Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 12 octobre 2020

Michel Serres

" Mes profs de gym m'ont appris à penser"

Editions du Cherche Midi

Michel Serres, philosophe, membre de l'Académie française et professeur à l'Université de Stanford est décédé en 2019 à l'âge de 89 ans. Un bel âge sans doute du pour une part à son grand intérêt pour l'activité physique et pour le corps dont il vante dans ce livre les vertus, notamment son pouvoir d'inventivité et son influence positive sur l'évolution de l'individu. " J'ai toujours eu le sentiment explique t-il que le corps en matière d'intuition, d'invention et d'adaptation était le plus souvent "en avant". C'est pour cette raison que je suis convaincu que les professeurs de gymnastique ont beaucoup plus d'importance dans la société et dans l'enseignement qu'on ne le croit d'ordinaire. " Il émet le souhait qu'ils soient davantage présents dans les écoles primaires ou au début du secondaire.

Evoquant l'intelligence du corps, il parle de sa capacité de mime et d'invention. Et cite en particulier la main qui " peut", qui anticipe et qu'il définit comme un puits infini.

La symbiose du corps et de l'esprit lui paraît fondamental et regrette que l'on ne place souvent le corps que du côté matériel. " L'état de forme" qui règne au sein d'un sport individuel ou collectif a également sa place ici : " Le corps qui peut tout est réalisé de façon quasi parfaite." Et Michel Serres a raison; cet état de grâce peut être comparé avec l'inspiration intellectuelle où tout d'un coup la magie de la création s'empare de vous sans effort et de manière gratuite. Même fatigué, ces réactions peuvent survenir… " Il y a ajoute le philosophe des inventeurs qui sont comme des coureurs de 100 m et d'autres qui sont comme des marathoniens. Certains inventent longtemps et de façon régulière et d'autres sont au contraire très brusques. " Mais comme il l'affirme bien, il existe un plaisir dans le fait de sauter, de courir, d'être souple, d'être adapté et ces mouvements du corps peuvent engendrer un certain érotisme.

Autre avantage du sport selon lui : un substitut à la guerre même si la violence varie selon les sports. Et il cite les sports collectifs comme un apprentissage de la gestion de la violence. Selon lui il n'est pas vraiment étonnant qu'il y ait des hooligans, le sport étant conçu pour faire disparaître la violence… L'appât du gain, notamment l'achat des joueurs à des prix faramineux, sans compter la drogue, le dopage dénature à ses yeux l'esprit du sport. Le voici citant l'exemple d'une de ses amies médecin du sport, qui disait qu'en entrant dans une équipe de cyclistes, en guise d'athlètes, on ne rencontrait que des toxicomanes…"

La grande question dont il voudrait que aussi bien lui que la société se désintoxique c'est "Qui va gagner?" car elle est source de grandes dérives : " Voulant toujours répondre à cette question, nous laisserons des gens faire toutes sortes d'interventions sur le corps sportif…"Et ce membre de l'Académie française de prôner un sport sans confrontation, sans souci de performance, de gain ou de perte, de victoire ou de défaite. Sa vision du sport rejoint plutôt celle de " l'activité physique" pure et gratuite et annihile toute forme de compétition. C'est un point de vue idéaliste et très respectable mais qui malheureusement sans doute laisse de côté la cupidité de l'humain qui a toujours existé et existera toujours. Mais son analyse des merveilles physiques et spirituelles qu'engendrent le corps et ses mouvements est pétrifiée de vérité et tout le monde devrait en prendre de la graine… Rares sont les philosophes qui en parlent si bien…

 

 

A l'occasion de cet éloge du corps, évoquons le tennis puisque Roland Garros 2020 vient de se terminer. Michel Serres parle des professeurs de gym mais on peut aussi parler des enseignants d'autres disciplines sportives notamment le tennis. Perrine Dupuy ex n°5 française dans les années 80 est devenue après sa carrière de joueuse professionnelle une enseignante très qualifiée. Monitrice, professeur, entraîneur de ligue, entraîneur fédéral, conseillère sportive départemental, conseillère technique régionale, cette personnalité du tennis , a obtenu tous les postes menant à des missions fédérales. Un témoignage qu'il est intéressant de connaître avec en plus sa vision des résultats des jeunes joueurs et joueuses français .

sport,corps,opinions

Avec le temps comment avez-vous évolué en tant qu'enseignante?

Quand j'ai commencé à enseigner, je sortais du haut niveau, et il a fallu que je m'adapte énormément à la formation de joueurs. J'ai eu la chance rapidement de m'occuper surtout des meilleurs même si j'ai formé des gamins qui ont disputé le championnat de France comme Sébastien Hesse (champion de France cadet) ou Mathilde Joansson qui ont été au niveau national. Ce furent des moments forts, très forts. La relation entraîneur entraîné est très intense et l'on vit des choses importantes niveau formation, préparation, entraînement. Après, surviennent les moments consacrés à la compétition et parvenir en finale du championnat de France est un sentiment intense aussi bien pour le joueur que pour le coach. J'ai aussi vécu de beaux souvenirs en équipe avec les filles. Cela a toujours été très positif pour moi avec des instants riches en émotions, en partage. On sentait que les gamins étaient heureux et cette sensation c'est le plus grand bonheur qu'un entraîneur puisse ressentir. Après, lorsque l'on a affaire à des enfants moins bons, l'on est obligé de revoir sa copie. Mais que ce soit pour le haut niveau ou pour les petites catégories, il existe un dénominateur commun c'est la motivation. Et l'application, l'implication que tu peux mettre à faire les choses. Pour moi que tu sois bon ou pas, que ce soit du loisir ou de la compétition, si tu es motivé, que tu écoutes bien le pro, que tu mets en place ses consignes et que tu essaies de faire du mieux que tu peux, tu as la possibilité de vraiment progresser et trouver une évolution dans ton tennis. Il existe des fondamentaux qui me semblent vraiment essentiels pour trouver du plaisir.

 

En quoi le fait d'avoir joué à haut niveau vous aide t-il pour votre carrière d'enseignante?

Si tu es ouverte aux autres et que tu es dans une démarche de partage, d'analyse de ta propre expérience et que tu souhaites la transmettre, celle-ci te sert constamment. Que ce soit à n'importe quel niveau et à n'importe quel moment. Avoir pratiqué le tennis à haut niveau m'a vraiment boostée dans les moments difficiles. Lorsque j'avais des groupes difficiles à gérer, le fait d'avoir été bien encadrée dans le passé m'a permis de me remémorer la situation de l'entraîneur à cette époque là. Je pensais à ceux qui m'ont entraînée et ces bons souvenirs m'ont donnée réconfort et courage. J'ai vu que cela ne tombait pas tout cru. Qu'il fallait beaucoup travailler et avoir des qualités ô combien importantes tant à la fois sur un point de vue tennis pur, qu'au niveau mental, physique. D'où un travail un peu personnel notamment sur un plan physique auquel je me suis adonnée en fin de carrière.

 

Quelle est selon vous la différence entre s'occuper des filles et des garçons?

Chez les filles, tout dépend de la personnalité de chacune, du niveau d'extraversion ou au contraire d'introversion, du degré de sportivité. C'est plus difficile que chez les hommes et il existe un côté cyclique dont il faut tenir compte avec davantage de psychologie. Mon souhait est d'insuffler du tennis plaisir car c'est avant tout un jeu et cela doit rester ainsi. Je suis là pour apporter le recul que je peux avoir à la fois comme ancienne joueuse et comme enseignante expérimentée. Le cumul des deux fait que je peux apporter des billes à des joueuses en demande.

 

Que pourriez-vous dire sur l'enseignement de l'école de tennis?

C'est une question d'adaptabilité aux enfants qui se présentent et il faut être le plus pédagogue possible avec un public le jour J. Les enfants sont là avant tout pour passer du bon temps, et une bonne synergie doit régner entre les uns et les autres. Ce sont des moments de partage car les enfants sont en collectif et qui dit collectif dit sociabilité entre les uns et les autres. L'important est d'avoir beaucoup de plaisir à se retrouver chaque semaine, à progresser et à apprendre à jouer au tennis. Apprendre un coup droit, un revers ce n'est pas très compliqué en soi. La difficulté c'est de le mettre en pratique, de jouer. Il faut que les gamins reviennent au club, et cela demande parfois un grand investissement personnel.

 

Vous avez travaillé avec des malentendants. Cela a du être une belle aventure humaine!

Oui, lorsque j'étais entraîneur fédéral la fédération m'a proposée d'encadrer pendant deux ans les championnats du monde et d'Europe des malentendants. Ce fut une magnifique expérience car je n'étais pas du tout dans le langage des signes. J'ai été confrontée à un monde que je ne connaissais pas forcément et c'est là où tu te dis que le handicap n'existe pas. Ces gens là sont comme nous et ne supportent pas qu'on les considère par rapport à leur handicap. Même si tu es obligé de t'adapter quelque peu, tu fonctionnes comme tu as l'habitude de fonctionner. Et si tu le fais avec tes tripes, ta personnalité, ta motivation et que tu te donnes entièrement, le retour est fabuleux. Dans mon équipe il y avait un joueur classé à -4/6 et l'on a fait d'excellents résultats aussi bien côté masculin que côté féminin. Ce fut une belle découverte d'un handicap et un moment inoubliable. J'avais même fait un article pour la Fédération en disant que c'était très formateur que des enseignants aillent au devant de ce public là. Depuis, ils font des formations justement pour se former aux handicaps tennis… Tout ce qui peut enrichir, bonifie d'année en année et l'on apprend tout le temps. J'ai aussi été me former dans des centres comme ceux de Pierre Barthès ou GeorgesDeniau où j'ai travaillé l'été. J'ai appris à m'ouvrir, à observer, j'ai grandi et suis devenue meilleure.

.

Les joueurs sont beaucoup plus nombreux que les joueuses ce qui pose problème!

Oui, un peu comme au niveau national. Aujourd'hui, il est important que les filles se sentent bien encadrées car si ce n'est pas trop le cas, elles partent rapidement vers une autre activité. Ce sont des questions qu'il faudrait aborder avec les dirigeants et pas uniquement avec les enseignants afin de déployer davantage de moyens. Le milieu tennistique est machiste, il ne faut pas l'oublier. Quand j'étais cadre technique, ou que j'avais des missions fédérales, cela se passait très bien mais l'effectif féminin était réduit. Je me souviens quand Patrice Dominguez m'avait nommée comme Conseillère technique régionale, on était seulement 4 femmes CTR contre 28,30 hommes. Quand je suis descendue dans le Languedoc Roussillon, les premières années j'étais la seule femme. Lorsque l'on est dans une équipe en grande majorité masculine, faire bouger les choses n'est pas facile. Mais cela a un peu évolué et la Fédération a fait beaucoup concernant l'attribution de postes pour les femmes à tous les niveaux. C'est quand même un métier plutôt masculin, et si j'ai bien réussi dans mes différentes missions, je pense que c'est du à mon bon caractère; à ma forte personnalité et l'on me respectait. Mais cela demande de l'énergie et des efforts, et les filles qui sont mi figue-mi raisin, qui ne dégagent pas forcément quelque chose, c'est difficile pour elles... Quand j'étais conseillère technique régionale et que je m'occupais de la formation, je conseillais vivement aux filles désireuses de faire ce métier de jouer et de maintenir leur niveau tennistique le plus longtemps possible. " Tenez-vous en forme physiquement leur disais-je. Pour l'instant vous avez 25, 26 ans mais vous verrez quand vous approcherez de la quarantaine et encore plus à 50 ans. Vous allez faire des enfants, avoir des obligations familiales et le niveau de jeu dégringole vite. Etre en seconde série n'est pas la même chose que d'être à 15/4. Cela demande des efforts et pour une fille encore plus que pour un garçon…

 

Qu'avez-vous pensé des résultats des jeunes français et françaises à Roland Garros?

Je suis ô combien ravie de ces résultats. Cette nouvelle génération apporte de la fraîcheur au tennis avec des comportements et un état d'esprit vraiment très agréables. Je les trouve très matures pour leur âge et ils arrivent à tenir leur match du début à la fin avec une maîtrise incroyable. A aucun moment, en particulier Hugo Gaston, ils n'ont fait preuve de défaillance. Et puis, on les sent heureux, ils sont dans leur bulle et lorsqu'ils gagnent, ils restent très humbles et modestes. Cela change de certaines attitudes déplacées que l'on peut parfois croiser sur le terrain. Ils sont classés très loin de l'élite mondiale et sont pourtant capables de se hisser au niveau des meilleurs. Ils sont sur de bons rails et ont tout l'avenir devant eux. C'est vraiment encourageant, enthousiasmant et en tant qu'ancienne joueuse et en même temps enseignante, cela me revigore.

 

 N'oublions pas non plus la paire Mladenovic Babos qui a remporté le double!

C'est magnifique surtout après avoir été empêché jouer à Flushing Meadow à cause de la Covid. En plus, Mladenovic a eu une grosse déception après la perte de son match contre une allemande lorsqu'il y a eu une grosse faute d'arbitrage en sa défaveur. C'est bien de repartir sur le double et j'ai trouvé très élégant ce qu'elle a dit après la victoire sur sa partenaire qui ne fait quand même pas partie des meilleures joueuses en simple . Elle l'a chaudement remerciée de l'avoir aidée tout au long de cette finale car elle se sentait crevée et de l'avoir portée de la première à la dernière balle. L'on sent une réelle amitié et entraide entre elles et cela fait partie de la tactique du double de s'épauler. Il faut vraiment s'apprécier pour justement pouvoir accepter que l'autre flanche un peu. Le double est une belle école du tennis, et il faut en parler. Il serait important qu'il soit mis davantage en valeur dans les clubs car en dehors du fait qu'il faut être bon à la volée, il permet de déployer des coups vraiment importants notamment le retour de service. Il implique aussi la notion d'équipe, laquelle devrait également être davantage mise en valeur avec le côté partage et échange.

 

Quels sont vos meilleurs souvenirs de ce Roland Garros 2020?

Le plus marquant reste la prestation de Hugo Gaston et ses matches un peu fous. Je garde une image d'un jeune garçon qui ne se pose pas de questions, qui essaye d'aller jusqu'au bout en donnant le meilleur de lui-même et en nous donnant du rêve. Quel plaisir! J'ai pu parler de lui avec des gens de mon club et ils ont été aussi emballés que moi. Après j'ai bien aimé Fiona Ferro qui me fait penser un peu à Isabelle Demongeot ancienne n°1 française en plus jeune. Et ensuite la performance incroyable de Nadal. Quel exemple pour nos jeunes en termes d'abnégation, de volonté, de courage, de travail!

Agnès Figueras-Lenattier

 

 

 

 

 

 

 

 

17:20 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sport, corps, opinions

samedi, 29 février 2020

L'UCPA s'investit dans la ville avec la création de "L'UCPA SPORT STATION".

Il se lance dans l'aménagement sportif de la ville afin d'y créer des espaces grandeur nature ouverts à tous. C'est une nouvelle manière de vivre le sport au quotidien, avec de multiples parcours différents de ceux que l'on connaît … Huit UCPA SPORT STATION sont déjà lancés et d'autres sont à l'étude…

L'UCPA, groupe associatif à but non lucratif est né en 1965 de l'initiative du Général de Gaulle qui souhaitait développer une politique dynamique et ambitieuse. Reconnu d'utilité sociale, il est composé de deux associations dédiées à deux secteurs d'activité : L'UCPA Sport Vacances et L'UCPA Sport Loisirs. Depuis plus de 50 ans, il oeuvre en faveur d'un sport ouvert à tous, non compétitif, et vecteur de vivre-ensemble, de mixité et de bien-être. Il veut rendre accessible à tous sans discrimination une expérience sportive, source de partage et de coopération destinés à des projets communs. Grâce à l'UCPA, 3 à 4 millions de personnes ont accédé à des séjours où à des loisirs sportifs facteurs de cohésions sociales. En 2018, 75.000 jeunes en ont bénéficié. Les chiffres révèlent, que 86% des jeunes sont plus autonomes après un stage sportif, que 92% des jeunes ont tissé des liens pendant leur séjour, et que 95% des jeunes déclarent avoir amélioré leur bien-être.

L'UCPA, agréé ESUS, (entreprise solidaire d'utilité publique) depuis 2012 englobe 80 activités sportives, crée du lien social et permet à chacun de progresser tout en profitant des valeurs et des bénéfices qu'apporte le sport. C'est le 1er employeur et formateur dans les métiers du sport en France. Implanté dans 200 lieux de France, il emploie 125.000 collaborateurs et 63% des personnes recrutées ont moins de 25 ans.

Il faut savoir que le prix des stages sportifs (hébergement collectif, pension complète, matériel et encadrement sportif) sont inférieurs à ceux du marché de 30 à 40% l'hiver et de 10 à 20% l'été… En outre, 58% des publics accueillis bénéficient de diverses aides financières.

Actuellement l'UCPA a mis en place un nouveau concept : L'UCPA SPORT STATION qui consiste à aménager le sport en ville. Guillaume Legaut directeur général de L'UCA s'en explique : " L'idée c'est de réfléchir à la manière de faire vivre le sport en ville afin qu'il soit davantage connecté aux attentes et aux manières de vivre des citadins d'aujourd'hui.. Les gens sont davantage connectés au digital, et ont envie de pratiquer différentes activités physiques qui doivent être plus accessibles à tous. Les gens éprouvent le besoin d'être un peu plus nomades, de pouvoir entrer, sortir, venir avec des amis et partager des moments conviviaux.. Sport Station c'est tout d'abord une aventure humaine donnant aux pratiquants la possibilité de vivre une expérience saisissante et différente. Ensuite, il faut que le plus de monde possible en profite avec de grandes amplitudes horaires adaptées aussi bien aux lève-tôt qu'aux couche-tard. Les mères de famille pourront aussi en profiter avec par exemple à Meudon un espace où garder leurs enfants. Le troisième aspect est de faire vivre le multi sport en décloisonnant ce qui va être imaginé dans ces lieux là. Que l'on puisse passer d'une activité à une autre avec l'aide des éducateurs sportifs qui accompagneront chaque personne afin qu'elle puisse progresser dans le domaine où elle pratique. Enfin, le but est de créer des lieux suffisamment spacieux pour respirer et oublier un peu la vie stressante des villes. "

Tout le monde pourra participer avec l'instauration d'une proximité et d'un accès facile. Déployée également une politique d'accessibilité tarifaire destinée aux publics défavorisés. Les disciplines proposées sont très diversifiées (fitness, escalade, glisse, sports de raquette, bien-être avec par exemple séance de yoga ou de spa) avec des parcours adaptés à chacun. Le design des espaces, les animations, événements indoor et outdoor, favorisent les possibilités d'aventures sportives individuelles ou collectives. De nombreux services (restauration, bar, espace bien-être, ateliers éducatifs et créatifs pour les enfants, coaching…) complètent cette multitude.

Huit SPORT STATION sont prévus d'ici 2024 : Meudon, Reims, Bordeaux Brazza, Bordeaux Belcier, Paris 19ème, Nantes, Bercy Charenton et Asnières.

Les quatre SPORT STATION mis en place d'ici 2022 :

UCPA SPORT STATION MEUDON : Ouverture septembre 2020

UCPA Sport Station I Meudon englobe au sein d'un lieu unique 5 espaces sportifs : Un terrain de football rétrocédé à la ville, une patinoire sportive, un espace forme et fitness, une zone de squash et de padel, et un parcours accrobranche ouvert 7 jours sur 7.

Le programme immobilier du multiplex sportif s'étend sur 75.000 m2 avec un réaménagement du quartier de la pointe de Trivaux à Meudon-la-Forêt. Chaque semaine, 90 séances encadrées seront proposées avec une large amplitude d'ouverture 7 jours sur 7 et des tarifs accessibles. La patinoire, les clubs de hockey sur glace, de patinage artistique et de vitesse sont conçus pour accueillir le grand public et un véritable club house sportif est prévu. L'été et l'hiver, sur le parvis de l'équipement auront lieu des événements : patinoire pour les enfants l'hiver et de possibles modules de glisse et de pumptrack…

 

UCPA SPORT STATIONI GRAND REIMS: ouverture septembre 2020

Il a trois objectifs prioritaires : la création d'un centre aquatique d'envergure nationale; le développement et l'aménagement d'un nouveau quartier pour étendre le centre-ville de Reims et la réhabilitation de la friche industrielle, SERNAM.

Le multiplexe rassemble dix espaces ouverts à tous. On trouve un centre aquatique, une patinoire intérieure et extérieure, un espace forme, un pôle dédié au bien-être, un autre dédié aux sports de raquette (squash et padel-tennis), un espace événementiel modulable au gré des saisons, des lieux de co-working et un snack-restaurant. Le tout a nécessité un investissement de plus de 49, 6 millions d'euros…

 

UCPA SPORT STATION I PARIS 19 : ouverture en 2022

L'UCPA SPORT STATION I Paris 19 est situé à proximité de la gare du Nord et des voies d'accès desservant la Belgique, le Luxembourg et l'Angleterre. C'est un équipement privé indoor tourné vers l'outdoor et destiné à tous les publics. L'objectif est de favoriser la pratique sportive dans les jardins de l'îlot fertile, et plus largement dans le parc de la Villette. . Sont prévus circuits courts, produits locaux pour la restauration, efficacité énergétique, production d'électricité renouvelable avec des expérimentations sur le thème de l'écologie urbaine. Il est prévu aussi de faire découvrir Paris aux touristes de façon originale par le biais d'une pratique sportive locale (circuit running, roller). Le projet d'écoquartier de 1,3 ha baptisé " îlot fertile conjugue qualité de vie et démarche environnementale.. Composé d'un grand jardin ouvert de 6500 m2, il est entouré de 440 logements dont 50 logements sociaux. Des sports encore peu répandus dans la capitale comme le padel, le badminton , le squash ou l'escalade seront à la disposition des riverains.

 

UCPA SPORT STATION I BORDEAUX BRAZZIA : ouverture en 2022

Le but premier de ce multiplexe est de créer une dynamique nouvelle au sein d'un quartier en plein essor et de proposer au cœur de Bordeaux et sur la rive droite des activités sportives attractives. Il a été imaginé un univers escalade de 1000 m2, un univers fitness composé de plusieurs plateaux et salles, un espace raquettes ( terrains de squash et de padel) et un parcours golf avec practice en rooftop rassemblés dans un même lieu. Avec en complément bar et restauration, espace événement, location et vente d'équipement sportifs, escape game, saunas, espace enfants. Ces pratiques  proposées en libre accès, encadrées, surveillées, coachées, en compétition vont créer des passerelles et du lien entre les activités et les pratiquants. 

Agnès Figueras-Lenattier

 

 

 

01:39 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l'ucpa, ville, aménagement

lundi, 10 février 2020

" Des pieds à la tête " DVD

Si l'on veut analyser la quintessence de l'âme d'un champion d'athlétisme, ses aspirations, ses sensations, sa technique, rien de mieux que ce film de Jacques Ertaud cinéaste-aventurier.

Que ce soit les sprinteurs, les sauteurs en longueur, en hauteur, les lanceurs de javelot, les coureurs de demi-fond l'on se régale à les voir évoluer grâce au parcours de la caméra insistant sur les gros plans, les détails physiques comme par exemple la comparaison filmée entre la foulée du sprinter et celle du coureur du demi-fond, ou les ralentis. La voix qui commente est agréable et la description de chaque spécificité a droit à son lot de réflexions savamment étudiées. Maurice Houvion battant son record de France, Jocelyn Delecour, Michel Jazy, Michel Bernard, Robert Bogey et bien d'autres, font partie des athlètes dont il est question ici.

De plus, ce DVD à notre grande satisfaction englobe un livret préfacé par Guy Lagorce, (ancien champion de sprint français, journaliste, écrivain, prix Goncourt de la nouvelle en 1980 pour son recueil " Les héroïques" ), tout à fait captivant retraçant l'enquête qu'avait faite en 1962 Jean Cau écrivain, journaliste, scénariste, dramaturge, essayiste sur l'athlétisme français publiée dans " L'Express". Quelques semaines avant le championnat d'Europe à Belgrade, cet écrivain prix Goncourt pour son roman " La pitié de Dieu" avait pris la décision d'aller vivre parmi les athlètes pour les voir s'entraîner.
Ce texte est si pur, si délicieux, l'atmosphère globale qui règne sur le gazon du stade de Fontainebleau décrite avec tellement de joliesse, que l'on a envie de tout citer comme extraits.

Quelques portraits en exergue : " Voici Lagorce. D'allure, au repos, le plus élégant et le plus racé. Des joues creuses, des yeux très doux d'animal de course, des jambes- lorsqu'il les extraira précieusement de la gaine du survêtement- merveilleuses de modelé et de race"… " Michel Bernard c'est Ignace de Loyola déguisé en coureur. Une tête curieuse sur un corps-carcasse, des yeux sombres où ne se lit qu'une passion, des cheveux noirs : une araignée mystique"…

Une magnifique sublimation du sport qu'il faut absolument savourer…

Agnès Figueras-Lenattier

02:22 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, enquête, athlétisme

dimanche, 10 novembre 2019

LA FED CUP

La finale 2019 de la Fed Cup entre la France et l'Australie, a reflété d'une part l'extrême envie de dévorer littéralement son adversaire et de la blesser totalement dans son orgueil ((Ashleigh Barty qui met 6/0 6/0 à la pauvre Caroline Garcia), et d'autre part un magnifique combat tactique et mental entre les deux n°1 de chaque pays (Barty et Mladenovic), digne de ce que peut réellement apporter un match de tennis comme sensations inouïes et rebondissements shakespeariens. Le troisième simple entre Pauline Parmentier et Ajla Tomljanovic à l'évolution plus classique et plus équilibrée a vu la victoire de l'australienne dont le jeu était simplement un peu plus constant. Quant au double décisif disputé par Pauline Garcia et Kristina Mladenovic, contre Barty et Stosur, un vrai hola, puisque la France gagne pour la troisième fois la Fed Cup…

A l'occasion de cet événement très joyeux, est née l'idée d'un débat philosophique et tennistique entre Khristina Mladenovic et la philosophe et politologue Hannah Arendt. Cette joute imaginaire réunissant deux belles disciplines a fait surgir un texte dont voici la teneur :

Débat philosophique : sport de l'esprit éclectique et infini! . De même que l'on fait son jogging le matin pour sculpter son corps, et acquérir une excellente condition physique destinée à combattre avec force sur un court de tennis, de même en philosophie pour muscler son cerveau et lui donner des formes harmonieuses.

Nietzsche a déclaré que le sport était une gymnastique de la volonté et cette maxime est également valable pour la philosophie. Comme la joueuse de tennis fait ses gammes à l'entraînement pour améliorer ses points faibles et consolider ses points forts, celle qui participe aux débats progresse vers la vérité à petits pas au moyen d'exercices spirituels. Quoi de plus roboratif pour la santé du cerveau que de se confronter aux idées des autres, que d'essayer par diverses méthodes de développer ses propres arguments le plus judicieusement possible. Comme sur un court de tennis, on a des adversaires, on juge leur raisonnement, et l'on élabore une tactique la plus judicieuse possible pour les contrer dans une atmosphère conviviale et raffinée même si l'affrontement est parfois teinté d'agressivité.

Parfois, les propos qu'ils soient tennistiques ou philosophiques sont si divers que la pensée ne sait plus très bien où elle en est. On se force alors à tout analyser, à tout décortiquer, et après avoir baigné dans cette pluralité des idées, on en tire une jouissance, celle de la synthèse. Déployer son grand coup droit, faire un lob lifté pour laisser sur place le joueur à la volée, prendre des notes, s'amuser, se révolter, se surpasser ou rêver que des philosophes célèbres sont présents dans la salle font partie des armes utilisées pour savourer le plus possible ces affrontements. Comme à l'approche d'un match de tennis important, l'esprit est en goguette et se réjouit de la griserie qu'il va connaître. Qui a dit que l'on se lassait de tout sauf de comprendre? N'est-ce pas Sainte-Beuve! C'est la raison pour laquelle un débat philosophique n'est jamais ennuyeux, même s'il est parfois inégal, son objectif étant de faire comprendre un peu mieux tout ce qui nous entoure. Détenir les secrets pour accéder aux chemins menant à une meilleure compréhension générale, tel est ce que l'homme détient de plus cher dans sa vie, et sans cette capacité, il n'aurait plus qu'à mourir d'ennui. Un match de tennis quant à lui, nous permet de mieux analyser notre " soi" et de connaître plus profondément nos réactions physiques et psychiques dans diverses situations. Les fortes émotions après une victoire, la déception dure à digérer après une défaite surtout après avoir eu des balles de match, la peur de gagner, la gestion du stress, la domination de ses nerfs, le manque de confiance en soi pouvant faire perdre ses moyens, le fait d'affronter ses bêtes noires, si l'on a des problèmes d'ordre personnel, la capacité à les oublier et à passer au dessus, et bien d'autres sensations encore. Le " connais-toi toi-même" de Socrate se mêle ici intensément aux coups droits gagnants, aux aces, et aux jeux de jambes les plus affûtés possible…

Le débat philosophique est un moyen de combattre un grand fléau, le conditionnement qu'il vienne des médias ou d'un cadre plus personnel. Cette ouverture spirituelle qui règne lors de ces réunions permet comme lors d'un combat sportif, la remise en question permanente de soi-même, et donne toujours à la pensée un outil supplémentaire pour progresser.

Vive cette initiation, et gloire au plaisir intense qui règne lors d'un duel tennistique ou intellectuel surtout lorsqu' il procure des émotions telles que celles que l'on a vécues aujourd'hui avec l'équipe de France féminine qu'il faut vraiment féliciter d'autant plus que les filles jouaient en Australie!...

Agnès Figueras-Lenattier

11:25 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 02 août 2012

Un prime time pour les Paralympiques !

Voici un mouvement de blogueurs que nous vous invitons à suivre !

Sur leurs blogs, ils réclament UN PRIME TIME POUR LES PARALYMPIQUES. Leur mode d'action ? Ils se cachent la moitié du visage pour protester contre la faible visibilité programmée des Jeux Paralympiques.

club des supporters handisport,handisport,jeux paralympiques,malakoff médéric,fédération française handisport

Vous aussi, vous aimeriez voir la totalité des Jeux de Londres ? REJOIGNEZ-LES ! 

Masquez la moitié de votre visage et changez vos photos de profils sur les réseaux sociaux ...ou partagez simplement cette image.

Les Jeux Paralympiques et nos athlètes handisport méritent aussi une exposition médiatique.

Plus de 36 000 personnes ont relayé le dernier appel du Club des Supporters Handisport pour faire changer le regard sur le handicap. Combien serez-vous à partager cette nouvelle initiative ?

lundi, 06 juillet 2009

Dans le XIVe, l'échec épate (à nouveau)

L’équipe Championne Départementale de Paris 2009 et Championne Académie de Paris 2009  -  un doublé peu commun dans les challenges scolaires mais que Rouvier a inscrit trois fois à son prestigieux palmarès - rentre de la finale des Championnats de France Scolaires d’Échecs qu’elle a disputée pour la 3ème année consécutive.

Cette année, ces Championnats étalés sur trois jours (26, 27 et 28 juin) se sont déroulés à St Hilaire de Riez (Vendée) et comptaient 27 écoles rescapées parmi les 500 en lice au début de l’année. L’école Maurice Rouvier en est repartie la tête haute. En effet le collectif 2009 (Niels, Léo, Lenny, Raphaël, Alizée, Artiom, Richard, Léa, Anis et Éva) hisse Paris à la 13ème place de ces championnats en dépit de la présence de poids lourds : écoles républicaines fortement soutenues et écoles privées richement dotées. Pour ce qui est des niveaux de classe : seulement 3 CM2, 1 CM1 mais 6 CE2 !

 

P1030318.JPG

Grâce à ces écoliers joyeusement déterminés, l’établissement obtient son meilleur classement dans cette rude épreuve, soit une progression de 4 places par rapport à 2007 et de 5 par rapport à 2008. Au cours des trois jours de compétition, les enfants ont été conscients en permanence de représenter leur école (surtout), le 14ème (énormément), leur académie (dignement) et la Ville de Paris (fièrement). Comme toujours, ils l’ont fait bravement et vaillamment.

Lundi, ils avaient la mer dans les yeux, l’échiquier dans la tête, des rêves de gloire à gogo et savouraient  pleinement leur triomphe après être passés de classe en classe (élémentaire et maternelle), avec Coupe et médailles, cela sous la houlette de leur directeur, monsieur Georges Guichard.

Dominique

Plus d'info :
+ r2c2[at]wanadoo.fr - http://www.club-r2c2.org/http://r2c2.zumablog.com/

jeudi, 18 juin 2009

Gala de boxe le 22 juin à l'Institut du Judo

Gala de Boxe 2.jpgGrâce au Ring 14 (le club de boxe dont la salle d'entraînement est située dans le centre sportif Jules Noël), l'OMS 14 et la Mairie du 14e, la boxe fait son grand retour dans le 14e ! Douze combats amateurs auront lieu dans le grand dôme de l'Institut du Judo (21 rue de la Porte de Châtillon) le lundi 22 juin à partir de 20 heures (les portes seront ouvertes à partir de 19h).

L’entrée est gratuite, une buvette sera sur place et l’animation sera faite par le Top Number One Speaker de la boxe, le commentateur patenté des sports de combats : Jean-Pierre Cossegal en personne, LA mémoire ambulante de la boxe ! Entre les matchs, de nombreuses animations viendront pimenter la soirée...

Plus d'infos sur le blog de Vincent Jarousseau

Vous inscrire à l'évènement sur Facebook

jeudi, 11 juin 2009

La Street Football French Cup, les 13 et 14 juin dans le 14e



envoyé par
Street Football French Cup 2008dereez. - Regardez plus de vidéo de sport et de sports extrêmes.

Le week-end du 13 et 14 juin de 10h à 18h, le 14e arrondissement et le "plateau" du centre sportif Elisabeth accueilleront la 2ème édition de la "Street Football French Cup". Ce tournoi va réunir les 16 meilleures équipes de street football. le street football est un nouveau sport "urbain". Il englobe le street football et le freestyle football. Les valeurs de ce sport sont le courage, le respect, le fair-play et surtout la créativité. Il privilégie beaucoup plus les gestes techniques, certaines actions vont se voir récompensées par un but comptant double. Les matchs se jouent à 5 contre 5, sur un terrain de hand en plein air.

Pour le tournoi des 13 et 14 juin, des présélections ont été organisées dans la toute la France. Ainsi, des équipes viendront de Strasbourg, Lens, Lille, Lyon, Marseille, Saint-Etienne. Les autres équipes viendront de toute la région parisienne. Deux équipes du 14e se sont qualifiées lors d'un tournoi de futsal organisé lors des dernières vacances de Pâques à Elisabeth.

Entre les matchs, un concours des meilleurs freestyle-fooballeurs du moment sera organisé sur les deux journées. Le street football se veut aussi créatif, pendant les matchs, un DJ assurera l'animation musical et enfin, quelques rappeurs, comme IKBAL des TLF ou la Nevroze passeront pour un Show case.

Vincent

jeudi, 28 mai 2009

4ème nuit des arts martiaux le 30 mai

Tous les deux ans, la Mairie du 14e, l'Office du Mouvement Sportif et les clubs d'arts martiaux de notre arrondissement unissent leurs efforts pour organiser l'un des plus beaux évènements de sports de combat et d’Extrême orient qui soient proposés à Paris.

C'est dans la magnifique enceinte de l’Institut National du Judo qu'aura lieu la 4e soirée des arts martiaux : le samedi 30 mai de 15h à 22h. Dans l'après-midi, des ateliers d’initiation à la calligraphie, des conseils santé, de la danse Buto et vietnamienne, des dégustations de thé, des massages thaïlandais et autres animations vous seront proposés gratuitement. A partir de 20h, c'est le grand show des clubs locaux et des grands maîtres du kung fu ou du karaté qui aura lieu dans le grand dojo de l'INJ. Nous attendons la participation exceptionnelle de Zhang Xiao Yan et Dominique Saatenang (kung fu wushu), Capozzi (sabre coréen), Le Ta minh (vovinam), Michel Carron (taekwondo) et El Marhomy (karaté). Les animations comme la soirée sont gratuits ! Pour vous donner un avant goût, vous pouvez visionner le vidéo-clip réalisé lors de la 3ème édition.

Institut National du Judo - 21 avenue de la Porte de Châtillon - 75014 Paris - Tram 3 Jean Moulin.

Vincent Jarousseau

vendredi, 24 avril 2009

Do you velo ?

do_you_velo_affiche.jpg