Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 26 septembre 2005

Affichage associatif : des progrès (ou presque)

medium_affichage_associatif_paris_14eme_arrondissement.jpgNous ne voudrions pas bouder notre plaisir. Ou que l'on nous oblige à le bouder. S'agissant de l'affichage associatif, la Mairie de Paris a longtemps été en délicatesse avec la loi. Le code de l'urbanisme impose en effet aux communes un certain nombre de mètres carrés d'affichage associatif libre d'accès (et d'opinion). A ce titre, la Mairie de Paris était bien en retard.

Pour combler ce retard (qui n'est pas près d'être rattrapé), la Mairie du 14e a fait poser 12 nouveaux panneaux, généralement situés près des écoles du 14e. Que demande le peuple ? Tout simplement que ces panneaux soient nettoyés. Pas nécessairement comme cela a été écrit et annoncé - tous les 15 jours - mais une fois par mois ce serait déjà pas mal... Cela permettrait d'enlever les affiches du Non au référendum (libre d'opinion, ça veut dire quoi déjà ?) qui figurent encore sur certains panneaux (rue Prisse d'Avennes par exemple) et de redonner un peu de visibilité aux associations du 14e. Et puis là, ça devient urgent car il semblerait que pas un seul panneau n'ait été nettoyé ne serait-ce qu'une seule fois depuis leur apposition en mai dernier tout sourire et en fanfare... Ils sont donc maintenant dégueulasses.

Alors si le service de nettoyage de la Mairie - ou de la société Avenir ? - pouvait s'y mettre... Non parce qu'après, c'est encore Decaux qui va ramasser le marché :-(

Pierre

Plus d'info :
+ En décembre 2004, le Conseil de quartier Pernety lors d'un CICA consacré à l'affichage associatif dans le 14e évaluait ses seuls besoins à 11 panneaux d'affichage supplémentaire, soit un total de 72 panneaux pour les 6 Conseils de quartier du 14e.
+ Quelques chiffres sur l'affichage associatif dans le 14e arrondissement.

samedi, 24 septembre 2005

Des nouvelles des expulsés de la Ferme Montsouris

Très brièvement... Les anciens résidants de la Ferme Montsouris, expulsés le 2 septembre dernier, viennent d'être tous réunis dans l'hôtel Formule 1 de la Porte de Châtillon. Leurs frais de séjours seront maintenant pris en charge par le SAMU Social jusqu'à ce qu'une solution de relogement durable leur soit proposée. A suivre...

Camille

Plus d'info :
+ Notre fil d'actu Ferme Montsouris.
+ Un chiffre circule... Plus de 20 000 personnes seraient ainsi logées à l'hôtel chaque nuit dans Paris sur le budget du secrétariat d'Etat à la lutte contre la précarité, du SAMU Social ou par différentes associations caritatives (Armée du Salut, Emmaüs, Secours Catholique, etc.). Vous connaissez le chiffre exact de ces mal-logés publié par une source identifiée ? Nous sommes preneurs...

lundi, 19 septembre 2005

Ferme Montsouris : nouveau coup de poker du promoteur

La dépêche AFP est tombée à 13h29. L'immeuble du 26 rue de la Tombe-Issoire, évacué le 2 septembre dernier par la police, sera "rénové intérieurement" pour le transformer en une trentaine de logements étudiants pour début 2006, a annoncé lundi son propriétaire, un promoteur qui a précisé qu'une autorisation de travaux pour le ravalement et la remise en ordre de la toiture a été déposée.

Dans la foulée de cette évacuation, la SOFERIM affirme dans cette même dépêche avoir "immédiatement entrepris des travaux d'assainissement du bâtiment". Et d'ajouter que "si les fermetures, les alarmes et le gardiennage ont été renforcés pour éviter un nouveau squat, il a été procédé à une désinfection, à un nettoyage et au démarrage des travaux pour remettre le bâtiment en état d'habitabilité".

Rappelons que la SOFERIM s'était jusqu'alors vu retirer le permis de construire par la Mairie de Paris puis l'autorisation de travaux par le Ministère de la Culture. La Ville venait d'ailleurs de faire une offre de préemption... On s'étonnera qu'il faille à peine 3 mois à la SOFERIM pour remettre en état un immeuble qu'elle déclarait elle-même haut et fort en état d'insalubrité irrémédiable il y a quelques jours... Un nouveau coup de poker du promoteur qui avec cette annonce alléchante et apaisante semble une fois encore revenir dans la course. Alors, la hache de guerre sera-t-elle prochainement enterrée ?

Le Collectif pour la sauvegarde du site s'est toujours battu pour la restauration du site, le principe même d'une réhabilitation et donc du percement de fondations modernes apparaissant incompatibles avec la sauvegarde du site classé des Carrières de Port-Mahon situé sous l'ensemble du sous-sol de la Ferme et certains immeubles du voisinage. Il sera donc intéressant d'analyser permis de construire et demande d'autorisation de travaux pour en savoir plus et analyser la validité de ce nouveau projet. A suivre...

Pierre

Plus d'info :

+ ...Le sort des 80 résidants du squat, toujours dans l'espoir d'une solution de relogement durable, n'est quant à lui pas mentionné dans cette dépêche.
+ Une petite note qui tente d'analyser la situation des résidants...
+ Le site officiel du Collectif - réalisé par des bénévoles...
+ Le site internet que la SOFERIM consacre à son projet du 26-30 rue de la Tombe-Issoire.

Hôpital Saint-Vincent de Paul : le débat public relancé

Après un été difficile, les membres du Comité de sauvegarde se sont réunis jeudi 8 septembre 2005 dernier. Ils ont décidé de relancer le débat public sur la défense de l'établissement et de ses activités par :
- une interpellation du Ministre de la santé et de la Directrice Générale de l'AP-HP (voir le courrier adressé au Ministre et celui adressé à la Dir. Générale).
- l'organisation d'une conférence de presse, le 28 septembre à 10 h 30 sur l'établissement.
- la participation du comité à la fête de l'hôpital Saint Vincent de Paul à partir de 14h30 jusqu'à 16h30 sur l'hôpital (Kermesse des enfants).
- une nouvelle information par la diffusion massive d'une Gazette du Comité - sachant que le Comité invite celles et ceux qui souhaiteraient donner un coup de main (mise sous pli, diffusion, etc.) à le contacter au 01 40 48 81 98.

Pierre

Plus d'info :
+ Des menaces sur l'hôpital Saint Vincent de Paul ? Prenez un peu de recul en consultant notre fil d'actu...

dimanche, 18 septembre 2005

Les Conseils de Quartier affaiblis

Les Conseils de Quartier sont-ils représentatifs de la population ? Mais non. Cette réponse est de Monsieur le Maire lui-même, lorsqu’il a parlé des Conseils de Quartier lui ayant fait la demande de baisser le niveau des champs électromagnétiques émis par les antennes relais. Demande qui n’a pas aboutit ou que très partiellement lundi dernier.

Disqualifiés par les instances

Donc tout d’un coup, le Maire disqualifie les Conseils de Quartier lorsqu’il a un désaccord avec eux : on se demande si une municipalité n’accepte cette institution que si elle lui facilite sa mandature… comme dans le XVème où le Maire a lui-même désigné des conseillers…biens choisis ! C’est bien cet amalgame que fait encore la majorité de la population lorsqu’elle confond les Conseils de Quartier et ceux d’arrondissement, mais comment lui en tenir rigueur si les politiques eux-mêmes n’en font pas la distinction ?

Passons donc sur le fait que les Conseils de Quartier n’ont pas de fonction de représentativité particulière ; mais leur créneau est celui du terrain par l’échange d’informations et de souhaits. Pour cela, ne pas en tenir compte lorsqu’on est un élu est possible, mais avec des risques en termes de popularité.

Grosse tête

Que manque-t-il aux Conseils de Quartier ? Mieux communiquer le travail qu’ils font bénévolement en toute transparence, car celui-ci stagne dans l’ombre par manque de moyens. Ne pas prendre une grosse tête de politique en herbe serait souhaitable, car on a bien vu dans l’affaire des antennes relais le ridicule d’une non-influence après trois ans de travail. Enfin ne pas prendre une grosse tête tout court, face aux autres habitants qui viennent une fois par trimestre à leur rencontre, pour exprimer des doléances et revendiquer le bon sens des choses de la vie, haut et quelquefois fort.

C’est peut être aussi une habitude française que de parler très fort lorsqu’on n’est que tout petit, mais maintenant cela se voit. A la population de venir en aide aux Conseils de Quartier, pour asseoir un minimum de légitimité.

Jim

Plus d'info :
+ Toute l'actu de nos Conseils de quartier...

samedi, 17 septembre 2005

Expulsés de la Ferme Montsouris : et maintenant ?

medium_squat_ferme_montsouris_expulsion_des_residants.jpgNous sommes le 17 septembre. Logés depuis maintenant plus de deux semaines dans des hotels de la petite couronne - et notamment à l'hôtel Formule 1 de la Porte de Châtillon - les anciens résidants de la Ferme Montsouris attendent la solution de relogement durable qui leur a été promise le jour de leur évacuation.

Comme pourrait dire la chanson : "Et maintenant, que vont-ils faire ?" Où vont se réfugier les ex-résidants de la Ferme ? Devront-ils rejoindre un bidonville de la première ou deuxième couronne parisienne ?

medium_pierre_castagnou_jean-paul_millet_pierre_vallet.jpg

Nous vous confirmons que depuis cette date, tous les appartements où logeaient ces familles restent inoccupés. Et pour cause. Le promoteur, en délicatesse avec la Mairie de Paris suite à ses différentes exactions sur le site classé qu'il domine (1), a fait appel des différentes décisions de justice qui l'empêchent (en théorie) aujourd'hui de lever le petit doigt sur ce site. Le permis de construire lui a été retiré par la Ville. L'autorisation de travaux également, par le Ministère de la Culture.

medium_squat_ferme_montsouris_evacuation_des_residants_2.jpg

Ces précieux appartements resteront donc encore probablement vide pendant plus de 18 mois, le temps que la justice suive son cours. Un temps précieux puisque le promoteur, débarassé de tous les occupants des lieux pourra à nouveau "nettoyer le jardin" ou "abattre des murets" avec des engins de plusieurs tonnes comme il en a l'habitude...

18 mois pendant lesquels, bien évidemment, il eût sans doute été plus facile de trouver une solution de relogement pour ces familles qui coûteront à partir d'aujourd'hui plusieurs centaines d'Euro par jour à la Collectivité (2).

medium_squat_ferme_montsouris_expulsion_des_residants_4.jpgDes familles évacuées sans solution de relogement durable d'un "squat" où l'électricité vient d'être révisée, un expert sécurité incendie mandaté par la justice qui arrive sur les lieux deux heures après l'expulsion, un promoteur aux méthodes très 70's et très contestables qui retrouve toute lattitude sur un terrain au (sol et) sous-sol classé, des logements vides en période de crise, des familles déboursant des sommes importantes dans des hôtels voisins tandis que la Collectivité se retrouve avec une facture de plus sur les bras...

medium_squat_ferme_montsouris_expulsion_des_residants_3.jpg...S'il ne s'agit pas ici de faire des généralités - il est légitime de voir des décisions de justice mises en oeuvre (et tout particulièrement pour protéger des squatteurs d'un incendie) et donc des squats évacués - on constatera les limites d'une politique énergique appliquée aux réalités de terrain et aux cas particuliers qui comme chacun le sait sont assez nombreux. Décidément, la Ferme Montsouris n'était pas un squat comme les autres...

Pierre

(1) La Ferme Montsouris est située au-dessus des carrières de Port-Mahon, classées Monument historique.
(2) Voir article du quotidien Libération. Les familles débourseront 50% du prix des chambres soit 20 € par chambre et par jour... La Collectivité déboursera une somme identique.

Plus d'info :
+ Les nouvelles photos illustrant cet article ont été prises par Sylvie Lasserre, journaliste indépendante et habitante du 14e arrondissement, qui nous les "prête" gracieusement. A charge pour nos lecteurs de ne pas les utiliser en retour sans lui demander son accord préalable. Merci d'avance.
+ Le reportage photo réalisé le jour de l'expulsion.

 

vendredi, 16 septembre 2005

Les expulsés de la Ferme Montsouris : un article très intéressant dans Libération

Il s’intitule : L'hôtel, et puis presque plus rien pour les expulsés du squat du XIVe. Nous vous recommandons sa lecture, en attendant de voir ce qui se passera pour ces familles… presque à la rue. Inquiétudes, car les deux premières semaines d’hôtel vont se terminer…et toujours pas de solution de relogement en vue. Retour des bidonvilles dans Paris ?

 

Dan

 

Plus d'info :
+ Nos articles précédents sur ce thème...

mercredi, 14 septembre 2005

Sondage estival... et de la rentrée

medium_sondage_paris_estival.gif

Les résultats parlent d'eux-mêmes, vous avez été 110 à vous exprimer sur le sujet. 110 en près de deux mois... Bof... Pas vraiment significatif. Marie, de ParisZine et moi, qui vous proposons d'un commun accord ces sondages, sommes très surpris du peu de participants à ce petit sondage estival.

Nous ne pouvons pas mettre cela sur le compte d'une baisse de la fréquentation propre aux mois de juillet et d'août puisqu'elle est restée stable sur ParisZine et qu'elle a même augmenté sur Paris14 ! Après concertation, nous en déduisons que ce fût une erreur de vous poser une question (assez) légère et (presque) sans enjeu pour faire corps avec la saison. Moralité, le prochain sondage sera plus musclé, on s'attaque à un sujet qui fâche : l'utilisation du 4x4 en ville (cf. nouveau sondage en colonne de gauche) !

Une façon de faire écho aux différents articles que nous avons publié sur le sujet fin août (et notamment sur les 4x4 - qui font débat, si, si...). Nous espérons que ce sujet, plus engagé, vous plaira davantage.

Tous à vos souris !

Marie Corceiro-Leal et Pierre Vallet

Conseil de quartier Didot - Porte de Vanves : il est passé par ici...

...Et il repassera sans doute par là. Mais il était annoncé sur le site de la Mairie du 14e le 13 septembre dernier, 28 rue Pierre Larousse - et n'a pas eu lieu !

Certains habitants du XIVe s'y sont rendus. Ils ont trouvé porte close et s'en sont trouvé fort marri - pour rester poli - avant d'écumer les écoles du quartier en quête de la dîte réunion... En vain.

Alors, si vous avez des nouvelles de ce Conseil trimestriel fantômatique, n'hésitez pas à nous en faire part. A-t-il eu lieu ? Et si oui, où ?

...Il y avait quand même de bonnes nouvelles à annoncer ou à entendre, à commencer par le début des travaux d'étude pour la couverture du périphérique - qui ont été officiellement annoncé par Pierre Castagnou lors du dernier Conseil d'arrondissement - en dépit du fait que l'Etat n'ait toujours pas confirmé sa participation budgétaire à l'opération, participation pourtant inscrite au contrat de plan Etat-Région.

Pierre

Plus d'info :
+ Le site internet de la Mairie du XIVe est un peu dépassé par les événements en ce moment. La Mairie recruterait paraît-il un nouveau webmaster. Tentez donc votre chance. Envoyez votre CV. Il semble qu'ils en aient vraiment urgemment besoin.

mardi, 13 septembre 2005

La position du Maire du 14ème sur la téléphonie est… MOBILE !

On se souvient que Pierre Castagnou avait pris position en public sur des normes d’implantations dans son arrondissement d’antennes relais de téléphonie mobile, afin que celles-ci ne dépassent pas le seuil de 0,6 V/m. Une prise de position relevant du principe de précaution défini par l'OMS, et répondant à l’inquiétude des habitants lors de plusieurs Conseils de quartier. Rassurant son public sur les opinions de son groupe politique : « Je suis le vice-président du groupe PS au Conseil de Paris, et je sais me faire entendre », les autorisations d’installation émises depuis par notre Maire étaient restreintes par ce texte : « Je transmet un avis favorable à l’installation de cette antenne sous réserve que celle-ci ne dépasse pas le seuil d’exposition de 0,6 V/m ».

medium_mairie_du_xive_-_conseil_d_arrondissement.jpg

Lundi soir, René Dutrey (Premier Adjoint, Vert) soumettait donc un vœu à l’équipe municipale pour élargir cette idée au prochain Conseil de Paris, à l’occasion de la renégociation de la charte liant la Ville et les opérateurs (Orange, Bouygues, SFR). Mais là, suivant le réquisitoire de Danièle Pourtaud (Conseillère PS de Paris, déléguée pour le 14ème à la Vie Culturelle et au Patrimoine… ?) souhaitant amender ce voeu, Pierre Castagnou a fait machine arrière, pour s’en tenir à la rédaction officielle de « baisse significative des émissions des champs électromagnétiques dus à la téléphonie mobile ».

 

Cette phrase d’un flou parfait a déjà été votée en juillet dernier par le Conseil de Paris à la demande d’Yves Contassot, confirmant la renégociation (contestée ou non ?) de la charte. Rien de neuf chez les politiques, donc, mais aux yeux du public comme à ceux d’Etienne Cendrier présent dans la salle, une impression d’occasion manquée flottait en fin de séance. On a même entendu : « Le Maire s’applique le principe de précaution à lui-même… ». Pierre Castagnou ne portera donc pas ses résolutions prises localement devant le Conseil de Paris, « sauf à la demande d’Yves Contassot ». A vos bons commentaires, chers citoyens.

 

Dan

 

Plus d'info :
+ Notre fil d'actu "Antennes-relais".
+ Un autre regard ? A minuit passée, nous n'étions plus très nombreux dans le public, mais Pascal était là (sachant que les bancs de l'opposition étaient, eux, déserts depuis une bonne heure déjà). Il nous livre également son compte-rendu.