Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 10 juillet 2006

Le cinéma (et les DVD) de Jive : juillet 2006

Chaque mois, Jive, notre cinéphile quatorzièmois, nous livre ses critiques de DVD, de ses bons plans... En juillet, nous poursuivons pour une petite chronique estivale avant de vous retrouver en Août. ...D’ici là, bonnes vacances à vous tous ... Jive

LONESOME JIM (MK2)
Réalisateur : Steve BUSCEMI - Acteurs : Liv TYLER…

medium_images-2.jpg



Résumé : Las de sa vie de promeneur de chiens à New York, Jim, 27 ans, regagne à contrecoeur l'Indiana rural où il est né. De retour dans sa chambre d'enfant, il retrouve vite les raisons de son départ : l'amour étouffant de sa mère, la présence effacée de son père, les frasques immatures de son oncle. Lorsque son frère est victime d'un accident de voiture, Jim prend sa place à l'usine de ses parents et accepte de s'occuper de ses deux nièces. Sa rencontre avec une infirmière et son jeune fils le déleste de ses propres angoisses et jette sur sa vie ordinaire une lueur d'espoir...


Critique : Un film touchant, bouleversant qui fait passer du rire aux larmes. Une réalisation très sobre, un film à petit budget tourné en quelques jours et à l’arrivée une petite merveille d’émotion voilà ce que vous réserve ce film d’un acteur épatant qu’on aime retrouver chez Quentin Tarantino, Roberto Rodriguez et chez les frères Coën :Steve Buscemi
Tourné en vidéo numérique, dans une esthétique grisâtre maîtrisée, le film met surtout en valeur ses comédiens
A commencer par le rôle de Jim, écrivain raté, incapable à la fois d'écrire et de se suicider comme Hemingway et la mère, masquant mal son désespoir sous une apparence résolument souriante et optimiste, qui impressionne le plus par le naturel déchirant de son jeu.


Bonus : Lonesome Steve : interview exclusive avec le réalisateur 15') / Kirby's kong : court-métrage, inspiré par un des figurants du film. (6') / Bande-annonce (1'46)

Image : 16/9 compatible 4/3 – Format 1 :77 - Son : VO stéréo 5.1 - Durée: 110 minutes


----------------------------------------------

BACKSTAGE (TF1)
Réalisateur : Emmanuelle BERCOT - Acteurs : Emmanuelle SEIGNER, Isid LE BESCO

medium_images-1.jpg



Résumé : Lucie, 17 ans, est une adolescente "ordinaire". Sa mère, collectionneuse d'autographes, voue un véritable culte à un tas de vedettes et consacre tout son temps libre à ses activités de fan. Mais Lucie, elle, ne disperse pas ses sentiments. De star dans son coeur, dans sa tête, il n'y en a qu'une. Tout le monde le sait. Ses photos recouvrent les murs de sa chambre, les pages de son cahier de texte. Un jour, son destin va la conduire à pénétrer dans la vie de son idole.

Critique : Sélectionné à Venise en 2005, c’est la 3e fois que la réalisatrice retrouve sa comédienne fétiche Isid Le BESCO pour évoquer une nouvelle fois l’adolescence. Cette fois elle plonge son héroïne dans le monde factice du show business. Peu de films se sont intéressés au phénomène des fans si ce n’est le raté fan de Tony Scott. E. Bercot décortique les rapports entre stars et fans... mais aussi sur les dessous du show-business. La réalisatrice nous montre avec brio que la notoriété peut rendre fou, que ce soit l'artiste ou ses fans. Il y’a Beaucoup de clin d'oeil à la carrière d’une chanteuse rousse que je ne nommerai pas… dommage que le film vers la fin s’enlise et que le portrait ne soit pas plus agressif sur ces pseudos stars de la musique où tout est basé sur le marketing et l’image.

Bonus : les coulisses du film : le concert, l’enregistrement de l’émission…

Durée : 1h55 - Format ; 1 :85 DTS et 5 :1 dolby digital

----------------------------------------------

BULLITT et la HORDE SAUVAGE (Warner)
Réalisateur : Peter YATES et Sam PECKINPAH - Acteurs : Steve MCQUEEN, Jacqueline BISSET - Willaim HOLDEN, Ernest BORGNINE, Warren OATES

medium_images.jpg


medium_images-3.2.jpg

Résumé : Bullitt, un lieutenant de police, est chargé par un politicien ambitieux de protéger Johnny Ross, un gangster dont le témoignage est capital dans un procès où est impliqué l'homme politique. Malgré les précautions prises par Bullitt et ses hommes, Ross est grièvement blessé, puis achevé sur son lit d'hôpital. Bullitt s'aperçoit alors que la victime n'était pas le vrai Ross...

Résumé :  La Horde Sauvage / Au sud du Texas, Pike Bishop et ses hommes s'apprêtent à attaquer les bureaux de la compagnie de chemin de fer. Mais Duke Thornton et ses chasseurs de primes les attendent au tournant. Un bain de sang se prépare

Critique BULLITT : Événement que les ressorties collector de ces deux monstres de cinéma qui ressortent dans des copies éclatantes et restaurées aux petits oignons et bourrés de suppléments.
Est il encore utile de présenter l’inspecteur Bullitt dans ce qui reste une des plus belles poursuites de voitures à ce jour jamais filmée car filmé en temps réel

Un scénario un rien complexe et assez tordu mais dont l’atout est le charisme de Mcqueen qui fait de ce film une référence du polar urbain. La cool attitude du héros sur la music indémodable de Lalo Schiffrin reste à jamais gravée dans la mémoire collective : c’est ce qui s ‘appelle un film Culte.


Critique LA HORDE SAUVAGE : Même si vous n’aimez pas le Western et si vous ne deviez en regarder qu’un seul dans votre vie c’est bien La Horde sauvage. Un opéra de violence dont la scène finale ferait rougir encore aujourd’hui bien des cinéastes. Une mise en scène exemplaire et une direction d’acteurs vénéneuse font de ce film une des référence du cinéma d’aujourd’hui.

Bonus Bullitt : commentaires du réalisateur Peter Yates - Steve MC QUEEN, cool par excellence : documentaire inédit mais un peu trop formaté à mon goût - Avant-garde : la magie du montage : intéressant pour comprendre se fabrique un film après l’avoir tourné.

Bonus Horde sauvage : commentaires audio Nick Redman Paul Seydor - Scènes inédites : pas très nombreuses ni passionnantes - L’ouest selon Sam Peckinpah : documentaire rare + 2 beaux documents d’archives sur le tournage : indispensable à visionner

----------------------------------------------

ATTENTION LES YEUX

INSEMINOID, L’ EVENTREUR DE NEW-YORK, L’ENFER DES ZOMBIES NEO PUBLISHING

medium_zombi2_aff.3.jpg

3 Joyaux de cinéma bis ressortent dans les bacs dans des masters presque impeccables. Le 1er s’inscrit dans la lignée des films qui ont surfé sur le film Alien mais qui a le mérite de s’en démarquer en y apportant son lot de scènes chocs, perverse, voire gore. Le pitch du réalisateur Norman J Warren est assez simple,  une femme se fait violer par un ver extraterrestre tue et dévore son équipage avant d’enfanter 2 horribles jumeaux… Génial. Bref on est dans le n’importe quoi mais ce qui fait la réussite de ce film comme des 2 autres joyaux c’est leur mise en scène et leurs trouvailles dans les soins apportés aux cadres et la lumière.

Après le space opéra gore plongez vous dans la douce ville de NEWYORK ou un Serial Killer qui parle comme un canard s’en prend à de jolies femmes de jour comme de nuit. Les années 80 sont pleins de thrillers urbains comme les tout premiers Abel Ferrara. Lucio Fulci grand spécialiste de films de genres plonge sa caméra dans un NEW YORK rarement filmé de cette façon-là. On assiste presque à un documentaire et c’est ce qui fait la qualité première de ce film. C’est violent, gore, érotique, un vrai film subversif comme on ne sait plus les faire avec toujours des belles idées de cadrages et de mise en scène inventive.

Pour finir en beauté, voilà le fameux ZOMBIE du toujours Lucio FULCi qui se place lui comme la suite du film de Romero. Souvent rebaptisé ZOMBIE 2 Fulci revient ici aux sources du mythe du Zombie en plaçant son action aux Antilles dans l’univers sacré du Vaudou. Sur une île des Antilles, une épidémie transforme les habitants en zombies cannibales. La scène d’introduction est un pur moment d’angoisse ainsi que la scène finale que ne renierait pas le maître du genre Georges A Romero et sa fameuse trilogie des morts vivants. Ne pas rater cette séquence du requin et du Mort vivant, du jamais vu et ça fonctionne bien grâce là aussi à la maîtrise de la mise en scène et des superbes maquillages. L’affiche est bien plus sobre aujourd hui en DVD

Fans de film d’horreurs précipitez vous sur ces perles incontournables du cinéma bis. Vous pourrez enfin jeter vos vieilles VHS des années 80

Jive juillet 2006

Plus d'Infos :
+ Retrouvez toutes les chroniques et interviews de Jive - notre cinéphile quatorzièmois - dans notre rubrique Cinéma.
+ Un cinoche dans le XIVe ? Toutes les séances accessibles en clic dans notre colonne de gauche

samedi, 08 juillet 2006

TéléParis14 : ça marche !

...Vous souhaitez publier des vidéos sur Paris14.info. C'est facile et rapide. La preuve en image avec ces quelques vidéos de Nathan ou Deguy...

-------------------------------

Encore une bonne ambiance proche du bar "Au Métro" à Pernety. Toujours du bonheur ! Et un de plus. Un soir de folie en plus au carrefour Alesia après la demi finale.f

-------------------------------

...Alors TéléParis14, comment ça marche ? C'est très simple. Vous avez un téléphone portable 3G ou une caméra numérique ? Filmez, téléchargez vos vidéos sur http://www.dailymotion.com/, enregistrez-les dans le groupe "Paris14" (en un seul mot) et le tour est joué. Vos oeuvres apparaîtront dans notre vidéoroll (ci-contre colonne de droite) et les meilleures d'entre elles bénéficieront d'une mise en avant en colonne centrale de notre site.

OK, l'image n'est pas toujours diffusable sur votre dernier plasma 127 cm de diagonale... Mais le témoignage sur l'ambiance est là... Alors, interview de votre commerçant favori, reportage sur le Conseil d'arrondissement, chronique rageuse ou louanges sur une modification de voirie, p'tit restau à nous conseiller... Vidéastes en herbe, prenez-vous au jeu ! Utilisez notre nouveau service...

Camille

Plus d'info :
+ Retrouvez les meilleures vidéos du groupe Paris14 dans notre rubrique TéléParis14.
+ Commerçants du XIVe, vous souhaitez publier sur Paris14.info votre page de publicité vidéo : contactez-nous !

vendredi, 07 juillet 2006

Agnès Varda à la Fondation Cartier

Du 18 juin au 8 octobre 2006, la Fondation Cartier pour l’art contemporain invite Agnès Varda à envahir ses espaces d’exposition. L’ÎLE ET ELLE regroupe des installations pour la plupart créées pour l’occasion et ayant toutes pour point de départ l’Île de Noirmoutier, où l’artiste séjourne régulièrement. Cinéaste depuis 1954, Agnès Varda est notamment la réalisatrice de Cléo de 5 à 7 (1961), Sans toit ni loi (1985), Jacquot de Nantes (1990), Les Glaneurs et la Glaneuse (2000). Depuis 2003, elle remet en jeu sa pratique de cinéaste dans de nouveaux dispositifs.

Un livre accompagne l’exposition L’ÎLE ET ELLE. Carnet de notes ou catalogue en préparation, il fait voir les lieux et les gens de l’Île de Noirmoutier qui ont inspiré Agnès Varda. Plus que dans l’île, on circule dans l’esprit vagabond de l’artiste… entre mélancolie et bonne humeur.

À un entrelacs de textes, photographies, maquettes d’installation et images collectionnées s’ajoutent des dessins de son complice Christophe Vallaux qui a su la croquer en plein travail.

medium_agnes_varda_fondation_carti.jpgCinéaste inclassable, Agnès Varda bouleverse dès son premier film tous les codes établis du cinéma traditionnel. Née en 1928 d’un père grec et d’une mère française, elle passe son enfance à Bruxelles. Elle quitte, en 1940, la Belgique bombardée pour rejoindre Sète puis, plus tard, «monte» à Paris où elle étudie à la Sorbonne et à l’École du Louvre. Elle obtient un CAP de photographie et rejoint en 1949 le Festival d’Avignon de Jean Vilar, puis le Théâtre National Populaire, en tant que photographe.

En 1954, elle écrit et réalise son premier film, La Pointe Courte, annonçant par ses audaces formelles la révolution de la Nouvelle Vague. Elle alterne, au long de sa carrière, courts et longs métrages, fictions et documentaires. Depuis quelques années, avec la présentation de Patatutopia sur trois écrans à la Biennale de Venise en 2003, et une exposition à Paris en 2005 à la Galerie Martine Aboucaya, elle décline sa pratique de cinéaste dans des installations vidéo. Elle passe ainsi du domaine du cinéma à celui des arts plastiques.

Mais laissons la parole à la cinéaste...

"J’aime beaucoup la définition du mot île telle qu’apprise à l’école primaire : une étendue de terre entourée d’eau de tous côtés. À Noirmoutier, l’eau, c’est l’océan. J’ai travaillé sur place, comme les peintres sur le motif. Cette île, que Jacques Demy m’a fait découvrir dans les années 60, m’offre des paysages, des décors et des ciels qui m’inspirent autant que les situations locales et les personnes qui y vivent. Plaisirs des découvertes ou surprises amenées par les touristes et campeurs en été. Plaisirs aussi de la solitude et de la mélancolie.

Habitant depuis longtemps la rue Daguerre, à cinq minutes du boulevard Raspail, rien ne me fait plus plaisir que de venir à pied exposer dans mon quartier, à la Fondation Cartier."

Agnès Varda, 2006

Camille

Plus d'info :
+ La Fondation Cartier pour l’art contemporain est ouverte au public tous les jours, sauf le lundi, de 12h à 20h. Droit d’entrée : 6,50 €, tarif réduit* : 4,50 €
+ Fondation Cartier - 261, boulevard Raspail 75014 Paris - tél +33 (0)1 42 18 56 50 fax +33 (0)1 42 18 56 52
Métro Raspail ou Denfert-Rochereau – Bus 38, 68, 88, 91 – RER B: Denfert-Rochereau.

mercredi, 05 juillet 2006

Editions Montparnasse : interview de Renaud Delourme

Ce mois-ci notre invité ciné, c’est Renaud Delourme, directeur des Editions Montparnasse, située à deux pas de l'avenue du Général Leclerc... Interview (*) :

Jive (P14) : Comment devient-on producteur de DVD, et comment est né ce choix ?

Renaud Delourme (RD) : Par goût pour le documentaire et le cinéma évidement, mais aussi avec le sentiment, surtout pour le documentaire, qu’il fallait sortir les programmes de la banalisation des systèmes télévisés de « flux ». Le support VHS puis DVD crée le sentiment de « l’objet » unique. A nous d’en décrire les qualités puis par notre travail d’édition de le rendre visible et accessible.

P14 : Depuis combien de temps êtes-vous installé dans le XIVe arrondissement de Paris et pourquoi cet arrondissement ?

RD : Nous étions à l’origine en 1988 boulevard du Montparnasse côté 6e arrondissement... C’était devenu trop petit. Nous voulions rester dans le quartier. Nous avons cherché pendant un an et en 1998 nous avons  découvert ce lieu, Villa Coeur de Vey, une ancienne imprimerie. C’était tout ce que nous cherchions : un local ouvert sur deux étages, convivial, paisible dans un quartier commerçant et vivant. Agnès Varda m’a envoyé l’an dernier une vieille carte postale ou au début du siècle il y avait là une ferme avec des vaches laitières. On y achetait son lait tous les jours !

P14 : Sur quel film avez -vous travaillé en premier et quelle est votre ligne éditoriale ?

RD : Sur des grands classiques du cinéma français et américains, pour n’en citer que deux Citizen Kane et la Règle du Jeu, sur un grand documentaire aussi, De Nuremberg à Nuremberg de Frédéric Rossif et Philippe Meyer. Cela résume notre politique éditoriale « populaire et de qualité »

medium_renaud_delourme_editions_montparnasse.JPG

P14 : Comment choisissez vous les films que vous éditez ?

RD : Par goût !

P14 : Combien de titres avez-vous déjà sortis ?

RD : Près de 1000, le catalogue actuel doit compter 600 titres en exploitation.

P14 : Concrètement comment travaillez vous ? Quels sont les titres dont vous êtes le plus fier ?

RD : De Nuremberg à de Nuremberg évidement, parce que personne ne croyait que cela pouvait devenir un best seller, et que le film est formidable, la collection sur l’art d’Alain Jaubert , Palettes. Nous en avons commencé l’édition en 1990. La série débutait, elle était inconnue. Les huit premiers titres passaient à minuit sur France 3 et le samedi dans la fenêtre de la Sept. C’est à partir d’un article dans Télérama d’Olivier Cena, que j’ai regardé les films, pris l’édition et lancé ce qui est devenu l’encyclopédie sur l’art incontournable, 50 films passionnants. Pour moi une manière étonnante en partant de l’histoire d’une œuvre de remonter jusqu’à l’essence du tableau, le replacer dans son contexte personnel, historique. Le contraire de l’indigestion, le regard personnalisé, vivant. Cela a changé ma façon d’aller au musée.

P14 : Quels sont vos regrets ? (je pense notamment la captive aux yeux clairs qui malgré la version longue inédite était une copie désastreuse) ?

RD : C’est un film merveilleux, une ambiance d’aventure. Le dvd restitue cela. Nous n’avions pas les mêmes durées entre la copie restaurée et la version longue. On a mis les deux versions, une version totalement restaurée et l’originale dans son état actuel. Je comprends que certains le regrettent. L’économie de cette édition demeure déficitaire, on a voulu offrir le choix au spectateur.

P14 : Cette année on a vu 3 belles éditions « la règle du Jeu » et le chien Andalou et King Kong pensez vous sortir encore des choses prestigieuses en 2006 ?

RD : Oui, La Chose d’un autre Monde « The Thing » dont on crédite son prestigieux producteur Howard Hawks d’en être aussi le réalisateur. Un grand classique du cinéma français, Drôle de drame de Marcel Carmé avec Louis Jouvet , et une intégrale Flaherty.

P14 : Pour en revenir à la Règle du jeu pourquoi ne trouve -t’on pas d’interview de Paulette Dubost qui  est la dernière grande dame du cinéma toujours en activité à près de 90 ans ? 

RD : Je ne sais pas. Le collector est incroyablement riche néanmoins, avec des analyses fortes d’Olivier Curchod, de Jean Douchet, des documents d’archives rares où Jean Renoir revient 27 ans plus tard au Château de la Colinière et y confronte ses souvenirs de tournage avec Marcel Dalio (film réalisé par Jacques Rivette), un livret d’accompagnement, des montages d’entretiens avec Claude Chabrol, Noémie Lvovsky. La presse a salué l’édition et nous avons été élu meilleur dvd collector de l’année par le Syndicat de la Critique. On ne peut pas imaginer les compléments comme une « masse », ou il faudrait tout avoir ce qui serait à la fois impossible et ridicule. Je  suis contre l’idée de faire du « marketing remplissage » , de submerger le spectateur. On choisit, on sélectionne, on met en lumière en fonction des matériaux dont on dispose et d’une cohérence globale. Olivier Curchod, spécialiste de La Règle du jeu  est formidable, à lui tout seul il apporte presque le nécessaire de compréhension du film…

P14 : Quels sont les projets, les futurs grands titres ?

RD : The Staircase  (Soupçons) de Jean-Xavier de Lestrade (Oscar du meilleur documentaire en 2002 pour Un coupable idéal), une sidérante série documentaire sur le procès d’un riche écrivain accusé du meurtre de sa femme en Caroline du nord aux Etats-Unis. Construit comme un thriller palpitant, The Staircase n’est pas un e fiction mais la réalité : 18 mois d’enquête folle fractionnés en 8 épisodes de 45 minutes mais avec un vrai verdict à l’arrivée. L’intégralité de la série (avec 1h30 de compléments) sort en coffret  dvd et vod le 5 juillet. A voir absolument.

P14 : Comment est née l’idée de réaliser le projet « La terre vue du Ciel » d’après le livre de Yann Arthus Bertrand ?

RD : La force des photos, la passion des regards, l’idée que ces photos nous amenaient à reconsidérer la terre et son avenir.

P14 : Pensez vous renouveler l’expérience de réalisateur ?

RD : Oui, si j’ai le temps un jour

P14 : Votre prise de conscience de l’état de la planète est- elle née de la découverte du livre de Yann Arthus Bertrand ? Avez vous quelques conseils écologiques de base à donner à nos lecteurs ?

RD : Ceux du bon sens et de la responsabilité. On n’échappera pas à la prise de conscience individuelle. On se réfugie trop souvent derrière l’idée que c’est aux autres de se charger de résoudre le problème de nos vies quotidiennes. C’est faux. La Terre est à nous, nous sommes responsables de son devenir, pour nous et les générations futures.

P14 : Comment jugez vous la politique des verts à Paris et plus précisément dans le 14ème ?

RD : Je trouve que l’on doit se concentrer sur les problèmes d’environnement exclusivement, cela touche tous les monde, rassemblera plus facilement l’ensemble des français à l’avenir. Sinon il y a des idées très positives sur l’automobile, la pollution, le tri sélectif…

P14 : Pourriez-vous expliquer en quelques mots la VOD et pourquoi vous y croyez autant ?

RD : C’est internet qui me paraît passionnant. Un outil qui révolutionne la communication, nos habitudes de consommation, nos modes de fonctionnement  pour le meilleur et pour le pire… nous chercherons à trouver le meilleur … la VOD (video on demand, soit le téléchargement payant à la vente de films, documentaires via internet) permet de télécharger un film de manière quasi spontanée et instantanée. L’internet permet en même temps d’avoir accès à une somme d’informations non négligeables, documentation conséquente, extraits, bande annonce. On peut même créer des mini site VOD par exemple, mettre à la disposition du public des documents inédits autour d’une oeuvre, faire découvrir des extraits d’un programme, permettre de n’acheter (pour 3 ou 5 euros) que le premier épisode d’une série par exemple.

P14 : Enfin pour finir quels sont vos endroits favoris dans le XIVe arrondissement ?

RD : La place devant la mairie, et les rues autour, la villa Adrienne hélas maintenant inaccessible, les petites rues entre l’avenue du général Leclerc et l’avenue René Coty, plein d’autres endroits…


Propos recueillis par Jive Juillet 2006
pour Paris14info

Plus d'info :
+ Retrouvez toutes les chroniques et interviews de Jive - notre cinéphile quatorzièmois - dans notre rubrique Cinéma.
+ Un cinoche dans le XIVe ? Toutes les séances accessibles en clic dans notre colonne de gauche !

samedi, 01 juillet 2006

L'agenda du XIVe : juillet 2006

...Il est complété avec le concours des Internautes qui nous adressent leurs infos.

Voici donc l'agenda du XIVe arrondissement pour le mois en cours et au-delà...

Juillet

01 / Atelier populaire d'urbanisme avec le Collectif Redessinons Broussais - Centre Social Didot-Broussais (96 bis, rue Didot) - 10h.
02 / A l'initiative de l'association la Ronde des Bébés, PicNic au Parc Montsouris - plus d'info sur http://rondedesbebes.free.fr/
03 / Petit-déjeuner de quartier au Moulin à Café - 7h à 9h.
04 / Jardin partagé rue des Thermopyles - réunion au 64, rue de Gergovie - 20h.
05 / Tous en scène de Vincente Minelli, LE chef d'oeuvre de la Comédie musicale - Ciné Club du XIVe avec les Conseils de quartier Didot - Porte de Vanves et Pernety - L'Entrepôt - 7 rue Francis de Pressensé - 20h - 4€.
07 / ...Et 8 juillet, Sandra et Alex - composition blues-rock à l'Express 14 - 73, rue Daguerre - entrée libre - 22h. 08 / A l'initiative du Conseil de quartier Didot-Porte de Vanves, Fête républicaine - square AUguste Renoir - 16h.
09 / Vide-grenier - rue de la Tombe-Issoire.
12 / Avec Aventure du Bout du Monde, les Projections du Mercredi spécial "Népal" - FIAP, salle Bruxelles, niveau inférieur, 30 rue Cabanis, 75014 Paris (Métro : St Jacques ou RER : Denfert-Rochereau) - Tarifs adhérents 3 € & non-adhérents 6 € - 20h30.13 / Repas de quartier et bal populaire au Moulin à café - 9, place de la Garenne - 01.40.44.87.55.
14 / Fête Nationale...
26 / A l'initiative de l'association la Ronde des Bébés,"les parents ont la parole" - réunion ouverte à outs et gratuite - 14, rue du Moulin des Lapins (entrée 140, rue du Château) - 18h30.

Septembre

02 / Atelier populaire d'urbanisme avec le Collectif Redessinons Broussais - Centre Social Didot-Broussais (96 bis, rue Didot) - 10h.
15 / ...Et 16, Le Gaulois & Nanouchka - chanson française à l'Express 14 - 73, rue Daguerre - entrée libre - 22h.
19 / Les éclaireuses et éclaireurs unionistes de France fêtent les 100 du scoutisme tout au long de l'année 2006-2007 - Rendez-vous d'information et d'inscription - temple de Plaisance, 95 rue de l'Ouest - 19h.
21 / ...Et jusqu'au 22 décembre, le "Scrapbook d'Henri Cartier-Bresson" - Une sélection exceptionnelle d'épreuves tirées par Cartier-Bresson lui-même en 1946 pour la préparation de son exposition au Museum of Modern Art de New York - Plus d'info sur www.henricartierbresson.org
23 / ...Et 24, Jeunes Talents du Cirque - Théâtre de la Cité Universitaire Internationale -  17 boulevard Jourdan - 15h.

Octobre

04 / "La soif du mal" d'Orson Welles avec Ciné Club du XIVe avec les Conseils de quartier Didot - Porte de Vanves et Pernety - L'Entrepôt - 7/9 rue Francis de Pressensé - 20h - 4€.
08 / Ciné-ma différence...
09 / ...JUsqu'au 5 novembre, le Révizor de Nikolai Gogol - tarif : de 8,5 à 21 € - Théâtre de la Cité Universitaire Internationale -  17 boulevard Jourdan.
11 / Ciné-ma différence...
11 / Conseil de quartier Pernety - Plaisance - lieu à préciser - 20h.
12 / ...Et jusqu'au 17 octobre, Disperse de Alban Richard - tarif : de 8,5 à 21 € - Théâtre de la Cité Universitaire Internationale - 20h30.
21 / ...Et 22, week-end de découverte du scoutisme - ouvert à tous les enfants sans engagement de leur part : couchage sous tente, veillée autour du feu, grands jeux en forêt... - départ à 14h30 le samedi, retour à 17h le dimanche - Renseignements et inscriptions auprès de Meera Chakraverty (conseillère du Groupe Local de Paris-Plaisance) au 01 43 27 59 89.

Novembre

08 / "En attendant le bonheur" de Abederrame Sissako, un grand réalisateur Malien - Ciné Club du XIVe avec les Conseils de quartier Didot - Porte de Vanves et Pernety - L'Entrepôt - 7/9 rue Francis de Pressensé - 20h - 4€.
13 / ...Et jusqu'au 3 décembre, Atteintes à sa vie de Martin Crimp - Théâtre de la Cité Universitaire Internationale -  17 boulevard Jourdan - Plus d'info : http://www.theatredelacite.com/
20 / ...Et jusqu'au 19 décembre, Oxygène de Ivan Viripaev - Théâtre de la Cité Universitaire Internationale -  17 boulevard Jourdan - Plus d'info : http://www.theatredelacite.com/
25 / ...ET 26 novembre, les Journées d'amitié de la paroisse Notre-Dame du Rosaire - plus d'info : http://ndrosaire.online.fr/

Décembre

06 / "5 heures de l'après midi" de Samira Makmalbaf - Ciné Club du XIVe avec les Conseils de quartier Didot - Porte de Vanves et Pernety - L'Entrepôt - 7/9 rue Francis de Pressensé - 20h - 4€.
13 / Conseil de quartier Pernety - Plaisance - lieu à préciser - 20h.

Pierre

Plus d'info :
+ Votre info, votre actualité ne figure pas encore sur cet agenda ? Ecrivez-nous le plut tôt possible (pour les pièces jointes type "programmes détaillés et photos d'illustration") ou laissez-nous tout de suite un commentaire !
+ C'était en Juin 2006...
+ ...Et pensez à filmer vos événements afin de les diffuser sur TéléParis14 !

jeudi, 29 juin 2006

Une soirée au théâtre ...dans la rue !

La Compagnie Catherine Hubeau et Marie-Do Fréval vous invitent à venir découvrir GARE GARE, un spectacle de rue par
la Troupe du Cabaret Feuilleton. Les comédiens chanteurs et musiciens sillonnent les murs et les palissades d'une gare absurde et improvisée. Le temps est déréglé et les destins de plus de trente personnages se croisent sans se rencontrer.

Prochain RDV dans le XIVe demain soir, vendredi 30 juin à 19h30 dans la cour du 56 rue Didot...

medium_theatre_de_rue_75014_paris.jpg

Ce spectacle s'est construit à partir des interviews et des groupes de parole imaginaire, animés toute l'année dans le 14ième, le 10ième le 15ième et le 13ième arrondissements de Paris. Ce spectacle musical est la quatrième création de la Troupe du Cabaret Feuilleton.

Conception et mise en scène : Marie-Do Fréval
Auteurs : Céline Caussimon, Martine Demaret, Marie-Do Fréval, Annie Papin, Catherine Tullat
Compositeurs : Gabi Levasseur, Bertrand Lemarchand, Benoît Urbain
Décors et costumes : Valentin Bechade  et Marie-Do Fréval
Comédiens-chanteurs : Céline Caussimon, Martine Demaret, Pascal Dujour, Catherine Hubeau
Annie Papin , Jean-Pierre Poisson, Tommaso Simioni
Musicien : Gabi Levasseur

N'oubliez pas d'apporter un plat et une boisson pour le pique-nique précédant le spectacle !

Pierre

Plus d'info :
+ GARE GARE se jouera à nouveau dans différents quartiers parisiens en septembre. Le spectacle s'installera chaque jour dans une cour, un bout de rue ou autre lieu à découvrir... Vous aimeriez que la Compagnie viennent exercer ses talents près de chez vous ? Dossier sur demande au 06 89 93 20 99.

mardi, 27 juin 2006

En ces lieux insolites, poétiques ou tout simplement intéressants du 14ème arrondissement de Paris ...sans oublier leurs personnages (bonus)

Episode bonus de notre feuilleton par Yann André Gourvennec

Un abri dans le jardin de l’Observatoire, c’est Prouvé !

Dans le petit jardin qui précède l’observatoire, à l’angle du boulevard Arago et de la rue du Faubourg St Jacques, se cache un bien étrange édicule. Certes, le visiteur épris de grandeur lèvera-t-il la tête en direction de la coupole de l’observatoire. C’est là bien naturel. Et pourtant, il risquerait ce faisant de passer à côté de ce fameux abri percé de hublots.

medium_hr-jeanprouve.jpg

Le pavillon du cercle méridien de Jean Prouvé, chantre de l’ère industrielle moderne

S’agit-il d’un simple bâtiment préfabriqué ? Nous sommes plutôt en face d’un des éléments architecturaux caractéristiques de l’architecte ingénieur autodidacte Jean Prouvé , génial inventeur de bâtiments. Autodidacte certes, mais il est aussi le filleul d’Emile Gallé, le célèbre verrier de l’art nouveau lorrain.

Jean Prouvé (1901-1984) est un architecte qui prônait le bâtiment économique et fonctionnel (un peu à la manière de Le Corbusier). Sa particularité fut de maîtriser l’objet architectural de bout en bout, c'est-à-dire jusqu’à sa fabrication. Sa maison de Nancy est son chef d’œuvre . Par certains côtés, ses constructions empruntent leurs concepts à l’architecture japonaise. On observe sur ses modules des thèmes récurrents dont ces fameux hublots. Jean Prouvé est donc l’auteur de cet abri dit du cercle méridien, édifié en remplacement du précédent abri en bois dont l’état n’était plus satisfaisant.

Aujourd’hui, ce petit bâtiment construit en 1951 ne sert plus à mesurer l’heure sidérale  (autrefois, une lunette y était placée dans l’axe du méridien en permanence). A l’heure actuelle, il sert d’abri de rangement pour les outils du jardinier.

Yann

Plus d'info :
+ Tous les épisodes précédents dans notre rubrique Amoureux du XIVe.

samedi, 24 juin 2006

Conseil d'arrondissement : l'info à la source

Vous vous intéressez à la vie du XIVe ? Rendez-vous à notre prochain Conseil d'arrondissement. Voici les thèmes qui y seront abordés... Y'a de quoi faire !

----------------------------------------------

Conseil d'arrondissement : l'ordre du jour

Budget du XIVe (ce que l'on appelle l'état spécial). Rapporteur : Pierre Castagnou.
Conservatoire municipal Darius Milhaud : Création du Conseil d'établissement et désignation de trois représentants du Conseil du 14ème arrondissement appelés à y siéger. Rapporteur : Danièle Pourtaud.
Théâtre Denfert Rochereau – Cinéma Le Denfert (24 place Denfert Rochereau) : attribution d’une subvention de fonctionnement. Rapporteur : Danièle Pourtaud.
Compagnie Catherine Hubeau : attribution d'une subvention de fonctionnement de 9 000€ dans le cadre de la Politique de la ville. Rapporteur : Danièle Pourtaud.
Eglise Saint-Pierre de Montrouge : opération de restauration du clocher-porche. Rapporteur : Danièle Pourtaud.
Alain Fournier : apposition d'une plaque commémorative en son hommage, 2 rue Cassini. Rapporteur : Madame Danièle Pourtaud.
Accompagnement artistique du tramway (voir nos articles part. I, part. II, part. III) : réalisation d'une œuvre de Peter Kogler installée à la Porte de Vanves / réalisation d'une œuvre de Angela Bulloch intitulée "Pixels" et installée à l'institut de Puériculture / réalisation d'une œuvre de Claude Lévêque intitulée » Tchaïkovski » et installée à l'aqueduc de la Vanne / réalisation d’une œuvre de Christian Boltanski intitulée « Murmures » et installée à Montsouris Cité Universitaire. Rapporteur : Madame Danièle Pourtaud.
Association “ Cercle in Quarto ” (21, rue Beaunier) : attribution d'une subvention de fonctionnement d’un montant de 3 200€ à titre de contribution de la Ville de Paris pour la réalisation d’une exposition autour du relieur Jacky Vignon. Rapporteur : Danièle Pourtaud.
Association « Fémina Sport » : attribution d’une subvention de 10.000 €. Rapporteur : Carine Petit.
Fédération de Paris de la Ligue de l’Enseignement : prestations de service pour la gestion des «Antennes Jeunes» (A.J.) de la Ville de Paris. Rapporteur : Carine Petit.
Association « Œuvre d’Education Populaire Familiale du Petit Montrouge » (5, rue du Moulin Vert) : subvention de fonctionnement d’un montant de 2 000 €. Rapporteur : Carine Petit.
Association « GAREF Paris – Club scientifique de jeunes » : pour la gestion du centre d’animation GAREF Océanographique, 26, allée du Chef d’Escadron de Guillebon, Dalle Jardin Atlantique (14ème). Rapporteur : Carine Petit.
Association "club Recherche Loisirs Jeunesse 14" : gestion du centre d'animation Marc Sangnier, 20, avenue Marc Sangnier (14e). Rapporteur : Carine Petit.
Activités de vente sur la voie publique : convention de délégation de service publique. Rapporteur : Marie-Louise Padovani.
OPAC de Paris : conclusion d’un avenant au bail emphytéotique consenti à l’OPAC de Paris le 2 novembre 2005 pour la location de divers ensembles immobiliers situés à Paris et en banlieue. Transformation en subventions du capital restant dû au 31 décembre 2005 des avances consenties par la Ville de Paris à la SAGI au titre de la gestion antérieure de ce patrimoine. Rapporteur : Jean-Paul Millet.
Cité Universitaire : octroi de la garantie de la Ville de Paris sur un emprunt à contracter par la Cité Internationale Universitaire de Paris en vue du financement de la rénovation de la Maison du Maroc. Rapporteur : Jean-Paul Millet.
OPAC de Paris (encore et toujours) : Autorisation donnée à Monsieur le Maire de Paris de signer avec l’Office Public d’Aménagement et de Construction (OPAC) de Paris un avenant à la convention de gestion conclue le 1er avril 2004 relative aux immeubles et lots de copropriété relevant du domaine privé communal et devant faire l’objet d’une cession ou d’un transfert à cet organisme par voie de bail emphytéotique [ndlr : décidément, quand on parle de l'OPAC, ça peut jamais être intelligible...]. Rapporteur : Jean-Paul Millet.
Associations du quartier Porte-de-Vanves-Plaisance-Raymond Losserand : attribution au titre de la Politique de la ville de subventions régionales pour un montant de 15 300 €. Rapporteur : Monsieur Jean-Paul Millet.
"Diverses associations du XIVe" : Subventions pour un montant de 3000 € au titre de la Politique de la ville. Rapporteur : Vincent Jarousseau.
Comité d'Entente des associations d'Anciens Combattants et Victimes de Guerre, Groupement du Souvenir et Sociétés Patriotiques du 14ème arrondissement de Paris : subvention de fonctionnement d’un montant de 600 € au titre de 2006. Rapporteur : Odette Christienne.
Association SEADACC (Société d'Etudes et d'Aménagement des Anciennes Carrières des Capucins) : subvention de 3 000 € au titre de l'année 2006. Rapporteur : Geneviève Bellenger.
Association "Croix Rouge Française" gestionnaire d'une crèche collective "Fénelon Charles" située 18 rue Charles D'Ivry : subvention de fonctionnement au titre de 2006 au dit établissement pour un montant total de 316 018 €. Rapporteur : Madame Marianne Auffret.
Etablissement d’accueil collectif non permanent type multi-accueil [ndlr : une sorte de crèche dans le langage commun ? ] de 62 places situé 21bis/23, rue Jonquoy : convention d’investissement et attribution d'une subvention d'investissement de 1 032 895 € dans le cadre de la convention. Rapporteur : Marianne Auffret.
Associations animant les Espaces Publics Numériques (EPN) suivants : CASDAL 14 et LOREM. Attribution de subventions de fonctionnement à ces associations. Rapporteur : Danièle Auffray.

Propositions de vœux :

Proposition de vœu présentée par Pierre Castagnou, Vincent Jarousseau et l'ensemble des élu(e)s Socialistes et Radical de gauche concernant le lycée François Villon.
Proposition de vœu présentée par Pierre Castagnou, Danièle Pourtaud et l'ensemble des élu(e)s Socialistes et Radical de gauche relative au soutien de la Ville de Paris à Télé Plaisance.
Proposition de vœu présentée par Pierre Castagnou, Danièle Pourtaud et l'ensemble des élu(e)s Socialistes et Radical de gauche relative au soutien de la Ville de Paris à l'Institut de Puériculture et de Périnatalogie de Paris (IPP).
Proposition de vœu présentée par Marie-Thérèse Atallah, René Dutrey et les élu(e)s du groupe Les Verts relatif à la fermeture du Centre de Diagnostic Prénatal et de Médecine foetale, situé 26 boulevard Brune.
Proposition de vœu présentée par Camille Marques et Jean Calvary, élus communistes, concernant le projet de fusion GDF/Suez.
Proposition de vœu présentée par Camille Marques, élue communiste, concernant les crèches municipales.

Plus d'info :
+ Conseil d'arrondissement - lundi 26 juin 2006 - à partir de 19h - Mairie du XIVe, salle des mariages - 2, place Ferdinand Brunot, 75014 Paris - M° Mouton-Duvernet.

mercredi, 21 juin 2006

Une interview de Marie-Christine Levet, Présidente de Club-Internet

Paris blogue-t-il ? 5e édition de la rencontre des blogueurs parisiens (ou d'ailleurs !). Interview de Marie-Christine Levet, Présidente de Club-Internet, sponsor (avec l'AFNIC) de la soirée...

Paris blogue-t-il ? 5e édition

Une rencontre organisée hier soir à l'Entrepôt (7/9 rue Francis de Pressensé dans le XIVe) par Nathan Guetta, Benoit Dausse, Stéphane Galienni et Pierre Vallet, en partenariat avec l'AFNIC et Club-Internet. Les noms de domaine en .fr sont libres... Ca se fête, non ?

Camille

Plus d'info :
+ Le site officiel de la soirée : www.parisblog.fr.
+ Retrouvez toutes nos vidéos dans notre rubrique TéléParis14.
+ Publiez vos vidéos notre vidéoroll...