Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 28 mai 2005

Journée de la Petite Enfance : c'est aujourd'hui !

medium_enfance2005.2.jpg
...Bon, ce n'est certes pas une date idéale avec ce référendum qui tue tout sur son passage mais on tenait quand même à vous le rappeler : il y a aujourd'hui un vide-grenier spécial bébés devant la Mairie et pleins d'activités pour les jeunes parents (tout savoir sur les modes de garde, trouver un landau d’occasion, discuter avec des professionnels, etc.).

Camille

Plus d'infos :
+ Une page spéciale sur le site de la Mairie.

vendredi, 27 mai 2005

Inauguration de la place Eugène Claudius-Petit

Aujourd'hui, vendredi 27 mai 2005, à 11 h, Bertrand Delanoë, Maire de Paris, inaugurera la place Eugène Claudius-Petit. François Bayrou, Président de l'UDF, assistera à la cérémonie.

Cette nouvelle place se situe avenue de la Sibelle, au centre de la ZAC Alésia-Montsouris (on y accède : soit par le 5ter, rue d'Alésia, soit par l'avenue Reille).

A cette occasion, Yves Ogé, conseiller d'arrondissement, qui a bien connu Eugène Claudius-Petit, a rédigé le texte suivant. Nous nous permettons, en hommage à Eugène Claudius-Petit, de le diffuser.

-------------------------------------------

Vendredi 27 mai, l'un de nos aînés, notre ami Eugène Claudius-Petit, doit enfin recevoir l'hommage qui lui est dû avec l'inauguration d'une place à son nom dans le 14e arrondissement de Paris.

Eugène Claudius-Petit (1907-1989) a été l'un de ces hommes qui ont marqué aussi bien la Résistance que les années qui ont suivi la Libération. Il fut toute sa vie un homme d'idéal et de volonté. Apprenti ébéniste à douze ans, il devient professeur de dessin.

Résistant actif de la première heure, il est l'un des principaux dirigeants du réseau Franc-Tireur, qu'il représente au Conseil National de la Résistance. Il siège par la suite aux Assemblées constituantes d'Alger et de Paris.

Remarqué par la force de ses convictions, il est élu député de la Loire en 1946. Ministre de la Reconstruction et de l'Urbanisme (1948-53), il est également Maire de Firminy (Loire), où il accueille l'architecte Le Corbusier.

Homme de convictions, Eugène Claudius-Petit était un homme libre dans ses combats politiques : il n'hésitait pas à remettre en jeu son mandat de député ou son poste ministériel, ce qu'il fit plusieurs fois. En septembre 1954 notamment, il démissionne du poste de Ministre du Travail, qu'il occupe dans le Gouvernement Mendès-France, en raison de l'échec du projet de Communauté Européenne de Défense (CED).

Elu député de Paris (14e arrondissement) en 1973, il perd son siège en 1978, à la suite d'un désaccord avec Jacques Chirac, maire de Paris.

Homme d'idéal, Eugène Claudius-Petit, humaniste, profondément chrétien, était à l'écoute des autres. Il était passionné par tout ce qui pouvait améliorer les conditions de vie de ses compatriotes. Ses actions d'homme politique ou de militant sont le reflet de cet idéal, aussi bien à la présidence de la SONACOTRA, organisme chargé de construire des logements pour les Français musulmans d'Algérie, qu'au Fonds de Ré-établissement des Personnes Déplacées, dépendant du Conseil de l'Europe. A 80 ans, il tenait encore une permanence téléphonique anonyme pour aider à vivre ceux qui n'en avaient plus le courage.

Merci encore, cher Claudius, pour ce que tu as donné à tous par ta chaleureuse présence et ton exemple.

Yves Ogé.


-------------------------------------------

Les anciens habitants du 14e arrondissement se souviendront également que Eugène Claudius-Petit était membre de l'UDSR sous la IVe République.

Battu dans la Loire et à Firminy, il se fit élire député à Paris en 1973 avec l'étiquette CDS/réformateur.

Resté fidèle jusqu'à sa mort au CDS, il était reconnu comme un orateur hors pair. Il était également connu pour ses positions originales et à contre-courant (au sein du CDS).

En 1978 (sa permanence se trouvait rue Sarrette, près de l'avenue du Général Leclerc), il avait été classé "premier" par le magazine LE POINT pour son travail de parlementaire. Il avait été devancé par Yves Lancien dans la primaire de mars 1978 et s'était retiré au deuxième tour (il faut dire qu'au premier tour, un candidat PR, Chr. Pelège, s'était présenté contre lui, candidature qui avait été favorisée à l'époque par Jacques Chirac...).

Voilà pour l'histoire et la petite histoire... Le 14e peut maintenant lui rendre honneur.

Jean-Louis






jeudi, 26 mai 2005

L'appel de Bertrand Delanoë pour le OUI

Reçu à la sortie du métro hier soir, une lettre ouverte de Bertrand Delanoë qui appelle à voter OUI. En voici la retranscription.

-----------------------------------------------

Madame, Monsieur,

Comme vous le savez, le référendum sur le traité constitutionnel européen aura lieu le 29 mai. Quel que soit votre choix - que je respecte évidemment - l'essentiel est d'honorer notre vie démocratique, en votant.

Pour ma part, je me suis engagé dès l'origine en faveur du OUI. C'est précisément l'objet de la lettre que je me permets de vous adresser aujourd'hui.

Car j'ai la certitude que ce texte, quelles que soient les réserves émises à son sujet, constitue une étape majeure dans l'histoire de l'Europe contemporaine.
Il affirme les valeurs qui unissent 450 millions d'Européens autour d'un modèle de société unique au monde : ainsi, progrès social, plein emploi, égalité des sexes ou développement durable y sont clairement inscrits. La Charte des droits fondamentaux, partie II de ce traité, définit un cadre pour mieux protéger les citoyens en donnant une force juridique inédite au droit de grève, aux services publics ou à la protection en cas de licenciement abusif.

Ce traité garantit également un fonctionnement plus démocratique de l'Europe : le Parlement qui émane directement du suffrage universel, voit ses pouvoirs considérablement renforcés. Autre innovation : la démocratie participative trouve une place particulière dans cette Constitution qui reconnaît le rôle consultatif des associations. Là encore, c'est sans précédent, et à Paris, nous mesurons bien l'intérêt et la richesse d'une telle approche.

Pourtant, dans le contexte actuel, beaucoup de Français sont tentés par un vote de rejet, pour exprimer une colère et même une souffrance sociale bien réelle. Je comprends ces sentiments légitimes. Mais sanctionner l'Europe n'apporterait aucune réponse efficace à ces problèmes. Au contraire : dans un monde où les menaces sont nombreuses, l'avenir de notre pays exige une France plus influente au sein d'une Europe rassemblée face aux super puissances qui cherchent à affirmer leur domination.
Or, quelles perspectives la coalition des forces d'opposition à ce traité pourrait-elle offrir ? Portée par des discours contradictoires, elle est dans l'incapacité de dessiner une alternative crédible.

Le 29 mai, je souhaite donc que Paris proclame sa fidélité à un idéal hérité de la Libération, lorsque la volonté des peuples a donné naissance à l'Europe, pour servir et défendre la paix. A l'heure où nous célébrons le 60e anniversaire de la libération des camps, souvenons-nous de ce legs et du sens profond de l'idée européenne. Par votre vote, vous contribuerez, si vous le voulez, à ce que notre cité pose une pierre nouvelle, fût-elle imparfaite, au service du progrès, du dialogue et des énergies qui s'unissent.

C'est pourquoi j'ai voulu vous dire ma conviction : pour aujourd'hui et pour demain, seul le OUI est porteur de solidarité, de cohérence mais aussi d'espoir.

J'ai confiance dans nos valeurs. Très cordialement,

Bertrand Delanoë


-----------------------------------------------

Ce vote aura donc révélé bien des fractures dans la majorité municipale parisienne - y compris dans le 14e arrondissement - et l'on n'aura pas vu depuis belle lurette une campagne aussi dure entre militants du OUI ou du NON...

Maroun






mardi, 24 mai 2005

Boulevard Brune : faîtes-vous tirer le portrait :-)

Une trentaine de peintres vont installer leur chevalet sur le boulevard Brune début juin.

Leur projet : témoigner de la vie de ce quartier en pleine mutation et donner un visage à tous ceux qui l'animent en portraiturant ses habitants. Ils réaliseront 500 portraits au pastel de commerçants, de personnalités, d'enfants ou de passants. Les peintres réaliseront aussi une douzaine de paysages du quartier. Les oeuvres seront exposées dans le quartier et donneront lieu à l'édition d'un album.

L'idée est de mettre en valeur, au travers de cette vaste galerie de visages, la communauté formée par les habitants. Les portraits seront ensuite offerts aux personnes qui auront posé.

L'initiative est soutenue par la Mairie de Paris et celle du 14eme. Elle permettra sans doute aux riverains qui subissent les travaux du tramway de prendre leur mal en patience :-)

Alain

jeudi, 19 mai 2005

Puces de Vanves : stop ou encore ?

A défaut d'attirer les foules, le débat sur les puces de Vanves du dernier Conseil d'arrondissement a intéressé au plus haut point certains anonymes dispersés dans le public.

...Voici donc un compte-rendu tout chaud de la délibération DDEE 2005-11 (wahou, quelle précision...) qui nous a été adressé par Andrea. Mais de quoi s'agit-il ? De la survie des puces de Vanves tout simplement...

Nous vous livrons donc ce compte-rendu dans son intégralité. Une lecture certes un peu fastidieuse, mais qui permettra à celles et ceux qui n'ont jamais assisté à un Conseil d'arrondissement de mieux se rendre compte de la teneur très pragmatique et concrète des débats...

Julie

------------------------------

Compte-rendu de la délibération DDEE 2005-11 - Conseil d’Arrondissement - Mairie du 14e - 09/05/05
...Par Andrea.


Teneur de la délibération : « Autorisation à Monsieur le Maire de Paris de procéder aux actes préparatoires pour le renouvellement de la délégation de service public relative à la gestion du marché aux puces et du square aux artistes de la Porte de Vanves. »
Rapporteur : Madame Marie-Louise PADOVANI

Ouverture du débat du Conseil d'arrondissement.

M. Pierre Castagnou, Maire du 14e arrondissement, intervient tout d'abord pour donner un cadre général. Il précise que la rumeur qui court, selon laquelle il serait partisan de la suppression du marché aux puces, est une « fausse rumeur ». Il n’a jamais demandé une telle suppression et « ne la demandera jamais ». Loin de lui, en effet, de nier l’apport du marché aux puces, qui a « toute sa place dans la vie de l’arrondissement », et qui est aussi profitable « aux Parisiens, aux Franciliens, aux Français et aux Etrangers ». Il ajoute que la rumeur a été « colportée par une certaine association de commerçants, qui est à l’origine de l’article de Paris-Match », et se réfère à l’article publié dans cet hebdomadaire le 17/03/05, pour lequel la journaliste n’a même pas pris la peine de venir le voir.
De plus, il s’étonne que Paris-Match « ne respecte pas la loi qui lui donne un droit de réponse ». Il a en effet adressé au journal un article de la même longueur que celui qui l’incriminait, mais Paris-Match n’en a publié (dans le numéro suivant) que « deux ou trois phrases ». Non satisfait, il a l’intention « d'informer régulièrement la population du quartier » sur les décisions qui seront prises pour le marché.

Ceci étant dit, Pierre Castagnou précise que le marché génère néanmoins « un certain nombre de nuisances aux yeux des riverains », « nuisances anciennes » qui plus est. Le but de la Mairie du 14e est de « réduire ces nuisances ».

Le renouvellement prochain de la délégation de service public sera l’occasion pour améliorer la situation.

D’autre part, le marché s’inscrit dans le projet de renouvellement urbain, sur plusieurs années, qui prévoit entre autres une requalification de l’avenue de la Porte de Vanves (voir le plan du quartier). Il insiste enfin sur le fait que le marché aux puces est « une activité commerciale ».

Mme Padovani (majorité) prend ensuite la parole et « s’associe au plaidoyer » du Maire. La « finalité de la Mairie du 14e » est en effet que « la pérennisation du marché soit assurée ». La Mairie est « extrêmement attachée à la prospérité de ce marché si particulier », « seules vraies puces parisiennes ». Mais si Madame Padovani juge le bilan de la gestion de l’actuel délégataire « globalement positif », les candidats qui se présenteront au moment du nouveau contrat de délégation, devront faire des propositions pour résoudre les « problèmes qui persistent : la propreté, le stationnement, le respect du périmètre. »

Au cours de son intervention, Madame Padovani précise que le nouveau contrat de délégation aura une durée augmentée : soit 5 ans. Le contrat actuel, qui aurait dû prendre fin le 31/12/05, sera « vraisemblablement prolongé de 2-3 mois, les services de la Ville ayant pris du retard ».

Pour remédier aux différents problèmes évoqués, Madame Padovani propose un amendement à l’art. 3 de l’actuel contrat de délégation, portant sur 4 points :
- « réalisation d’aménagements de la voirie : obstacles au sol délimitant précisément le périmètre du marché ».
- « renforcement des contrôles pour le respect du périmètre : inspecteurs intervenant au nom de la Ville ».
- « réduction notable des volants : qui prendront le statut d’abonnés ».
- « association étroite de la Mairie du 14e dans la rédaction du nouveau règlement ».

Elle demande, appuyée par M. Castagnou, que les changements se fassent « en concertation avec les services et tous les partenaires concernés », et que la Mairie du 14e ait « un rôle moteur dans cette concertation ». M. Castagnou constate en effet qu’« il arrive très souvent que nous [ndlr : la Mairie du 14e] soyons mis devant le fait accompli ». Il rappelle que le Conseil d’Arrondissement a un « pouvoir uniquement consultatif », mais que, une fois ce projet de délibération adopté par le Conseil d’Arrondissement, il prendra la parole dans le prochain Conseil de Paris pour le défendre.

Mme Bellenger (majorité) prend ensuite la parole. Elle déplore les « dysfonctionnements liés à l’actuelle gestion (de la part) du délégataire ». Elle dit qu’il existe des « difficultés liées à l’emplacement » : proximité du Lycée François Villon et autres infrastructures sur l’avenue M. Sangnier. Elle dit qu’il n’a « jamais été question de déplacement dans cette assemblée » et que la possibilité de déplacement avait seulement été évoquée dans le cadre des grands travaux. Elle souhaite qu’il y ait « enfin concertation avec l’ensemble des partenaires, se réunissant autour d’une table pour étudier les différents scénarii dans le cadre du projet de renouvellement du territoire ». Elle souhaite aussi « rendre transparent le périmètre actuel du marché ». C’est « très simple à mettre en place » : au moyen de « petites pastilles en laiton – comme rue de la Gaîté ». Elle demande enfin de « retirer le paragraphe demandant des aménagements temporaires ».

Mme Catala (opposition) intervient pour demander de « prendre des mesures afin d'éliminer les nuisances pour les riverains » dans cet espace habité « très dense ». Il est difficile, dit-elle, « d’accéder aux bureaux de vote du lycée F. Villon ». « Plus maintenant » lui répond M. Castagnou.

Mme Catala demande s’il est « imaginable que le marché soit déplacé sur la couverture du périphérique ». M. Castagnou répond qu’elle devrait savoir « qu'il est prévu pour la dalle, en accord avec la population, les conseils de quartier, les associations, un jardin public de 7000 m² ». Mme Catala propose que l'amendement de Mme Padovani soit amélioré des commentaires de Mme Bellenger.

M. Jarousseau (majorité) intervient en disant qu’il a été « interpellé par nombreuses institutions » concernant les nuisances. Et que celles-ci concernent aussi des lieux « à côté » du marché, comme par exemple l’école de l’avenue Maurice d’Ocagne (voir le plan du quartier) devant laquelle « viennent déballer le samedi matin des marchands sauvages ». Il rappelle (en le regrettant) que le lycée François Villon est « fermé le samedi matin depuis de nombreuses années à cause de l’impraticabilité due au marché aux puces ».

M. Bedossa (opposition) souligne que l’alinéa 3 du projet d’aménagement du quartier évoque une « possibilité de déplacement du marché aux puces et du square des artistes ». M. Castagnou répond que si déplacement il y aura, ce sera « sans modifier substantiellement le périmètre du marché », que c’est « la localisation actuelle qui sera prise en compte », et que cela se fera « dans le cadre de la convention qui va être signée avec le nouveau délégataire ».

Mme Padovani répond ensuite que le Service du Développement Economique et de l’Emploi a commandé (en passant par Mme Cohen-Solal) une « étude pour évaluer les conséquences du déplacement du marché aux puces », et que le résultat de cette étude « n’est pas favorable au déplacement ». M. Castagnou conclut en disant que « si jamais demain un déplacement était envisagé, le Conseil d’Arrondissement serait saisi ».

L’amendement est adopté à la majorité (Geneviève Bellenger et Romain Paris votant contre, Monsieur Bedossa s’abstenant).

Andrea

mardi, 17 mai 2005

Ferme Montsouris : le Collectif porte plainte pour diffamation

Le Collectif de Port-Mahon et de la Ferme de Montsouris vient de porter plainte contre X pour diffamation.

En effet, une lettre du courrier des lecteurs, reproduite dans le Zurban du 16 février 2005, affirme que lors de travaux au 26, rue de la Tombe-Issoire : « plusieurs personnes se réclamant de diverses associations de protection du patrimoine ainsi que des élus locaux ont empêché leur réalisation puis ont séquestré la représentante de la société Soferim et les personnes chargées de la réalisation des travaux sur le terrain. Les forces de police ont dû intervenir pour obtenir la libération de ces personnes. »

Cette affaire est d'autant plus singulière, que la « représentante » aurait été « séquestrée » :
1) sur une propriété appartenant à sa propre entreprise,
2) derrière son portail métallique blindé
3) et enfin, sur le chantier, entourée seulement de ses ouvriers et de ses
vigiles !

Alors, comment aurait-elle bien pu être séquestrée ?

Rouletabille mène l'enquête...

Camille

Plus d'info :
+ Notre fil d'actu Ferme Montsouris et Carrière de Port-Mahon.

Conseil de quartier Jean Moulin - Porte d'Orléans : Pierre Castagnou nous éclaire (2/2)

Mardi 10 mai dernier, Pierre Castagnou, Maire du 14e arrondissement, honorait de sa présence le Conseil de quartier Jean Moulin - Porte d'Orléans. Entre prise de position publique sur les antennes relais et communication sur le coût des plantations d'arbres demandées par le Conseil, Pierre Castagnou s'est livré à un exercice de pédagogie inhabituel. Un soudain accès de transparence ? Peut-être et personne ne s'en plaindra. Mais cette volonté d'information révèle également des tensions grandissantes au sein de l'équipe municipale (suite de notre article d'hier).

Résumons : Des jardinières à 35 000 euros, 80 000 euros pour des plantations au 65-67 rue de la Tombe-Issoire, 58500 euros pour deux arbres à l'angle des rues Alphonse Daudet et Leneveu (voir le plan du quartier). En communiquant de tels chiffres, Pierre Castagnou aurait cherché à mettre le feu dans un Conseil de quartier, il ne s'y serait pas pris autrement. Une folie ? Un coup de sang ? Pas du tout. Cette communication en toute transparence face à une assemblée réputée "chaude" - ici, l'expérience du quartier vert a laissé de vifs souvenirs - s'apparentait également à un minage en règle de toutes les propositions du Conseil de quartier et des éventuels élus qui les soutiendraient, fussent-ils issus de la majorité en place.

Car il est tout de même étrange que le Maire du 14e se déplace pour jeter en pâture à un public des chiffres jusqu'à 20 fois supérieurs à ceux transmis aux membres du Conseil de quartier, pour les orienter dans leurs décisions d'investissement. Puis faisant lire sa dernière lettre par le Président, Pierre Castagnou s’est expliqué qu’il n'a pas transmis le prix d'un arbre "brut" mais des chiffres contextualisés. Ainsi, les 58 000 Euros annoncés à l’angle des rues Alphonse Daudet / Leneveux, comprennent en fait :
- un déplacement des gaines souterraines Eaux / EDF / Gaz,
- la pose de fourreaux étanche,
- la création de deux « oreilles » de trottoirs,
- la protection du passage piéton (traduire encore et toujours des plots),
- le marquage des places de stationnement...
- ...pour ensuite y intégrer les deux fameux arbres.
On n’est donc plus ici dans un budget d’espaces verts, mais de réaménagement de voirie. Cet épisode de transparence aura été pour le moins surprenant : la présence du Maire est rarissime dans nos Conseils de quartier, et son intervention chiffrée restera ainsi une première.

Pierre Castagnou, roi de la calculette...

Certes, "comparaison n'est pas raison",mais tout de même, si la Ville de Paris compte de la sorte, alors, à 29 000 € l'unité - estimation basse puisque rue de la Tombe-Issoire, on monte à 40 000 € - combien vont nous coûter les 1000 arbres que la Mairie de Paris se vante de planter le long de notre futur tramway des Maréchaux ? 29 millions d'Euros ?!?!?

...ou patron d'une majorité municipale tiraillée ?

Comme dans tous les bons feuilletons, la vérité est donc peut-être ailleurs... Une tension devient perceptible au sein de la majorité municipale. Entre le Maire, vice-président du groupe PS au Conseil de Paris, et René Dutrey son premier adjoint, et Président du groupe des Verts en ce même Conseil ; mais apparemment surtout entre une minorité active et le reste de l'équipe qui, à un peu plus de deux ans du prochain scrutin municipal, semble en panne d'idées, gère le quotidien et respecte la consigne : pas de vagues...

Alors, Pierre Castagnou était-il venu tout simplement recadrer ses adjoints les plus actifs sur le terrain [ndlr : Geneviève Bellenger étant absente ce soir là ...pour cause de meeting pour le oui !!!] ? Le Conseil de quartier avait fait remonter une demande des habitants et des commerçants, qui sur cet endroit attendent depuis 10 ans un embellissement qu’ils ne voient toujours pas venir. Que se passera-t-il dans le futur proche ? Monsieur le Maire accepte-t-il dans sa bienveillance, d’agrémenter un morceau de voie publique, et ainsi satisfaire les demandes récurrentes des habitants et des commerçants sur ce secteur ? Nous espérons que oui, et préférerions voire planter des arbres, plutôt que la démocratie participative !

Pierre Vallet

mardi, 10 mai 2005

Notre Conseil d’arrondissement intéresse-t-il les élus de l'opposition municipale ?

Ils sont peu nombreux et sont partis, un par un, bien avant la fin. De ce fait, le public présent lors du Conseil d'arrondissement (voir l'ordre du jour) a eu la désagréable impression qu’une partie non négligeable des habitants du 14ème n’était pas représentée lors des derniers débats à la Mairie. Un événement exceptionnel ? Pas vraiment et c’est d’autant plus vexant que les habitants eux, sont restés jusqu’à la fin (23h40), se sentant tout à fait concernés par la politique de l’arrondissement, et c’était tout à leur honneur.

Certes, il était tard, « déjà » 22 heures. Mais il restait à parler de l’aménagement de la rue Raymond Losserand, à discuter de la couverture du périphérique sur le secteur de la Porte de Vanves, il y avait une proposition de vœu relative aux jardins d’enfants de l’OPAC (qui a donné lieu à un beau débat), et une autre relative à la fermeture de la station SNCF Ouest ceinture.

Servons nous alors de ce blog pour informer ces élus sur ce qui se passe et s’est dit dans leur arrondissement, avant la mise en ligne du compte-rendu (d'ici un bon mois) :

1 : Rue Raymond Losserand
Après concertation avec la population lors d’une marche exploratoire, il a été décidé d’élargir les trottoirs pour améliorer la circulation piétonne. Donc travaux de voirie à prévoir entre l’Avenue du Maine et la rue Pernety fin 2005.

2 : Couverture du périphérique Porte de Vanves.
Il a été déploré le retard pris pour la mise en œuvre de ce gros chantier. Il sera entre autre construit un espace vert de 7000 m2 sur dalle, au dessus du périphérique. Il a aussi été déploré certaines hésitations (voir un désengagement) de l’Etat concernant les autorisations et le financement de cet aménagement attendu par une population qui vie devant un périphérique urbain.

3 : Les jardins d’enfant de l’OPAC seraient-ils menacés ?
Oui pour les verts, non pour les socialistes, opposés sur les termes d’un vœu censé défendre l’existence de ces structures. Y sont accueillis pour des contributions modestes, des enfants de 2 à 5 ans, en particulier de familles défavorisées. C’est une structure éducative parallèle à l’école maternelle, qui existe depuis plus de cinquante ans à Paris. A visiter, par exemple avenue de la Porte de Châtillon. Au final, un voeu adopté à l'unanimité ...par les élus socialistes qui ne l'avaient pas déposé tandis que les Verts qui l'avaient déposé n'ont pas pris part au vote, mécontents qu'un amendement dénature selon eux la nature même du voeu. Vous me suivez ?

4 : La station SNCF Ouest ceinture va fermer.
Etait-elle viable pour les riverains ? A notre sens, elle aurait pu l’être avec un autre aménagement et une autre gestion, d’autant que la fermeture d’un bureau de poste voisin n’arrangera pas la vie des habitants de la Porte de Vanves. On aurait donc pu espérer pour ce secteur sensible et défavorisé, des études d’impact sur l’urbanisme avant toute décision de fermeture des services publics.

Voila ce que vous avez raté, chers élus de l’opposition municipale.

Nous vous rappelons que le Conseil de quartier Jean Moulin Porte d’Orléans a lieu ce soir à 19h30, à l’école de la rue Prisse d’Avennes. Habitants et élus, venez nombreux assister à de la démocratie inévitablement locale.

Dan

Plus d'info :
+ Le Conseil d'arrondissement est ouvert au public et nous vous recommandons d'y assister... Y compris avec de jeunes enfants. C'est très intéressant de voir comment notre démocratie locale fonctionne. Celles et ceux qui souhaiteraient plus d'information sur le fonctionnement d'un Conseil, à quoi ça sert, etc., pourront jeter un coup d'oeil sur l'excellent dossier disponible en ligne sur wikipedia.
+ Mais qui sont ces absents ? Tous les comptes-rendus sont en ligne et c'est écrit à la première page. Alors, le 24 janvier, le 21 février ou le 4 avril, qui était présent ? C'est simple comme un clic...

samedi, 07 mai 2005

Cérémonies du 8 mai : le 60e anniversaire

Le Comité d'Entente des Associations d'Anciens Combattants et Victimes de Guerre se rassemblera demain sur la place de la Mairie du 14e à partir de 11h15 pour commémorer le 60ème anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945.

La cérémonie sera suivie d'un vin d'honneur en mairie. Une occasion pour les jeunes ou moins jeunes de se réunir pour honorer celles et ceux qui ont combattus pour notre liberté...

Farid

Plus d'info :
+ Mairie du 14e - place Ferdinand Brunot (voir le plan du quartier).




vendredi, 06 mai 2005

Conseil d'arrondissement : l'ordre du jour

Un Conseil d'arrondissement, c'est toujours une mine d'information très importante... Si vous souhaitez vous faire une idée des thèmes qui y sont abordés, voici quelques extraits de l'ordre du jour du prochain Conseil qui aura lieu lundi 9 mai à partir de 19h.

Seront notamment abordés les sujets suivants...

----------------------------------------------------


- Choix du futur mode de gestion des centres d'animation inscrits à l'inventaire du 14ème arrondissement.

- Autorisation donnée à M. le Maire de Paris de signer une convention entre la Ville de Paris et l'Association «Paris Alésia Football Club» pour l'attribution d'une subvention de 40 200 Euros.

- Attributions de subventions d'un montant global de 11 000 euros aux associations suivantes :
Centre Paroissial et d'Initiative Jeunesse : 5000 euros,
Le Moulin : 500 euros,
Carrefour 14 : 4 000 euros,
Compagnie Nathalie Sévilla : 1500 euros.

- Attribution de la dénomination « Centre d'animation Vercingétorix » au centre d'animation situé au 181-183, rue Vercingétorix, dans le 14ème arrondissement de Paris.

- Attribution de la dénomination « Gymnase Alice Milliat » au gymnase en construction au 11ter, rue d'Alésia, dans le 14ème arrondissement de Paris.

- Autorisation à Monsieur le Maire de Paris de procéder aux actes préparatoires pour le renouvellement de la délégation de service public relative à la gestion du marché aux puces et du square aux artistes de la Porte de Vanves.

- Convention d'objectifs entre la Ville de Paris et l'association le LOREM, située en quartier « Politique de la ville », prévoyant le versement d'une subvention de fonctionnement de 28 100 euros au titre de l'exercice 2005.

- Subventions d'équipement à deux associations, Le Moulin et l'Association des Habitants de l'Ilot Gergovie du quartier Plaisance Porte de Vanves (14è), d'un montant respectif de 12 312 euros et 2000 euros.

Autorisation à Monsieur le Maire de Paris de signer une convention relative à l'attribution d'une subvention de fonctionnement à l'association GRRR « Groupe Rire, Rage, et Résistance » pour un montant de 30 000 euros.

- Autorisation donnée à Monsieur le Maire de Paris de signer une convention avec l'association cultuelle de « l'Eglise réformée de Paris Plaisance ».

- Programme Mobilien en faveur du réseau principal de bus. Approbation de l'axe Mobilien 21 à Paris. Autorisation donnée à M. le Maire de Paris de solliciter les subventions de l'Etat, du Conseil Régional d'Ile de France et du STIF.

- Approbation du principe d'aménagement de la rue Raymond Losserand, entre l'avenue du Maine et la rue Pernety à Paris (14ème)

- Approbation du principe et des modalités de passation du marché de travaux de voirie, relatif à l'aménagement de la rue Raymond Losserand, entre l'avenue du Maine et la rue Pernety à Paris (14ème)

- Couverture du boulevard périphérique - Secteur « Vanves » à Paris 14e et 15e arrondissements.

- Approbation du principe et des modalités de passation du marché relatif aux travaux principaux de couvertures du boulevard périphérique,

- Autorisation à M. le Maire de Paris de solliciter les subventions de l'Etat et de la Région d'Ile-de-France.

Propositions de vœux

- Proposition de voeu relative aux Jardins d'enfants de l'OPAC dans le 14ème arrondissement présentée par René DUTREY et les élu-e-s du groupe « Les Verts ».

- Proposition de voeu relative à la fermeture du point de vente SNCF Ouest Ceinture, situé à la Porte de Vanves, présentée par Jean CALVARY, conseiller communiste du 14ème arrondissement.

- Choix du thème du Comité d'initiative et de consultation d'arrondissement (CICA) du 16 juin 2005.


----------------------------------------------------

Alors, une lecture un peu aride ? Pas tant que ça finalement... Des subventions (toujours à la tête du client hélas), des noms donnés à des gymnases ou des centres de loisirs, la couverture du périphérique porte de Vanves. C'est assez compréhensible... Mais si vous avez des questions, laissez-nous vos commentaires, nous mènerons l'enquête et essayerons de vous répondre prochainement.

Camille

Plus d'info :
+ Conseil d'arrondissement - lundi 9 mai 2005 à partir de 19 heures (et en moyenne jusqu'à 21h30, 22h mini) - Mairie du 14e arrondissement - salle des Mariages - Place Ferdinand Brunot.
+ Pour en savoir plus sur ce qu'est juridiquement un Conseil d'arrondissement, une page très claire sur l'organisation administrative de Paris sur Wikipedia...