-sais-trop-quel-nouveau-temple-du-veau-d'or-de-la-grande-couronne (quand nous passions autrefois nos dimanches en forêt...), ceux-là n'ont plus grand chose à trouver dans la capitale...

compte-rendu-de-mandat---in.jpgC'est donc un nouveau Paris qu'on nous propose en ce moment. On double le nombre de logements sociaux construits (Bertrand Delanoë en annonce 4000 pour 2005) mais l'offre locative se réduit comme peau de chagrin, anéantissant les efforts de la Mairie de Paris. Le DAL (Droit au Logement), pourtant peu suspect de sympathie avec la droite, a ainsi envahi le compte-rendu de mandat de Bertrand Delanoë dans notre arrondissement pour exprimer haut et fort son mécontentement. Bertrand en était tout rouge... Il fait de son mieux nous dit-il...

Mais de fait, le nombre de demandeurs de logement sociaux continue sa lente progression : un peu plus de 100 000 personnes sont inscrites - pour une attente de plus de 10 ans en moyenne. Dès lors, on s'interroge sur les moyens mis en oeuvre. Ce n'est pas qu'ils soient insuffisants. C'est qu'ils sont inadaptés. On ne peut composer avec l'équation qui nous est proposée. On doit la refuser. Aurons-nous assez d'imagination pour cela ?

Plus d'info :
+ Le dossier sur l'immobilier à Paris du Nouvel Observateur. Edifiant : 4144 €/m2 en moyenne sur le 14e. De 5300 à 6100 €/m2 pour le quartier Boulard / Daguerre ou la simple annonce de l'étude d'une hypothétique piétonisation de l'ensemble de la rue a provoqué une nouvelle flambée des prix.

lundi, 13 décembre 2004

Conseil d'arrondissement spécial PLU reporté !

Attention : en raison de la modification du déroulement de la séance budgétaire du Conseil de Paris, qui requiert la présence des Conseillers de Paris mardi 14 décembre 2004 en soirée, le Conseil d’Arrondissement exceptionnel sur le Plan Local d’Urbanisme qui devait se tenir demain à la même heure est reporté au 10 janvier à 19 heures...
A vos agendas...
Pierre

dimanche, 12 décembre 2004

Où dîner Japonais dans le 14e ? L'avis de l'expert !

Inconnus au bataillon il y a moins de 5 ans, les restaurants japonais pullulent désormais dans notre arrondissement et sont en passe de détrôner les restaurants chinois au hit parade des restaurants asiatiques... Alors, une bonne adresse dans le quartier ?

Nous avons posé la question à "Eirikur / Eric", un amoureux du Japon qui habite le 14e et anime un blog consacré aux "japoniaiseries en tout genre (qui peuvent aussi venir de paris)". Voici sa réponse. Merci Eric...

----------------------

Je peux vous conseiller le "Fujiyaka" (comme écrit sur l'enseigne) ou "Fujiyama" (si c'est le patron qui le dit :) Il ne devait plus y avoir de M en stock pour leur enseigne ^^

Le restaurant se trouve 14, rue Poirier de Narcay (à 1 mn à pied de Porte d'Orléans). Téléphone : 01 45 45 16 67.

Le restaurant en lui-même est plutôt minuscule (3/4 tables maximum) mais vu qu'il est assez récent, il fait rarement le plein. Mais c'est peut-être aussi parce qu'il propose la livraison des plats ainsi qu'une remise de 10% si nous venons chercher la commande (1/4 d'heure d'attente suffit!). Forcément tout cela ne fait pas rester dans le restaurant :))

Leurs sushis sont très frais, d'excellente qualité. Et leurs brochettes sont également très bonnes. Les formules sont intéréssantes et on s'en tire la plupart du temps à moins de 15 € / personne, ce qui est très raisonnable pour de la restauration japonaise.

L'accueil y est très sympathique. Une réelle bonne adresse qui ne demande qu'à être connue, dans un coin très calme.

Dans cette même rue se situe une boutique d'alimentation asiatique (avec des inscriptions coréennes sur l'enseigne (!!)), mais je n'y suis pas encore allé faire un tour.

Je connais un autre restaurant japonais dans le 14e : Mikasa Sushi, situé 90 bd. Brune, mais il est loin d'arriver à la cheville de Fujiyaka, que ce soit au niveau de l'alimentation en elle-même (assez fade, j'ai trouvé) ou de l'accueil (plutôt froid). Je ne le conseille pas spécialement.

Voilà :) En vous ayant peut-être envie d'aller manger japonais !

A bientôt,

Eric

samedi, 11 décembre 2004

Couvent Saint-François : un concert de Noël

Bach, Telemann, Rameau, Daquin, Cornelius, Dvorak, Noëls anciens d'Europe, si votre envie de musique classique et de Noëls d'antan est vive, vous pourrez étancher votre soif demain, dimanche 12 décembre 2004, au Couvent Saint-François (7, rue Marie-Rose) à partir de 16h30.

Interprètes : Anne Goyen (mezzo-soprano), Jacques Vandeville (hautbois - ex 1er solo de l'orchestre natinal de Radio-France), Michel Thiolat (guitare) et Jean-Michel Louchart (orgue).

Participation aux frais : 10 € (tarif réduit 6 €).

Plus d'info : 01 40 52 12 70 ou ofm-paris@wanadoo.fr.

Pierre

vendredi, 10 décembre 2004

Piétonisation rue Daguerre : un projet controversé

Ces derniers temps, vous avez peut-être remarqué deux petites tentes à l'angle des rues Daguerre / Boulard et Daguerre / Gassendi. Il s'agit de permanences, tenues par des habitants du quartier Mouton-Duvernet - Daguerre. Ces deux lieux de rencontre sont le théâtre de débats et réactions animés autour des projets (à l'étude) de piétonnisation de la rue Daguerre sur toute sa longueur, et particulièrement sur sa zone libre, de l'avenue du Maine à la rue Boulard.

Initialement porté par l'association des commerçants de la rue Daguerre qui proposait une zone priorité piéton, le projet a rencontré une vive opposition de certains riverains. Ces derniers craignent une nouvelle envolée des prix de l'immobilier, une "bobo-isation" de l'ensemble du quartier, une disparition rapide sur la partie "maine-boulard" de tous les petits artisans qui sont encore nombreux sur cette portion de la rue, et le développement encore plus rapide d'une mono-activité "restauration asiatique".

Devant de telles craintes, la Mairie avance prudemment. Cette piétonnisation était une "promesse orale" de Pierre Castagnou aux commerçant de la rue lors des Municipales de 2001. Mais depuis cette élection, Pierre Castagnou, échaudé par les levées de boucliers du quartier vert Alésia - Tombe-Issoire et son hémorragie de petits commerces, y réfléchit à deux fois avant d'inverser un sens interdit...

De son côté, le Conseil de quartier, après réflexion, a estimé qu'étant donné le comportement des conducteurs parisiens, une zone priorité piéton ne changerait rien. Il s'est alors engagé dans une vaste opération de concertation en distribuant 6900 questionnaires dans le quartier. Lors du dernier conseil de quartier, il a fait part des résultats de cette consultation. 500 personnes ont répondu. 2/3 se seraient exprimées en faveur d'un "micro quartier convivial" qui engloberait plusieurs rues du quartier. Un voeu a donc été émis par le Conseil de quartier, transmis à la Mairie du 14e puis aux services techniques de la Ville de Paris puis à la Mairie de Paris puis à la Préfecture... De ce fait, la piétonnisation de la rue a été testée, dans le cadre de l'Opération municipale "Paris Respire" (c'est joli la com'). Pendant à peu près 6 mois, depuis le 11 juillet 2004 dernier, des barrières sont venues obstruer certaines rues le dimanche (les rues Boulard et Cels notamment). L'expérience avait malheureusement ses limites puisque le projet vise à une piétonnisation a minima tout le weekend, samedi et dimanche, deux jours sur lesquels les rythmes de vie du quartier sont bien différents...

A l'issue de cette période test, le Conseil de quartier a organisé une deuxième consultation des riverains, du 1er au 10 décembre. Elle prend donc fin aujourd'hui même et ses conclusions seront rendues publiques le 21 décembre...

A suivre...

Pierre

Stationnement résidentiel onéreusement gratuit...

Stephan nous a posté ce commentaire... On le trouve intéressant et on le met à la une du jour...
Bonne lecture

Pierre

--------------------

Suite aux travaux de construction du tramway (vaste sujet) les résidents du quartier de la Porte d'Orléans bénéficient dans un secteur limité du stationnement gratuit pendant la durée des travaux. Geste à saluer eu égard à l'ensemble des désagréments. Sauf que le stationnement devient finalement assez onéreux...

Le nombre de places de stationnement dans le quartier a été en quelques semaines (et depuis deux jours encore plus) très largement restreint...

Deux nouvelles aires de départ de bus ont été créées, provisoirement certes mais il est du provisoire qui dure...

Une rue entière (30 places) interdite de stationnement pour élargissement des trottoirs (IL N'Y A PERSONNE NI AUCUN COMMERCE DANS CETTE RUE !!!) et une partie de la rue George de Porto Riche également condamnée pour faciliter les travaux (10 places en moins...)

Il devient quasi impossible de trouver une place dans le quartier dans la journée, pour les noctambules cela relève de l'exploit, quant au week end... du miracle.

A 08h59 une folle équipe rédige soigneusement les PV à 35 € avec enlèvement demandé et la fourrière attend de l'autre côté du carrefour que les 15 minutes règlementaires s'écoulent... (constaté !)

Pour les plus courageux, un stationnement improvisé entre les deux voies de l'Avenue Paul Appell s'impose mais là, encore une fois, le stationnement est considéré comme génant... (sauf lorsque les pompiers y garent leurs camions pour aller légitimement faire du sport au stade, le stationnement est moins génant... tout comme les agents de la RATP qui apposent sur leur véhicule PERSONNEL un macaron professionnel leur accordant les grâces illégales des agents préfectoraux... autre débat...).

Le stationnement résidentiel est une bonne initiative. La gratuité de celui-ci lors des travaux de voirie également. Mais lorsqu'il devient IMPOSSIBLE de trouver une place faute d'emplacements et que tout écart est sévèrement puni le stationnement résidentiel devient une illusion quant à la gratuité... un racket organisé.

Stephan

jeudi, 09 décembre 2004

Jean-Pierre Larcher à La Coupole

la_coupole_paris.jpgC'était mardi 7 décembre 2004 dernier à La Coupole, un vernissage un peu people autour de Jean-Pierre Larcher, réalisateur photographe. Il y expose jusqu'au 2 février 2005 ses oeuvres, des photos de Hanna Schygulla, Juliette Binoche, Sandrine Bonnaire, Isabelle Hupert... Claire Nebout était là pour féliciter le photographe tandis que Jean-Pierre Haigneré, discret et élégant, racontait sa passion pour la photographie née autour des premiers Nikon numériques qu'il embarquait dans sa station spatiale... Décidément les tirages sublimes qui s'offrent à nos regards en ce haut lieu du Montparnasse des Montparnos (qui fait désormais partie du groupe Flo) nous ouvraient d'autres horizons...

Maintenant, pour ceux qui souhaitent s'éloigner d'un certain académisme, ils pourront se faire une toile et une expo en jetant un coup d'oeil au site de Denyse Juncutt, "une fille qui pose des mots sur ces photos... On s'occupe comme on peut." Elle habite dans le 14e, était récemment sélectionnée pour l'exposition ephémère "Hype Gallery" du palais de Tokyo et franchement, on adore son blog, son site perso, ses musiques et sa photo, et on espère qu'elle fera prochainement une expo dans le 14e...

Sinon, pour ceux qui ont envie d'un peu d'air frais et d'aborder d'autres disciplines, il y a toujours les Frigos...

Pierre

mercredi, 08 décembre 2004

Saint-Vincent de Paul, place de Catalogne (et couloirs de bus ?) : un ordre du jour conséquent pour le Conseil de quartier Montparnasse - Raspail

La prochaine réunion du Conseil de quartier Montparnasse - Raspail aura lieu demain, jeudi 9 décembre 2004 au Collège Saint-Exupéry (89, boulevard Arago), de 20 heures à 22 heures.

L'ordre du jour de cette réunion sera le suivant :
> Vie du quartier, point sur les dossiers en cours :
- l'aménagement de la contre-allée Georges Besse / la rue Emile Richard.
- l'éclairage de la rue du Montparnasse.
- le 27 rue de la Gaîté.
- le square Gaston Baty.
- la sécurisation du carrefour rue du Faubourg St Jacques / Jean Dolent.
- la place de Catalogne.
- l'hôpital St Vincent de Paul (avenue Denfert-Rochereau)... Et donc le thème de sa sauvegarde.
> Choix des représentants du Conseil de quartier Montparnasse-Raspail à l'Observatoire des Conseils de Quartier.
> Calendrier des futurs conseils de notre quartier.
> Voeu trimestriel du conseil de quartier.
> Questions diverses...

Cette réunion est ouverte à tous les habitants du quartier. Elle abordera sans doute la question du couloir de bus central du boulevard du Montparnasse parmi les "questions diverses" - s'il reste un peu de temps... Mais peut-être pourrions-nous suggérer au Président de cette séance de traiter prioritairement de ce thème "central" pour les habitants du quartier ?

Celles et ceux qui souhaiteraient nous communiquer un compte-rendu ou leur sentiment sur cette réunion peuvent le faire ci-après ou par mail : contact@paris14.info !

Enfin, si vous souhaitez vous abonner à notre lettre d'information électronique, vous pouvez le faire sur newsletter@paris14.info

Pierre

mardi, 07 décembre 2004

Télé Plaisance, télé locale ?

Télé Plaisance nous a posté ce commentaire... En fait, c'est plutôt de la pub mais on vous le rediffuse pour info (et parce qu'elle a un petit nom bien de chez nous...).

Emilie

-----------------------------

Pour la première fois en France depuis le 1er Octobre 2004, Télé Plaisance, la télévision d'accès public est diffusé dans le bouquet de télévision sur ADSL Freebox.

Télé Plaisance est une télévision d’accès public c’est à dire une télévision dont la programmation dépend de celles et ceux qui désirent y participer donc du téléspectateur.C'est la première fois en France qu'une télévision associative diffuse de façon permanente.

Diffuser sur Télé Plaisance est simple. Il suffit au télé spectateur :
- De réserver son horaire de diffusion sur le site www.teleplaisance.org dans notre grille des programmes vierge (unique au monde)
- Puis de renvoyer sa création vidéo (dv, vhs, dvcam, dvd..) avec la chartre de Télé plaisance signée.
- La vidéo se réalise par le télé spectateur lui même ou son entourage.

C'est une télévision polymorphe, polyglotte, polychrome, polyphone, polysémique et polyvalente parce que quotidiennement un groupe différent propose et programme son témoignage, son débat, sa fiction, sa documentation, son concert ou son expérimentation.

Télé Plaisance est une télévision pour l’émancipation des vidéastes.

Télé Plaisance se regarde sur le bouquet de télévision par ADSL Freebox. Cette chaîne est inclue dans le forfait Freebox. Elle est diffusée sur le canal 49.
Plus de 300 000 foyers abonnés à Free regardent régulièrement la télévision sur ADSL grâce à l’offre Freebox.

Pour plus d’informations : http://teleplaisance.org/

Hôpital Notre-Dame de Bon Secours : un projet d'extension

A l’occasion d’un projet d’extension d’un bâtiment hospitalier situé rue Giordano Bruno (accueillant les services de gérontologie et la maternité), l’Hôpital Notre Dame de Bon Secours a élaboré un schéma directeur visant à déterminer les grandes lignes de son évolution dans les prochaines décennies.

Parmi les projets envisagés à court terme, l’Hôpital compte accueillir l’Association Maison Ouverte, qui intervient auprès des personnes âgées. Cette association est actuellement installée dans l’Hôpital Broussais. Notre Dame de Bon Secours entend également accueillir dans ce nouveau bâtiment le Comité Local d’Information et de Concertation sur la gérontologie.

Ce projet sera réalisé sur un terrain appartenant à l’Hôpital au 28, rue Giordano Bruno.

L’Hôpital Notre-Dame de Bon Secours et l’Association Maison Ouverte présenteront le projet envisagé ainsi que les propositions d’évolution du règlement du Plan Local d’Urbanisme (PLU) que ce projet pourrait impliquer lors d’une réunion publique à la Mairie du 14e arrondissement – salle des mariages – qui aura lieu demain, mercredi 8 décembre 2004, à partir de 20 heures.

Alain