Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 18 décembre 2004

Fondation Cartier-Bresson : plus que quelques heures...

La toute nouvelle fondation Henri Cartier-Bresson propose une exposition absolument exceptionnelle car elle est la reproduction exacte d'une exposition qui a eu lieu en 1935 et qui réunissait trois maîtres de la photographie du XXème siècle avant même qu'ils soient connus : Manuel Alvarez-Bravo, Walker Evans et Cartier-Bresson bien sûr.

C’est en classant les archives d’Henri Cartier-Bresson, rassemblées pour la création de la Fondation, qu’apparut un modeste bristol blanc aux yeux étranges, accompagné d’un titre non moins obscur : « Documentary and antigraphic photographs ». Les noms des trois artistes formant les yeux, et pas les moindres – Manuel Álvarez Bravo, Walker Evans, Henri Cartier-Bresson - la date, avril 1935, le nom du galeriste, Julien Levy : tout était excitant. Quant à la signification de l’assertion « anti-graphic photographs », elle opposait différentes interprétations possibles que tout curieux de photographies se devait d’éclaircir. C’est ainsi que fut décidée la longue recherche qui allait mener à une tentative de reconstitution de cette exposition.

Ni catalogue, ni liste dans les archives de la galerie, de nombreuses énigmes à résoudre, plus encore, le livre d’or de la galerie indique « no press release » pour cette exposition. Tout espoir de trouver un texte semblant perdu, la méthode de recherche s’est donc appuyée sur trois axes : les tirages estampillés « Levy » dans les collections publiques ou privées, les archives des trois photographes et les témoignages extérieurs. C’est la première fois depuis 1935 que sont réunis ces tirages d’époque qui constituent un ensemble exceptionnel d’images essentielles et parfois méconnues. Cette exposition historique rassemble donc l’œuvre de jeunesse de
trois grands maîtres de la photographie. Elle ferme ses portes demain dimanche 19 décembre 2004. Alors profitez-en pour vous éduquer l'oeil... Il ne vous reste plus que quelques heures...

Plus d'info :
+ Le site officiel de la Fondation.
+ Le dossier de presse très complet en libre téléchargement (document .pdf)...
+ Adresse : 2, impasse Lebouis dans le 14e arrondissement bien sûr. La Fondation est ouverte le dimanche de 13h à 18h30. Tarif : 4€ - tarif réduit 3€. Voir le plan d'accès.

Centre d'animation Vercingétorix : vu dans la presse !

Un internaute nous signale ce jour un article sur le Centre Vercingétorix dans Le Parisien. Pour info, voici le lien...

Un reportage bien mérité si l'on en juge par cet extrait :

"Après un petit mois de fonctionnement, le centre accueille déjà une centaine d'habitués, entre le mur d'escalade, les cours de cuisine, les ateliers arts plastiques et le studio d'enregistrement avec batterie et table de mixage. Mais la star du moment s'appelle Lionel, le prof de hip-hop, dont les cours dispensés dans une véritable salle de danse avec parquet et miroirs font fureur auprès des jeunes filles. Quatorze autres personnes travaillent dans le centre entre l'équipe permanente et les animateurs à temps partiel. Le tout pour une subvention annuelle de 330 000 € auxquels s'ajoutent les cotisations des adhérents : 70 € par an pour l'escalade, 150 € par an pour le hip-hop par exemple."


Plus d'info :
+ Centre d'animation Vercingétorix - 181, rue Vercingétorix - Métro Plaisance. Tél. 01 56 53 53 53.
+ A noter, le centre propose une série d'animations spécifiques pour la période de Noël (cf. notre article d'hier).


Pierre

Chants de Noël : 200 choristes dans le 14e...

Vous trouvez que l'esprit de Noël n'est plus ce qu'il était ? Envie d'écouter de la musique ? Ne ratez pas le concert de l'Avent qui aura lieu demain, dimanche 19 décembre 2004 à partir de 15h30 à l'espace Madeleine Delbrêl (crypte de l'église Saint-Dominique - 16, rue de la Tombe - Issoire). Une entrée libre pour écouter 200 choristes interprêter des chants de Noël, ça ne se rate pas...

Plus d'info :
+ A la direction Bernard Lallement.
+ Au piano, Bruno Gousset.
+ Choeurs "Après-midi Chantant" et la Chorale Libre-Joie.

Emilie

vendredi, 17 décembre 2004

Vacances de Noël dans le 14e : petit guide à l'usage des parents...

parc_montsouris_l_ancien_manege.jpgLes vacances (scolaires) de Noël commencent demain samedi 18 décembre. Elles se prolongeront pour notre académie jusqu'au lundi 3 janvier 2005 au matin...

Tous les enfants du 14e n'ont pas la chance de pouvoir partir vers des sommets enneigés... Envie de profiter des vacances de Noël ? Nous avons tout de même quelques ressources dans notre arrondissement :

- Vous trouvez que l'esprit de Noël n'est plus ce qu'il était ? Envie d'écouter de la musique ? Ne ratez pas le concert qui aura lieu dimanche 19 décembre à partir de 15h30 à l'espace Madeleine Delbrêl (crypte de Saint - Dominique) - 16, rue de la Tombe - Issoire. Une entrée libre pour écouter 200 choristes interprêter des chants de Noël, ça ne se rate pas...

- Les centres d'initiation sportives (CIS) du stade Elisabeth (M° Porte d'Orléans) et du gymnase Cange (M° Pernety) proposent aux 7-17 ans des activités gratuites. Au programme : patin à glace, escalade, hip hop, tennis de table... Plus d'info au 01 53 90 67 24.

- Les écoles municipales des sports (EMS) proposent des stages de perfectionnement en roller et hand pour les 10/16 ans. Les tarifs sont étudiés, de 1,5 à 7,5 € selon le quotient familial. Plus d'info au 01 42 76 24 76.

- Tu me fais tourner la tête... Bon plan pour les plus petits (et certains grands enfants), il y a un manège (en théorie) gratuit à l'angle des rues Didot et Alésia...

- Une nouveauté ? Le centre d'animation Vercingétorix situé 181 rue Vercingétorix a ouvert ses portes. Son équipe propose un grand choix d'activité pour les enfants, les adolescents ou les adultes ainsi que des stages pour les vacances de Noël et de février. Plus d'info au 01 56 53 53 53.

- Toutes sortes d'associations proposent bon nombre d'activités et d'animations dans le 14e à l'occasion des fêtes de fin d'année. L'Entrepôt (lieu de culture comme il se définit lui-même) reste ouvert et propose comme à son habitude, des films, de la poésie, des débats, des petits concerts, etc. Demandez le programme !


arc_de_triomphe_copyright_henri_garat_mairie_de_paris.jpgVoilà pour ce petit tour d'horizon. Maintenant, si vous souhaitez sortir de l'arrondissement, vous consulter la page spéciale que la Mairie de Paris consacre à la période de Noël... Vous y trouverez probablement une activité chaque jour. Et si par exemple vous alliez patiner au premier étage de la Tour Eiffel ???

Mais cette liste d'activités ne serait pas complète sans votre participation. Si vous souhaitez que nous diffusion votre information : contact@paris14.info... Nous nous ferons un plaisir de compléter ce petit article... Merci d'avance !

Alors, bonnes vacances, Joyeux Noël et passez de très heureuses fêtes de fin d'année...

Emilie

jeudi, 16 décembre 2004

Osmoz Café : à l'Ouest, du nouveau

osmoz_cafe.jpgDu nouveau pour les gourmands du 14ème arrondissement de Paris… Jean-Marie et Sylvie viennent d’ouvrir, depuis novembre, l’Osmoz Café. Midi et soir, la brasserie ne désemplit plus ; il faut dire que du lundi au samedi, cette jeune équipe assure un service sans faille dans un décor très intimiste, rappelant les charmes de l’Afrique. La cuisine reste, elle, n'est pas en reste. Bruno, le chef, excelle sur une bonne base traditionnelle, avec un clin d’œil au Grand Ouest… N’oublions pas que l’on est à deux pas de Montparnasse ! Tarte fine au camembert, entrecôte à la fleur de sel de Guérande, moelleux et sa crème et surtout la fameuse tatin… la carte fait rêver tous les amateurs de bons petits plats du terroir qui peuvent aussi se régaler avec le sympathique menu pour 12,50 euro/t seulement . En fin de semaine, le restaurant propose régulièrement une animation : concert, fêtes (beaujolais). Enfin, pour toutes les occasions familiales ou encore les rencontres associatives, l’équipe ne manque pas d’idées pour rendre les moments très conviviaux… Bref une adresse qui mérite un 20 sur 20.

Plus d'info :
Osmoz Café - 33, rue de l’Ouest - 75014 Paris. Métro Gaité. Tél : 01 43 22 81 49.

Frédy

mercredi, 15 décembre 2004

Inscription sur les listes électorales : soyez acteurs de votre destin...

Nous pensions tous que cette année 2005 serait une année électorale tranquille... C'était sans compter sur l'Europe puisque nous allons encore voter en 2005, pour ou contre le nouveau traité de constitution européenne, au plus tôt en juin sinon en septembre 2005. Bien sûr, seules les personnes inscrites sur les listes électorales pourront prendre part à ce scrutin... Alors, comment s'inscrire ?

Les listes électorales sont révisées en fin et en début d'année. A chaque bureau de vote correspond une liste électorale. Toutes les listes électorales font donc l'objet d'une révision annuelle au cours d'une période qui débute le 1er septembre et s'achève le dernier jour du mois de février. Cette révision est prise en charge par une commission administrative qui examine toutes les rectifications à apporter. Les services municipaux affichent en mairie, le 10 janvier, un tableau rectificatif des listes électorales pendant dix jours qui peut être contesté au cours de cette période par les électeurs.

Plus que 15 jours !!!

Vous avez donc jusqu'au 31 décembre 2004 pour faire votre demande d'inscription ou de modification si vous avez déménagé par exemple. Les jeunes qui ont atteint 18 ans dans le courant de l'année sont en principe inscrits automatiquement mais vérifiez tout de même, certains d'entre eux passent à travers les mailles du logiciel, il vaut mieux être sûr d'être inscrit que de le supposer. Le Cidem, l'association Civisme et Démocratie, estime à 1,5 million le nombre de personnes en âge de voter et qui ne sont pas inscrites.

La marche à suivre :
Pour avoir la qualité d'électeur, il faut être majeur, de nationalité française et jouir de ses droits civils et politiques mais aussi de justifier d'une attache sur la commune où l'on souhaite s'inscrire : soit y être domicilié, soit y résider depuis six mois au moins de façon continue et effective, soit y payer depuis cinq ans au moins la taxe foncière, la taxe d'habitation ou la taxe professionnelle.

Si vous avez déménagé sans avoir quitté la commune ou l'arrondissement, il faut le signaler à la mairie : vous obtiendrez alors une nouvelle carte d'électeur pour un nouveau bureau de vote. La mairie se chargera de votre désinscription dans l'autre commune ou l'autre bureau de vote. Pensez-y, nombreux sont les électeurs qui s'aperçoivent qu'ils ne peuvent plus voter dans leur bureau habituel après un déménagement et qui ne sont inscrits nulle part.

Enfin sachez qu'une liste électorale est communicable : tout électeur, tout candidat ou tout parti politique peut en obtenir une copie à condition de ne pas en faire un usage commercial.

Plus d'infos :
+ Sur Service-Public.fr, le portail de l'administration française, la page spéciale consacrée à cette question.
+ Idem, sur le site du Ministère de l'Intérieur...
+ Et pour un regard sur cette fameuse constitution européenne, deux approches, l'une officielle et l'autre beaucoup plus "blog"...

Olivier

mardi, 14 décembre 2004

Immobilier dans le 14e : ça continue à grimper...

...Et je ne parle pas des baux commerciaux.

Discussion hier au Bouquet, rue Daguerre, avec Alain Warmé, Président de l'association des commerçants. Il m'explique ses galères pour les illuminations de Noël pour mettre tout le monde autour de la table et obtenir un interlocuteur chez EDF Pro... Pas évident. Nous reviendrons prochainement sur le sujet.

Je remarque que la boutique qui est restée si longtemps vide en face du bouquet est désormais occupée par une agence immobilière qui appartient apparemment à la BNP. Inquiétant. La rue Daguerre, le quartier Mouton-Duvernet dans son ensemble fait face à une véritable flambée de l'immobilier et des baux commerciaux. Alain me confirme que cette boutique n'a pu trouver preneur pendant longtemps à cause du tarif très élevé de son bail. Résultat : seule une banque a eu les reins assez solides.

bertrand_delanoe_face_au_da.jpgCette situation est très inquiétante. Du reste, Bertrand Delanoë également s'en émeut. Même s'il en bénéficie financièrement (cf. article de Libération ce jour) puisque la Ville de Paris a encaissé en 2004 près de 230 millions d'Euros de plus que prévu sur les frais de mutation (soit 650 millions d'Euros au total), le Maire de Paris doit bien avouer que les classes moyennes désertent Paris tandis que les plus modestes sont une espèce pourtant protégée mais en en voie de disparition. Et quand nous parlons des plus modestes, il s'agit des habitants comme des petits commerçants.

A ce titre, la situation de la rue Daguerre est emblématique. Les classes moyennes s'endettent sur 20 ou 30 ans pour acheter 60 à 70 mètres carrés pour disparaître au-delà du périphérique dès l'arrivée du deuxième enfant - tandis que les petits commerçants sont peu à peu remplacés par une mono-activité restauration asiatique. Sommes-nous destinés à des villes mono-colores, peuplées d'héritiers [NDLR : nous n'avons rien contre eux mais force est de constater que sans apport initial, impossible de se loger dans Paris...] se nourrissant dans des restaurants asiatiques habillés chez GAP ou Zara ? Ce Paris du futur ne me dit rien qui vaille...

Nous en sommes néanmoins témoins. Toutes nos avenues se ressemblent. Foot Locker, Courrir, Zara, GAP, Celio, Body Shop, Gaumont, UGC, FNAC, Sephora, Nicolas, Monoprix... Qui pourra lutter contre la puissance financière de ces enseignes ? Peut-être avons-nous trouvé le remède aux déplacements inutiles ? Pourquoi se déplacer dans Paris puisque toutes ces grandes marques sont à votre porte ? Et les petits commerçants qui vivaient de tout ce mouvement, de tous ces déplacements de tous ces "banlieusards" qui aujourd'hui passent leurs weekends à Parly 2, Val d'Europe ou je-ne-sais-trop-quel-nouveau-temple-du-veau-d'or-de-la-grande-couronne (quand nous passions autrefois nos dimanches en forêt...), ceux-là n'ont plus grand chose à trouver dans la capitale...

compte-rendu-de-mandat---in.jpgC'est donc un nouveau Paris qu'on nous propose en ce moment. On double le nombre de logements sociaux construits (Bertrand Delanoë en annonce 4000 pour 2005) mais l'offre locative se réduit comme peau de chagrin, anéantissant les efforts de la Mairie de Paris. Le DAL (Droit au Logement), pourtant peu suspect de sympathie avec la droite, a ainsi envahi le compte-rendu de mandat de Bertrand Delanoë dans notre arrondissement pour exprimer haut et fort son mécontentement. Bertrand en était tout rouge... Il fait de son mieux nous dit-il...

Mais de fait, le nombre de demandeurs de logement sociaux continue sa lente progression : un peu plus de 100 000 personnes sont inscrites - pour une attente de plus de 10 ans en moyenne. Dès lors, on s'interroge sur les moyens mis en oeuvre. Ce n'est pas qu'ils soient insuffisants. C'est qu'ils sont inadaptés. On ne peut composer avec l'équation qui nous est proposée. On doit la refuser. Aurons-nous assez d'imagination pour cela ?

Plus d'info :
+ Le dossier sur l'immobilier à Paris du Nouvel Observateur. Edifiant : 4144 €/m2 en moyenne sur le 14e. De 5300 à 6100 €/m2 pour le quartier Boulard / Daguerre ou la simple annonce de l'étude d'une hypothétique piétonisation de l'ensemble de la rue a provoqué une nouvelle flambée des prix.

lundi, 13 décembre 2004

Conseil d'arrondissement spécial PLU reporté !

Attention : en raison de la modification du déroulement de la séance budgétaire du Conseil de Paris, qui requiert la présence des Conseillers de Paris mardi 14 décembre 2004 en soirée, le Conseil d’Arrondissement exceptionnel sur le Plan Local d’Urbanisme qui devait se tenir demain à la même heure est reporté au 10 janvier à 19 heures...
A vos agendas...
Pierre

dimanche, 12 décembre 2004

Où dîner Japonais dans le 14e ? L'avis de l'expert !

Inconnus au bataillon il y a moins de 5 ans, les restaurants japonais pullulent désormais dans notre arrondissement et sont en passe de détrôner les restaurants chinois au hit parade des restaurants asiatiques... Alors, une bonne adresse dans le quartier ?

Nous avons posé la question à "Eirikur / Eric", un amoureux du Japon qui habite le 14e et anime un blog consacré aux "japoniaiseries en tout genre (qui peuvent aussi venir de paris)". Voici sa réponse. Merci Eric...

----------------------

Je peux vous conseiller le "Fujiyaka" (comme écrit sur l'enseigne) ou "Fujiyama" (si c'est le patron qui le dit :) Il ne devait plus y avoir de M en stock pour leur enseigne ^^

Le restaurant se trouve 14, rue Poirier de Narcay (à 1 mn à pied de Porte d'Orléans). Téléphone : 01 45 45 16 67.

Le restaurant en lui-même est plutôt minuscule (3/4 tables maximum) mais vu qu'il est assez récent, il fait rarement le plein. Mais c'est peut-être aussi parce qu'il propose la livraison des plats ainsi qu'une remise de 10% si nous venons chercher la commande (1/4 d'heure d'attente suffit!). Forcément tout cela ne fait pas rester dans le restaurant :))

Leurs sushis sont très frais, d'excellente qualité. Et leurs brochettes sont également très bonnes. Les formules sont intéréssantes et on s'en tire la plupart du temps à moins de 15 € / personne, ce qui est très raisonnable pour de la restauration japonaise.

L'accueil y est très sympathique. Une réelle bonne adresse qui ne demande qu'à être connue, dans un coin très calme.

Dans cette même rue se situe une boutique d'alimentation asiatique (avec des inscriptions coréennes sur l'enseigne (!!)), mais je n'y suis pas encore allé faire un tour.

Je connais un autre restaurant japonais dans le 14e : Mikasa Sushi, situé 90 bd. Brune, mais il est loin d'arriver à la cheville de Fujiyaka, que ce soit au niveau de l'alimentation en elle-même (assez fade, j'ai trouvé) ou de l'accueil (plutôt froid). Je ne le conseille pas spécialement.

Voilà :) En vous ayant peut-être envie d'aller manger japonais !

A bientôt,

Eric

samedi, 11 décembre 2004

Couvent Saint-François : un concert de Noël

Bach, Telemann, Rameau, Daquin, Cornelius, Dvorak, Noëls anciens d'Europe, si votre envie de musique classique et de Noëls d'antan est vive, vous pourrez étancher votre soif demain, dimanche 12 décembre 2004, au Couvent Saint-François (7, rue Marie-Rose) à partir de 16h30.

Interprètes : Anne Goyen (mezzo-soprano), Jacques Vandeville (hautbois - ex 1er solo de l'orchestre natinal de Radio-France), Michel Thiolat (guitare) et Jean-Michel Louchart (orgue).

Participation aux frais : 10 € (tarif réduit 6 €).

Plus d'info : 01 40 52 12 70 ou ofm-paris@wanadoo.fr.

Pierre