Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 04 mars 2005

Commerce de proximité : il faut sauver le soldat Elhassan

medium_epicierie-rue-friant.jpgNous en parlions encore récemment, les travaux du tramway occasionnent une gêne sérieuse pour les petits commerçants des Maréchaux et des rues avoisinantes. Une gêne qui pourrait bien à terme s'avérer mortelle... Serions-nous trop pessimistes ? Hélas, pas vraiment.

medium_elhassan_khouira.jpgUn exemple avec l'épicerie de Monsieur Elhassan Khouira (photo ci-contre). En moins d'un an, Monsieur Khouira a du subir les travaux de l'avenue Jean Moulin, de la Porte de Châtillon, du Boulevard Brune, de la rue Friant, de la rue de Coulmiers, de la Porte d'Orléans, de la rue Poirier de Narçay et de la rue Morère...

Vous pouvez vérifier, dans un rayon de 500 mètres, pas une rue qui n'ait été durablement en travaux, mise en impasse ou rendue impraticable pendant plusieurs semaines quand le stationnement n'y a pas été supprimé définitivement (tout le long de la rue Poirier de Narçay, sur la droite de la chaussée, par exemple). Résultat : un chiffre d'affaires en baisse de près de 50% depuis le début des travaux...

Un cas isolé ? Hélas, non. Demandez à votre épicier de quartier si les affaires tournent ? Le long des Maréchaux, la réponse est généralement explicite et si vous avez envie de jouer avec votre vie, réclamez-vous de la Mairie de Paris...

Alors, ceci n'est qu'un petit article sur un petit site de quartier à vocation citoyenne, mais nous nous permettons de lancer un appel à nos lecteurs... Ne délaissez pas vos épiceries de quartier en ce moment et retournez remplir vos cabas chez elles !!! C'est sûr, cela vous coûtera toujours moins cher que les gros caddies remplis de trucs inutiles des gros concurrents...

D'autant que côté Mairie, on ne peut pas dire qu'on rame dans la bon sens. Ainsi, récemment, la Mairie du 14e a rendu un avis favorable à l'extension du supermarché Champion avenue du Général Leclerc. Marie-Louise Padovani, adjointe au Maire du 14e en charge du développement économique, expliquait - sans rire - cette décision car "il y avait un risque d'évasion de clientèle". Et de fait, la clientèle de Champion s'évade maintenant également par la rue Friant puisque cette grande surface a pu ouvrir une deuxième ligne de caisse de l'autre côté du magasin...

C'est idiot, maladroit, peut-être même involontaire, mais si l'on voulait tuer le petit commerce, on ne s'y prendrait pas autrement.

Quant aux aides et compensations promises dans le cadre des travaux, comptez 4 à 6 mois pour obtenir 10% de ce que vous aurez demandé... En outre, un petit coup d'oeil au dossier nécessaire à remplir pour y avoir droit vous permettra de comprendre qu'en matière de formulaires et de complexité, la Ville de Paris et la "mission Tramway" n'ont toujours pas compris ce qu'est un petit commerce et le temps que l'on doit y consacrer...

Alors, si la survie du petit commerce est à ce prix, à quand un indemnisation préalable et automatique ?

Pierre

Plus d'info :
+ Miranda Services - l'épicerie de Monsieur Elhassan Khouira est située 29, rue Friant. Elle est ouverte du mardi au dimanche de 10h à 22h.
+ L'épicerie de M. Khouira a été citée dans les pages du magazine l'Express dans son guide "Survivre à Paris au mois d'août". Et moi, j'avoue, j'aime bien l'idée de survivre à Paris au mois d'août...
medium_epicerie_poirier_de_narcay.jpg+ D'autres épiceries sont en danger, notamment 14 rue Poirier de Narçay (photo ci-contre) ou boulevard Brune - si, si, près de la Porte de Châtillon, en face du bon gros Franprix qui vient d'ouvrir avec ses vieilles promos bien brutales...

jeudi, 03 mars 2005

Abattage d'arbres boulevard Arago : y'a comme un obstacle...

medium_serge_bloch.jpg...Il s'appelle Serge Bloch. Depuis deux jours, il passe son temps dans un arbre, perché à 3 mètres, juste devant la cité des Fleurs, boulevard Arago. Il est équipé pour tenir un siège. Il a tiré le téléphone et l'électricité. Mais il fait froid et de temps en temps, il va se réchauffer dans sa voiture... Faudrait pas prendre froid, le Centenaire pourrait le payer.

Le Centenaire, c'est son copain le marronier. Serge, ça fait 30 ans qu'il le voit devant chez lui. Alors il veille, dans sa voiture à 50 mètres. Aujourd'hui, il est debout, depuis 4 heures du matin. Il a gagné deux jours sur l'abattage prévu. Il espère que quelqu'un viendra le relayer. Peut-être Jérôme... Enfin, l'appel est lancé, même s'il y a peu d'espoir.

Pourtant le Centenaire, il est malade. La pourriture racinaire est diagnostiquée, alors vénérable ou pas, il faut l'abattre. Il est dangereux. C'est le principe de précaution selon la Ville de Paris. Et boulevard Arago, 200 arbres doivent être abattus sur les 2 ans à venir.

Non loin de là, la Foreuse et la Pelleteuse s'en donnent à coeur joie, avec leurs belles pointes et gueules d'acier. Elles oeuvrent tranquilles, sous la neige qui bat le bitume. Bienvenue dans un monde en sécurité... Et si on s'y mettait sur les antennes-relais ?

medium_foreuse.jpg


medium_pelleteuse.jpg


Camille

Plus d'info :
+ Notre article du 4 janvier 2005.

Affichage sauvage : mais que fait la Mairie ?

medium_affichage_sauvage_municipal.jpg...Eh bien, elle fait comme tout le monde ! Faute d'un réseau d'information local digne de ce nom, notre Mairie d'arrondissement se débrouille et affiche n'importe où !

Un exemple ? Oui, avec ce superbe affichage sauvage municipal (un bien joli concept), avenue du Général Leclerc sur un distributeur de vidéos abandonné... Enfin, c'est pour la bonne cause puisque c'est pour annoncer le "Tournoi de baby-foot" que notre Mairie d'arrondissement organise après-demain, samedi 5 mars.

Voilà qui devrait nous aider à convaincre Pierre Castagnou et son équipe à s'engager pour un affichage citoyen et à signer notre pétition :-)

Pierre

Plus d'info :
+ Oui, dès que Pierre Castagnou aura signé notre pétition, nous vous en informerons !
+ D'ici là, si vous souhaitez mieux comprendre les enjeux d'un affichage associatif, commercial, citoyen et culturel local, nous vous invitons à lire notre série d'articles sur ce sujet...

Le plot (nocturne) du jour

...Ils continuent à fleurir en dépit des travaux du tramway, dans nos quartiers verts ou tout autour de nos pistes cyclables. La nuit, ces étranges graminacées prennent (quand elles sont propres et guillerettes) des reflets argents pour le plus grand plaisir de nos yeux émerveillés. Un spectacle à 80 € HT pièce.

Voici donc notre toute dernière livraison de plots du jour - thanks to Mrs. Dorthan...

medium_14e_arrondissement_plot_1.jpg


medium_14e_arrondissement_plot_2.jpg


...Deux magnifiques photos qui vont rejoindre immédiatement notre album Nos plots, notre oeuvre qui vaut maintenant comme la valise RTL un peu plus de 1840 € !

Pierre

Plus d'info :
+ Album réalisé avec le concours de Sylvie, Julie, Camille, Maroun, Gilles et Pierre... Continuez à nous envoyer vos photos de plots !
+ Petit rappel. Les plots verts sont temporaires et disparaissent au bout de quelques mois. Les plots jaunes sont à usage unique "chantiers et travaux". Les plots blancs sont "définitifs" et viennent remplacer les précédents si nécessaire... Coût hors taxe à l'unité : 80 €.


La Régalade à l'Odéon ?

...Mais non. La Régalade est toujours avenue Jean Moulin et l'on y mange (presque) toujours aussi bien !

Ceci étant dit, on voulait vous donner des nouvelles de son chef "historique", Yves Camdeborde, le chef béarnais, qui, justement avec la Régalade, avait lancé la vogue des bistrots gastronomiques. Il vient d'atterrir carrefour de l'Odéon où il a acheté l'hotel Le Relais Saint-Germain, un ancien immeuble du 17e siècle composé de 22 chambres.

Le chef ne fait pas l'impasse pour autant sur les cuisines. Ses clients pourront à nouveau goûter sa cuisine à la brasserie Le comptoir du relais, à partir du 1er avril... Une petite infidélité au 14e, mais bon, Yves Camdeborde nous a régalé pendant si longtemps !

Camille

mercredi, 02 mars 2005

Agression d'un libraire Porte d'Orléans

...C'est le journal Le Parisien de ce jour qui nous l'apprend, Renaud, le sympathique marchand de journaux de la Porte d'Orléans a été braqué hier vers 13h20.

L'agression a été assez violente, un coup de feu a été tiré avec un pistolet d'alarme (un gomme-cogne tout de même) et après quelques coups de poings, de crosses et échanges assez violents, l'agresseur, un... euh... comment dit-on ça poliment... un petit con de 24 ans, s'est fait serrer par la police dans le local poubelles d'un immeuble de la rue Edmond-Rousse.

Tenir un point presse, ce n'est déjà pas une sinécure mais là, si vous voulez passer voir Renaud - qui est tout de même un peu choqué - pour lui faire part de votre sympathie, c'est le moment !

Pierre

Plus d'info :
+ Article à lire dans son intégralité sur le site du Parisien.

JO Paris 2012 : la rue Daguerre se mobilise !

Un message que nous adresse Alain Warmé, Président de l'Association des Commerçants de la rue Daguerre...

"La Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris a choisi l'Association des Commerçants de la rue Daguerre (entre autres) afin de matérialiser notre volonté le 6 mars prochain que la Ville de Paris puisse accueillir les Jeux Olympiques de 2012.

Tous les commerçants du quartier Daguerre adhérents à l'association afficheront dans leur vitrine macarons, drapeaux et autres petites choses afin de convaincre les commissaires représentant les JO présents ce jour là.
Des jeux de grattage donneront droit à cadeaux.

Par ailleurs nous attendons l'autorisation de sonoriser la rue Daguerre et la rue Boulard afin d'effectuer en parallèle une animation commerciale intitulée "Les 6 jours du quartier Daguerre" du 8 au 13 mars. Des affaires, des remises en perspective !!!!!!!!!! LE QUARTIER DAGUERRE CASSE LES PRIX !

Alain Warmé"


Voilà, l'info est passée !

Pierre

Plus d'info :
+ ...Sur Daguerre Village ?



mardi, 01 mars 2005

Fermetures de classes : 3 écoles touchées (suite)

L'Académie de Paris aurait pris la décision de fermer à la rentrée prochaine 3 classes sur 3 écoles de notre arrondissement (rue Jean Zay, 12 rue d'Alésia et 12 rue Sévero).

Vincent Jarousseau, adjoint au Maire du 14e arrondissement en charge de Affaires Scolaires nous a adressé ce courrier (en date du 15 février) à l'intention de l'inspecteur d'Académie pour publication. Nous vous le retransmettons.

"Monsieur l’Inspecteur,

Nous avons pris connaissance des décisions prises au CDEN qui s’est tenu le 10 février, concernant la révision de la carte scolaire du premier degré dans le 14ème arrondissement. Il est prévu trois fermetures de classe dans les écoles élémentaires 18, rue Jean Zay, 12, rue Sévero, 12, rue d’Alésia, et l’ouverture d’une CLIS à l’école élémentaire du 46, rue Boulard.

A l’occasion de notre rendez-vous, le 12 janvier dernier, vous nous aviez indiqué que les seuils de fermeture avaient été révisés, ceux-ci étant portés de 26 à 27 enfants en moyenne par classe, après fermeture. Selon les effectifs prévisionnels annoncés à la rentrée 2005 pour les écoles Jean Zay et Sévero, ce nouveau seuil sera atteint. Aussi, suite à l’annonce des fermetures, ces deux écoles accueilleront en moyenne plus de 26 enfants par classe, ce qui, de notre point de vue, constitue une grave dégradation des conditions d’accueil des élèves.

S’agissant de l’école élémentaire du 12, rue d’Alésia, 438 élèves sont attendus à la prochaine rentrée. Compte tenu de la décision prise, le nombre moyen d’élèves par classe sera supérieur à 27, soit au-dessus du seuil que vous avez fixé. Cette décision est d’autant plus incompréhensible que le secteur de cette école a été élargi pour la prochaine rentrée et accueillera plus d’enfants.

Les trois annonces de fermeture suscitent, à juste titre, une très forte opposition au sein de la communauté scolaire. Pour notre part, nous considérons que ces décisions constituent un mauvais coup porté à l’école publique dans le 14ème. Alors que les effectifs scolaires sont en augmentation depuis 4 ans et qu’un rajeunissement de la population est constaté dans notre arrondissement, nous ne comprenons pas et ne pouvons accepter la logique qui consiste à réduire les moyens d’encadrement.

Comme cela a été dit par Monsieur le Recteur, au CTP du 7 février, « la carte scolaire est élaborée en étroite concertation avec les mairies d’arrondissements ». C’est dire que la position de la mairie d’arrondissement doit être prise en compte. Aussi nous vous demandons de bien vouloir annuler les trois fermetures annoncées dans le 14ème arrondissement.

Nous vous prions de croire, Monsieur l’Inspecteur, à l’expression de nos sentiments les meilleurs.

Pierre CASTAGNOU
Maire du 14ème arrondissement

Vincent JAROUSSEAU
Adjoint au Maire du 14ème
chargé des affaires scolaires"


Vos réactions ? Il suffit de cliquer ci-après sur le lien "commentaires".

Maroun

Plus d'info :
+ Nous nous faisons l'écho de ces fermetures de classes annoncées dans un article du 21 février dernier.


14e sous la neige : de nouvelles photos...

...de la Place de l'Amphithéâtre que nous a envoyées Sandrine !

medium_amphitheatre_1.jpg


medium_amphitheatre_2.jpg


Elles ont rejoint notre album que vous pouvez consulter en cliquant ici !

Maroun

Plus d'info :
+ Vous pouvez bien entendu continuer à nous adresser vos photos du 14e sous la neige ou du 14e tout court pour notre album "atmosphères du 14e".
+ Nous préparons un album de photos du 14e d'autrefois... Si vous avez de vieux ".jpeg" libres de droits qui traînent, ils sont les bienvenus !

L'Atelier 63 fête ses 30 ans avec la Fondation Taylor

La Fondation Taylor présente du 4 au 26 mars 2005 les 30 ans de l'Atelier 63. Le vernissage de cette exposition aura lieu le jeudi mars de 17 heures à 21 heures. Extraits du carton d'invitation :

"En 1963, dix ans après les Beaux-Arts et Casa Vélasquez, le peintre-graveur Joëlle Serve créait l'Atelier 63 avec le désir d'y animer une expression polymorphe et rigoureuse, alliant à la multiplicité des sources culturelles l'exigence d'une forme techniquement maîtrisée.

On reste 30 ans plus tard émerveillé de son succès, de ces dizaines de talents de toutes nationalités qu'elle a su éveiller et épanouir, de ces centaines d'oeuvres abouties qui sont nées autour d'elle et qui répondent si exactement aux ambitions des origines. Il faut aller visiter Joëlle Serve dans sa rue Daguerre, y voir, entendre, toucher, humer la gravure dans tous ses états, bruissante, vibrante, vivante, authentique, à l'image de son oeuvre à elle, avec son éclat et sa tension, ses vastes horizons et son mystère. Joëlle Serve et son Atelier 63 : une alchimiste de l'estampe et son athanor."


Alain Le Gallo

"...L'atelier s'est ouvert à la mondialisation avec la création de l'association TRACE en 1983 et maintient sa tradition de rigueur et d'exigence. Cette éthique de l'estampe, l'animatrice de l'Atelier 63 la fait vivre depuis 30 ans. Avec Joëlle Serve, on ne saurait mieux confirmer la vitalité et la vocation internationale de l'Association TRACE."

Claude Bouret. Conservateur en chef à la BNF.


Bon, si avec tout ça, on ne vous a pas mis l'eau à la bouche, le rire aux larmes et la tête sur les épaules...

Julie

Plus d'info :
+ Les 30 ans de l'Atelier 63 - 54, rue Daguerre - de 13h à 19h tous les jours sauf le dimanche.
+ Joëlle Serve sera présente à l'exposition tous les samedi et lundi.
+ Le carton d'invitation est téléchargeable (format .pdf) sur le site de l'Association TRACE.