Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 26 janvier 2006

Interview de Pierre Castagnou...

...Elle est programmée. Sollicité à l'issue du dernier Conseil d'arrondissement, le Maire du XIVe a accepté bien volontiers notre demande d'interview et Cyril Boitel, chargé de communication à la Mairie du XIVe, nous a confirmé que Pierre Castagnou, nous recevra le 3 février prochain pour un entretien qui devrait durer une heure.

Vous nous avez déjà suggéré de nombreuses questions (part. I / part. II) et nous nous en inspirerons très largement au cours de la discussion. Pour le moment, voici les grands thèmes que nous souhaitons aborder (1/4 d'heure par thème ?) :
1. Pierre Castagnou, qui êtes-vous ? Ensemble de questions pour mieux connaître notre Maire.
2. Etre Maire à quoi ça sert ? La fonction de Maire d'arrondissement au quotidien.
3. Les grands dossiers locaux. Saint Vincent de Paul, la Ferme Montsouris, bilan du quartier vert, tramway, requalification du site de Broussais, antennes relais...
4. Les grands dossiers généraux. Logement, petite enfance, environnement, emploi, déplacements...

Cela vous convient-il ? Des suggestions ? Merci d'avance pour vos conseils avisés et modérés :-)

Pierre

Plus d'info :
+ Pour des raisons qui nous paraissent évidentes, nous n'aborderons pas les questions d'ordre privé, individuelles ou personnelles qui ont pu être adressées via Paris14.info au Maire du XIVe. Il s'agit d'une interview, pas d'un dépôt de plainte ou de la remise d'un cahier de doléances. Merci d'avance de votre compréhension.

Piste cyclable : incivilité ou mauvaise conception ?

...Tous les matins rue Friant.

medium_piste_cyclable_rue_friant_paris_xive.jpg

...Résultat, les cyclistes remontent la rue à contre-sens mais sur la chaussée et ils déboulent masqués par les camionnettes garées sur leur voie.

Alors, là, ce sont nos amis de la Poste, mais tous les matins, ce sont un, deux ou trois véhicules ou camions qui stationnent sur cette piste qui n'est pas un cas isolé (idem rue de la Tombe-Issoire ou encore rue du Faubourg Saint-Jacques)...

Alors incivilité des entreprises diverses et variées de livraison (et des nombreux véhicules privés ou de dépannage) ? Défaut de conception - comprendre pas assez d'aires de stationnement ? Tant que les cigognes continueront à ne livrer que de charmants bambins... Votre avis ?

Pierre

mardi, 24 janvier 2006

Bobino : un nouveau propriétaire nommé ...Gérard Louvin

L'information est donc confirmée. Philippe Bouvard se sépare de Bobino. Le nouvel acheteur n'est autre que Gérard Louvin, bien connu des amateurs de la StarAc'...

Dès l'automne 2006, Gérard Louvin souhaite proposer dans cette salle mythique implantée 20, rue de la Gaîté
depuis le milieu du 19e siècle un dîner-spectacle qui pourra accueillir 800 personnes chaque soir.

Le célèbre music-hall, spécialisé sous Philippe Bouvard dans le théâtre de la chanson et du rire, va faire l'objet de travaux de rénovation à partir de la mi-mars avant de rouvrir sous un nouveau nom, "Bobin'oh".

"Je suis parti du constat qu'à Paris il n'y avait pas d'endroit ou l'on pouvait prendre un verre, diner, assister à un spectacle, danser et s'amuser ! Le nouveau « Bobin'Oh ! » sera le seul lieu à Paris où vous pourrez trouver tout ceci dans une ambiance de Fête et dans un esprit situé entre le cabaret et le Lounge. Les plus belles filles, les plus beaux garçons et les travestis les plus surprenants vous accueilleront chaleureusement pour vous faire passer une soirée où vous allez vous distraire et tout oublier. En salle, ce seront les danseurs qui vous serviront comme à l'Alcazar il y a quelques années", a affirmé Gérard Louvin dans un communiqué.

Une nouvelle que les habitants du XIVe ne manqueront pas de commenter lors du Conseil de quartier Montparnasse-Raspail qui se tiendra ce soir, mardi 24 janvier à partir de 19h30 au 24 de la rue Delambre...

Pierre

Plus d'info :
+ Gérard Louvin est déjà propriétaire avec Michèle Laroque du théâtre Fontaine.

lundi, 23 janvier 2006

Embouteillages : la photo-témoin

Le Figaro Magazine (*) n’aime pas les embouteillages, et nous non plus. La page titre de cette semaine du magazine montre, photo à l’appui, que sur la circulation, « Paris est à bout de nerfs »… Donc la circulation actuelle est encore pire qu’avant. Photo à l’appui. Et cette photo, en ce beau weekend de janvier, de s'étaler sur tous les kiosques parisiens...

Maintenant, approchez-vous de la vitrine du kiosque… Si, si, approchez vous... Regardez cet embouteillage, avec ces bonnes vieilles 4L, ces taxis Peugeot 505, ces Renault 25, les Peugeot 305, R18, etc. avec leurs plaques minéralogiques à fond noir… La photo de la preuve a dépassé l’âge de la retraite ! De plus, à y regarder de près, certains piétons ou véhicules apparaissent étrangement "photoshopés". Les journalistes du Figaro ne sortent-ils jamais dans la rue pour photographier des embouteillages ? Étalée en « Une », cette photo d’archives (peut-être retouchée ?) est (certes) aussi là pour symboliser le « y’en a marre »… Mais d’avant, de maintenant ou de tout le temps ?

Alors, cela veut-il dire que cet article ne tiendrait pas bien la route ? En fait, il nous dit autre chose. Nos bouchons automobiles sont bien entendus réels. Ils sont devenus un enjeu de politique politicienne. Or, à l'heure ou Bertrand Delanoë traverse une "première zone de turbulences" [ndlr : à 60% de satisfaits à mi-mandat...] comme l'affirme le quotidien le Parisien (édition du 19 janvier 2005 dernier), c’est sur ce terrain que la rédaction du Figaro souhaiterait voire commencer la bataille droite contre gauche pour 2008 à Paris.

Nous savons pourtant que ce problème ne se limite pas aux seuls lecteurs-automobilistes du Figaro, et qu’il concerne tout le monde : habitants, employés, retraités, piétons, usagers des transports en commun, usagers des transports privés (voiture, scooter, vélo, moto, roller), jeunes, vieux, familles, pauvres et riches. Or, quand on a le sujet en main et que l’on se propose de répondre au questionnaire du fameux PDP (le Plan de Déplacements Urbain) lancé par Denis Baupin, on ne peut pas se baser sur des photos du temps où l’essence était super (et comportait encore du plomb), quelle que soit son opinion sur la politique de B. Delanoë.

Si on aime au Figaro se retrancher derrière une bonne vielle image de Paris complètement bouché, pour avoir une répartie sur certains enjeux, ne vaut-il pas mieux discerner ce que seront les complications des 20 prochaines années ? Or c’est là que les discours politiques sont à questionner…et à discerner. D’où, me direz-vous, l’utilité au niveau local de l’information, et donc de ce blog...

Dan

(*) Edition du 21 janvier 2006

+ L’article du Figaro est disponible en ligne en cliquant ici, et dehors la fameuse photo affichée en grand sur les kiosques à journaux vous attend. Eteignez votre ordinateur et sortez, en la regardant on rajeuni de 20 ans !

Pension de Famille : une réunion pour s'informer

L'association Pension de famille à Bauer-Thermopyles-Plaisance invite tous ses adhérent-e-s et ami-e-s à venir discuter du bénévolat dans la future pension de famille lors d'une grande réunion publique, mercredi 25 janvier 2006 prochain au café associatif le Moulin à café, place de la Garenne (Zac Didot). La charte sur laquelle a travaillé le conseil d'administration vous sera présentée.

Cela sera aussi l'occasion, si ce n'est pas déjà le cas, pour vous, de découvrir le café associatif le Moulin à café qui vient d'ouvrir.

Pour le CA, Régis Marzin

Plus d'info :
+ Association Pension de famille à Bauer-Thermopyles-Plaisance - 30, rue Didot 75014 Paris
+ Site officiel : http://pensiondefamille.14e.free.fr/

dimanche, 22 janvier 2006

Voeux du Maire : IM-PRE-SSIO-NNANT

medium_pierre_castagnou_voeux_2006_paris_xive.2.jpg...Pierre Castagnou recevait jeudi 19 janvier 2006 dernier sur invitations personnalisées les habitants du XIVe pour ses bons voeux 2006. Pour moi, c'était une première et j'ai été vraiment impressionné. Le cadre de la Salle des Fêtes de la Mairie annexe, une foule d'invités (agoraphobes s'abstenir), le visage de Pierre Castagnou dans tous les formats (16/9e, live, 4x3 voir 6x12...), des kilomètres de buffet, un discours mobilisateur... Euh... C'est une tradition républicaine, mais là, j'ai trouvé que c'était un peu trop, pardon, TROP. Je comprends l'effervescence qui règnait à la Mairie les jours précédents...

medium_pierre_castagnou_voeux_2006_paris_14.jpgMais nous avons pu entendre Pierre Castagnou, entouré de son équipe municipale au grand complet, nous faire part de sa motivation intacte - pas de doute sur sa candidature à un deuxième mandat - et de sa volonté de poursuivre son action au service des habitants du XIVe. Dont acte. ...Et la bonne humeur était de la partie. J'ai été heureux de rencontrer toutes celles et ceux que je n'avais pas encore croisé qui au dernier Conseil d'arrondissement, qui à un prochain Conseil de quartier...

medium_pierre_castagnou_voeux_2006_paris_14e.jpgDe notre côté, de votre côté, une bonne nouvelle : l'interview que nous avons demandé au Maire lors du dernier Conseil d'arrondissement est validée et dans la boucle. Désormais entre les mains du chargé de communication de la Mairie du XIVe, nous n'attendons plus qu'une date de rendez-vous. A suivre...

Pierre

Plus d'info :
+ De quelle interview parlons-nous ? Mais de celle que nous souhaitons réaliser sur la base de vos questions et nombreux commentaires...

samedi, 21 janvier 2006

Avec un peu de retard...

...Nous avons mis en ligne notre lettre d'information de Janvier 2006. Pour celles et ceux qui ne seraient pas encore abonnés (cf. rubrique "Lettre d'information" - colonne de droite ci-contre) et qui ne recevraient donc pas chaque mois dans leur boîte mail l'essentiel de l'actualité de notre arrondissement...

Jim

vendredi, 20 janvier 2006

Café associatif : ça bouge à la ZAC Didot

Le "MOULIN A CAFE", le tout premier café associatif du 14ème, a ouvert ses portes le 14 janvier dernier au coeur de la ZAC Didot, à l'angle de la rue Ste-Léonie et de la nouvelle place de la Garenne (métro Pernety). Pour découvrir ses premières photos, son histoire, ses projets, son équipe, rendez-vous sur son site web flambant neuf : http://moulin.cafe.free.fr

Certains d'entre vous sont peut-être déjà venus visiter ce nouveau lieu de convivialité pour les habitants et les associations du quartier. Sinon, venez-y vite à l'occasion de la semaine festive organisée pour son lancement, du 21 au 28 janvier.

En attendant que germent les idées des uns et des autres pour faire vivre et animer ce café associatif tout au long de l'année, le "MOULIN A CAFE" a choisi un programme d'inauguration éclectique... Pour résumer :

SAMEDI 21 JANVIER ENTRE 13H30 ET 22H : accordéon et chansons avec "Les Robes de Pailles", fanfare "la Fanfarniente", danse orientale avec Yasmine Louati, soirée couscous;
DIMANCHE 22 ET LUNDI 23 JANVIER : relâche ;
MARDI 24 JANVIER A PARTIR DE 19H30 : contes avec Khoudia ;
MERCREDI 25 JANVIER DE 20 À 22H : réunion publique sur la future pension de famille du quartier ;
JEUDI 26 JANVIER A PARTIR DE 20H : Lecture musicale avec Marie-Do Fréval, poèmes de Blaise Cendrars (Prose du Transibérien  et quelques autres) et de Nazim Hikmet (Il neige dans la nuit) ;
VENDREDI 27 JANVIER A PARTIR DE 20H : Ludo & Puissétout (guitariste et auteur-compositeur-interprète) ;
SAMEDI 28 JANVIER ENTRE 16H ET 22H : concert du groupe "Un Costard pour 2", chorale jazz de Renn Lee, Choeurs du Bock, concert du groupe Falak.

Venez nombreux et à très bientôt !

L'équipe du Moulin à Café

Plus d'info :
+ Pour tout contact, appeler Muriel Rochut au 06 60 72 74 41

jeudi, 19 janvier 2006

Valse des institutrices : une lettre ouverte des Parents FCPE

Emoi à l'école Prisse d'avennes où le changement intempestif d'institutrice en cours d'année provoque quelques remous dans la communauté scolaire.

Nous recevons ce jour cette lettre ouverte - également affichée à l'entrée de l'école -  des Parents d'élève FCPE. Nous vous la retransmettons.

-------------------------------------

Jeudi 19 janvier 2006

Madame la Directrice,    
Mesdames et Messieurs les Enseignants,
Mesdames et Messieurs les parents d’élèves de l’école primaire Prisse d’Avennes,

Ce mardi, le rectorat a unilatéralement décidé, sans motiver d’un quelconque argument, du remplacement d’une institutrice de CE2 qui n’avait jamais demandé à partir. Elle a du changer de poste, au mépris d’elle-même en premier lieu, de sa remplaçante en second lieu qui ne demandait pas non plus spécialement à venir ici vu qu’elle habite à l’autre bout de Paris, et des enfants surtout, qui comme toujours sont les victimes expiatoires d’une Académie de Paris qui a à en réapprendre à Kafka.
 
Enfants victimes et tristes car ils s’étaient attachés à leur institutrice depuis une rentrée mouvementée. Enfants victimes aussi, car deux classes de CE2 travaillaient ensemble depuis la rentrée, les enseignantes se partageant des matières comme l'histoire, l'anglais, la géographie, les dictées et la géométrie. En effet, l'école Prisse d’Avennes s'était portée volontaire pour instaurer des programmes personnalisés de réussite éducative (PPRE), et ce travail de qualité s’était mis en place depuis la rentrée.

Malgré tout, la nouvelle enseignante et Madame la Directrice nous ont assuré de leur volonté de poursuivre ce programme, et de maintenir l’effort éducatif engagé depuis cinq mois. Nous constatons également que l’équipe pédagogique va également dans ce sens, et fera tous les efforts possibles pour amener les enfants à la réussite scolaire, même si cela n’apparaît pas être une priorité pour l’administration de l’éducation nationale…

Choqués par l’absence au niveau administratif, de tout respect humain et du manque d’intérêt pour l’éducation de nos enfants, nous solliciterons au plus vite un rendez-vous auprès des responsables des services du rectorat de Paris.

Les parents FCPE

Plus d'info :
+ Notre article en date du 17 janvier dernier.

mardi, 17 janvier 2006

Ecole Prisse d'avennes : la valse des institutrices

Ce matin, les enfants de CE2 de l'école Prisse d'Avennes pleurent… Au milieu de l’année scolaire, l’Académie de Paris se joue des institutrices, les déplace de poste en poste, sans motiver de quelque argument que ce soit. Une enseignante en CE2 sur cette école va donc être remplacée dans la journée, au mépris de tous, d’elle-même en premier lieu, de sa remplaçante en second lieu qui ne demande pas à venir, et des enfants surtout qui comme toujours sont les victimes expiatoires d’une Académie de Paris qui a à en rapprendre à Kafka.

Enfants victimes et tristes car ils se sont attachés à leur institutrice - depuis une rentrée ...mouvementée. Mais victimes surtout car deux classes de CE2 travaillaient ensemble, et que ce travail commun important est désormais entièrement remis en question.

Vincent Jarousseau (adjoint au Maire pour les affaires scolaires) a ainsi pris ce matin contact avec l’Inspectrice d’Académie, et nous fait part de son désarroi : « Il s'agit d'un d'une mesure évidemment absurde. J'ai vu ce matin l'inspectrice de secteur, Madame Vauthier qui m'a apporté quelques informations complémentaires, qui ne justifient en rien cette décision. Elle ne comprend pas la logique de cette décision. Aussi, a t-elle cet après-midi une réunion à l'Académie, où elle compte intervenir pour demander le maintien de l'actuelle enseignante. De mon côté, j'ai adressé un message à l'Inspecteur d'Académie en ce sens ».

L'école s'était portée volontaire pour les PPRE (Programmes Personnalisés de Réussite Educative), et ce travail en terme de qualité d'enseignement s’était mis en place pour des matières comme l'histoire, l'anglais, la géographie, les dictées et la géométrie. Ce sont ainsi cinquante et un enfants, qui n'avaient pas besoin d'être pénalisés particulièrement dans l’apprentissage des matières les plus importantes, qui arriveront chez eux ce soir désemparés. Comment peut-on parler d'enseignement qualitatif si l'administration s’assoit sur ses propres projets, et s'amuse à remplacer les institutrices en cours d'année scolaire ? Les enseignants, les enfants, et leurs parents ont de quoi pleurer.

Dan