Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 18 décembre 2005

One.org

La puissance de feu de la "grande campagne de solidarité" dans sa version américaine (cliquer sur "play" pour voir la vidéo)...

vendredi, 16 décembre 2005

Droit de vote pour tous ? Résultats et limites...

Voici les résultats pour le 14e arrondissement de la Votation citoyenne organisée par la Ligue des Droits de l'Homme et un collectif d'associations et de Partis politiques du 5 au 11 décembre dernier dans le XIVe arrondissement. Rappel de la question qui était posée : « Etes-vous pour la reconnaissance du droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers aux élections locales ? »

Nombre de votants : 4552.
OUI : 4 208 soit 92,4%.
NON : 338 soit 7,4%.
Nuls ou Blancs : 6 soit 0,1%.

A noter, le 14e est de loin, l'arrondissement où le nombre de votants a été le plus grand (le suivant n'est qu'à 2064 votes...).

Ces résultats reflètent ceux recueillis au niveau national :
Nombre de votants : 60990.
OUI : 55 634 soit 91,2%.
NON : 5 058 soit 8,3%.
Nuls ou Blancs : 298 soit 0,5%

Alors, quel bilan tirer de cette consultation ? S'agit-il d'un plébiscite ? Deux remarques.

Tout d'abord, il est dommageable pour la crédibilité des résultats de cette votation d'en avoir laissé l'organisation à une Ligue qui milite pour le OUI. C'est un choix - certes peut-être par défaut - contestable. Que dirions-nous si demain le Front National organisait dans ses permanences un scrutin identique et présentait des résultats inverses ? Pour avoir tenu à plusieurs reprises des bureaux de vote dans le 14e arrondissement, on sait qu'il est important de veiller à l'équilibre des forces politiques qui participent à l'organisation d'un scrutin, veillent au bon déroulement des opérations de votation et à la neutralité de tous sur le lieu du vote. C'est une règle de base. Or les organisateurs de cette votation n'ont jamais caché leur choix militant... Cette votation ne peut donc être prise - au même titre que le mini-scrutin que nous avons organisé en ligne - que comme une indication, le signe d'une mobilisation d'une partie de la population sur un sujet important. Cette votation n'est pas un sondage représentatif...

Deuxième remarque, on pourra regretter que l'information sur les enjeux concrets et objectifs de la question posée (nombre de personnes concernées à Paris par exemple ? impact potentiel sur l'équilibre des forces politiques et sur la législation ? choix d'une politique d'intégration citoyenne sans naturalisation ?, etc.) , n'aient pas pu être présentés brièvement, au travers d'un tract ou d'un site internet qui auraient pu résumer ces questions.

Il faut néanmoins saluer l'engagement citoyen et la mobilisation de près de 1 200 volontaires dans plus de 120 villes, qui nous ont rappelé qu'un vote n'est jamais anodin.

Pierre

Plus d'info :
+ Tous les résultats parisiens sont téléchargeables en cliquant ici... Les résultats nationaux en cliquant .

mercredi, 14 décembre 2005

Jean-Michel est mort de froid...

Un "SDF" est mort de froid devant la galerie marchande du 95 avenue du Général Leclerc, il y a de cela deux nuits. Sa compagne, en hypothermie a été hospitalisée. Les journaux nous apprennent qu'il s'appelait Jean-Michel. Allez savoir pourquoi, les sans-abri ont un prénom mais jamais de nom.

Cela n'a peut-être rien à voir, mais suite au scandale qui a éclaté lors du dernier Conseil d'arrondissement au sujet des logements HLM vides du 41 rue Sarrette, d'autres logements nous sont signalés comme vides, à la RIVP Porte de Châtillon ou rue des plantes sur un secteur proche.

Dans un autre genre, rue du Commandeur, l'immeuble construit par la SAGI aurait du être constitué de logements, mais il a été transformé en bureaux. Nous avons donc tout un immeuble de 4630 m² en bureaux aménagés et déserts, depuis 3 ans.

Dan

René Dutrey revient sur les quartiers verts...

...dans le quotidien Le Parisien de ce jour. Extrait : « Les logiques de réaménagement de secteur tant que l'on n'a pas géré les flux de voitures sur les grands boulevards sont peut-être... prématurées. » « Le quartier vert Tombe-Issoire (XIVe) ne pouvait aller de pair qu'avec une réorganisation de l'avenue du Général-Leclerc mais, dans ce cas précis, la préfecture de police nous en a empêchés. Cela dit, oui, je suis un peu autocritique : nous sommes peut-être allés trop vite sur les quartiers verts. »

Une déclaration du Président du groupe des Verts au Conseil de Paris et Premier adjoint auprès du Maire du XIVe qui permet de recentrer le débat sur la question de fond posée par la politique des déplacements à Paris ou en région parisienne : faut-il limiter la circulation automobile (péage ? circulation alternée ? etc.) pour lutter contre la pollution atmosphérique ? Une question qu'il aurait sans doute été nécessaire de poser clairement aux Franciliens avant de rétrécir l'espace dévolu à l'automobile...

Pierre

Plus d'info :
+ Notre fil d'actu "Circulation & transports en commun".

Conseils de quartier : un état des lieux intéressant

Afin de mieux cerner l'activité et le fonctionnement des Conseils de quartier, la Mairie du XIVe a créé un Observatoire. Celui-ci vient de rendre public son compte rendu annuel. Nous vous le retransmettons ici dans sa version "abrégée"...

------------------------------------------

Rapport annuel de l'Observatoire des Conseils de quartier - résumé
(septembre 2004 – novembre 2005)

Six conseils de quartier existent dans le 14e arrondissement depuis 2002. Ce sont des "lieux de consultation sur les orientations, les projets, les décisions de la municipalité, concernant le quartier… d'élaboration et d'accompagnement des projets d'intérêt collectif et de propositions en direction de la mairie…, d'écoute et d'information".

Leur composition est relativement originale par rapport aux autres arrondissements parisiens, avec leurs quatre collèges (habitants, associations, acteurs socio-économiques, élus). Sur 30 membres, le collège Habitants (16 membres tirés au sort parmi les volontaires) est majoritaire et le président vient du collège Habitants. En mars 2005, le maire a installé officiellement un Observatoire des conseils de quartier, composé de délégués choisis par les conseils et de personnalités qualifiées, désignées par le maire. Celui-ci rédige un rapport annuel "faisant part des principaux acquis et problèmes constatés, et proposant des suggestions d'amélioration".

Constats et acquis

1.- Renouvellement et continuité des conseils de quartier.
Les C.Q. ont été renouvelés en 2004, pour 3 ans, avec un nouveau tirage au sort pour les habitants et la nomination de nouveaux membres pour les autres collèges. Au total, un renouvellement assez important (65% pour les membres 30% pour les bureaux,4 présidents sur 6). Cependant, au cours de l'année, on note un certain absentéisme des membres de chaque collège et une difficulté de les remplacer si on applique, au sens étroit, les procédures de la Charte des C.Q. (article 9).

2.- Participation quantitative.
La participation du public (en moyenne 58 habitants par réunion) est variable selon les C.Q. et les thèmes de réunion. Cependant, en dehors du C.Q. Porte d'Orléans/Jean Moulin, elle s'inscrit actuellement dans une fourchette relativement basse (30 à 50 habitants). Elle comporte très peu de jeunes ou d'étrangers.

3.- Participation qualitative.
Elle est variable selon les C.Q. Si, dans la majorité des cas, il existe un ordre du jour relativement resséré, la présentation des résultats des groupes de travail, une bonne répartition des thèmes entre les membres et un temps d'écoute du public et de débat, on remarque encore un temps insuffisant laissé à la salle, une animation trop directive ou un temps trop long pris par certains élus.

4.- Les thèmes.
Les thèmes traités en réunion publique sont relativement nombreux et portent, le plus souvent, sur l'aménagement, l'urbanisme, la circulation, le stationnement ou la propreté. Mais ils traitent aussi des aspects festifs, des liens sociaux ou de soutien aux services publics du 14e (hôpitaux, écoles..).

5.- Fonctionnement.
Beaucoup d'activités des C.Q. s'effectuent dans les commissions/groupes de travail et dans les réunions mensuelles des bureaux élargis. La dynamique inter-quartiers (à l'exception des relations bilatérales sur un sujet précis) a été relativement réduite par rapport aux années précédentes.
Les C.Q. disposent d'un petit budget de fonctionnement et d'un budget d'investissement cumulé sur 3 ans, mais les procédures actuelles ont rendu presque impossible l'utilisation de ce dernier.

6.- Rapports avec la mairie.
Ils ont été assez variables selon les C.Q. Satisfaisant de l'avis de certains, mais beaucoup se plaignent, d'une part, de la faible présence du collège des élus aux réunions, de l'efficacité relative des élus adjoints de quartier, mais d'autre part, de la présence un peu trop envahissante et descendante de certains élus quand ils interviennent dans leur domaine spécifique.

Des problèmes d'information (panneaux d'affichage, site…) et de formation, demeurent non résolus. La logistique (salles, horaires, sono…) fait l'objet de critiques.

La procédure des vœux (possibilité d'un vœu par trimestre pour chaque C.Q.) est diversement utilisée (en moyenne 1 à 3 par C.Q.). Le maire fait le point tous les 6 mois des vœux déposés et des réponses apportées, en conseil d'arrondissement.

Un début de budget participatif s'est mis en place, mais il ne touche actuellement que la voirie et les espaces verts et ne concerne qu'un nombre très limité de délégués des conseils de quartier.

En conclusion, cette année est marquée par :
 Le maintien d'une forte activité des C.Q., l'intérêt manifesté par les membres et le public, et l'importance du travail bénévole.
 Une très forte divergence dans l'évolution des C.Q. ; certains sont très dynamiques, d'autres en crise ou en léthargie.
 Une certaine insatisfaction dans les rapports avec la mairie.
 Une population qui reste peu informée, d'où un public peu nombreux et peu représentatif de la diversité du 14e.
 Au-delà de l'information, une population qui se sent peu concernée ou qui reste dans l'incertitude sur l'influence exacte des C.Q. Est-ce seulement un simple canal d'information de la mairie? Ou de consultation sans conséquence? Ou la véritable possibilité de se faire entendre et d'élaborer des propositions qui seront suivies?

Suggestions

1.- Un renouvellement des membres absentéistes des C.Q. de chaque collège, avec une interprétation large de l'article 9 de la Charte (les 4 absences concernent les réunions publiques et les bureaux élargis).

2.- Une stratégie d'information, élaborée par les C.Q. et la mairie, utilisant des supports multiples : courriers, tableaux d'affichage, site vivant et amélioré, affichages chez les commerçants, tracts, permanences, utilisations de relais (écoles, associations, fêtes..).

3.- L'élargissement de la population intéressée en améliorant la qualité des débats et en diversifiant les thèmes et les modes d'action :
 Améliorer les conditions matérielles des réunions (salles, sono, horaires).
 Former les membres qui le souhaitent (notamment à l'animation).
 Accueillir spécifiquement les nouveaux participants.
 Diversifier les thèmes traités, avec certains thèmes mobilisateurs comme le Plan de Déplacement Parisien (PDP) ou la propreté, mais aussi certains thèmes plus larges qui concernent les jeunes, les habitants des logements sociaux…
 Développer  des contacts spécifiques avec les associations, les parents d'élèves, les jeunes, les étrangers non communautaires.
 Au-delà des réunions publiques, favoriser les groupes de travail, les aspects festifs (concerts, bals, ciné-club..).
 Utiliser des modalités nouvelles d'animation(film court, vidéo..).

4.- La consolidation d'une réelle capacité d'influence, en connaissance des contraintes :
 Permettre au public non membre des C.Q. de s'exprimer et encourager la participation aux groupes de travail, ouverts à tous.
 Réaliser un 4 pages expliquant le rôle respectif des C.Q., de la mairie du 14e, de la mairie de Paris, des services techniques, de la préfecture de Paris.
 Repenser le dispositif d'appui de la mairie (un élu correspondant par C.Q.?) et une réelle présence des élus nommés aux C.Q.
 Une communication régulière sur le suivi des vœux (en conseil d'arrondissement, en réunion de C.Q.).
 Tester les procédures de budget d'investissement.
 Tester jusqu'au bout 2 ou 3 concertations (ex: PDP, propreté, budget participatif…) avec explications à donner si les avis de la population ne sont pas suivis.

------------------------------------------

...Enfin, celles et ceux qui souhaiteraient lire le rapport dans son intégralité pourront le faire puisque nous mettons ici ce document en libre téléchargement (format .doc)...

Un autre regard ? Le quotidien Libération publiait dans son édition de lundi dernier un article très intéressant intitulé "Conseils de quartier : 10 ans, l'âge du doute - bilan critique d'une décennie de démocratie participative"...

Pierre

Plus d'info :
+ N'oubliez pas les prochaines dates de vos conseils de quartier - voir notre agenda !!!

lundi, 12 décembre 2005

Elections locales : les résultats du "Vote Express"

Le "Vote Express" qui vous a été proposé mardi dernier a été clos hier soir, dimanche 11 décembre 2005 (à 21h27). Outre sa durée de vie très courte, il avait pour particularité d'être le premier vote proposé conjointement sur six blogs parisiens dont cinq blogs locaux (sur Paris14.info dont c'était l'initiative, sur Paris Neuvième, sur Paris8info, sur 13EspritVillage, sur le blog d'Emery et sur ParisZine).

Notre but était de récolter un maximum d'avis en minimum de temps bien sûr, mais aussi d'élargir la prise de pouls de l'opinion sur un territoire plus étendu que nos arrondissements respectifs. Il est très probable que nous vous proposions d'autres sondages communs, ce qui permettrait des résultats plus objectifs. Plus de participants il y aura, plus proches d'une certaine réalité de l'opinion nous serons.

Voyons à présent vos réponses à la question : "Elections locales : Droit de vote pour tous ?"

Deux rappels utiles tout d'abord. Pourquoi ce vote ? Parce qu'en "France, depuis 1992, les Allemands, les Britanniques, les Italiens, les Portugais… résidant en France peuvent participer à ces élections mais ni les Algériens, ni les Canadiens, ni les Chiliens, ni les Maliens, ni les Marocains, ni les Turcs…" [1], ni les belges si j'en crois le témoignage d'un un lecteur du blog d'Emery.

medium_voteelectionslocales.gif

Il faut dire aussi que ce vote n'a pas de réelle valeur juridique puisqu'il a été organisé par trente deux associations et syndicats ainsi que quatre partis politiques, pour relancer le débat tombé dans les abysses du Sénat [2].

On peut certes regretter le côté carnavalesque de mode de scrutin puisqu'il n'était pas nécessaire de présenter une pièce d'identité, ce qui était une porte ouverte à tous les abus. Cependant, l'événement a le mérite de reposer une question d'importance : peut-on sérieusement parler d'intégration si on n'intègre pas, justement, les résidents étrangers à la démocratie locale dite "représentative" ? Les réponses des participants au "vote express" semblent aller dans ce sens puisque vous vous êtes déclarés majoritairement favorables au droit de vote des résidents étrangers en répondant "oui" à 57%. Quelle que soit la décision des institutions suite à cet événement, on peut dire aussi que cette question ne laisse pas indifférent, seules 3 personnes sur 279 ayant déclaré n'avoir pas d'opinion.

Mesdames, Messieurs les sénateurs, la parole est à vous à présent...

Marie Corceiro-Leal

***
[1] Source : Ligue des Droit de l'Homme
[2] Les abysses du Sénat : "Le 3 mai 2000, l’Assemblée nationale a adopté en première lecture une loi qui donne le droit de vote à tous les résidents étrangers pour les élections municipales, loi qui n’a jamais été examinée par le Sénat alors que des personnalités, des partis de gauche et de droite se sont clairement prononcés en sa faveur." [Source : LDH]

Plus d'info :
+ Les résultats de ce Vote Express seront transmis pour information à la Mairie du XIVe arrondissement.
+ ...Pour suivre les résultats définitifs de cette votation citoyenne : le site officiel de la Ligue des Droits de l'Homme.

samedi, 10 décembre 2005

Le prochain Conseil de quartier Montsouris - Dareau...

...C'est après-demain, lundi 12 décembre 2005 à partir de 19h30 au tout récent Gymnase Alice Milliat (11 bus rue d'Alésia). Les thèmes suivants seront abordés :

> Présentation du projet de piste cyclable Seine-Cité-Universitaire par la Direction de la Voirie et des Déplacements de la Ville de Paris.
> La commission Circulation/Déplacement :
- Le Plan de Déplacement de Paris (PDP)
- Les aménagements de voirie en cours et à venir dans notre quartier
> Le Parc Montsouris
> La Commission ZAC Alésia Montsouris
- Etude acoustique
- Accès Passerelle / Parc Montsouris
> Projet du Carnaval Tombe Issoire
> Présentation du Gymnase Alice Milliat et de ses activités par Carine Petit.

La réunion s'achèvera avec un cocktail de fin d'année.

Pierre

Plus d'info :
+ Retrouvez tous les rendez-vous citoyen de votre quartier dans notre rubrique Agenda.

Conseil de quartier Jean Moulin - Porte d'Orléans...

...Attention, il y a une erreur sur le site de la Mairie du 14e arrondissement. Le Conseil de quartier Jean Moulin - Porte d'Orléans a bien lieu jeudi 15 décembre à 19h30, 7 rue Marie-Rose, salle Antoine de Padoue.

Les thèmes suivants seront abordés :
- les investissements du Conseil de quartier.
- la mise en service de la traverse Bièvre-Montsouris.
- le point sur les groupes de travail...

La réunion sera suivie d'un pot de fin d'année.

Pierre

Plus d'info :
+ Nos fils d'actu Conseils de quartier et Porte d'Orléans - Alésia.
+ Le blog du Conseil de quartier Jean Moulin - Porte d'Orléans.

vendredi, 09 décembre 2005

Compte rendu de mandat de Bertrand Delanoë : un show bien huilé (2/2)

[suite de notre article d'hier]

Une autre nouvelle ? En négatif, oui. En dépit d'une question précise - combien de logements sociaux nouveaux réellement disponibles chaque année ? - nous ne saurons pas ce que Bertrand Delanoë entend par le "financement" de 4000 logements sociaux par an. Tout juste aurons-nous droit à une confirmation : oui, au nom de la mixité sociale, la Mairie de Paris achète des logements occupés dans les beaux quartiers de Paris... Taux de rotation sur ces logements ? 3%. Au final, moins de 1200 logements sociaux nouveaux seraient mis sur le marché chaque année. Un chiffre inférieur à celui de l'époque Tibéri !

Alors faut-il lutter contre une réalité sociale ou répondre à l'urgence ? Interrogé sur ce sujet, le Maire de de Paris enfourchera son plus beau cheval de bataille. Oui, on peut compter sur lui pour rétablir la mixité sociale dans ces quartiers riches. Quel noble combat, quel panache, quel courage ! Et Bertrand Delanoë de dénoncer ce méchant Maire de droite du 7e (...bouhhhh) qui ergote (...BOOOUUUUHHH) sur le nombre de logements sociaux que l'on pourrait construire dans son arrondissement.

...Un "botté en touche", qui suscite de nouvelles interrogations. En période de flambée immobilière, combien coûte un logement social acheté occupé dans le 16e ou le 7e ? Avec la même somme d'argent ne pourrait-on pas construire plus, mieux et éradiquer plus rapidement le logement insalubre parisien ? Pourquoi les 18e, 19e et 20e arrondissement ne seraient-ils pas demain les 7e et 16e arrondissement de Paris ? C'est bien une explication de ses choix politiques que nous attendions. Car si moins de logements sociaux sont disponibles au nom d'une idéologie et pour un budget supérieur, les 100 000 demandeurs de logement sociaux - un nombre en hausse constante - inscrits à Paris (4 000 dans le seul 14e arrondissement) doivent le savoir.

Avons-nous glané d'autres informations ? Certainement. Mais dans cette opération d'auto-promotion habillée aux couleurs de la démocratie directe, difficile de trier info et intox, chiffres avérés ou assénés et présentés de façon objectivement tendancieuse. "75% des Parisiennes et des Parisiens utilisent les transports en commun pour leurs déplacements" affirme ainsi Bertrand Delanoë. Bien. Les utilisent-ils tous les jours ou occasionnellement ? Seuls les Parisiens se déplacent-ils dans Paris ? Si Bertrand Delanoë base sa réflexion sur ce type de données pour définir sa politique en matière de déplacements intra-muros, c'est-à-dire en considérant Paris comme une île au milieu de nulle part, il ne faut pas s'étonner de voir l'attractivité économique de Paris aux oubliettes et son taux de chômage - autrefois point fort de la Capitale, Paris, c'était notre Amérique à nous... - devenir supérieur à la moyenne nationale. Difficile dès lors de dégager le vrai de la "réalité virtuelle communiquante", ce Paris irréel dans lequel vit notre premier Magistrat Bertrand Delanoë.

Mais si nous ne sommes pas sûr d'avoir appris la vérité, Bertrand Delanoë, lui, aura peut-être lui enregistré quelques retours du terrain et mis les pieds dans le réel. A condition qu'il n'analyse pas les questions les plus dérangeantes comme émanant systématiquement de groupuscules télécommandés par le Parti des Travailleurs ou l'UMP. De manière assez choquante et avec une condescendance certaine, deux habitants ont ainsi vu leurs questions moquées ou disqualifiées au  prétexte d'une appartenance (supposée ? suspectée ? confirmée ? Bertrand Delanoë dispose-t-il d'un service de renseignement chargé de lui désigner les "encartés" qui se seraient glissés dans la salle ?) à une formation politique. Quel toupet, tout de même !!! Tous résidents ? Tous citoyens ? Pour Bertrand Delanoë, le premier militant socialiste parisien, le champion du communautarisme, il y a visiblement des citoyens plus égaux que d'autres, qui méritent des réponses et un respect différenciés.

...Une dernière info avant de se quitter. Bertrand Delanoë, de son propre aveu, ne prend pas les transports en commun. Il est d'ailleurs reparti comme il est venu, en voiture, une 106 - électrique - avec chauffeur. On peut être modeste et ne pas vouloir connaître les problèmes de stationnement.

Pierre

Plus d'info :
+ Notre reportage photo.
+ Bertrand Delanoë reviendra dans le 14e arrondissement samedi prochain à 11h15 (voir notre agenda) pour une balade en bus de quartier. Rassurez-vous, il s'agit d'une inauguration.
+ Le Journal des bonnes nouvelles parisiennes - édition 2005 est disponible en ligne en cliquant ici.

Bonus :
+ Thomas Dufresne, président du Collectif pour la sauvegarde de la Ferme Montsouris a profité d'une question pour remettre au Maire de Paris en main propre les propositions du Collectif pour sortir du bourbier dans lequel le promoteur continue à entraîner la Ville. Bertrand Delanoë doit apporter une réponse prochaine à ces propositions.

jeudi, 08 décembre 2005

Compte rendu de mandat de Bertrand Delanoë : un show bien huilé (1/2)

Lundi 5 décembre 2005. Dans un gymnase de la rue du Commandant Mouchotte dont tous les accès viennent d'être soigneusement récurés par les services de la Ville, Bertrand Delanoë vient faire son compte rendu de mandat annuel devant une foule attentive.

Allons-y directement : cet exercice de démocratie directe est une escroquerie intellectuelle. Il sonne faux. A force d'être trop cadré dans sa communication, de nous étourdir par sa maestria verbale, d'endosser les habits des plus nobles chevaliers pour mieux enfoncer à la cantonade toutes les portes ouvertes des plus belles luttes, d'être de tous les combats et élans compassionnels du camp des Justes, Bertrand Delanoë en devient imperméable, inaccessible, factice.

D'autant que le déroulement de la soirée aura laissé sur leur faim tous ceux qui attendaient des réponses précises du Maire de Paris. Une heure de discours suivie d'une heure de questions suivie d'une grosse demie-heure de réponses... On imagine la difficulté pour un professionnel de la politique comme Bertrand Delanoë, de répondre avec une heure de recul aux questions d'habitants intimidés par un micro... Et même pas une deuxième séance de questions pour que les éventuels mécontents ou insatisfaits puissent venir à nouveau s'exprimer. Avec un schéma de réunion comme celui-ci, notre Maire de Paris ne risque pas de perdre la face. Certains communiquant jugent peut-être cela habile, mais nous avons trouvé cela plutôt grossier et pas très courageux. La démocratie directe devrait sans doute s'organiser avec plus de spontanéité, dans un échange véritable.

D'autant que les réponses apportées ne sont finalement pas à la hauteur. De l'art de botter en touche... Car, si certains habitants étaient visiblement venus avec leurs questions en poche, Bertrand Delanoë était, lui, venu avec ses réponses toutes faîtes en tête, préférant déléguer aux élus de sa majorité présents en nombre - à l'exception remarquable de René Dutrey, Président du groupe Vert au Conseil de Paris - le soin de se débrouiller avec les questions les plus pointues... Bertrand Delanoë ne répond pas sur les questions concrêtes. Il est dans la Geste, les grandes lignes, la poésie sociale épique et les grandes luttes solidaires qui font vibrer les meilleures heures du Zola qui sommeille en chacun de nous...

Qu'avons-nous donc appris au milieu de ce fatras de bonnes nouvelles assénées comme telles et de formules communiquantes et creuses distribuées avec le sourire mécanique des grands showmen du music-hall ? Pas grand chose. Allez, au milieu de ce florilège, deux infos.

La concertation sur l'accompagnement artistique du tramway tout d'abord. "Elle aurait déjà du démarrer, selon Betrand Delanoë puisque j'ai déjà été consulté..." Aveu confondant d'un Maire de Paris, général en chef de l'armée morte de ses consultants, surpris que sa-démocratie-locale-à-lui puisse dysfonctionner sans qu'il ne s'en rende compte. Car interrogé lors de ses comptes rendus de mandat, Pierre Castagnou nous a déjà confirmé d'une part qu'il n'y aurait pas de concertation mais une réunion d'information des habitants et d'autre part que la Ville ne saisirait pas cette occasion pour promouvoir des artistes du XIVe arrondissement. 4 millions d'Euro seront donc bien dépensés pour installer durablement sous nos fenêtres des oeuvres d'art sans que les habitants du XIVe aient eu leur mot à dire. La concertation, il y a ceux qui en parlent... Espérons simplement que nous échapperons à la fameuse saucisse sur un Doughtnut.

[suite de notre compte rendu du compte rendu, demain...]

Pierre

Plus d'info :
+ Notre reportage photo.
+ Le Journal des bonnes nouvelles parisiennes - édition 2005 est disponible en ligne en cliquant ici.
+ Un autre regard sur ce compte rendu mandat ? Les articles de ParisXIV.com ou de 13EspritMedia.